Adonis Diaries

Archive for May 5th, 2015

From “Bind man by chains of Constitution” to “Bind man by chains of Cryptography”:  No more confidence or faith in man behaviors  

Equal Internet to all? Any why science must outpace laws on restricting collective data gathering  and national security?

Thomas Jefferson wrote in 1798:

In questions of power. Let no more be heard of confidence in man, but bind him down from mischief by the chains of the Constitution

In 2008, Edward Snowden wrote in his manifesto of pro-privacy, anti-surveillance of massive collective data gathering solidarity cause:

“Let us speak no more of faith in man, but bind him down from mischief by the chains of cryptography.

Equal internet will work to the advantage of the average person when science outpaces law.

By understanding the mechanisms through which our privacy is violated, we can win. We can guarantee people equal protection against unreasonable search through universal law, but only if the technical community is willing to face the threat and commit to implementing over engineered solutions in (cryptography)

The successive US governments worked hard in the last decade to demonstrate unlimited power. It preempted wars, tortured prisoners and imprisoned people without charges in undisclosed incarceration camps, drone-bombed targets in extrajudicial killings in Yemen, Afghanistan, Pakistan, Iraq, Syria…

President Obama directive of Nov. 2012 stated:

“To senior national security and intelligence officials: Draw up list of potential overseas targets for US cyber attacks. Prepare for a series of aggressive offensive cyber operations around the world

And the messengers of divulging such atrocities and mass collective gathering of communication on private citizens in the US and abroad were Not immune under the law of free press.

Whistle-blowers were abused, prosecuted and jailed.

Investigative reporters and journalists were threatened with jail terms.

The decade of cultivated display of intimidation to anyone who even contemplate of challenging the power-to-be in the US is still thriving and immune from blame and prosecution.

On June 9, 2013, The Guardian revealed Edward Snowden, the leaker of top secret documents on the worldwide data gathering of the NSA.

Laura Poitras posted a 12-minute interview with Ed:

“Um, my name is Ed Snowden. I’m 29 years old. I work for Booz Allen Hamilton as an infrastructure analyst for NSA in Hawaii…

For 6 months, Snowden was emailing Glenn Greenwald under Cincinnatus encouraging him to install a PGP encryption program that shield email and online communication from surveillance and hacking activities. and so communications cannot be intercepted

And Glenn procrastinated because he was no expert in such installation. Snowden then contacted Laura Poitras and sent her a few secret documents in order to win Glenn over and join him in Hong Kong. Snowden identity was still a secret and on leave for epileptic treatments.

Snowden didn’t finish high school but was hired as an internet expert by the CIA, NSA and Booz Allen. He had a diplomatic passport when stationed in Switzerland and was ordered to visit many locations in Europe to install communication infrastructure in order to gather secret communication on a wide scale.

And Glenn and Laura published a series of top secret documents of the NSA in the Guardian.

And I’m wondering:

1. By what chains can we bind our morbid species from igniting a Hydrogen Bomb?

2. By what chains can we bind our fickle and instant gratifying species from poisoning our environment to an irreversible state of no return?

If history is a guide, the few occasional decades of enlightenment and culture do Not match the consistent trend of our species for self-immolation 

Note 1: Laura Poitras made the documentaries “My Country” in the Sunni Triangle during the US invasion of Iraq and “The Oath” following bin Laden’s bodyguard and driver in Yemen.

Note 2: Read “No Place to Hide” by Glenn Greenwald

https://adonis49.wordpress.com/2015/04/17/no-place-to-hide-when-investigative-journalists-are-prosecuted-for-divulging-secret-government-illegal-actions/

 

 

 

And here is your Project Happiness. Stop complaining

Patsy Z shared Project Happiness‘s photo.

1. When did you stop dancing?
2. When did you stop singing?
3. When did you stop being enchanted by stories?
4. When did you stop finding comfort in the sweet territory of silence?

Project Happiness's photo.

“In many shamanic societies, if you came to a shaman or medicine person complaining of being disheartened, dispirited, or depressed, they would ask one of four questions:

1. When did you stop dancing?

2. When did you stop singing?

3. When did you stop being enchanted by stories?

4. When did you stop finding comfort in the sweet territory of silence?

Where we have stopped dancing, singing, being enchanted by stories, or finding comfort in silence is where we have experienced the loss of soul.

Dancing, singing, storytelling, and silence are the four universal healing salves.”

~ The Four-Fold Way: Walking the Paths of the Warrior, Healer, Teacher and Visionar

Note: It is our lack in talents in any one of these artistic domains such as singing, dancing, storytelling, painting, composing music, acting… that  bring us down quickly.

Early nurturing in artistic inclination is the best remedy.

‪#‎SundaySoul‬

 

Killer Mike Stands In Solidarity w/ Baltimore Protestors In Heartfelt Op-Ed

Though he may have been hobnobbing with the P’s & Q’s during the first night of the Baltimore protests, Killer Mike has extended his heart and support to those peacefully demonstrating and rioting in the streets of Charm City.

An op-ed published this morning shows Mike going in on the mainstream media’s coverage of the events, particularly in regards to Wolf Blitzer, who tried to bait community organizer and protestor DeRay McKesson on live TV, and Geraldo Rivera for just being good ole sensationalizing Geraldo Rivera.

The piece breaks down into two halves, the first being dedicated to his time at The White House and the second addressing the turmoil and unrest in Baltimore.

You can read the piece in its entirety below.

“When I first heard I’d been invited to the White House Correspondents’ Dinner, I thought my publicist had gone insane.

Surely it must be a mistake, but it was real. When they said I couldn’t bring my wife, I said, “I ain’t going.” But my wife, Shay, said, “You’re taking your black ass to the White House.”

So I got all dressed up in a rented tux, like a chubby kid at prom. Even though Shay couldn’t come to the dinner, she rode over with me.

Our driver was a Muslim-American who informed me that he no longer listened to hip-hop but was very impressed after researching me and told me my subject matter and tone remind him of Ice Cube, and talked about the most revolutionary tracks from my catalog. Needless to say, this was the perfect way to start the night.

When I arrived at the dinner, I had no idea who to look for, so I hugged the bar and tried to calm my nerves. But Shay, God bless her, called and got Arianna Huffington’s team to find me. Once this happened, the night became a whirlwind: I went from being bewildered on the red carpet to having my hand grabbed by Arianna and introduced to everyone as her personal guest.

Needless to say, she can work a room — this woman has game! She informed folks that I will be writing for the site (I didn’t know that, but was glad to hear it), and introduced me to everyone from Walt Frazier and Neil deGrasse Tyson to Jane Fonda and Wolf Blitzer.

I met Patriots coach Bill Belichick and got him to smile for a selfie (I’d heard he hadn’t smiled since the ’90s). I bumped into Nancy Pelosi, who asked, “Remember me?” from a chance meeting at the Denver airport. (“Damn, she remembered me,” I thought.) Someone tried to introduce me to Michael Bloomberg, but I declined.

During dinner, I sat with three Huffington Post writers: Sam Stein (who’d suggested to Arianna that I come), Ryan Grim and Jennifer Bendery.

But before we started drinking and heckling — my table was the one yelling “F— it!” when President Obama talked about his “bucket list” — the conversation was serious.

I said that Marcus Garvey and Elijah Muhammad are the only two black men who have created successful, self-contained economic movements, and while I don’t follow Muhammad’s policies — or any religion’s — I acknowledge them.

Black people need to share collective dollars and demand equal representation, and the way you do that is by controlling their own economy and putting money behind candidates.

Sway popped over while we were having this conversation. Leave it to me to talk Pan-Africanism in such a setting.

I tweeted and Instagrammed so my fans could share this incredible night — and as I followed social media, I saw that Baltimore was burning.

As I sat there and watched my timeline, I felt helpless, hopeless: “Here I am at this lavish event — the most powerful man in the world is black, and people like him are being killed by the citizens who are paid to protect them.” I left the dinner numb.

And in the days since, I’ve watched Geraldo Rivera and Blitzer pander to the audiences of oppression on TV. Rivera was approached by a very sensible man who said, “Why are you here? Not to cover a calm and peaceful protest — you’re here to sensationalize it.” Rivera turned his back on him, and at first I thought it was arrogance, but I think it was actually shame.

This half-Hispanic, half-Jewish man who comes from two different communities, who knows what poverty and oppression can do, could have said, “I want to know the real story.”

And Blitzer, as Jon Stewart pointed out, said he never thought he’d see such violence again in America, and he said nearly the exact same words about Ferguson a few months ago.

I turned away from the TV with far less respect for him — if I were introduced to him today, I’d walk away. Not because they’re evil and bad people, but because they’re players in the game that sensationalizes and objectifies this in the worst ways — I don’t trust that they want to see the change.

And I don’t have a problem with police — a lot of people might not know my father was an Atlanta policeman.

If you see our new Run the Jewels video for “Close Your Eyes” — nearly every director that sent us a treatment sent us something like “Pressure,” my song with Ice Cube, or other videos we’ve done: anarchy in the streets and all that.

No — we need a video that shows the exhaustion that this situation causes, and this video (written and directed by AG Rojas, starring Keith Stanfield and Shea Whigham) does that.

As a black man, it shows what it’s like to wrestle with police in this culture, and secondarily it shows that most police don’t want to be doing this. These men are exhausted! And we need police — everyone knows that, and I don’t have a problem with them. I do have a problem with a culture that uses illegal roadblocks to search Americans.

For the people of Baltimore — I don’t criticize rioting because I understand it. But after the fires die down: organize, strategize and mobilize.

Like Ferguson, you have an opportunity to start anew. I don’t have a solution because whoever’s there will have to come up with it. But we need community relations: riots are the language of the unheard.

I’m grateful to have been invited to the dinner, and Sway let me know how important it was that we both were there, representing hip-hop.

But as I got into the car at the night’s end, and the driver played “Pressure,” a song by me and Ice Cube, I could not help but wonder if this country will ever truly be what is promised in our Constitution for people who look like me.”

Killer Mike penned a touching and poignant op-ed on the Baltimore uprising. Read in its entirety here.
okayplayer.com|By Okayplayer

 

Lebanese RED Cross rescuers recollect the hard moments in the civil war of April 13, 1975

Trois générations de secouristes se sont réunies pour se confier à L’Orient-Le Jour en toute simplicité et avec beaucoup de nostalgie en revivant à travers leur mémoire, quelquefois brumeuse, leurs moments forts durant leurs années de service humanitaire.

C’était au quotidien au centre d’Achrafieh, à Beyrouth, durant la guerre dite « civile » qui rongeait la capitale et ses banlieues, entre 1975 et 1990.
Edgar Anid, Joseph Dahan et Nabil Maatouk.

Trois générations de secouristes se sont lancées dans un récit ahurissant d’aventures palpitantes faisant revivre l’ambiance lugubre de la guerre syro-palestino-israélo-libano-libanaise.

 
Un convoi dirigé par les ambulances de la Croix-Rouge libanaise transportant des vivres, des médicaments et de l’oxygène aux hopitaux dans les années 80. Photo CRL, secteur Achrafieh
40e anniversaire de la guerre libanaiseIls sont très nombreux, ces témoins longtemps silencieux, certains même pour toujours, discrets face aux atrocités de la guerre libanaise.
Des secouristes, jeunes, bénévoles, inconscients de ce qui se trame derrière les grandes portes barricadées des politiciens. Ils n’avaient qu’un seul objectif, celui de porter secours et d’intervenir là ou les autres n’osaient pas le faire. Leur slogan est, simplement, au-delà du devoir.
Il s’est vite transformé en au-delà de la mort, au-delà de la peur, au-delà de la famille, au-delà des études, au-delà de la sécurité…

Nabil Maatouk ne peut oublier le jour où il a dû transporter un milicien mort dans son ambulance qu’il conduisait initialement pour transporter du sang vers un hospital.

Il est arrêté manu militari par un milicien qui le somme de changer de direction afin de transporter son chef déjà mort. Le secouriste se dirige alors malgré lui vers l’hôpital où il se retrouve face à un groupe armé jusqu’aux dents. Une fois leur chef dans l’ambulance, les miliciens n’acceptent pas de se séparer de lui et s’entassent dans le bolide transformé en caserne ambulante avec des miliciens armés, sortant leurs têtes des fenêtres et gardant le coffre ouvert, du jamais-vu lors des missions de la CRL qui a un protocole assez rigide.

En effet, il ne permet qu’aux secouristes et à un membre de la famille, un civil, d’accompagner la victime.
Nabil Maatouk enchaîne avec une autre mission de transport de plusieurs unités de sang entre la capitale et Achrafieh durant laquelle les francs-tireurs ont visé l’ambulance sur la route du port.

Les deux secouristes à bord ont continué à rouler à toute vitesse après avoir vu leur vie défiler devant eux pendant plusieurs minutes.

Bombardement du centre
Nabil Maatouk se souvient aussi de la catastrophe à laquelle a échappé le centre de rencontre des secouristes quand un obus s’est abattu en son milieu, quelques heures après une évacuation prémonitoire.
Par ailleurs, plusieurs secouristes à travers le Liban ont été victimes de francs-tireurs ou de bombardements aveugles lors de leur mission.

Nabil se souvient de la gravité de la situation et de l’ampleur de la responsabilité avec tous ces jeunes sur les bras, enthousiastes et impulsifs, n’hésitant jamais à tanguer avec la mort. Ils se mettaient parfois d’un côté d’une ruelle afin de prévenir les passants du danger d’un éventuel franc-tireur qui aurait élu domicile dans l’un des immeubles des quartiers ennemis sur les lignes de démarcation.

« Nous restions souvent sans bain et parfois nous oubliions de manger, souligne-t-il, car nous n’avions plus rien à manger, et personne ne se demandait comment on faisait ! Certains hôpitaux de la région acceptaient gracieusement de nous aider en nous offrant gratuitement une collation par jour et même une fois par semaine un bain avec de l’eau chaude chez les plus généreux. Nous leur étions reconnaissants vu que la plupart d’entre nous ne passait plus à la maison familiale pour ne pas rater une occasion de venir en aide ou de peur de manquer à l’appel si une urgence survenait. »
« Avec les lignes téléphoniques coupées, des secouristes sentinelles étaient postés sur les toits de quelques immeubles stratégiques, munis de jumelles afin d’indiquer à l’ambulance où était tombé l’obus, inconscients du danger que cela représentait pour leur propre vie », explique Nabil Maatouk. Tout cela était soigneusement caché aux parents qui, pour la plupart, ne savaient rien du détail de l’activité de leurs enfants qui venaient de faire leur entrée dans le monde des adultes mais qui étaient déjà des héros malgré eux. Ils avaient la mort sous la dent à un âge où ils étaient censés croquer la vie.

Lors du double attentat contre la Force multinationale, au moyen de deux camions piégés devant les casernes des marines américains et des parachutistes français à Beyrouth, Nabil avait son badge de secouriste et son dossard qu’il a vite enfilé et a sauté par-dessus le mur d’enceinte de l’université américaine où il poursuivait ses études durant les rares jours d’accalmie. « En l’espace de quelques secondes, indique-t-il, je suis passé du statut d’étudiant à celui de secouriste sans même y penser. »
Les trois anciens secouristes ont acquiescé : « C’est dans le sang. À chaque fois que l’occasion se présentait nous accourrions avec pour carburant de l’adrénaline pure et cette passion de venir en aide aux personnes en danger. »

La bataille de Zahlé
Edgar Anid se souvient avoir intégré la Croix-Rouge très jeune grâce à sa mère qui avait inauguré le centre de la CRL d’Achrafieh. Il a participé à plusieurs évacuations de militaires, notamment à Fayadiyeh, où les barrages syriens limitaient au compte-gouttes leurs missions. Il se souvient des négociations assez houleuses, en 1976, précédant le cessez-le feu nécessaire aux secouristes pour intervenir.

Un seul centre était alors opérationnel, celui de la rue Spears, à Beyrouth. Sa mission se limitait à un simple transport de blessés d’un champ de bataille à un hôpital, loin des lieux d’affrontements. Ce n’est que quelques années plus tard que d’autres centres verront le jour au fur et à mesure, avec la croissance des besoins nécessitant une aide devenue indispensable du fait de l’absence d’un organisme d’intervention humanitaire à l’échelle nationale.
C’est avec le regard un tantinet malicieux d’ancien combattant qu’Edgar Anid se souvient des opérations d’évacuations durant la bataille de Zahlé, encerclée par les Syriens. Au terme de cette bataille, il a déposé son uniforme de secouriste. « Nous quittions Beyrouth pour aller nous installer à l’hôtel Massabki en attendant les directives pour l’évacuation des blessés vers la capitale, souligne-t-il. Nous nous couchions sans oser parler entre nous car les services de renseignements syriens avaient éparpillé dans l’hôtel des espions pour rapporter nos discussions et nos déplacements.

Ils venaient souvent nous mettre en garde contre l’évacuation de combattants libanais, relève Edgar. Une fois rentrés dans la ville nous avons décidé d’évacuer des combattants grièvement blessés à la demande de leurs supérieurs en les faisant passer pour des civils et à l’insu des Syriens qui resserraient l’étau sur la ville. Nous avons réussi à convaincre les soldats aux barrages que nous transportions des civils et ce n’est que plusieurs dizaines de kilomètres plus loin qu’ils ont découvert notre manigance, mais nous étions déjà en zone sécurisée, proches du ministère de la Défense », raconte-t-il, fiers encore de leur exploit mais revivant l’angoisse de ces moments périlleux.
Ce qui l’a le plus marqué, selon lui, c’était le cas d’un militaire syrien haut gradé disparu durant les combats. Il avait alors entrepris des investigations personnelles qui lui ont permis de découvrir qu’il avait été enterré à la va-vite dans un cimetière. Il s’est alors dirigé à cet endroit avec trois secouristes, muni d’une pelle, et avec l’aide du croque-mort attitré de la région, ils ont dû déterrer le militaire, sous terre depuis deux semaines, afin de le rendre à son commandement.

« Nous n’avions aucun équipement qui puisse nous permettre d’intervenir sur ce plan, souligne Edgar Anid. Dans toutes nos ambulances, nous n’avions qu’une trousse de secours et un brancard, même pas de gants. Alors imaginez la situation avec un cadavre à bord et des secouristes novices qui tombaient dans les pommes, non habitués à ce genre de scénario! Plusieurs fois nous ramassions des blessés et des cadavres non identifiés juste pour ne pas les laisser pourrir dans la rue. »
Personne n’osait retirer les cadavres de peur qu’ils ne soient piégés, une procédure familière aux secouristes, adoptée par des milices pour occasionner le maximum de victimes. Beaucoup de blessés risquaient de rester indéfiniment sur place sans l’intervention du Comité international de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (CICR) qui réussissaient souvent à obtenir un cessez-le-feu, primordial à toute mission.

Des missions périlleuses
Joseph Dahan se souvient d’une intervention très spéciale lorsqu’il était à la faculté à l’USJ et que deux religieuses furent abattues par un franc-tireur. Il accourut mais n’osa pas descendre de peur d’être touché par l’auteur des tirs qui continuait à sévir. C’est à ce moment précis qu’un M113 est arrivé sur les lieux et leur a assuré une protection à lui et à un autre secouriste d’un autre secteur.

Ils se sont dirigés vers les deux victimes à bord du tank et les ont transportées dans le char qui les a prises vers l’hôpital le plus proche en rasant sur son chemin la grande majorité de voitures sur son passage. En guise de remerciements, à son retour au centre, son chef de secteur l’a tancé pour avoir accepté de monter dans un char d’assaut avec son dossard de secouriste.
Une autre mission inoubliable pour Joseph a concerné le transport de deux officiers des Forces de sécurité intérieure tués par l’explosion d’une mine dans la région d’Achrafieh. Ils devaient les transporter vers un hôpital à Sin el-fil. Il pleuvait à torrent et l’ambulance improvisée pour cette mission n’était pas en bon état et ses essuie-glaces refusaient de fonctionner. Joseph conduisait l’ambulance, son aide sortait par la fenêtre essuyer le pare-brise pour assurer un semblant de visibilité au conducteur qui devait fixer son attention sur une route étroite nettoyée juste devant eux par un milicien qui sautait de droite à gauche devant l’ambulance pour pousser les mines parsemant le chemin.

Ce fut le trajet le plus long de sa vie, raconte-t-il, encore ému en affirmant que si c’était à refaire il le referait.

Des deux côtés des lignes de démarcation, la violence sévissait. Parfois, les guerres étaient justifiées, d’autres un peu moins, mais souvent, tout baignait dans une confusion telle que la mort, la souffrance et l’handicap qui en découlaient n’avaient plus aucun sens.
Les secouristes de la CRL ont fait la guerre à… la guerre, à l’indifférence, à la mort indigne, en s’offrant tels des agneaux innocents, sans aucune protection, sans aucune arme à part celle de la noblesse de leur cause, symbolisée par la Croix-Rouge éclaboussant d’humanité la blancheur de l’espoir que représentait leur jeunesse.
Nous leur disons merci à travers ce récit qui ne relate qu’une partie minime de leur odyssée, mais c’est hélas notre seul moyen de les remercier, car d’une manière ou d’une autre, ces combattants de l’ombre au service de l’humanitaire nous ont préservé une certaine face du Liban.

Lire aussi
« Je me lavais avec tout ce qui me passait sous la main pour essayer d’enlever l’insupportable odeur de la mort »

Noor Khalil shared a link.
D’anciens secouristes de la Croix-Rouge libanaise revivent leurs moments forts de la guerre Un convoi dirigé par les ambulances de la Croix-Rouge libanaise…
lorientlejour.com|By Rania Raad Tawk

adonis49

adonis49

adonis49

May 2015
M T W T F S S
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Blog Stats

  • 1,416,198 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 767 other followers

%d bloggers like this: