Adonis Diaries

Archive for July 25th, 2016

“On Munich and Whiteness”

Why did the Munich killer David Ali Sonboly beg us to see him as German?

An 18-year old named David Ali Sonboly, born and raised in Germany with an Iranian immigrant background, carried out a shooting in Munich during which he yelled “I Am German!”, complained about being bullied for years, reportedly made disparaging remarks about Turks, and ended up killing 10 people including himself.

The killer was obsessed with mass shootings, and his room was full of documents exploring school shootings. Police also said there was an “obvious link between the gunman and Norway’s mass killer Anders Behring Breivik, who murdered 77 people in July 2011,” who was a white supremacist hoping to target “multiculturalism” in his killings.

Sonboly appeared to have been attracted to his right-wing, anti-immigrant, anti-Muslim rhetoric, a fact that manifested in the fact that of the nine people he killed, at least three were reported to be Turks, three were Kosovans, and one was Greek.

He had also apparently previously converted from Shia Islam to Christianity sometime before.

The fact that this boy was of Iranian heritage is a major story in the US media, and the usual suspects even called for Muslim leaders and Islam to be put on trial for his actions.

Disturbingly, during the rampage itself, an onlooker even yelled “fucking foreigners” at the shooter, as if throwing a slur his way would help calm the situation.

Instead of having a conversation about violence in the West, about masculinity and gun culture, about bullying in schools particularly against children of immigrants, they want to talk about Islam. Why not ask:

Why would a young man feel so bullied and targeted that he would feel the need to claim his Germanness while killing people?

What pushes victims of bullying to engage in acts of horrifying violence themselves?

What effect does a climate of racist intolerance, in which the anti-immigrant rightwing is gaining unprecedented power across Europe and the US, have on second-generation immigrant children in the West?

Why are 98% of mass killings carried out by men?

Instead of a real conversation about any of these issues, the main focus becomes whether or not he had ISIS links.

It is much easier to look to Iraq and Syria to blame than to investigate what factors in our societies causes such incidents. Make no mistake about it: this violence is a product of our own society.

Beside these questions, another central problem is emerging, one that points to the complexities of identity for children of immigrants, particularly from Iran.

It appears that the killer was influenced by the writings of right-wing, Islamophobic European extremists and was distinctly full of hate toward immigrants in general and Turks in particular.

Many are now asking how a child of Iranian immigrants could have become infatuated with right-wing White nationalism.

While nothing is certain, it is possible to speculate on the reasons for the emergence of such an ideology, or at least such a sympathy.

Some Iranians – particularly in the Diaspora – subscribe to the “Aryan” racial theory promoted by European thinkers in the earlier 20th century.

This combines with their dislike for their own government – which too often translates into rabid Islamophobia, as they are unable to distinguish between the actions of the Iranian government and Islam as a whole – to emerge into a disgusting mix of pseudo-scientific racial ideology that sees “Iranians” as “Aryan brothers.”

Adopting this weird ideology is fundamentally an attempt by Iranians in the Diaspora assimilate, to distinguish themselves from other immigrants by claiming to be as close to Europe and Whiteness as possible.

It is all-too-common in late-night chatboards, frequented by young, male Iranian teenagers in Diaspora, i.e. people like David Sonboly. I know this because as an Iranian-American myself, I have come face to face with these theories time after time, and tried my utmost to debunk them.

Although it was largely abandoned in Europe after being put to use by Hitler in the Holocaust, in Iran (and India) the idea that Indians, Iranians, and Europeans shared a genetic Aryan lineage and that this lineage distinguished them from “mongrel” Turks, Arabs, and “Muslims” as a category more broadly still holds certain sway. (Though the German do Not view them as Teutonic Aryan by any scale of imagination)

Right-wing European extremism intersects perfectly with this Aryanist theory in its flagrant and violent Islamophobia, where hatred for Islam, for Arabs, for Turks, and for all others who don’t fit into the “Aryan theory” all come together in a disgustingly racist maelstrom.

This is a wake up call for the Iranian diaspora: enough with these pseudo-scientific racialist theories, enough with this Islamophobia disguised as critique of the Iranian government, enough with these attempts to assimilate by aiming to prove our Whiteness by all means possible.

But it is also, as I mentioned before, a wake up call for all of us – about how we think about violence, about how we think about masculinity, and about we think about identity.

What circumstances drive a young man to cling to a theory of racial superiority and beg onlookers to a massacre he is perpetrating to recognize him as German, and not as a foreigner?

Alex Shams  is an editor-in-chief of Ajam Media Collective (AjamMC.com), a platform focused on culture and society throughout Iran as well as Central and South Asia, and he also regularly blogs on his Facebook page.

This article is an expanded version published on MuslimGirl.Net original written as a series of Facebook posts on the author’s page.

Downgraded Gypsy; (Apr. 17, 2010)

I am a hero… Where’s my people?

I am a traitor… Where’s my scaffold?

I am a pair of shoes… Where’s my road?

I walk Downtown mixing with busy souls

I am in no hurry; the masses don’t carry me:

I am a leader and I am searching for my way.

I rest a while on the pavement; is it illegal?

I rest my eating tin plate by my side;

I learned to recognize the chimes of dimes and nickels falling in the plate

I don’t complain; I say thanks when I feel reprieve, tired of my condition.

 

I am a downgraded gypsy who burned his caravan

Quitted my clan, lured by greed in the city.

I extend my arms feeling for a sheltered wall

What’s a clear stream to a blind deer?

What’s horizon to a caged bird?

My ears learned to screen off piercing sounds

I can’t hear the wailing of bereaved mothers

I can’t hear the howling of frenzied mobs

I hear the moaning of latent pains permeating the smog

I hear the soft whistling of permanent suffering

Converging from all directions

From far away, scorched lands.

 

Slaves chewed off their chains:

They are nostalgic for chains smelling moulding bread.

Up north terrors; down south famine;

Dusty winds are clouding the east; and crows are obscuring the western horizon.

 

A little girl is sitting by this modern gypsy;

She dips her left small hand in a little bag and takes out a handful of dirt;

She grabs the dirt containing a strange specimen of earth wealth;

Dirt holding half a wing of a butterfly, a decapitated bee,

Shreds of shrapnel of cluster bombs,

A whiff of blood, a stench of urine.

 

Concentrated dirt of fear, human degradation,

Contaminated greed of a dying earth.

No more revolutions, no drastic changes,

No activities demanding eternal God given human rights;

Mankind is on his knees, in abject humiliation

Begging pardon of his executioner

For the swiftest relief.

Note 1: I borrowed a few images from the late Syrian poet Mohammad al Maghout.

Note 2: Mohammad al Maghout passed away in the 90’s, but this poem matches the current Syrian conditions

Syrie : La presse allemande confirme que la Syrie est victime d’un complot international

Laurent Freeman -Sep 2, 2015

L’art de la mise en scène occidentale, l’hypocrisie et le cynisme qui va avec est innommable.

Depuis le début du conflit imposé à la Syrie, le président Bachar al-Assad a toujours répété que son pays est victime d’un complot international. On ne peut oublier les diatribes de nos journaux, qui n’hésitent pas à le traiter de mythomane.

Or, la vérité devient implacable.  Le journalisme est tombé dans les bas-fonds du terrorisme intellectuel. Quand vous soutenez la souveraineté d’un pays, en l’occurrence de la Syrie, sans argumentation aucune, vous êtes traité de « partisan de la coalition brune ». On ne sait même pas ce que ça veut dire.

Samir Asmar shared a link.

Les supporters et financiers d’Al-Qaïda en Syrie ont du avoir les oreilles qui sifflent en apprenant que l’hebdomadaire allemand Bild am Sonntag a signalé que des agents du Service fédéral de renseignement (BND) opèrent depuis des bateaux au large de la côte syrienne, grâce à une technologie permettant d’observer les mouvements des troupes jusqu’à 600 km au coeur du pays.

De Merkel à Hollande, en passant par Obama ou Cameron, tous sont au courant.

Alors, quand certains, qui ne maîtrisent pas la situation et osent même dire que le président Bachar al-Assad a toujours refusé de négocier, c’est vraiment l’hôpital qui se fout de la charité.

Ces gens (Merkel, Hollande, Obama et Cameronn) ont jamais voulu la paix et l’ont signalé à leurs poulains terroristes.

Selon le Bild am Sonntag, ils transmettent leurs renseignements à des officiers américains et britanniques qui fournissent ensuite l’information aux terroristes.

Donc, quand on voit Laurent Fabius aboyer à tue-tête, on se rend vraiment compte que la France est à l’image de ses dirigeants, des incapables et des hypocrites menteurs.

Les Allemands ne parlent pas mais, visiblement, agissent en faveur du terrorisme international.

Selon un responsable américain s’exprimant sous couvert de l’anonymat, aucun service de renseignement occidental n’a d’aussi bonnes sources en Syrie que le BND allemand. Les agents allemands sont également actifs dans le conflit syrien depuis la base de l’Otan dans la ville turque d’Adana, selon le Bild.

Le seul but de cette guerre imposée aux Syriens, est la chute du régime d’Assad et rien d’autre.

Et par conséquent, ces gens ont eu des soutiens en Syrie, du côté des clowns qui croient qu’on s’occupe d’eux alors qu’on se moque d’eux pour affaiblir leur pays. Triste constat.

Mais, malgré cette coalition nazie internationale, sur le terrain, les choses ne se passent pas vraiment comme les occidentaux le veulent.

Assad est encore en poste, et bien en poste. Il a d’ailleurs assisté, ce matin (photo), à la fête de l’Aïd al-Fitr dans la mosquée d’al-Hamad dans le quartier d’al-Mouhajirine, à Damas.

Sur le terrain, les forces apocalyptiques continuent à avoir de sérieux revers. Nous y reviendrons dans quelques heures.

Source: http://allainjules.com/2012/08/19/syrie-la-presse-allemande-confirme-que-la-syrie-est-victime-dun-complot-international/

 

20 Conseils sincères d’une femme de 40 ans à celles de 30 ans

Cette année j’aurai 40 ans, j’ai deux enfants merveilleux, j’ai fait des choses dont je me sens fière.

J’aime ma vie et tout ce que j’ai fait, mais maintenant, à la lumière de mon expérience, je comprends que j’aurais peut-être fait les choses autrement, si seulement j’avais su avant certaines choses très simples mais essentielles.

Voilà pourquoi je voudrais partager avec toi ce que, à mon avis, une femme de 30 ans doit savoir.

1. Aime-toi et accepte-toi totalement

Je suis persuadée que j’aurais pu éviter de commettre maintes erreurs si j’avais accepté ce qui est bien et ce qui est mal chez moi. Quand tu auras appris à t’aimer, tu pourras aussi aimer et accepter les autres. Ça, c’est très important pour établir des liens avec tes pairs.

2. Enrichis ton esprit

Si tu ne sais pas encore bien dans quelle voie tu veux t’engager, et si tu ne sais pas ce que tu aimes vraiment, essaie quelque chose de nouveau, va à des événements auxquels tu n’avais jamais assisté, jusqu’à ce que tu trouves quelque chose qui te donne la sensation d’être libre, quelque chose qui te permette de t’épanouir.

3. Cherche du soutien

J’ai essayé pendant longtemps de surmonter toutes les difficultés toute seule, ou juste avec un peu d’aide provenant de mes amis. Puis, j’ai compris que les amis et la famille peuvent vraiment te soutenir dans des situations difficiles, et que c’est quelque chose de très important. Il faut juste demander.

4. Sois honnête

Avant, quand je me heurtais à une difficulté, je mettais tout simplement sur mon visage un masque qui souriait, et je continuais comme si de rien n’était. Seules quelques personnes vraiment proches savaient ce qui m’arrivait en réalité.

Mais il ne faut pas avoir honte de montrer ce qui t’arrive, nous faisons tous face à des situations difficiles, ceci fait partie de notre existence. En outre, les personnes qui t’apprécient vraiment se rapprocheront davantage de toi, sachant que, tout comme eux, tu as des problèmes, des joies et des tristesses.

5. Vis pour toi

J’ai dédié une grande partie de ma vie à m’occuper des autres sans m’occuper de moi-même.

Le résultat ? Avoir une vie beaucoup plus compliquée que ce qu’elle aurait pu être en réalité. Souviens-toi, tu ne pourras jamais rendre heureux tous ceux qui t’entourent, commence donc à faire des choses qui te rendent heureuse toi, et ta vie sera bien meilleure.

6. Ne fais pas trop de sacrifices

Le sacrifice est nécessaire dans toute relation parce que nous sommes tous différents et nous avons donc des besoins différents. Le sacrifice est acceptable si les deux parties le concèdent de la même façon.

Si c’est toi qui sacrifies tes besoins et tes désirs pour faire plaisir aux autres, il faut se demander si cela vaut la peine de continuer dans ces relations. As-tu vraiment besoin d’avoir ça dans ta vie ?

7. Voyage davantage

C’est peut-être ce que je regrette le plus. Je n’ai pas voyagé assez quand j’étais jeune et je n’avais pas d’enfants. J’ai eu tort.

Tu peux choisir comment dépenser ton argent : acheter des souvenir ou des objets. Si j’avais compris ça à cette époque, je n’aurais pas acheté des choses dont je n’avais besoin, et j’aurais visité au moins un nouveau pays chaque année.

Les voyages donnent la sensation de la liberté, ils ouvrent l’esprit et nous permettent de réaliser que la vie peut être différente ailleurs.

8. Fais-toi moins de soucis

Avant, je me faisais constamment du souci pour tout. Ceci nourrissait mon angoisse et ma personnalité changeait au point de me rendre parfois méconnaissable.

Il faut comprendre que le fait de te faire du souci ne change en rien les choses. Mieux vaut commencer à accepter les choses qui arrivent. Tu réaliseras que, tout compte fait, tu finiras par tout résoudre, tu feras ce que tu auras à faire, et que s’inquiéter ne change strictement rien à la situation. Quand j’ai compris ça, mon niveau de stress a immédiatement diminué.

9. Ne compare plus

Parfois, je pense que les réseaux sociaux ne devraient plus exister.

Une chose est de comparer ta vie avec celle de ton meilleur ami, et une autre, bien différente, est de la comparer à celle de tes «amis» de Facebook. Ça fait du mal.

Tu ne pourras le surmonter que si tu comprends que le fait de te comparer aux autres ne changera pas ta vie. Par contre, tu auras une estime de soi très basse. Il y aura toujours quelqu’un de plus intelligent, de plus beau, bref, quelqu’un de mieux, et il faut l’accepter.

Quand je sens que je vais commencer à me comparer avec quelqu’un, je me dis que j’ai beaucoup de chance d’avoir tout ce que j’ai, et je me sens très bien avec moi-même.

10. Oublie les rêves de perfection

J’ai grandi avec le «syndrome Disney», c’est comme si je croyais qu’un beau jour, je trouverais mon Prince Charmant, que je me marierais et que je serais heureuse pour toujours. Mais cela n’a rien à voir avec la réalité.

Après avoir supporté deux mariages ratés, j’ai pris mes rêves de petite fille et je les ai jetés à la poubelle. Quand tu fais ça, tu peux commencer à penser à toi sans rien attendre des autres, et tu commenceras à vivre ici, maintenant.

11. Vis pour travailler mais ne travaille pas pour survivre

Si je pouvais recommencer à zéro, j’aimerais essayer différentes professions pour choisir celle qui me convient le mieux. Quand tu as trouvé ta vocation, tu peux continuer à faire ce que tu fais jusqu’à la fin de tes jours, et tu comprendras que vivre pour travailler signifie aimer et respecter ta décision.

Beaucoup de gens se sont vus attrapés dans un travail qu’ils n’aimaient pas à cause du salaire qu’ils percevaient. Ce n’est pas sain.

12. Fais des économies

Tu me diras que c’est évident. Mais je ne l’ai pas fait quand j’étais plus jeune, et maintenant, quand je pense à mes parents, qui sont à la retraite, je me dis que je dois organiser financièrement mes dernières années.

La vie change constamment, et elle peut te donner beaucoup de surprises. Fais des économies, c’est prévoyant et intelligent.

13. Donne davantage

J’ai compris un peu tard que j’aime aider les gens. Que ce soit du bénévolat, de la charité, ou tout simplement pour aider un ami proche qui vit une situation difficile.

Quand tu fais quelque chose pour quelqu’un, tu oublies pour un moment tes problèmes à toi. Quand tu fais ça du fond du cœur, sans attendre rien en échange, les problèmes de ta vie commencent à trouver une solution petit à petit, de façons inattendues.

14. Pardonne-toi et pardonne aux autres

Tout le long de ma vie, j’ai été fâchée à cause de situations que j’ai vécues, et j’étais persuadée que c’étaient les autres qui avaient eu tort.

Un beau jour, j’ai compris que le fait de ne pas me pardonner et de ne pas pardonner aux autres pour leurs erreurs du passé ne me permettrait pas d’être heureuse. J’ai donc décidé de changer.

J’ai mis un peu de temps pour laisser partir tous ces sentiments, mais à la fin, je me suis sentie vraiment libre. Laisse partir le passé, tu comprendras alors que la vie est belle.

15. Ne perds pas ton temps avec des personnes négatives

Il est difficile parfois de ne pas établir de relations avec des personnes négatives, notamment s’il s’agit de tes collègues ou de certains membres de ta famille, mais tu peux toujours choisir le type d’amis que tu veux avoir et avec qui tu pourras profiter de bons moments.

Quand tu sauras vraiment quels sont les limites qui protègent ta tranquillité de la mauvaise énergie des autres, tu sentiras que sans leur influence négative, ta vie sera plus facile et heureuse.

16. Il est très important de dire «non»

J’avais toujours eu du mal à dire non, je voulais toujours dire oui et faire plaisir à tout le monde. Mais c’est une tâche impossible. Chaque fois que je disais «non» j’essayais de me justifier ou d’expliquer la situation.

Aujourd’hui, il est évident pour moi que le fait de dire «non» clairement est très important, et que rien ne m’oblige à justifier ni à expliquer pourquoi je ne veux pas prendre la responsabilité de faire quelque chose pour quelqu’un. Si tu es sûre de ton droit à dire «non», l’autre personne acceptera ta réponse plus facilement.

17. Réfléchis bien avant de dire «oui, je le veux»

J’ai divorcé, et c’est difficile à accepter, mais maintenant je sais ce que je veux, ce que je désire et ce que je mérite. Il est très facile de plonger dans les émotions et les sentiments : je comptais les jours que je passais avec quelqu’un, je voulais avoir plus que ce que j’avais, et voici que je me suis mariée, persuadée que tout changerait pour le mieux, comme cela, tout simplement.

En effet, tout a changé : tout est devenu pire. Si tu sens que la relation que tu vis maintenant n’est pas pour toute la vie, ou si tu trouves qu’il y a trop de «mais», réfléchis bien à ta relation avec cette personne. C’est beaucoup plus facile d’en finir avec une relation avant qu’elle ne devienne quelque chose de plus sérieux.

18. Réjouis-toi des choses simples de la vie

Nous vivons dans un monde dans lequel chaque personne est connectée à son portable, et cela n’aide pas à profiter de la vie.

Regarde un coucher de soleil, lève-toi tôt pour voir le soleil se lever, regarde le ciel étoilé, sens le parfum des fleurs, va à la plage ou à la montagne, observe la nature. Tel que l’a dit le héros d’un film : «La vie s’écoule trop vite, tu pourrais la rater si tu ne prends pas le temps de regarder».

19. Cesse de te préoccuper de ce que les autres diront

J’aurais tellement aimé comprendre ça il y a longtemps ! Ce que les autres pensaient de moi me tracassais toujours, et je faisais tout en fonction de ce que les gens attendaient de moi.

Quand j’ai compris que ce que les autres pensent n’a rien à voir avec ma vie, j’ai pu me motiver facilement et faire ce dont j’avais vraiment envie. Quand tu deviens toi-même, et tu ne cherches pas à faire plaisir, la vie est beaucoup plus simple et agréable.

20. Change

Quand j’étais plus jeune, je voulais que tout soit prédictible et stable. Je pensais que c’était plus facile de penser que ma vie serait de telle ou telle manière pendant des années.

Quand j’ai été obligée de faire face à de grands changements, je n’étais pas prête. Maintenant, je sais que la seule chose sûre dans la vie, c’est que tout évolue tout le temps.

Quand tu comprendras que tu peux affronter des virages inespérés dans ta vie, tu seras prête à tout affronter sur dans le long chemin de ta vie.


adonis49

adonis49

adonis49

Blog Stats

  • 1,420,488 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 771 other followers

%d bloggers like this: