Adonis Diaries

Archive for May 1st, 2015

Visualizing Palestine

ABOUT VP

Visualizing Palestine creates data-driven tools to advance a factual, rights-based narrative of the Palestinian-Israeli issue.

Our researchers, designers, technologists, and communications specialists work in partnership with civil society actors to amplify their impact and promote justice and equality.

Launched in 2012, VP is the first portfolio of Visualizing Impact (VI) an independent, non-profit laboratory for innovation at the intersection of data science, technology, and design.

CREATIVE ALLIANCES

VP regularly facilitates participatory storytelling workshops & creative charrettes, bringing communities together to address specific creative challenges.

Most events are based in Beirut.

Request an invitation to join an event.

VP Tee Design | Creative Charrette | November 2013

VP Tee Design | Creative Charrette | November 2013

ID and Citizenship Law | Creative Charrette | November 2013

ID and Citizenship Law | Creative Charrette | November 2013

VP Tee Design | Creative Charrette | November 2013

VP Tee Design | Creative Charrette | November 2013

VP Tee Design | Creative Charrette | November 2013

VP Tee Design | Creative Charrette | November 2013

Creative Charette | November 2013

Creative Charette | November 2013

ID and Citizenship Law | Storytelling Workshop | November 2013

ID and Citizenship Law | Storytelling Workshop | November 2013

Creative Charrette | December 2013

Creative Charrette | December 2013

Asad Ghsoub  shared  Sultan Sooud Al-Qassemi posts on FB

Proud to be supporting Visualizing Impact/ Visualizing Palestine & honoured to be on advisory committee. Please do support them.

Visualizing Palestine is the intersection of communication, social sciences, technology, design and urban studies for social justice.
Visualizing Palestine uses creative visuals to describe a factual rights-based narrative of Palestine/Israel.
visualizingpalestine.org
JOIN THE TEAM

Ramzi Jaber
Joumana al Jabri
Ahmad Barclay
Hani Asfour
Naji el Mir
Jessica Anderson
Matthew Stender
Sandy Nassif
Bassam Barham
Morad Taleeb
Abd El Samiea Talaat
Julia Tierney
Shireen Tawil
Yasir Tineh
Vanessa Bassal
Joe Sahyouni
Flora Mory
Yara Idriss
Basima Sisemore
Musab Hayatli

YOU?

VOLUNTEER

Advertisements

 

 How equal can we become? Equal in what?

It would be nice to be objective in life, in many ways. The problem is that we have these color-tinted glasses as we look at all kinds of situations.

For example, think about something as simple as beer. If I gave you a few beers to taste and I asked you to rate them on intensity and bitterness, different beers would occupy different space.

But what if we tried to be objective about it? In the case of beer, it would be very simple.

What if we did a blind taste? Well, if we did the same thing, you tasted the same beer, now in the blind taste, things would look slightly different.

Most of the beers will go into one place. You will basically not be able to distinguish them, and the exception, of course, will be Guinness. (Laughter)

Similarly, we can think about physiology.

What happens when people expect something from their physiology? For example, we sold people pain medications.

Some people, we told them the medications were expensive. Some people, we told them it was cheap. And the expensive pain medication worked better. It relieved more pain from people, because expectations do change our physiology. And of course, we all know that in sports, if you are a fan of a particular team, you can’t help but see the game develop from the perspective of your team.

1:33So all of those are cases in which our preconceived notions and our expectations color our world. But what happened in more important questions?

What happened with questions that had to do with social justice?

So we wanted to think about what is the blind tasting version for thinking about inequality?

So we started looking at inequality, and we did some large-scale surveys around the U.S. and other countries. So we asked two questions:

1.  Do people know what kind of level of inequality we have? And then,

2.  what level of inequality do we want to have?

Let’s think about the first question. Imagine I took all the people in the U.S. and I sorted them from the poorest on the right to the richest on the left, and then I divided them into 5 buckets:

the poorest 20%, the next 20 percent, the next, the next, and the richest 20 percent.

And then I asked you to tell me how much wealth do you think is concentrated in each of those buckets. So to make it simpler, imagine I ask you to tell me, how much wealth do you think is concentrated in the bottom two buckets, the bottom 40 percent? Take a second. Think about it and have a number. Usually we don’t think. Think for a second, have a real number in your mind. You have it?

Okay, here’s what lots of Americans tell us.

They think that the bottom 20 percent has about 2.9 percent of the wealth, the next group has 6.4, so together it’s slightly more than nine. The next group, they say, has 12 percent, 20 percent, and the richest 20 percent, people think has 58 percent of the wealth. You can see how this relates to what you thought.

Now, what’s reality? Reality is slightly different.

The bottom 20 percent has 0.1 % of the wealth. The next 20 percent has 0.2 percent of the wealth. Together, it’s 0.3. The next group has 3.9, 11.3, and the richest group has 84% of the wealth.

So what we actually have and what we think we have are very different.

What about what we want? How do we even figure this out?

So to look at this, to look at what we really want, we thought about the philosopher John Rawls.

If you remember John Rawls, he had this notion of what’s a just society. He said a just society is a society that if you knew everything about it, you would be willing to enter it in a random place.

And it’s a beautiful definition, because if you’re wealthy, you might want the wealthy to have more money, the poor to have less.

If you’re poor, you might want more equality.

But if you’re going to go into that society in every possible situation, and you don’t know, you have to consider all the aspects. It’s a little bit like blind tasting in which you don’t know what the outcome will be when you make a decision, and Rawls called this the “veil of ignorance.”

4:33So, we took another group, a large group of Americans, and we asked them the question in the veil of ignorance.

What are the characteristics of a country that would make you want to join it, knowing that you could end randomly at any place? And here is what we got.

What did people want to give to the first group, the bottom 20 percent? They wanted to give them about 10 percent of the wealth. The next group, 14 percent of the wealth, 21, 22 and 32.

5:03Now, nobody in our sample wanted full equality. Nobody thought that socialism is a fantastic idea in our sample. But what does it mean?

It means that we have this knowledge gap between what we have and what we think we have, but we have at least as big a gap between what we think is right to what we think we have.

Now, we can ask these questions, by the way, not just about wealth. We can ask it about other things as well.

So for example, we asked people from different parts of the world about this question, people who are liberals and conservatives, and they gave us basically the same answer. We asked rich and poor, they gave us the same answer, men and women, NPR listeners and Forbes readers. We asked people in England, Australia, the U.S. — very similar answers. We even asked different departments of a university.We went to Harvard and we checked almost every department, and in fact, from Harvard Business School, where a few people wanted the wealthy to have more and the rich to have less, the similarity was astonishing.

I know some of you went to Harvard Business School.

We also asked this question about something else. We asked, what about the ratio of CEO pay to unskilled workers?

So you can see what people think is the ratio, and then we can ask the question, what do they think should be the ratio?

And then we can ask, what is reality? What is reality? And you could say, well, it’s not that bad, right? The red and the yellow are not that different. But the fact is, it’s because I didn’t draw them on the same scale. It’s hard to see, there’s yellow and blue in there.

So what about other outcomes of wealth? Wealth is not just about wealth.

We asked, what about things like health? What about availability of prescription medication? What about life expectancy? What about life expectancy of infants?

How do we want this to be distributed? What about education for young people? And for older people?

And across all of those things, what we learned was that people don’t like inequality of wealth, but there’s other things where inequality, which is an outcome of wealth, is even more aversive to them:

For example, inequality in health or education. We also learned that people are particularly open to changes in equality when it comes to people who have less agency — basically, young kids and babies, because we don’t think of them as responsible for their situation.

So what are some lessons from this? We have two gaps:

We have a knowledge gap and we have a desirability gap.  

1. The knowledge gap is something that we think about, how do we educate people? How do we get people to think differently about inequality and the consequences of inequality in terms of health, education, jealousy, crime rate, and so on?

2. Then we have the desirability gap. How do we get people to think differently about what we really want?

You see, the Rawls definition, the Rawls way of looking at the world, the blind tasting approach, takes our selfish motivation out of the picture. How do we implement that to a higher degree on a more extensive scale?

3. And finally, we also have an action gap. How do we take these things and actually do something about it?

I think part of the answer is to think about people like young kids and babies that don’t have much agency, because people seem to be more willing to do this.

To summarize, I would say, next time you go to drink beer or wine, first of all, think about, what is it in your experience that is real, and what is it in your experience that is a placebo effect coming from expectations? And then think about what it also means for other decisions in your life, and hopefully also for policy questions that affect all of us.

Note: The basic concept of wealth in all times was: The privileges of buying services and not just goods.

For example: Having better opportunities to meet with powerful decision makers, buying better equipped prison cells and services, buying better education systems and health systems….

Patsy Z and TEDxSKE shared a link.
The news of society’s growing inequality makes all of us uneasy. But why? Dan Ariely reveals some new, surprising research on what we think is fair, as far as…
TED.COM|BY DAN ARIELY

 

The Veil is neither Islamic, Arabic, or Christian…

“Women can wear what they want. Only prostitute must wear the burqa” The next day, no woman in Turkey wore the veil or the burqa

In ancient times, only slave women were forbidden to wear any veil, or they were severely punished.

Ironically, the veil or woman hair is never mentioned in the Coran : They are  explicitly mentioned at great length in the Bible and Christian scripture.

BY Hannibal GENSERIC – 

La dénomination « voile islamique » suggère explicitement que le port du voile est une prescription de la religion musulmane, alors que, d’une part, il ne semble pas s’imposer dans toutes les communautés musulmanes, et que, d’autre part, il a existé et il existe encore dans des communautés non musulmanes.

Le voile féminin a une longue histoire qui date de plusieurs millénaires avant l’Islam.

La première preuve textuelle du port du voile vient de la Mésopotamie, où le culte de la déesse Ishtar était associé avec la prostitution sacrée.

Ishtar est représentée voilée. Dans un hymne, l’Exaltation d’Inanna (nom sumérien donné à Ishtar), écrit vers 2300 avant J.C. par le grand prêtre du dieu de la Lune à Ur, cette déesse est appelée hiérodule (prostituée sacrée) d’An ( le plus ancien dieu des Sumériens).

Le premier document légal qui mentionne les prostituées sacrées, ou hiérodules, est le Code d’Hammourabi, qui date de 1730 av. J.-C.

Le code mentionne les fonctionnaires du culte.

À Sumer, la hiérodule à la tête des servantes du culte, est appelée l’épouse ou la sœur du dieu. Elle avait sa maison attitrée et elle était protégée contre les atteintes aux mœurs de la même manière que les femmes mariées, en se couvrant d’un voile.

Par la prostitution sacrée, la puissance de la fertilité de la déesse est transférée au roi. Celui-ci était regardé en Mésopotamie comme garant de la fertilité du pays et de son peuple, et en général de la prospérité et du bien-être du royaume.

Chaque année au nouvel an, le souverain était tenu « d’épouser » l’une des prêtresses d’Inanna, afin d’assurer la fertilité des terres et la fécondité des femelles.

Chez les anciens sémites, ancêtres des Cananéens, des Phéniciens, des Hébreux et des Arabes, des milliers d’années avant l’Islam, on avait déjà imposé le voile aux femmes pour se couvrir les cheveux. En effet, les anciens sémites considéraient la chevelure de la femme comme le reflet de la toison du pubis. (How about the hair surrounding our penis?)

Si le voile des courtisanes et des danseuses est attesté au Proche-Orient ancien, il est cependant principalement un attribut de l’épousée et, à certaines époques, de la femme mariée.

La documentation du IIe millénaire av. J.-C. montre que dans les familles royales syriennes du xviie s. avant J.C, il est d’usage de poser un voile sur la tête de la « fiancée ».

La même pratique est décrite à Emar (une cité mésopotamienne située sur la rive de l’Euphrate dans le nord-ouest de l’actuelle Syrie), dans le rituel d’installation de la grande prêtresse au temple de Ba’al, dieu phénicien, qui constitue symboliquement un mariage avec la divinité : la femme sort de chez elle et « on couvre sa tête comme une épousée avec une écharpe bariolée provenant de la maison de son père » (D. Arnaud, Recherches au pays d’Aštata Emar VI.3, no 369 l. 63-64).

Dans la seconde moitié du IIe millénaire, le voile devient, en Assyrie, un signe distinctif des femmes mariées et plus largement des femmes honorables.

Le § 40 des Lois assyriennes décrit longuement les femmes qui peuvent se voiler en public (épouses, veuves, Assyriennes, filles de famille, concubines accompagnant leur maîtresse et prêtresses – qadištu mariées), et celles auxquelles ce privilège est interdit (célibataires, prostituées, esclaves).

Le port du voile est un devoir pour les premières mais non une obligation : aucune sanction n’est prévue contre elles si elles sortent nu-tête ; au contraire, les secondes sont punies de peines corporelles (bastonnade, essorillement c’est-à-dire action de leur couper les oreilles) et humiliantes (effusion de poix sur la tête de la prostituée).

La non dénonciation du port illicite du voile est passible de châtiments corporels semblables.

Le voile est ainsi, au moins dans les « statuts urbains » d’Assour, l’expression d’une discrimination juridique qui sert de base à un discours moralisant.

Le voile dans la tradition juive 

La tradition du voile s’observe aussi dans la Bible, comme en témoigne l’histoire de Rebecca (Genèse 24), qui, mariée à distance à Isaac par un serviteur d’Abraham mandaté pour cela, se couvre de son voile dès qu’elle aperçoit son mari.

La tradition juive a longtemps considéré qu’une femme devait se couvrir les cheveux en signe de modestie devant les hommes.

Selon Dr Menahem M. Brayer (Professeur de Littérature Biblique à l’Université Yeshiva de New York) dans son livre  »The Jewish woman in Rabbinic literature’‘, plusieurs siècles avant J.C., les femmes juives avaient pour habitude de sortir en public avec une couverture sur la tête et, souvent, ne laissaient paraître qu’un œil libre pour pouvoir marcher dans la rue.

Il rapporte quelques citations d’anciens rabbins réputés, “ce n’est pas bien pour les filles d »Israël de sortir avec les têtes dévoilées” et “Maudit soit l’homme qui laisse les cheveux de son épouse être vus, une femme qui expose ses cheveux apporte la pauvreté.”

La loi rabbinique interdit la récitation de bénédictions ou les prières en présence d’une femme mariée tête nue ; car le dévoilement des cheveux de la femme est assimilé à la nudité.

Aujourd’hui, la plupart des femmes juives pieuses ne se couvrent pas les cheveux, sauf dans la synagogue.

Chez les intégristes juifs, comme la secte hassidique, les femmes continuent à se voiler les cheveux ou à porter une perruque pour cacher leurs cheveux.

Aujourd’hui, des femmes juives sont voilées à Tel-Aviv

La « frumka » est une tenue vestimentaire adoptée ou imposée à certaines femmes juives par des groupes ultra-orthodoxes regroupé sous le terme de « Haredim ». Elles ont l’obligation de porter un voile et un large manteau masquant tout leur corps et sont interdites de maquillage ainsi que de téléphone cellulaire… en public.

Ceci afin de préserver le statut et le respect des femmes pour elles-mêmes en application des enseignements de la religion juive, qui appelle au respect de la moralité et à la décence….

Le voile dans la tradition chrétienne

Chez les chrétiens, c’est Saint Paul qui, le premier, a imposé le voile aux femmes. Dans l’épître aux Corinthiens, il écrit « Toute femme qui prie ou parle sous l’inspiration de Dieu sans voile sur la tête commet une faute comme si elle avait la tête rasée. Si donc une femme ne porte pas de voile, qu’elle se tonde ou plutôt qu’elle mette un voile, puisque c’est une faute pour une femme d’avoir les cheveux tondus ou rasésL’homme ne doit pas se voiler la tête, il est l’image et la gloire de Dieu mais la femme est la gloire de l’homme car ce n’est pas l’homme qui a été tiré de la femme, mais la femme de l’homme et l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme. Voilà pourquoi la femme doit porter la marque de sa dépendance ».

Saint Tertullien, dans son traité réputé « Sur le fait de Voiler de Vierges », a écrit : “Jeunes femmes, vous portez vos voiles dans les rues, donc vous devriez les porter dans l’église, vous les portez quand vous êtes parmi les étrangers, portez- les aussi parmi vos frères”. Dans le droit canon de l’Église catholique aujourd’hui, il y a une loi qui exige des femmes de couvrir leurs têtes dans l’église. La raison pour le voile, pour les chefs de l’Église, est que “la couverture de la tête est un symbole de la soumission de la femme à l’homme et à Dieu” : la même logique présentée par Saint Paul dans le Nouveau Testament.

Certaines sectes chrétiennes, comme les Amish et les Mennonites, gardent leurs femmes voilées de nos jours.

Que dit le Coran sur le voile

« Que dit le Coran sur le voile ? Rien. Mais strictement rien.

Nulle part, il n’est question de la tête de la femme. Le mot « cheveux » (sha’ar, شعر) n’y existe tout simplement pas.

Dieu ne dit ni de les couvrir ni de les découvrir. Ce n’est pas Sa préoccupation principale, et Il ne fit pas descendre le Coran pour apprendre aux gens comment se vêtir. Le terme ash’âr, اشعار  pluriel de sha’ar, n’y intervient qu’une seule fois (XVI : 80) pour désigner le poil de certains animaux domestiques. Rien, donc, dans le Coran, ne dit aux femmes explicitement de se couvrir les cheveux« . Mohamed Talbi (*)

Rappelons ici que c’est le Calife Omar Ibn Al Khattab, qui avait imposé le port du voile à toutes les femmes musulmanes de son époque et en avait interdit le port aux esclaves.

Ce Calife « bien guidé » faisait fouetter toutes les esclaves qui « osaient » arborer le voile ou se « permettaient » de se couvrir la tête.

En agissant ainsi, ce calife ne fait donc qu’imposer une tradition non seulement païenne mais, en plus, anté islamique : c’était celle des Assyriens, datant de 2.000 ans avant l’Islam ! Il nous rappelle le Mollah Omar, grand chef des Talibans afghans de triste réputation.

Conclusions

La burqa, selon le spécialiste de l’Islam et politologue français Olivier Roy, est une invention récente du mouvement intégriste wahhabiste dans les pays du Golfe et au Pakistan. Le niqab et la burqa, , ces deux « linceuls pour femmes vivantes », n’ont jamais existé au Maghreb, jusqu’à une époque récente.

Niqab et burqa sont les archétypes de ce qu’il y a de pire honte imposée aux femmes.

En effet,

  • quiconque accepte qu’un visage soit couvert nie l’humanité de l’autre.
  • Quiconque accepte de côtoyer un être vivant, entièrement recouvert, emballé comme un sac, intégralement masqué, et donc sans aucune identité visible, se fait, qu’il le veuille ou non, le collaborateur de cette vile et insupportable négation.

Qui, en effet, se cache depuis toujours le visage ?

  • Les bourreaux, et les égorgeurs accomplissant leurs crimes.
  • Les kamikazes islamistes qui se dissimulent dans la foule pour accomplir leur forfait ;
  • Les racistes du Ku Klux Klan.
  • Les esclaves perdus des tristes comédies sadomasochistes.
  • Les pénitents de rituels médiévaux,
  • Les voleurs, braqueurs, et autres hors-la-loi, pour qui l’anonymat est une seconde nature.
  • Sans parler des pédophiles et autres crapules sexuelles.

Il apparait donc clairement que :

  • Les premières apparitions du voile avaient pour but de cacher les prostituées aux yeux de la population, et de discriminer ainsi les prostituées des autres femmes. Les femmes « respectables » étaient celles qui n’étaient pas voilées.
  • Dans les traditions sémitiques et moyen orientales archaïques, bien avant l’apparition de l’Islam, le voile avait pour but de signifier l’appartenance et la soumission de la femme à l’homme : en premier lieu le mari (si elle est mariée), sinon son père, son frère, voire son oncle (si les autres sont décédés).
  • De tout temps et en tout lieu, les sectes intégristes de toutes les religions ont perpétué cette tradition archaïque.
  • Aujourd’hui, le voile a une signification politique et sectaire, il n’a rien à voir avec la religion musulmane.
  • Il est assez incroyable que les pays réputés démocratiques, comme la France, autorisent le voile (burqa, hijab, …) et interdisent le port de la croix gammée.

Mustapha Kemal Ataturk, président de la Turquie de 1923 à 1938, avait trouvé la bonne astuce en faisant voter une loi qui contredit tout simplement celle des Assyriens, du calife Omar et du mollah Omar :

« Avec effet immédiat, toutes les femmes turques ont le droit de se vêtir comme elles le désirent. Toutefois toutes les prostituées doivent porter la burqa. » Dès le lendemain, on ne voyait plus de burqa en Turquie.

Mais le monde musulman n’a pas tous les jours un Kemal Ataturk ou un Habib Bourguiba.

Aujourd’hui que la Turquie et la Tunisie, qui étaient socialement les pays les plus modernes du monde musulman, vivent sous des dictatures islamistes avec tout ce que cela comporte comme assassinats politiques et de procès d’inquisition, le monde musulman fait un formidable bond en arrière, encouragé en cela par un Occident obnubilé par l’odeur nauséabonde du gaz et du pétrole.

Pour s’en convaincre, il n’y qu’à voir avec quel empressement les présidents américain ou français, toute honte bue, s’aplatissent devant les rois arabes, les pires despotes des temps modernes.

Romy Assouad shared this link on FB.
Par Hannibal GENSERIC – La dénomination « voile islamique » suggère explicitement que le port du voile est une prescription de la religion musulmane
tunisiadaily.com

adonis49

adonis49

adonis49

May 2015
M T W T F S S
« Apr   Jun »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Blog Stats

  • 1,333,649 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 682 other followers

Advertisements
%d bloggers like this: