Adonis Diaries

In case your news media failed to report on Tillerson visit to Lebanon

Posted on: February 17, 2018

Visite de Tillerson à Beyrouth : ce qu’en dit la presse libanaise

(See notes at the end of the article)

Fermeté à l’égard du Hezbollah, écarts protocolaires : la visite, la veille, du secrétaire d’Etat américain, Rex Tillerson, à Beyrouth a été abondamment commentée vendredi dans les grands titres de la presse libanaise.

“Tillerson depuis Beyrouth : inquiétez-vous du Hezbollah”, titre le quotidien de référence an-Nahar, en référence aux propos tenus par le chef de la diplomatie américaine, lors de son escale à Beyrouth, selon lesquels l’engagement du Hezbollah “dans les conflits régionaux” menace “la sécurité du Liban” et a des “effets déstabilisateurs sur la région”.

Dans son article, l’éditorialiste Rosana Bou Monsef a vu dans les déclarations de M. Tillerson un “message adressé à l’Iran”, notant qu’elles tranchent avec celles qu’il avait tenues la veille, à Amman, lorsqu’il a reconnu que le parti chiite faisait partie du “processus politique” au Liban.

De son côté, le quotidien al-Joumhouria est revenu, dans l’un de ses articles, sur les écarts protocolaires qui ont marqué l’escale beyrouthine du secrétaire d’État, qui ont provoqué le “mécontentement” de la part des Américains.

A l’aéroport de Beyrouth, M. Tillerson n’a pas été accueilli à sa descente d’avion par son homologue libanais, Gebran Bassil, mais le directeur du protocole par intérim du ministère des Affaires étrangères. (Les coutumes de faiblesse d’antan n’oblige pas a perpetuer ce qui n’est pas du protocole international)

Et à son arrivée au palais de Baabda, un peu en avance, le responsable américain a trouvé le fauteuil présidentiel vide et a attendu quelques minutes l’arrivée de M. Bassil et du président Michel Aoun.

Le journal relate également les sujets de discussion qui étaient au menu des entretiens de M. Tillerson avec le chef de l’Etat et le Premier ministre Saad Hariri, notamment sur les dossiers du mur israélien à la frontière avec le Liban et l’exploitation des ressources offshores au large des côtés libanaises près d’Israël.

Al-Joumhouria publie par ailleurs un entretien avec le ministre de la Jeunesse et des sports, Mohammad Fneich, membre du Hezbollah, qui affirme que “les prises de position de Tillerson sur le Hezbollah ne nous concernent pas”.

Pour sa part, le quotidien al-Moustaqbal, propriété de M. Hariri, titre “Tillerson à Beyrouth : partenariat ‘stratégique’ et ‘médiation’ frontalière”, notant que les responsables libanais ont réitéré leur engagement envers la politique de distanciation des conflits régionaux et la résolution 1701.

Dans son article, Thouraya Chahine souligne que “le message de Washington est clair : la stabilité et l’armée libanaise sont des lignes rouges”.

Le journal al-Akhbar, très proche du Hezbollah, indique dans un article que “M. Tillerson a répété la même chanson américaine classique : désarmement du Hezbollah, assèchement des sources de financement du Hezbollah, retrait du Hezbollah de Syrie, préservation du calme au Liban-Sud et soutien à l’armée libanaise”.

“Le Liban refuse les diktats américains concernant la frontière”, titre le quotidien selon lequel les  Etats-Unis ont recommandé aux responsables libanais d’accepter les propositions au sujet de la frontière de l’émissaire du département d’État, David Satterfield, qui doit s’entretenir dans la journée avec Gebran Bassil.

Selon notre correspondant diplomatique Khalil Fleyhane, M. Satterfield a proposé une formule de compromis au sujet du bloc 9, prévoyant que la compagnie chargée de l’exploration des hydrocarbures offshore verse au Liban les deux tiers de ses ventes et le tiers à Israël, en attendant que le conflit frontalier soit réglé. Une proposition sur laquelle les dirigeants libanais ont exprimé des réserves.

(Pourquoi Israel ne verserapas le tier de ses ventes en attendant que les zones maritimes soient regle’?)

Note 1: After the visit of Tillerson on Thursday, Hassan Nasrallah delivered a speech on Friday. He bolstered the position of the Government by assuring them that Hezbollah can counter any Israeli land or sea encroachment on Lebanon. “Lebanon army is denied adequate weapons, but Hezbollah has all the necessary means to defend Lebanon’s rights”

Note 2: President Aoun responded to Tillerson that the military readiness of Hezbollah cannot be negotiated before a lasting peace on Lebanon borders and the return of the Palestinian refugees in Lebanon

Note 3: Any negotiation on borders land swapping is meant to erect a Wall of Shame along our border with Israel

Lire aussi

Face au secrétaire d’État, le Liban campe sur ses positions de principe, le décryptage de Scarlett HADDAD

Aoun : Tillerson était « à l’écoute et compréhensif »

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

adonis49

adonis49

adonis49

February 2018
M T W T F S S
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728  

Blog Stats

  • 1,400,283 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 748 other followers

%d bloggers like this: