Adonis Diaries

Archive for September 13th, 2012

Chicago Teachers Union (CTU) on strike? Since 1987… 

Andrew Bossone wrote (on Facebook) via Kate Goodin:

“This will be the first time since 1987. The union normally has to get 75% approval from members in order to strike, they got 90%, including those who didn’t vote and were counted as “NO for striking”. That’s 23,780 out of 26,502 CTU teachers.

Teachers say they’re being asked to:

1. Work 20% more hours without salary raise,

2. that they’ve had to face major cuts to arts, music and sports as well as school closures,

3. they are rejecting the new teacher evaluations, which are to be based on standardized testing: we all know how well-designed, fair, representative and effective standardized tests are…

I don’t think that teacher’s demands and viewpoint have been represented adequately in a lot of coverage of this issue. NYT coverage for example was very vague on what the demands were and what was at stake in the contract, and essentially boiled down to ‘this is going to very inconvenient for students and parents.’

Lara Lindh, Preschool for All teacher in the Chicago Public Schools, explained on June 22 why she and thousands of her fellow teachers voted “yes” to authorizing a strike on AlterNet: “Why I Voted to Authorize the Chicago Teachers’ Strike
 
“Earlier this month, members of the Chicago Teachers Union (CTU) voted and among CTU members who voted, 98 percent said “yes” to strike authorization. We considered those who refrained from voting as against the strike, which is still a nearly 90% majority to give the union authorization to call a strike.

Actually, around 8.5 percent of the union membership didn’t vote, so they were counted as “no” votes: That’s 23,780 yes to 482 no.

The overwhelming support for strike authorization seemed to confuse the Chicago Public Schools (CPS) CEO Jean-Claude Brizard, who likes to assure us that he loves and respects teachers as he destroys our schools and degrades our union. But the vote didn’t come as a surprise to me.

Here’s why I voted, along with the vast majority my brothers and sisters in the CTU, an enthusiastic “yes” to strike authorization.

Reason No. 1: As has happened to me every spring since 2008, I was warned by my boss in March that my preschool teaching position was threatened for the following school year due to budget cuts. As I have done every spring since 2008, I spent countless hours readying my resume and my teaching portfolio, combing the want ads, and annoying my colleagues looking for another job for this coming fall.

With a son, a mortgage, very little savings and a job that I love and would grieve to lose, I tried to muster the enthusiasm necessary to hunt for another job while simultaneously remaining the kind of “super-teacher” that we’re expected to be in order to maintain an evaluation rating that would allow us to be hired by another principal.

In May, I was informed my job was safe, but my assistant teacher’s wasn’t. Due to budget cuts, she’s being replaced with a cheaper, part-time version.

Reason No. 2: The month of May is supposed to be a wonderful month for preschool teachers: We ready our student’s yearlong work portfolios and bask in the glow of their progress and reminisce about how far we’ve come.

We go on field trips and have culminating projects that we enjoy sharing with our students and families. We look forward to summer break.

We begin to say goodbye to the little people we’ve nurtured and loved and taught for the proceeding nine months.

This May, I spent the entire month, as I have for the past three years, conducting a standardized test on my 4 and 5-year-old students to determine their “kindergarten readiness.”

It used to be that by virtue of turning 5 years old, you were deemed “kindergarten ready.” Those days are over. In the name of accountability (which always seems to mean accountability for those with the least say-so), we have turned our schools into test-taking factories, with no child too young to be tested.

Reason No. 3: The day before the strike vote, my school clerk stopped me in the hallway. He had an emergency letter from Jean-Claude Brizard that we had to distribute to parents informing them of why the strike vote was wrong for teachers to do and insulting our collective intelligence by claiming that our leadership hadn’t informed us of what was at stake in our contract negotiations.

The attempt by Brizard to turn parents against teachers was expected, his condescending tone familiar, but what was unheard of was that the letter was translated into Spanish, Mandarin, Polish and Arabic.

As a teacher of English Language Learners, I was dumbfounded. We can NEVER get materials or information translated into our students’ home languages without doing it ourselves.

Was this the proverbial final straw? No, I had already made up my mind to vote “yes” because I want dignity, respect and resources for what I do and for the students I teach.

But it did underline to me that if they can so easily find the resources to drag us down, then they can be forced to find the resources to build up public education.

Reason No. 4: The $5.2 million in TIF money the city council just handed to billionaires CPS board member and infamous union buster Penny Pritzker to build another Hyatt Hotel for her empire. Resources not there? Yeah, right.

I voted “yes” because I have self-respect, and I was always taught (and teach) that when you stand up for yourself against bullies and liars, others will stand up with you. Well, the teachers are standing up. Will you join us?

 
“Would you make love with an Arab/Palestinian?” and vice versa:  Interviews with Israeli Jews and Palestinians
 
Film director Yolande Zauberman and the Lebanese author Sélim Nassib converged to Israel to conduct interviews with Jews and Palestinians on their desires to making love with one another…
 
The idea of doing a movie on this topic all started with the novel of Selim “A Lover in Palestine” of a love passion between young Golda Meir (later Israel PM) and the Lebanese/Palestinian  Albert Pharaon.
 
The story unfold in late 1920 when Palestine was under British mandated power.
 
And Yolande wondered whether these kinds of love passions can still hold in current apartheid State of Israel.
 
Yolande is convinced that if Palestinians and Jews in Israel are unable to feel any sexual desire toward one another, it would be impossible to break this apartheid system.
 
It is the same process as what happened in apartheid South Africa: If the blacks and whites there could not break this barrier on the sexual level, apartheid south Africa would have still remained. This conviction of hers materialized as Yolande was directing “Classified People 1988” in south Africa.
 
And why Yolande decided on making love to an “Arab” and not Palestinian or Israeli Jew? Yolande thinks stating “Arab” has a stronger significant impact. Mind you that the Israeli Zionist ideology insists on naming the Palestinians as Arab in order to remove any kind of national identity and legitimity to the Palestinians, whose lands were occupied and chased out of their villages…
 
Yolande claims that this movie might not heal the wounds, but can reduce the level of anger…Whatever that means…
 
The French interview was published in the weekly magazine Le Novel Observateur on Sept. 10, 2012.

ISRAËL: Feriez-vous l’amour avec un Arabe ?

L’affiche du film. Sur les écrans français à partir du 12 septembre.

L’affiche du film. Sur les écrans français à partir du 12 septembre.

C’est une histoire très simple, celle d’une cinéaste française qui prend sa caméra et part interroger les Palestiniens et les Israéliens sur un sujet, et un seul : le sexe.

Elle entre immédiatement dans le vif du sujet en posant une question crue, une question qui n’a pas l’air essentielle pour résoudre le conflit historique entre l’oppresseur et l’opprimé mais qui n’en dévoile pas moins des secrets enfermés dans des cœurs débordant de haine et de reproches.

Puis cela devient un film documentaire, qui sera présenté en 2011 à la Mostra de Venise sous le titre Would You Have Sex with an Arab? [Feriez-vous l’amour avec un Arabe ?].

En appliquant une thérapie de choc pour briser le silence consciemment ou inconsciemment entretenu, elle accède au refoulé d’un des plus longs conflits du Proche-Orient.

Son compagnon dans la vie, Sélim Nassib, journaliste libanais et auteur du roman Oum [consacré à la diva égyptienne Oum Kalsoum, éd. Balland], a participé à l’écriture du film.

Vous parlez du conflit israélo-arabe à travers le sexe. C’est une idée…
Yolande Zauberman En fait, tout a commencé avec le roman de Sélim Un amant en Palestine [éd. Robert Laffont], qui aborde l’histoire d’une passion [à la fin des années 1920, dans une Palestine sous mandat britannique] entre la jeune Golda Meir [qui va devenir Premier ministre d’Israël] et Albert Pharaon, un Libano-Palestinien.

C’est une histoire qui n’aurait jamais pu se produire dans un endroit comme Israël. Quand nous avons commencé à vouloir adapter ce livre au cinéma, un sujet a suscité ma curiosité, à savoir le désir non partagé.

J’ai également eu le sentiment que je devais comprendre beaucoup de choses avant de me lancer dans l’adaptation du roman.

Donc Would You Have Sex with an Arab? a démarré en tant qu’étude préparatoire.

Or il se trouve que le film s’est imposé en tant que tel. Il m’a permis de fouiller dans les profondeurs de la société arabo-israélienne, une société très particulière.

J’avais découvert cela en travaillant avec [le cinéaste israélien] Amos Gitaï, en tant que coordinatrice entre les équipes française, israélienne et palestinienne.

Soudainement, je m’étais retrouvée face à une société à la double identité, arabe et israélienne. L’expérience de la découverte de l’autre, fût-ce sous un jour déformé, m’a donné envie d’aller plus loin.

La question qui est posée dans le titre du film peut paraître anodine au premier abord, alors que nous ne connaissons pas encore le but que vous poursuivez en la posant. Mais elle prend vite une tournure plus grave.
Y. Z. Pour nous, ce film était une expérience stimulante. Nous avions hâte de voir ce que la réalité allait nous apporter.

D’un côté nous posions la question : “Coucheriez-vous avec un Arabe ?” De l’autre : “Coucheriez-vous avec un Juif israélien ?”

Pourquoi avoir retenu “avec un Arabe” et non “avec un Juif israélien” pour le titre ? Parce que c’est plus aguicheur ?
Y. Z. Non. Parce que ça a une signification plus forte.

Sélim Nassib Yolande a parlé de désir non partagé. C’est normal entre deux groupes qui s’entre-tuent et où chacun “résiste” pour ne pas se rendre à l’autre.

Or, ce que nous avons découvert en travaillant sur ce projet, c’est que pour les Juifs israéliens il y avait un tabou supplémentaire, à savoir qu’ils sont venus sur cette terre afin de fonder un Etat juif, le judaïsme en étant la religion officielle.

C’est pour cela que l’idée d’avoir un amant palestinien est inacceptable. Ces tabous persistent jusqu’à nos jours.

En même temps, parler de sexe chez les Arabes est plus problématique que d’en parler avec les autres peuples.
Y. Z. La question est moins compliquée avec les Arabes israéliens. A la fin du film, quand le DJ Sami, en plein milieu d’une fête de gays palestiniens, dit que lui et ses camarades font la révolution sexuelle à leur manière, j’ai trouvé cela très fort. Dans ce film, nous ne visions pas l’affirmation d’une théorie ; tout ce que nous voulions, c’était savoir jusqu’où pouvait nous conduire une telle expérience.
S. N. De plus, nous n’avions aucune idée de la réponse que nous allions obtenir. Etant plus politisé que Yolande, je me disais que nous n’allions rien changer à la réalité, parce que ce n’est pas dans le lit qu’on résout les problèmes.

Au début, je ne pensais pas qu’on irait très loin. Mais petit à petit je me suis rendu compte que notre projet touchait à quelque chose justement parce que nous ne demandions pas aux gens ce qu’ils pensaient du conflit israélo-arabe.

C’est un sujet où chaque côté a son avis sur l’autre, et en même temps chacun connaît l’avis de l’autre sur lui-même.

C’est de l’ordre de l’indiscuté. En revanche, quand on leur demande s’ils feraient l’amour avec l’autre, on touche à autre chose.

Ce qui m’a également frappé, c’est l’inversion qui se produit dans les positions de certains, à savoir qu’ils passent du refus total à l’acceptation…
S. N. C’est pour cela que nous voulions qu’ils réfléchissent à la question du désir. D’où vient notre désir ? Et pourquoi ? Une simple question a ébranlé leurs certitudes.

Nous les voyions découvrir des choses qu’ils ignoraient avoir en eux.
Y. Z. Il y a même dans ce film une relecture du Livre saint. Abraham n’a-t-il pas été le premier Juif à épouser une Arabe [Agar, sa deuxième épouse] ?

Mais pourquoi donc lier le sexe au monde de la nuit, aux bars… ?
Y. Z. Je n’ai pas souhaité poser ma question à des gens susceptibles de se sentir agressés, comme les personnes mariées ou les religieux.

Je voulais m’adresser à des gens qui sont à l’aise avec l’idée du désir, des gens qui sortent le soir, disponibles à l’autre.

J’ai visé ces zones de marginalité afin de voir si les gens qui les fréquentent étaient prêts à accepter l’autre.
S. N. Le film a suscité des discussions virulentes entre adeptes et pourfendeurs de l’idée.

Chez certains, les réponses ont évolué positivement entre le premier et le deuxième rendez-vous, y compris chez des personnes aux positions politiques très arrêtées.

Soudainement, elles ­admettent quelque chose qu’elles enfermaient en elles. C’est vrai que c’étaient des cas rares, les deux communautés étant totalement séparées.

Quelle est l’image qui vous a le plus marqués ?
Y. Z. J’aime beaucoup quand Ibrahim dit : “On ne m’accepte ni d’un côté ni de l’autre, mais de toute façon, moi-même, je n’accepte aucun des deux.”
S. N. Il y a chez Ibrahim ce qu’on peut appeler un complexe vis-à-vis de lui-même, puisqu’il est en même temps arabe et israélien alors que c’est impossible d’être les deux à la fois.

C’est un exil, mais pas comme celui des autres Palestiniens.
Y. Z. A la fin du film, quand on voit tout le monde danser avec tout le monde, on découvre un sourire sincère qui irradie les visages. C’est le bonheur.

Il y a quelques années, quand je tournais en Afrique [du Sud] Classified People (1988), une histoire d’amour entre un Blanc et une Noire, je me disais que, si cet amour ne faisait pas tomber le régime de l’apartheid, rien ne pourrait y parvenir. Et c’est toujours ma conviction.

C’est ce qu’il y a de bien dans le “printemps arabe” : il donne une leçon au monde sur la manière de redevenir un individu au lieu d’être un élément d’une communauté.

Cette leçon vient d’une région dans laquelle il est très difficile d’être un individu.
S. N. Et les Arabes israéliens ont toujours été considérés comme une communauté. On les voyait sous l’angle d’une communauté ayant subi la Nakbah [la Catastrophe, création de l’Etat d’Israël].

Dans le film, on ne les voit pas en tant que communauté, mais en tant qu’individus.

Y. Z. Ce film n’émet pas de jugement. Ce qui m’a motivée, c’était de pousser un cri : “Mais qu’est-ce qui nous est arrivé à nous, les êtres humains ?”

Les théories sont toujours, à un moment ou à un autre, dissociées de la réalité. Notre film réduit le niveau de colère, même s’il ne soigne pas la douleur.
S. N. Le film ne propose pas de solution. Il fait juste le portrait de gens qui appartiennent à un même espace. Les deux côtés se ressemblent sur beaucoup de points.

La différence tient à la place que l’un occupe par rapport à l’autre.


adonis49

adonis49

adonis49

September 2012
M T W T F S S
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Blog Stats

  • 1,419,716 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 771 other followers

%d bloggers like this: