Adonis Diaries

Archive for November 22nd, 2015

Kinds of Decentralization Law? And what Lebanon political parties prefer?

Sami Atallah and Michèle Boujikian, LCPS posted this November 2015

Recent demonstrations and calls for political reform in Lebanon have stemmed from and focused on the government’s inability to address a national waste management crisis. One key demand of demonstrators is that local municipalities be given greater control over waste management and how money is spent collecting and processing waste.
Such calls beg a broader question: What kind of decentralization law would Lebanese political parties really want?
According to recent findings by LCPS, Lebanese MPs would favor a more restricted role for regional councils, sectarian quotas for elected officials, and an electorate comprising the registered population under a new decentralization law.
Following the release of the decentralization draft law in April 2014 by a committee that was established by former Prime Minister Mr. Najib Mikati in November 2012 and led by former Minister of Interior and Municipalities Mr. Ziyad Baroud, LCPS interviewed 120 opinion leaders to hear their thoughts on decentralization in general and on various elements of the decentralization draft law.

What Kind of Decentralization Law Do Political Parties Really Want?

Among those interviewed were MPs on the National Defense, Interior and Municipalities Parliamentary Committee and the Administration and Justice Parliamentary Committee, senior political party members, mayors, religious leaders, experts, and members of civil society organizations.

They were asked about different facets of the law which fundamentally transformed qadas (small department) into elected councils endowed with the mandate to provide a wide range of services as well as the fiscal resources to do so.

The survey, which was largely closed ended, focused on 5 key areas: The respondents’ understanding of decentralization, elections, the prerogatives and financing of the qada councils, and the financial transfer system.

Using this survey we have been able to get a clearer picture of what MPs think of decentralization.

Although more than 90% of them support decentralization, this high level of support masks serious issues.

In brief, they seem to prefer a more confined role for the qada councils, favor sectarian quotas, and prefer that they are elected by the registered rather than resident population. It appears then that their position highlights their desire to not only keep sectarian quotas intact but in fact to prevent political reforms.

For instance, a key pillar of decentralization is giving elected councils wide prerogatives and fiscal means that they would otherwise not have.

Although more than 88% of politicians and senior party members think that elections and financing are key elements of decentralization, their support for wide prerogatives for councils drops to 60%. This contrasts sharply with the 96% of other respondents who think that prerogatives are key to decentralization.

Furthermore, only 34% of politicians and senior party members think that qada councils should have wide prerogatives and the authority to collect taxes compared to 58% of others surveyed.

In fact, party leaders and politicians (63%) prefer that the qada councils’ responsibilities be confined to a coordinating role among municipalities.

The political elite appear to be in favor of entrenching sectarianism in qada councils.

When asked whether they support sectarian distribution in qada council seats, 69% of politicians and senior party members said they are in favor of such a measure compared to only 28% of others.

Political parties appear to have no appetite for serious reform as they seem eager to replicate the parliamentary experience by having the registered rather than resident population elect their representatives.

In fact, 40% of party leaders and politicians compared to only 26% of others surveyed want the election to be based on the registered population. A key part of financing the qada is through an intergovernmental fund.

Based on best practices, this fund should establish clear criteria for distribution to prevent favoritism. When asked about the criteria of distributing the fund, 40% of politicians and senior party members preferred it be done on an ad hoc basis compared to 19% of other respondents. (And what ad hoc basis means?)

Finally, in order for politicians to make sound decisions, one would expect them to be familiar with facts and figures about municipalities and municipal spending.

None of the MPs, including members of committees, knew how much money is transferred from the central government to local governments through the independent municipal fund or how much municipal expenditures amount to as a share of central government spending.

When political parties and politicians call for decentralization, one should be cautious of what their real intentions are.

After all, MPs do not seem interested in decentralization as a first step toward larger political reform but only as a way to consolidate their own power.

 

L’impression d’être “le roi du monde”

Captagon drug is preferred choice of ISIS and terror suiciders

Do you know that the main Laboratory for manufacturing Captagone drug is located in Bulgaria and run by the NATO forces?

This synthesized drug is shipped by cargo planes to Saudi Arabia and the Gulf Emirate and Turkey.

Two weeks ago, Lebanon confiscated 2 tons at the airport shipped on the private plane of a young Saudi Prince

Synthétisé pour la première fois en 1961, le captagon est un stimulant de la famille des amphétamines qui comprend notamment la métamphétamine et l’ecstasy (aussi appelé MDMA).

Connue pour ses propriétés dopantes, cette drogue a été largement utilisée dans le milieu du cyclisme dans les années 1960 à 1970.

À des doses modérées, le captagon stimule la production de dopamine et améliore la concentration, c’est pourquoi il a longtemps été prescrit dans le traitement contre la narcolespsie et l’hyperactivité.

Mais il a été retiré du marché français en 1993 en raison des graves lésions cardiaques qu’il provoquait.

Depuis 1986, la fénéthylline est d’ailleurs classée sur la liste des substances stupéfiantes placées sous contrôle international de l’Organisation mondiale de la santé.

“Comme toutes les autres amphétamines, cette drogue entraîne une résistance à la fatigue, une vigilance accrue et une perte de jugement.

Elle donne l’impression à celui qui la consomme d’être tout puissant, d’être le ‘roi du monde’ en quelque sorte”, détaille à Sciences et Avenir le Pr Jean-Pol Tassin, neurobiologiste de l’Inserm et spécialiste des addictions.

Ce qui lui permet de tuer sans craindre de réaction de la part des autres, qui n’existent même plus pour lui. “Plus précisément, au niveau moléculaire, la fénéthylline pénètre dans les neurones et chasse deux neurotransmetteurs, la noradrénaline et la dopamine, présentes dans les vésicules.

La libération de noradrénaline hors des neurones augmente la vigilance et réduit le sentiment de fatigue.

La dopamine, elle, agit notamment sur le circuit de la récompense, responsable de la sensation de plaisir et, à haute dose, de l’addiction.”

La “descente” qui suit la prise de captagon

Les effets de cette drogue ne sont pas cantonnés au cerveau. “Le captagon augmente la libération du glucose, ce qui permet de prendre du muscle sans fournir d’effort.

De plus, la libération de noradrénaline accélère significativement le rythme cardiaque”, explique le Pr Jean-Pol Tassin. Mais tous ces effets restent temporaires.

Les neurones doivent fabriquer de nouveau l’adrénaline et la dopamine sorties très rapidement de ses vésicules, et seul le repos le permet. En l’absence de sommeil, c’est la “descente” :

“les individus ressentent une fatigue intense, une psychose, des fonctions mentales altérées, l’alternance de phases d’euphorie et de dépression. C’est un peu comparable aux effets d’une nuit blanche sur le cerveau”, précise le neurobiologiste.

Et une euphorie intense permet de ne ressentir ni peur, ni douleur. Une arme redoutable face aux pressions.

“On les frappait et ils ne ressentaient pas la douleur. La plupart d’entre eux rigolaient alors qu’on les bourrait de coups”, témoigne un officier de la brigade des stupéfiants de Homs, en Syrie, interrogé par Reuters.

COMMERCE.

Jusqu’en 2011, le centre névralgique de sa fabrication du captagon se situait au Liban. Depuis, la production se serait largement délocalisée vers la Syrie, selon un responsable de l’unité de contrôle des drogues libanais interrogé par Reuters.

Le captagon serait devenu incontournable dans les rangs des combattants djihadistes syriens car il serait assez simple à fabriquer. Les pilules sont ensuite transportées par bateau ou voiture de la Syrie vers le Liban et la Jordanie, et sont vendues entre 5 et 20 dollars l’unité ou mêmes échangées contre des armes.

D’après les chiffres de l’Organisation mondiale des douanes (OMD), la quantité de pilules saisies dans les pays de la péninsule arabique a fortement augmenté ces dernières années : plus de 11 tonnes de captagon en 2013, contre 4 seulement en 2012.

Une pilule très prisée des combattants de Daesh

26 juin 2015, dans la station balnéaire de Port El-Kantaoui, près de Sousse, en Tunisie. Un homme âgé de 23 ans et du nom de Seifeddine Rezgui ouvre le feu sur des touristes. Bilan : 39 morts et 39 blessés.

Selon des témoignages, pendant la tuerie, l’homme souriait et riait alors qu’il venait de commettre son massacre. Son autopsie mettra en évidence qu’il était sous l’emprise d’une drogue, selon une source citée par le Daily Mail. La substance en cause : la fénéthylline, vendue sous le nom de “captagon”.

D’après un témoignage, les terroristes qui ont pris d’assaut le Bataclan à Paris le vendredi 13 novembre 2015 avaient un comportement mécanique et déshumanisé. De plus, des seringues qui auraient pu servir à des injections auraient été saisies par les policiers dans deux chambres d’hôtel perquisitionnées à Alfortville (Val-de-Marne) louées au nom de l’un des terroristes, Salah Abdeslam, selon Le Point.

L’hypothèse qu’ils aient pu eux aussi être sous l’effet d’une drogue a été évoquée. Peut-être là encore le captagon, cette pilule blanche très prisée des combattants de Daesh (que l’on peut aussi s’injecter en intraveineuse).

Deux tonnes de captagon ont été saisies par la police turque dans le sud du pays, près de la frontière syrienne. Cette drogue permettrait aux combattants de Daesh de commettre des atrocités. Un neurobiologiste nous explique son action sur le cerveau.

Les forces de l’ordre antidrogue turques ont mis la main sur près de 10,9 millions de comprimés au cours de deux descentes distinctes dans la province de Hatay, frontalière de la Syrie (voir carte ci-dessous), annonce l’AFP.

Les policiers ont saisi un premier lot de 7,3 millions de comprimés dissimulés dans 1.300 filtres à huile de moteur. Le second lot a été découvert dans un dépôt.

Produits en Syrie, ils étaient destinés aux pays du Golfe, toujours selon le quotidien turc. Le second lot a été découvert le lendemain dans un dépôt. Deux Turcs et un Syrien soupçonnés d’être des trafiquants ont été placés en garde à vue. En octobre 2015, les autorités libanaises ont arrêté à l’aéroport de Beyrouth un prince saoudien qui tentait d’embarquer pour Ryad dans un avion privé près de deux tonnes de pilules de Captagon rangées dans quarante valises

Arlette Samaha Asmar shared Sciences et Avenir
Laurent Fabius s’explique sur les frappes françaises contre Daesh à Raqqa
01:28

Simbad Lemarin a posté le 17 novembre 2015 à 01h10

Il est certain que le comportement déshumanisé de ces individus nécessite une altération de leur état mental. Certes ils ont des gros problèmes dans leur tête, mais je pense que la prise de drogues paraît évidente pour expliquer comment ils peuvent garder un comportement froid et méthodique tout en commettant des atrocities.
Je pense que la drogue est également un des moyens par lesquels ceux qui tirent les ficelles embrigadent et retournent la tête de ces jeunes, profitant de l’altération de leur état de conscience.
A ce titre, on peut là encore voir que la drogue est complètement contraire à la doctrine de l’islam, que ces gens prétendent défendre.
La lutte contre la drogue, et particulièrement celle-ci, devrait donc également être une priorité dans la lutte contre le terrorisme, à la fois par rapport au financement du terrorisme, mais aussi par rapport aux perversions mentales qu’elle stimule.
Trop longtemps la drogue a été considérée par les pouvoirs publics comme un pis-aller dans les cités défavorisées pour acheter la paix sociale (certaines familles vivant en grande partie de ces revenus).

Il est grand temps de se ressaisir et de considérer le trafic de drogue comme une des peines les plus graves du code pénal, d’emprisonner ceux qui trafiquent, et de sanctionner financièrement (arrêt des aides sociales par exemple) les familles qui en vivent.


adonis49

adonis49

adonis49

November 2015
M T W T F S S
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Blog Stats

  • 1,399,109 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 746 other followers

%d bloggers like this: