Adonis Diaries

Café-librairie, Café-Bibliothèque or better Library-Café… with No lap tops or smartphones: To discuss, read

Posted on: April 25, 2017

Café-librairie or Library-Café with No lap tops or smartphones: To discuss, read and meet

Par Adib Y. TOHMÉ, OLJ

https://tap-secure.rubiconproject.com/partner/scripts/rubicon/emily.html?pc=14138/72066&geo=au&co=lb

X

Nos Lecteurs ont la Parole

Café-librairie

Quand je suis rentré au Liban au milieu des années 90, j’avais pour idée de créer un café-librairie.

J’imaginais un lieu convivial de déconnexion et d’échange dans lequel on pouvait lire tout en buvant un bon café, confortablement lové dans un canapé. Ce lieu proposerait aussi des discussions et des soirées emblématiques à thème autour d’une idée, d’un livre ou d’une pensée qui réunissent, autour d’un repas mythique, de parfaits inconnus partageant la même passion pour les livres.

Quand j’ai présenté mon projet à une personne dont l’opinion compte beaucoup pour moi, elle a éclaté d’un rire bruyant et moqueur dont j’entends les échos assourdissants jusqu’à aujourd’hui. Comme vous pouvez vous en douter, j’ai abandonné mon projet.

Plusieurs années plus tard, un client a débarqué chez moi et, avec le même enthousiasme que j’avais 20 ans plus tôt, il m’a proposé le même projet d’un lieu où on devait fermer nos portables, lire ou discuter tout en buvant un café. Je n’ai pas ri (bien que j’en eus envie).

Je l’ai regardé longuement, d’un regard nostalgique et je lui ai dit : « Revois ton étude de faisabilité, l’emplacement, le coût du loyer, les charges d’exploitation, les marges et surtout identifie ta clientèle pour ne pas mettre la clé sous la porte. »

Avant de partir, il m’a dit : « Crois-moi, il y a beaucoup de lecteurs. » Mais où sont les lecteurs ?

Il y a trop de fumeurs de narguilé, mais pas assez de lecteurs. Il y a trop de tables de poker, mais pas assez de bibliothèques. Il y a trop de bruit et de fracas, mais pas assez de silence. Il y a trop de mouvements, mais pas assez de constance. Il y a trop d’échanges, mais pas assez de pensée. Il y a trop d’images, mais pas assez de substance.

Il y a trop de gens qui savent tout, mais qui n’ont jamais ouvert un livre. Trop de gens qui parlent, mais peu qui savent écouter.

Au fond, j’étais triste de ne plus être capable de m’enthousiasmer pour de tels projets. Je n’aimais pas ma résignation. Je n’aimais pas mon sentiment qu’il n’y a plus rien à faire, de capituler devant le préjugé collectif que tout ce qui ne produit pas de profits immédiats est inutile.

Et pourtant il y a de l’utilité dans l’inutile.

Et la lecture fait partie de ces choses inutiles dont nous avons besoin pour vivre. Lire est avant tout un acte de liberté. Et je peux me permettre aujourd’hui de parler comme un vieux con et de dire qu’il faut redonner aux jeunes le goût de lire. De leur montrer la joie de s’extraire à la culture des escargots. Celle qui consiste à se coller les uns aux autres, fiers de ce qu’ils sont, qui se complimentent mutuellement, dans la médiocrité de leur vie et la vacuité de leur existence.

Grâce à la lecture, le monde peut devenir plus vaste et l’horizon plus grand. Dans le silence, dans la solitude, nous allons librement à la rencontre d’une autre pensée, d’un autre regard sur le monde.

À travers les livres, nous découvrons d’autres façons de voir la vie. Un bon livre, comme un bon film, ou un bon poème, ne nous laisse jamais intacts. Il remodèle notre cerveau, nous permet de sortir de nous-mêmes, d’apprendre l’attention au monde et nous engage à porter un regard différent sur ce qui est important.

Les médias ont pour mission de nous aplatir pour susciter facilement notre désir et nous faire perdre rapidement notre intérêt pour les choses. C’est la culture basée sur l’oubli et non sur l’apprentissage. Les médias fabriquent des consommateurs.

Les bons livres peuvent créer des citoyens. (Meme les mauvaises, si on a l’esprit de reflection)

Note 1: The budget of every ministry contain enormous amount of money for superfluous “charitable or cultural organizations and associations” that areNot submitted to any auditing. Let’s have such an association that opens these kinds of Café-librairie.

Note 2: There are plenty of Cafés that display a small shelf of targeted books for their targeted clients in Beirut

Notes 3: I have been patronizing a private library, turned over to a private university, for over 15 years. I walk 2 miles to spend 3 hours reading and taking notes. When I’m back home to post book reviews on my blog and edited notes and comments on social media. This walk was kind of enjoying a couple hours of freedom: I take care of my elderly parents who need plenty of care.

lorientlejour.com
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

adonis49

adonis49

adonis49

April 2017
M T W T F S S
« Mar   May »
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Blog Stats

  • 963,736 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 474 other followers

%d bloggers like this: