Adonis Diaries

Archive for July 25th, 2017

Notes and comments on FB and Twitter. Part 48

Si les classes ouvriére, paysannes et opprimés sont foutues au Liban, pourquoi retenir des partis politiques?
 
Nous allions á la rencontre de choses terribles, qui existaient avant nous, mais qui n’attendaient que nous
 
Quand on est au monde depuis peu de temps, one ne sait pas la source ou l’origine du désastre, que lorsque la desolation nous surprent á un age avancé.
 
Si les hommes du Moyen-Age ne dépassaient pas 155 cm, comment peut-on imaginer ces gens faisant la guerre sans se sentir hillare? Bardés de cuirasse et d’épées plus longues qu’eux? Si on réflechit aux faits, l’histoire ne serait que contes de bardes lilipuciens malins.
 
Ceux qui ne s’incline devant personne sont dans les prisons ou sous-terre.  Et la servilité pour tous les autres.
 
Ce qui me manque de toi c’est la minuscule accumulation des petits fait quotidiens. Ces mouvements particuliers qui te personnalises
 
Le Dieu Incarné en Jesus fut dérobé de ses pouvoirs par les nations colonialles. Chaque nation usurpa le role de Chancellier pour dominer d’autres peuples et les dépouiller de leur religion et culture.
 
Egypt President Sissi suffered 2 resounding slaps from Saudi Kingdom in less than a year. He failed to respond: What a sissie.
Saudi Kingdom had announced 2 years ago that Egypt is contributing fighting forces in Yemen without prior informing Sissi. It again released this Trump/Selman statement without Sissi’s input or feedback.
Tiny Qatar in population is to desist playing world politics and focus on economic development and investment, like Dubai.

Before being diagnosed with cancer, Steve Jobs used to say: the 21st century is the intersection of technology and Art designs. Afterward, it changed into the Intersection of technology and Biology

Remember: all kinds of accidents take place close to home, or at home, and frequently at older age.

Avec l’arrivé du monotheism, les discussions libres sont morts, et les veritiés avec. Toutes les sciences ne font qu’obscurcir les véritiés absolues.

Betnaffass 7orriyyeh et tu me manques comme on manque d’air

Si je préfere adopter parfois le ton de mes mauvaises plaisanteries, tout en moi est grave quand je pense á toi.

Je m’ennuie sérieusement de toi: Je ne cesse de songer et de revisiter chaque moment de notre rendez-vous

Les signes annonciateurs? Ils supplient que la catastrophe s’abat pour acquérir une légitimité. Trop tard: les futures signes suivront les precédents sans des prenants collectives zélés

Si tu ne peux imposer Ta Vérité que par les guerres et les occupations, c’est que votre vérité est du charlatanism.

Il est inutile de trouver la vérité si on n’ apprend pas á débusquer les mensonges et erreurs. C’est la definition même de la recherche. Les mathématiques pures ne sont pas faites pour découvrir les vérités, si ells ne sont pas “appliqués”

Ce qui nous transporte ailleurs, tout un jour et une nuit, est nécessairement Beau.

Les circonstances du vide sont des catalysts.

Elle monte le champ de ronces et traverse la fécondité des roses qu’elle n’a pas cessé de cultiver.

Cette clandestinité du sentiment, amertume paraissant blasée

C’est inevitable: á force de détruire des mythes, on les remplace par des hybrides, souvent plus vilains. Cas of “Promised Lands” and “Espace Vitales”

3am emsheh metel modéles féminines. I am walking very slowly: b7ot ejer wa bensa addem al thania

Twice last week, I dreamt of driving totally malfunctioning cars. Can’t believe my brain could invent so many malfunctions. I survived countless near-miss accidents.

My dream should have let me stop by the road side and let my lucid dream let the car rot and wake up. If it were Not for a terrible dry-throat and nobody to offer me a cup of water in order to wake up, I might have passed away from a heart attack.

Non, l’antisionisme n’est pas un antisémitisme réinventé

SYLVAIN CYPEL > 19 JUILLET 2017

« Nous ne céderons rien aux messages de haine, à l’antisionisme parce qu’il est la forme réinventée de l’antisémitisme ». (The ultra sionist French President Emmanuel Macron)

On ne sait si, par ces mots, le président Emmanuel Macron a simplement espéré gagner opportunément les faveurs de Benyamin Nétanyahou, qu’il accueillait aux cérémonies de commémoration de la déportation des juifs parisiens en juillet 1942, ou s’il a énoncé une conviction plus profonde.

Mais dans les deux cas, il a eu tort.

Espérer séduire Nétanyahou en cédant à son verbe n’est qu’un leurre — demandez à Barack Obama ce qu’il en pense.

Quant au fond, l’assimilation de l’antisionisme à une nouvelle mouture de l’antisémitisme est une erreur funeste.

Cette assertion est l’une des clefs de voûte depuis des décennies de la hasbara, la communication israélienne. Et plus Israël s’enfonce dans la domination coloniale d’un autre peuple, les Palestiniens, plus l’assertion « antisionisme égal antisémitisme » est répétée pour stigmatiser quiconque critique cette domination.

En soi, la méthode consistant à délégitimer la critique en démonisant son auteur est vieille comme la politique.

Ainsi Joseph Staline et ses émules assimilaient-ils toute critique du communisme soviétique à du « fascisme ». Si les fascistes étaient viscéralement anticommunistes, cela ne faisait pas de tous les contempteurs du régime soviétique des fascistes.

Mais les staliniens continuaient à vilipender leurs adversaires, sans distinction, sous ce vocable infamant.

Aujourd’hui, un Robert Mugabe, au Zimbabwe, qualifie régulièrement ses adversaires de « défenseurs de l’apartheid ». Que des racistes patentés figurent parmi les dénonciateurs de l’autocrate zimbabwéen est évident. Mais que tous soient des nostalgiques de la ségrégation raciale est une accusation dérisoire. On pourrait multiplier les exemples.

Il en va de même de l’idée selon laquelle l’antisionisme serait la version moderne de l’antisémitisme.

D’abord parce que l’antisionisme n’est pas une idéologie très définie. Historiquement, il a consisté à récuser l’idée d’une solution nationaliste à la question juive.

Aujourd’hui, il y a en Israël des gens qui se disent antisionistes par simple hostilité à une occupation des Palestiniens menée au nom même du sionisme.

D’autres se disent « post-sionistes » parce qu’à leurs yeux, l’ambition du sionisme étant la constitution d’un État juif, son existence annule d’autorité la nécessité du sionisme.

Je connais enfin des Israéliens tout à fait sionistes qui sont si révulsés par la politique de Nétanyahou qu’ils se disent honorés d’être traités d’« antisionistes » par un gouvernement d’extrême droite raciste et colonialiste.

Ces derniers remplissent par exemple les rangs d’une ONG comme Breaking the Silence, qui regroupe des soldats dénonçant les crimes commis par leur armée contre des Palestiniens et dont plusieurs des dirigeants sont des officiers et aussi des juifs pieux. Ils ne sont pas antisémites. Ils sont même l’honneur d’Israël.

Quant à moi, je considère le sionisme comme une question philosophiquement désuète. En revanche, si le sionisme, comme le prône Nétanyahou, consiste à exiger la reconnaissance d’Israël pour mieux empêcher le droit des Palestiniens à l’autodétermination, alors je suis antisioniste. Serais-je donc antisémite ?

Bref, que l’on trouve parmi les antisionistes d’aujourd’hui des gens projetant sur Israël leur antisémitisme atavique ou récent ne fait aucun doute. Mais que l’antisionisme soit en tant que tel une idéologie antisémite est une idée infamante et erronée.

Et puis, il y a plus grave. Il y a chez Nétanyahou non seulement cette utilisation abusive de l’accusation d’antisémitisme, mais aussi cette sidérante propension à s’entendre avec de vrais antisémites lorsque ça l’arrange. Au moment où vous-même, M. le Président, cautionniez sa thèse, le New York Times publiait un article d’opinion d’une journaliste et traductrice israélienne, Mairav Zonszein, accusant ouvertement son premier ministre de collusion avec celui de la Hongrie, Viktor Orban, un homme qui laisse proliférer l’antisémitisme parmi ses partisans.

Et de fait, de Paris, Nétanyahou a rejoint Budapest.

Depuis des années, le gouvernement israélien raffermit ses relations avec les gouvernements les plus réactionnaires d’Europe centrale.

Il a soutenu avec une grande compréhension l’attitude du régime hongrois dans la récente crise des réfugiés syriens. Nétanyahou soutient aussi la campagne lancée par Orban contre le financier américain George Soros, dont la fondation favorise les initiatives démocratiques.

Cette campagne est menée à l’aide d’arguments fleurant l’antisémitisme : Orban accuse Soros d’user de « l’argent étranger » pour nuire à son pays. Quant aux graffitis hostiles qui prolifèrent en Hongrie contre le magnat américain, beaucoup sont sans équivoque antisémites.

Ce lien entre la droite coloniale israélienne que Nétanyahou incarne — même si désormais on trouve plus radical que lui en Israël — et des organisations exsudant un antisémitisme plus ou moins manifeste n’est pas neuf.

Aux États-Unis, un polémiste d’extrême droite comme Glenn Beck, qui avait lui aussi insulté George Soros avec des relents antisémites, était venu se refaire une virginité en 2011 en visitant des colonies religieuses israéliennes extrémistes. Il y fut accueilli en héros (Beck est avant tout islamophobe).

Quant à l’invité d’honneur du dernier diner de la Zionist Organisation of America (ZOA), une formation américaine qui regroupe les soutiens à la droite israélienne radicale, il se nommait Steve Bannon, proche conseiller de Donald Trump accusé entre autres par son ex-femme de propos antisémites.

Le tollé fut tel dans la communauté juive américaine qu’il renonça à venir. Mais la ZOA afficha sa solidarité avec lui.

On assiste aujourd’hui à un phénomène ahurissant dans cette dérive israélienne.

À double détente, l’accusation d’antisémitisme y est désormais soumise aux intérêts contingents.

Un : les antisionistes sont tous des antisémites.

Deux : les prosionistes sont tous bienvenus, y compris quand ils sont antisémites.

Si vous défendez les droits humains en Palestine, vous êtes antisémite. Si vous êtes islamophobe, que vous soyez aussi antisémite revêt peu d’importance.

Le prix à payer à l’avenir pour cette folie risque d’être très élevé. Et l’avaliser aura été, selon l’adage, plus qu’une erreur : une faute.

Drip, drip, drip

Who do you subscribe to?

And who subscribes to you?

Those simple questions determine what you know and what you learn. And they influence whether a business or a charity will succeed, and whether or not lives will be changed.

Newspapers are discovering that without subscribers, they can’t do their work.

Online voices that were seduced by the promise of a mass audience are coming back to the realization that the ability to deliver their message to people who want to get it is actually the core of their model.

Big hits are thrilling. Launch days, deadlines, the big win… That’s easy to sign up for as a creator or marketer. But subscriptions are what work.

Netflix, HBO, Amazon Prime… subscriptions. This blog wouldn’t exist without the people who trust me enough to read it every day.

Consider the case of charities. If they raise money from consumers, they get almost their entire budget in the last month of the year, or related to some sort of external event. And most people who donate never do so again. Out of sight, out of mind.

Who do you subscribe to?

Who subscribes to you?

Seven years ago, I dedicated my annual birthday post to raising money for charity:water. 665 generous readers like you ended up contributing more than $39,000. Enough water to impact the lives of 3,000 people. On their behalf, thank you.

Five years after that, we did it again, but this time I encouraged my readers (people like you) to donate their birthdays to charity:water. 204 of you raised more than $50,000 and saved even more lives. And again, thank you.

This year, I’m hoping 1,000 people will subscribe to charity:water today. A monthly drip, the best possible pun, drip, drip, drip in a way that not only becomes a habit but gives the organization a chance to plan, because thirst doesn’t have a season.

Every month becomes your birthday, because you’re giving a magical present, paying it forward.

I just subscribed for $4,000 a month. If more than 500 of you subscribe at any amount (even $6), I’ll double my monthly commitment.

Scott and his team made a film and built a site. You can skip the film if you’re busy, but don’t skip the box at the bottom of the page.

This is how we change the world.

Literally with a drip, drip, drip.


adonis49

adonis49

adonis49

July 2017
M T W T F S S
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

Blog Stats

  • 1,383,400 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 730 other followers

%d bloggers like this: