Adonis Diaries

Archive for August 24th, 2014

Hot posts this week July 2/2014

Can you claim to be creative while insisting on perfection?

Advertisements

 

A Brief History of Gaza

In its most recent assault on the defenseless population of Gaza, Israel is claiming to be “defending itself”, a preposterous claim parroted by the ever-so-subservient White House and Congress.

To anyone with even a shred of knowledge of the facts, it seems outlandish that anyone would believe this absurd Orwellian language that turns oppressor and occupier into victim and victim into aggressor.

So let’s review briefly Gaza’s history and put things in perspective

Even in November 19, 2012 (second preemptive war on Gaza),  the Israeli Jew ahadhaadam wrote (ahadhaadam at yahoo dot com).

I grew up in Israel and served as an IDF officer. It took me years to realize that we had been brought up on lies, myths and propaganda and that Palestinians are no different from native Americans, blacks in S. Africa and other indigenous populations who were abused and dispossessed by European colonialism.

Demolishing the Zionist myths and propaganda is the first step towards de-constructing the exclusionary colonial state and achieving historic justice and lasting peace.

Who are the people in Gaza?

 And who are the real bad guys?

Most Israelis are not aware that most Gazan Palestinians are refugees from what is now Israel, created during the 1947-1949 ethnic cleansing of Palestine by Zionist forces.

The Zionists – fresh colonial immigrants from Europe to Palestine under British colonial rule – aimed to create a “Jewish state” on a land populated by an overwhelming majority of non-Jews (Muslim and Christian Palestinians). They achieved this through violent expulsion in what is known as the Nakba (Palestinian catastrophe).

Gaza is the small strip of land into which a large number of refugees from historic Palestine were herded.

Thus most Gazans have land and property deeds which have been confiscated from them by the newly established Zionist state and were prevented from returning to their homes for the only reason of not being Jewish.

To this flagrant violation of the Geneva Convention, Israel added by shooting thousands of unarmed refugees who attempted to return to their homes (the Palestinians were then as they are now – a defenseless, mostly rural society without an army or a state). It later razed to the ground hundreds of Palestinian villages and wiped them off the map with the intent purpose of erasing the history and the people of Palestine.

The ethnic cleansing of Palestine created a surreal situation where the newly established Zionist state claims to be “defending itself” from the people it just dispossessed – a situation that continues to this day (imagine someone one day showing up at your door step, then forcing you out of your house where you and your family have been living for countless generations, and then when you try to reclaim it, convinces himself and others that he is a victim of your “irrational aggression”).

And indeed, hundreds of thousands of Israelis live in houses that were confiscated from their legal owners who are now destitute stateless refugees languishing in refugee camps only a few miles away, while the refugees are being vilified for trying to reclaim what’s legally theirs.

Adding insult to injury, in 1967 Israel conquered the Gaza strip and then overnight the refugees came under the rule of the same state that had dispossessed them 19 years earlier. A happy reunion of the people and their land? Not so much.

Then began a chapter known as Israel’s permanent “occupation” –

A brutal regime of military repression and colonization in which Palestinians have no basic human rights, are allowed to work only as day laborers on their former land in menial jobs, and are subject to permanent military occupation where 6000 Jewish settlers planted by force in their midst by the Israeli colonial state are allocated 30% of the land of tiny Gaza and 70% of its scarce water resources.

Israel creates a system of Apartheid, in effect to this day: one civilian law for Jewish settlers and another harsh military law and courts for Palestinians who sometimes live only a few hundred yards away.

In 2005, after having tortured (I know, I heard the screams of tortured Palestinians in the interrogation rooms of Israel’s notorious security services) and killed thousands of Gazans and leaving scorched earth behind, Israel decided that the cost of maintaining 8000 Jewish settlers in a handful of colonies was too high and decided to “disengage”, removing the settlers and soldiers from within Gaza but at the same time turning it into a giant ghetto, surrounded by walls and remote controlled machine gun turrets, a 300 yard death zone within the fence and a “warden” who even monitors the calorie intake for the 1.5 million inmates. “We put them on a diet” joked one of Israel’s top political advisors.

Once again, a permanent siege on a civilian population with scarce resources with an average income of $1/day, that prevents imports and exports. The entire world watches on and stays indifferent as humans locked in a giant ghetto resort to digging tunnels in order to smuggle food and basic necessities.

The bottom line:

Israel expects Gazans to accept their fate and live peacefully behind walls and barbed wire, without an economy, future or slight hope for returning to their original land and homes, while the warden liquidates people as he pleases and shoots anybody who approaches the fence and continues his colonization drive in the West Bank.

As the horrors of the Jewish State start leaking into the world’s consciousness, Israel has embarked on a massive propaganda campaign to blame Hamas for Gaza’s misery, with the Western press generally going along for the ride, as it usually does when it comes to Israel.

But of course, such propaganda that takes advantage of the ignorance of the general public easily crumbles by pointing out two stark facts: the colonization, torture, apartheid and military oppression lasted for 4 decades before Hamas came to power and in fact long before Hamas existed. In addition, the Zionist propagandists ignore the fact that in the West Bank the “moderate” Abbas is in charge, where he vehemently fights terror, jails Hamas activists and obeys every order he receives from Israel’s military echelon.

Did Abbas get a state? No.

Did Israel stop its apartheid, military occupation or colonization of the West Bank? No.

In fact it has been accelerating them. This just proves that Israel, the colonial apartheid state keeps doing what it’s been doing, i.e. ethnic cleansing, colonization, oppression and apartheid, regardless of who represents the Palestinians or what they do.

Israel is the embodiment of the Zionist ideology which aimed to create a “lebensraum” for Jews in Palestine on the expense of the Palestinians, something which has been done continuously since Israel’s establishment and has not stopped for one day ever since.

The Key represent the Palestinian symbol for returning home.

 

Converted Jew aided in creation of Pakistan 

Léopold Weiss

A French book titled “On the road to Mecca or a view from the inside

Léopold Weiss (Muhammad Asad) :

Sur le chemin de la Mecque ou un regard de l’intérieur

Muhammad Asad: First  ambassador of Pakistan to UN

 

Léopold Weiss connu sous le nom de Muhammad Asad est issu d’une dynastie rabbinique des confins de l’Europe, dont le grand père Benjamin Weiss de Czernowitz, était connu pour ses colères, ses passions, et ses œuvres.

 

 

Léopold Weiss nait à Lemberg en 1900, ville des confins orientaux de l’Empire austro-hongrois.

Il restera une personnalité fascinante voire une énigme pour certains, de par son parcours hors du commun et sa quête spirituelle : personnage aux multiples facettes dont l’écheveau de son parcours traverse l’Histoire du XX ème siècle pour nous en dévoiler les inquiétudes et les espoirs qui restent toujours d’actualité dans un monde en plein questionnement si ce n’est crise, face aux périls qui ont jalonné l’Histoire et dont nous subissons les effets de nos jours encore.

Issu d’une famille de rabbins orthodoxes, puis assimilée à la figure du père qui exerça le métier d’avocat et se détacha peu à peu de la religion de ses ancêtres pour épouser la culture allemande.

Toutefois, le père Kiwa (Karl) Weiss qui était peu pratiquant, fut contraint dès son plus jeune âge de suivre un enseignement rabbinique des plus strict, de façon à ce qu’il ne fasse pas comme un de ses oncles qui se convertit au christianisme pour répudier sa femme et épouser une non-Juive.

C’est pour cela que Léopold Weiss jouira au contraire d’une éducation plus souple, qui lui permettra de développer son esprit critique.

Néanmoins, il sera au fait des écritures anciennes dont l’araméen et l’hébreu qui lui permettront de lire les textes de l’Ancien Testament, de la Mishnah et de la Guermarah au point d’en être familier et d’en maîtriser la langue, tout comme l’arabe avec le Coran bien des années plus tard, et auquel il donnera un remarquable essai de traduction.

Déjà adolescent à Vienne, il sera assistant du cinéaste Murnau, puis journaliste de la célèbre Frankfurter Zeitung pour en être plus tard correspondant spécial en Palestine.

Il fréquentera les cafés de Vienne. Il écrit à ce propos, « Le café viennois détruit notre intelligence et notre culture. Notre vie littéraire gît morte dans ce gouffre de brouillard et de fumée. » (Cf, correspondance avec Edmund Wengraf).

Il y rencontra sûrement des personnalités telles que Sigmund Freud et fut au fait des théories psychanalytiques les plus récentes de part l’intermédiaire de son oncle Dorian Feigenbaum avec qui il partira en Palestine, mais en éprouvera toutefois une forme d’insatisfaction.

Il écrira dans son livre le plus connu, Sur le chemin de la Mecque, (p. 57-58), « Les conclusions de la psychanalyse, à laquelle j’étais introduit dans ces jours de perplexité de jeunesse, me laissaient également, bien que pour des raisons différentes, insatisfait. »

Il faut comprendre ce sentiment et ce vide existentiel face à une société autrichienne secouée par la première guerre mondiale et en proie au matérialisme et au nationalisme, si ce n’est le fascisme le plus inquiétant, qui donnera lors de la seconde guerre mondiale le pire génocide.

C’est ce qui conduira Léopold Weiss à développer une personnalité qui était en perpétuel questionnement et recherche de sens.

D’ailleurs, dans le judaïsme de ses aïeux, il lui reprochera une dimension particulariste et un aspect trop ritualiste. Il ne pouvait comprendre comment un Dieu puisse se préoccuper autant du sort d’une nation particulière. Cela lui paraissait suspect.

A l’époque, il avouera et écrira qu’il pensait même, (ibid, p. 57-58), « récompensant (le peuple élu) par ses conquêtes s’il suivait sa voie droite et le faisant souffrir entre les mains des incroyants chaque fois qu’il s’en écartait » ; de façon à expliquer sa méfiance.

Bien entendu, plus tard en se convertissant à l’islam, il comprendra la place prépondérante que les Banû Israël tiennent dans le Coran, ce qui le réconfortera dans son questionnement, son choix et sa conversion à l’islam.

Enfin, Léopold Weiss passera de longues années au Moyen-Orient au contact des bédouins palestiniens et arabes, où il trouvera l’incarnation de ses ancêtres spirituels. Il écrira même, (ibid, p. 89),

« Il m’apparut soudain, avec une de ces clartés qui éclatent parfois au-dedans de nous-mêmes et semble illuminer le monde pendant le temps d’un battement de cœur, que David et le temps de David, comme Abraham et le temps d’Abraham, étaient plus proches de leurs racines arabes _comme le sont les bédouins d’aujourd’hui_ que les juifs d’aujourd’hui qui se prétendent leurs descendants…»

Comme l’écrit si bien Florance Heymann, dans Un juif pour l’islam (éd. Stock), Lépold Weiss comme la plupart des Européens qui débarquaient au Moyen-Orient avec quelques notions romantiques et erronées ne pensaient jamais à la Palestine comme à une terre arabe.

A ce propos Muhammad Asad écrit, « Bien sûr, je savais vaguement que certains Arabes y vivaient, mais j’imaginais qu’il ne s’agissait que de nomades vivant sous la tente dans le désert ou des habitants d’oasis idylliques. Comme toutes mes précédentes lectures sur la Palestine avaient été écrites par des sionistes, je n’avais pas compris que les villes, elles aussi, étaient pleines d’Arabes, à tel point qu’en 1922 on comptait en Palestine près de cinq Arabes pour un seul Juif, ce qui en faisait un pays arabe beaucoup plus que juif. »

Léopold Weiss, quelques années plus tard, se convertit à l’islam à l’âge de 26 ans.

Surpris par la seconde guerre mondiale dans les Indes britanniques, il se retrouve interné comme ennemi autrichien dans la région de Bombay.

Il y apprendra par courrier la déportation de ses parents. Il sera un ami intime du Roi Fahd d’Arabie saoudite auquel il conseillera en vain de se méfier du matérialisme occidental qui risquerait de détruire leur mode de vie authentique qui l’avait tant séduit.

Il participera à l’aventure de la fondation du Pakistan, dont il deviendra même ambassadeur et représentant à l’ONU, et il en sera l’idéologue au côté du fameux Muhammad Iqbal.

Mais, face aux « indépendances » et aux Etats-Nations naissants, Muhammad Asad comprit fort bien le danger qui se pointait, pour l’avoir connu en Occident.

Sur le long terme, la montée des nationalismes allait non pas former une Masse et une Puissance islamique homogène comme le redoutait Elias Canetti et comme le redoutent encore certains sionistes, mais un morcellement de l’Empire Ottoman, démantelé par les puissances mandataires britanniques et françaises, pour arriver aux objectifs et projets dont nous voyons les résultats encore aujourd’hui : diviser pour mieux régner.

Même à l’aune de l’impérialisme américain et des révolutions arabes, rien de mieux que d’attiser les guerres ethniques et religieuses (Kurdes, chrétiens orientaux, chiites, sunnites) voire même tribales (Irak, Afghanistan, Lybie) et tensions entre laïques pro-occidentaux et islamistes.

Devant des musulmans en proie à la modernité et au nationalisme, le rêve de Muhammad Asad d’un Etat islamique idéal au Pakistan s’évanouira.

Dès lors, il ne sera pas compris et passera au pire comme suspect pour avoir répudié son épouse d’origine arabe pour en prendre une d’origine européenne, et au mieux comme un idéaliste.

Muhammad Asad restera fidèle à sa foi islamique, mais le constat d’une « Oumma » mythique ne fera que confirmer les chiismes et les tensions qui perdurent depuis la mort du prophète Muhammad (saws).

Néanmoins, ce qui restera frappant chez cette personnalité hors du commun qu’est Muhammad Asad, c’est que son identité n’était pas prédéterminée mais en devenir et en constant mouvement et questionnement. Pour reprendre Heidegger, « (Le commencement) ne gît pas devant nous (…) mais il se dresse devant nous ».

Conclusion…

Contrairement à une vision de l’intérieur plus complexe telle que celle de Muhammad Asad, ce que bien des musulmans ont en tête, c’est que la masse et la puissance pour reprendre le concept d’Elias Canneti, ou le nombre démographique de musulmans ou ce que certains appellent Oumma (communauté des croyants) n’est pas quantifiable et garante d’un rapport de cause à effet.

Il suffit de se rappeler du hadith du prophète Muhammad (saws) qui dit : « Viendra un temps où les musulmans seront nombreux tels l’écume de la mer, mais leurs ennemis les mangeront comme autour d’un plat (…) du fait qu’ils auront l’amour des richesses de ce bas monde dans leur cœur et la peur de mourir ».

L’Oumma ou « Dar-al-islam » (maison ou territoires islamiques) n’est que la délimitation théorique de ce qui constituait autrefois les Empires ou les dynasties, sachant que le modèle d’Etat-Nation avec le tracé des frontières est récent.

A notre époque ces notions de Dar-al-islam sont obsolètes. Déjà dans son questionnement, au XII ème XIV ème siècle Ibn Taymiyya se demandait ce qui différencie ou ce qui qualifie un territoire dit de guerre (dar al-harb) ou dit de paix (dar a-silm) (Mardin, Hégire, fuite du péché et « demeure de l’islam », tarduit par Yahya Michot, éd. Al-Bouraq).

Ce dernier définira l’espace dit « islamique » non pas comme l’étendu d’un Empire islamique mais plutôt comme un espace privé.

En effet, il expliquera qu’une taverne dès lors qu’elle devient une mosquée est considérée comme dar al-islam (espace de salut) et si une mosquée devient une taverne, elle devient dar al-kufr (territoire du voilement ou de l’ignorance).

Or, à une époque d’assimilation, de retour identitaire, d’athéisme, de modernité, et de conversions, il faudrait plutôt voire la cartographie du monde à la façon d’un Gilles Deleuze organisée en rhizomes, plutôt que d’avoir une vision obsolète du monde dans lequel on vit : en blocs enracinés, compacts et homogènes, bien séparés et quasiment hermétiques.

D’ailleurs, il est frappant de voir comment les nationalistes français parlent de territoires perdus de la République comme ceux en d’autres époques qui parlaient de dar al-harb (territoires de guerres).

Le monde est constitué d’une intrication de citoyens qui au sein d’une même famille peuvent être aussi bien touchés par la grâce de la foi, que par les idées des Lumières européennes.

La Oumma ou communauté des croyants est dispatchée à travers les générations (depuis Adam), les sociétés, les cultures : des Favelas du Brésil jusqu’aux quartiers chics de Paris.

Et d’un point de vue eschatologique cette Oumma s’étend à travers le Temps, sans que l’on sache qui sera sauvé ou qui sera perdu, parce que Le Seul détenteur de ce secret ou mystère ou Ghayb n’en est qu’Allah.

La bipartition du monde entre croyants et non-croyants n’est pas le propre de l’Islam comme semblait le suggérer Elias Canetti, mais le propre de toutes religions, sauf que la réalité est bien plus complexe et présente un éventail des plus variés de courants: tendance traditionaliste, libéral, mystique, moderniste, conservateur, etc.

L’enseignement que nous en donne le Coran, c’est que ce n’est pas le nombre de croyants qui est déterminant, mais l’intentionnalité ou la sincérité ou l’exemplarité de ceux qui portent le Témoignage ou le message de Dieu. Rappelons nous que les exemples des récits des prophètes ont tous un point commun : ils n’étaient qu’une poignée de compagnons sincères (Sohaba) face à l’opprobre de leur peuple, l’oppression ou à la tyrannie des puissants (Noé, Moïse, Jésus, Muhammad).

Pour reprendre le concept d’Elias Canetti de Masse et Puissance, ce qui est le plus important ce n’est pas la prétendue masse en elle-même, mais ce qui a provoqué le mouvement initial, l’étincelle. Une forme de big-bang sans cesse renouvelée, « Koun Fayakoun » ou le « Soit et Devient » du Créateur cité dans le Coran à maintes reprises. De cette explosion initiale se perpétue tant bien que mal une masse qui semblerait homogène jusqu’à son inertie et sa disparition.

On attribue au prophète cette parole « Le Coran était étranger et il finira étranger ou méconnu », ceci corroboré par le Coran, « Par le Temps, L’Homme va assurément à sa perte, sauf ceux qui ont cru et se sont recommandés le bien, la vérité et la persévérance ». Ou dans une autre parole prophétique, « la fin du monde n’aura pas lieu, tant qu’il restera des croyants » ou encore dans un hadiths Qudsi « même si l’Humanité croyait en Moi (Dieu) cela n’ajouterai rien à ma puissance, et si elle venait à mécroire tout entière cela n’en diminuerai rien ».

Aujourd’hui comme de toute éternité l’islam est une affaire individuelle : liaison du Abd (serviteur) avec son Khaliq (Créateur), rapport vertical et transcendantal.  Chaque humain sera jugé selon ses actes. Quant au rapport horizontal avec la communauté ou la société, il est déterminé par le bon comportement ou l’exemplarité et par la parole respectueuse et incitatrice au bien, à l’image des envoyés prophètes.

Dans un monde en proie au nationalisme, au sectarisme, à la perte des valeurs, les musulmans ne peuvent pas se voir comme une masse compacte et homogène, figée et définitive, comme l’avait conceptualisé Elias Canetti. Au contraire, il faut voir cela comme des interactions de cellules, allant dans le sens du Kadr (destin) ou de l’imprévisible Ghayb. Comme le dit le hadith, « certaines personnes sont à une coudée du Salut mais vont au final à leur perte, comme d’autres à une coudée de la perdition et connaîtront le salut ».

Enfin, pour revenir au débat franco-français il est étonnant de voir chez les prétendus laïcs ce mauvais reflexe religieux de stigmatiser en bloc l’autre, alors que nous sommes reconnus comme citoyens et non comme communautés !

En l’absence de chiffres officiels et fiables, liés à la loi informatique et Liberté de 1978 qui interdit tout dénombrement dans les enquêtes officielles portant sur l’appartenance ethnique ou religieuse, les estimations ne sont pas les mêmes.

Quoiqu’il en soit, celles-ci se réfèrent à une acceptation large, prenant en compte les référents identitaires, notamment les noms et prénoms, ou leur nationalité si celle-ci est encore étrangère.

Ces chiffres varient, voire augmentent selon les périodes électoralistes et suivant les groupes politiques et leur idéologie plus ou moins sécuritaire, voire xénophobe.

A qui profite réellement le communautarisme afin de nous définir en terme de Masses et de reléguer dans des Territoires perdus de la Républiques, avatar des ghettos juifs en d’autres temps ? N’est-ce pas en contradiction avec l’esprit de la République (Liberté, Egalité, Fraternité) qui ne reconnaît que des citoyens ? Surtout à l’ère de la mondialisation…

Note: And why Facebook Censors Author Naomi Wolf On GazaAugust 1, 2014 7:55 pm·feather

1025-naomiwolf

Jews, Muslims and citizens of the world in general have been following author Naomi Wolf and her comments about the War on Gaza.

Since she walked out of her synagogue recently, when they refused to denounce the killing of civilians in Gaza, as a result of recent IDF operations, she has gained a lot of support from fellow dissidents who want to hear what she has to say.

Today, Naomi revealed that Facebook sent her a warning, suggesting her account could be removed, and explaining that they had censored images she posted from her sources in Gaza.

 

“We received a warning from [Facebook],” she explains. “Probably due to the graphic nature of the images that were posted by contributors and citizen journalists, of wounded and dying in Gaza.”

Facebook, for their part, did not tell her which specific terms of service her post had violated. She continued, reflecting, “I think of how many horrific Holocaust images I have sat through….”

This act of censorship, she explains, “seems a journalistic/editorial double standard to me. I wrote in a piece in 1995 about abortion, Our Bodies, Our Souls that made the case that ‘the argument that the truth is in poor taste is the very definition of hypocrisy.’”

What do you think? Have you been following Naomi Wolf? Does it seem like her posts violate Facebook terms of service to you?

(Article by M.B. David)

 

 
 
 
 

 

 
 

adonis49

adonis49

adonis49

Blog Stats

  • 1,333,653 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 682 other followers

Advertisements
%d bloggers like this: