Adonis Diaries

Mon cher Ado. Part 53

Posted on: November 18, 2018

Mon cher Ado. Part 53

Retrouver un lieu ou une personne qu’on a aimée procure une joie extrême . Voilà , ma chère cousine , ce qui m’est arrivé hier .

On pense avoir écarté de sa mémoire des souvenirs qui nous avaient tenus en haleine à un moment de notre lointaine existence , mais ils reviennent au galop dès l’instant où vous avez franchi la porte de ce lieu ou que vous avez revu cette personne .

Ainsi j’ai revu hier la maison de tante Bernadette où j’avais passé des jours de bonheur intense au temps de ma folle jeunesse .

En franchissant le seuil de cette maison , mon cœur se mit à danser tout seul à la vue de ce lieu retrouvé.

Et comme un automate, j’avançais doucement à l’intérieur de ce lieu croyant entendre des voix qui remontaient de bien loin , ceux de tante Berna et de son gentil mari , un vrai gentelman, aimable et généreux , comme on en voit peu de nos jours .

Dans la salle à manger , je revoyais toute la famille en train d’apprécier les bons plats que mon oncle Fouad nous mijotait en vrai cordon-bleu .

Je revoyais aussi tous les membres de cette belle famille avec leurs places respectives , je revoyais tante Berna qui surveillait sans mot dire ses enfants avec son doux sourire …

Le plus intéressant au cours de ce passage , est que le mobilier était toujours là un demi siècle après :les meubles du salon côté mer était inchangé et ceux de la salle à manger , un mobilier des années cinquante aussi, avec le miroir accroché au mur que je trouvais très décoratif .

(Dans la plupart des maisons, les mobiliers du salon et du de la sale a manger officielle sont inchange’s. Ces mobiliers etaient des oevres d’arts acheter de Tripoli et destiner pour des grandes surfaces pour recevoir beaucoup de gens. Personnes ne visitent les maisons et ces lieux sont closes a presents)

A la terrasse , côté montagne , je me suis rappelé les jours d’été lorsque tante Bernadette et oncle Fouad se mettaient à jouer aux cartes avec leurs voisins les Abiracheds , deux grands gaillards , capables de soulever un camion , en pleine savane en Afrique , le temps de remplacer une roue crevée …

Quant à la terrasse côté mer , je me suis revu avec mon cousin Francois en train de prendre le petit-déjeuner , des œufs au plat qu’il préparait lui-même avec du sumac …

J’en dirai plus si Dieu me prête vie , quelques temps encore …

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

adonis49

adonis49

adonis49

November 2018
M T W T F S S
« Oct   Dec »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
2627282930  

Blog Stats

  • 1,345,922 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 690 other followers

Advertisements
%d bloggers like this: