Adonis Diaries

Archive for April 3rd, 2021

New semester, new approach to teaching this complex course of Human Factors in engineering?

Posted on October 26, 2008 (and written in April 6, 2006. Article #42 )

Usually, over 60 students enroll in my class, and the administration refused to split my course into 2 classes to maximize “profit”.

In retaliation, this semester only ten students were allowed to enrolled for my class; one is a computer engineer finishing his degree and the remaining are industrial engineers.  As a reminder, this course is required for Industrial engineers IE

The other engineering disciplines managed to open up new elective courses for each one of them, and were trying to market them at the expense of the wishes of many students who wanted to take my course and their petitions were denied.

With this reduced class number, I had to capitalize on the advantages of smaller classes, once the shock is under control.  

This semester, methods applied in human factors engineering are the focus: Having the previous semester in the body of varied knowledge in the course materials might encourage my class to appreciate the efforts and time invested by the pool of human factors researchers and professionals to make available practical design guidelines for the other engineering professions.

Whereas in the previous semesters I shun away from exposing my class to new methods, except teaching them explicitly the concept of controlled experimentations, like the differences among dependent, independent and controlled variables.

I endeavored to correct their misunderstanding, thinking that there was an abundance of knowledge to assimilate for a meager semester in the previous semesters, I boldly changed direction in my teaching approach by investing more time on exposing and explaining the various methods that human factors might be applying in their profession.  

The first assignment was using excel to compare 40 methods used in human factors, industrial engineering, industrial psychology, and designers of intelligent machines.  

This assignment was a version of article #14, about the taxonomy of methods, from 20 articles that I wrote the previous years and offered them as an introduction to the course, in addition to the course materials.

The students were supposed to select five categories from more than the dozen ways to classifying methods such as definition, purpose, applications, inputs, processes, procedures, output/product, mathematical requirements, disciplines teaching them, advantages, disadvantages, sources/links, connections with other methods, and comments.

I expected that, as engineers, they would logically select for the columns applications, input, procedure, output, and comments because they are what define a method. But somehow, they opted for applications, procedures, advantages, disadvantages, and comments mainly because it is how the internet offer information.  

After 3 students submitted their assignment on time I handed them over 40 summary sheets for the 16 methods used to analyzing a system or a mission, at least 2 sheets for each of 16 methods, one sheet on the purpose, input, procedure, and output/product of the method and the other sheets as examples of what the output is expected to look for presentation.

I then asked the less performing students to concentrate on only the 16 methods for their assignment and most of them did not submit this assignment even two months later.

So far I used up six sessions for methods or related topics such as the methods applied in the process of analyzing systems’ performance, psychophysical procedures, the fundamentals of controlled experimentation methods, human factors performance criteria, and what human factors “measure/data” in their experiments. 

As for the body of knowledge I extract a few facts from experiments and asked them to participate in providing me with the rationales or processes that might explain these facts.

For example, if data show that females on average are two third the strength of males then what could be the underlying causes for that discovery?  

Could that fact be explained by the length of the muscles, the cross section thickness of the muscles, the number of muscle fibers, or the length of the corresponding bones?

Facts are entertaining but I figured that they are big boys to be constantly entertained while shovelful of money is being spent for their university education.

Facts are entertaining but there have to come a time when these big boys stop and wonder at the brain power, Herculean patience, and hard work behind these amusing sessions.

The next assignment was to observe the business of the main family’s bread earner, note down the minute tasks of his typical day work, learn about the business by attempting to generate detailed answers from a questionnaire they have to develop based on a set of investigative query and problems related to human factors performance criteria in the assignment sheet…

And to report back what are the routine and daily tasks that enabled the students to join a university.  

Three students worked with their fathers’ in summer times and enjoyed the assignment; the remaining students could not shake off their 8th grade habits, wrote the questionnaire, mailed it, and waited for the answers.  

I was expecting that the students would apply the methodology they learned in analyzing systems such as activity, decision, and task analyses… but the good stuff was not forthcoming.

To encourage them to cater to the business that they might inherit, I assigned them a lecture project that would generate the requisite analyses with a clear objective of focusing on near-accidents, foreseeable errors, safety of the workers and health conditions in the workplace.

So far, the products of the two quizzes were complete failures. Funny, although most of the questions in the second quiz were from the same chapter sources as the first quiz, it is amazing how ill prepared are the students for assimilating or focusing on the essential ideas, concepts, and methods.

With a third of the semester over, I can points to only two students who are delivering serious investment in time, hard work, and excitement and are shooting for a deserved grade of A.

La Terreur sanitaire s’installe en France : prison ferme pour violation des règles sanitaires

By Karine Bechet-Golovko . 28 mars 2021.

Plus que du Covid, les gens doivent avoir peur, désormais, de leur gouvernement.

La justice et la police deviennent le bras armé de ce système déviant, à vocation totalitaire, qui ouvertement lutte contre l’homme et non contre un virus. (Justice and police systems were meant to serve the statu quo of the power to be)

L’incarcération pour violation des règles de confinement n’est pas uniquement théorique : des gens, pour être allé au magasin ou être sorti prendre l’air, doivent passer 3 mois en prison. Ils en sortiront brisés.

Cette Terreur sanitaire remplit in fine deux objectifs : écraser psychiquement les résistants au nouveau dogme mortifère et faire peur au reste de la population.

L’on aurait pu penser que l’inscription d’un étrange délit de violation des règles confinement avec la mise en place d’un régime liberticide sous excuse sanitaire, au pays de Diderot, du libéralisme, des droits de l’homme, que ces excès normatifs sortis d’esprits malades resteraient lettre morte.

Notre culture aurait dû nous sauver de cette barbarie.

Il est triste de constater que la corruption des esprits est encore plus grave que celle des corps à l’heure covidienne, et même les corps de l’État ont sombré, encore une fois, rongés de l’intérieur depuis longtemps, le vernis a craqué, ils se sont effondrés.

Il ne reste plus rien de la culture politique française.

Les procès-verbaux pleuvent sur les « dissidents », ceux qui ont mal rempli leur autorisation de sortie, ceux qui ne sont pas rentrés à l’heure, ceux qui ont le masque trop baissé et risqueraient de respirer alors que les confinements s’enchaînent, pour finalement que le gouvernement ne déclare que prendre l’air est très bon pour la santé.

Mais la justice, elle, si l’on peut encore l’appeler ainsi, suit son chemin, elle condamne les prises d’air non autorisées ramassées dans les rues de notre beau pays par une police, qui semble être focalisée sur le terrorisme sanitaire.

Le 20 novembre 2020, à Dunkerque, la police renforce les contrôles, interpelle ceux qui n’ont pas une autorisation de sortie dans les règles et derrière la justice condamne les dangereux récidivistes. Qui sont-ils ?

L’un, 22 ans, trafiquant de drogue notoire, condamné à deux mois de prison ferme… pour ne pas avoir d’attestation de déplacement valable. (Non issue?)

Les interpellations sanitaires, vont-elles maintenant servir à compenser l’inefficacité de la politique pénale laxiste ? Ce jeune homme avait eu déjà 12 condamnations. Non, il paraît que ce sera une exception, car la dissidence sanitaire est autrement dangereuse que le trafic de drogue pour le nouvel ordre public :

« La condamnation à une peine de prison est une exception qui s’adresse aux cas les plus compliqués et aux casiers les plus lourds », précise au Monde le procureur de Dunkerque, Sébastien Piève.

Le second est en effet un cas également grave :

« Hakim S., un autre Dunkerquois âgé de 29 ans, a été arrêté le 12 novembre après un quatrième contrôle pour violation du confinement en quelques jours. Lui aussi a été placé en détention le lendemain, à l’issue de sa comparution selon la procédure de plaider-coupable. Il avait déjà été condamné à trois mois de prison ferme lors du premier confinement, en avril, pour les mêmes faits. Cette fois il a été condamné à deux mois ferme ».

Lui aussi est récidiviste – il enfreint régulièrement les règles sanitaires. Ça ressemblerait à du terrorisme sanitaire que l’on s’y méprendrait …

Et qu’ont fait les autres plus récemment ?

A 25 ans, Hakim est interpellé par les policiers d’Agde ce 9 mars, on ne traîne plus, comparution immédiate, trois mois de prison ferme pour avoir violé le couvre-feu en étant en voiture après 18 h … et  avoir « donné des explications fantaisistes ».

Il avait déjà été verbalisé 3 fois, un dangereux récidiviste, il ne semble pas y avoir de délinquants plus dangereux ces derniers temps. Et le procureur confirme :

« Le parquet de Béziers continuera à faire preuve de fermeté à l’encontre des personnes ayant décidé de violer délibérément et de manière réitérée les règles sanitaires ayant pour objet de lutter contre la pandémie », affirmait le procureur Raphaël Balland.

Le pire, tenez-vous bien, est à venir.

Il est des salauds, des vrais, alors que le pays tremble, que dis-je, que le monde tremble de peur, qui osent vouloir fêter leur anniversaire et qui en plus osent aller au magasin pour cela. Ils mériteraient vraiment un camp de rééducation, mais la France étant une démocratie, ils seront simplement incarcérés :

« L’un des mis en cause est contrôlé par les gendarmes à Lure alors qu’il se rend dans un supermarché. C’est le jour de son anniversaire qu’il entend fêter avec un ami. Problème : l’horaire figurant sur son attestation de déplacement est erroné. Les militaires estiment que le document n’est pas conforme ».

Comme c’est un coutumier du fait, déféré devant la justice, qui sans états d’âme puisqu’elle n’en a pas, le condamne à deux mois de prison ferme.

Le second, c’est encore pire, il ose souffrir de la solitude en restant enfermé chez lui – alors que le bonheur intégral de ne plus avoir à se déplacer, à pouvoir tout faire de son canapé, à ne plus avoir la peine de vivre lui est accordée, il ose en souffrir – c’est indécent.

Un véritable déviant.

Condamné lui aussi ce 25 mars à deux mois de prison ferme. L’ on ne plaisante pas avec l’ordre public et le procureur ni le juge n’ont le temps de l’humanisme, voire simplement du bon sens – de toute manière, ce serait beaucoup trop dangereux en ce moment pour leur carrière et leurs nuits de sommeil :

« Le procureur de la République a pointé une difficulté à respecter le cadre légal pour l’un, une défiance à l’égard des gendarmes et de l’institution judiciaire pour l’autre. Le magistrat a demandé, pour chacun d’eux, des peines de deux mois de prison ferme. Des réquisitions suivies par le tribunal ».

La défiance se paie, elle se paie cher ! Car qui sait jusqu’où l’on pourrait aller sinon …

L’ on appréciera, dans tous ces cas, la parfaite retenue des médias, de ces journalistes qui doivent préserver l’illusion d’informer, sans rien dénoncer, sans jamais oser une critique, voire une réflexion qui pourrait interroger le bien-fondé de ces pratiques. Rien.

Une accumulation de mots sortis d’ encéphalogrammes plats, une légitimation sous couvert de neutralité. Ainsi, les médias, avec la police et la justice, sont devenus un des piliers de ce nouveau régime liberticide. Et comme les corps de l’État, ils ont chus.

Et la prison, pour des personnes qui ne sont pas des délinquants, est un excellent moyen pour littéralement broyer leur personnalité, leur résistance.

Citation du rapport de l’ONU sur l’effet du surpeuplement des prisons :

« La détention sape la dignité humaine, amoindrit la santé physique et mentale des détenus et compromet leurs perspectives de réinsertion ».

Or, les prisons françaises sont surpeuplées et les chiffres de mars 2021 montrent une aggravation de la situation :

« Il y avait 62 673 détenus au 1er janvier. La hausse a été de 1 129 personnes entre janvier et février. Avec 60 783 places opérationnelles dans les 188 prisons de France, la densité carcérale globale s’établit au 1er février à 105%, contre 103,4% le mois précédent.

Cette densité est de 122,7% dans les maisons d’arrêt, où sont incarcérés les prisonniers en attente de jugement et ceux condamnés à de courtes peines ».

Ce qui a valu à la France une condamnation par la CEDH en raison des conditions inhumaines de détention. Et les conditions de vie y sont vraiment déplorables :

« Au 1er février, 740 détenus étaient contraints de dormir sur un matelas par terre. Ce nombre, qui permet de mesurer la surpopulation, est en hausse depuis plusieurs mois (422 matelas posés au sol le 1er juillet, 587 le 1er octobre et 688 le 1er janvier) ».

Donc, l’on condamne à de la prison ferme des « délinquants sanitaires », alors que les consignes avaient été données de favoriser les libérations anticipées de véritables délinquants pour éviter la contamination en prison, dont l’on ne parle plus miraculeusement.

La seule explication logique, car il serait trop facile de toujours tout mettre sur le dos d’une incompétence chronique, est que de cette manière la Terreur sanitaire peut être organisée en écrasant les plus indisciplinés et en faisant peur à ceux qui oseraient la désobéissance. 

Aucune dictature ne peut tenir sans terreur, la dictature sanitaire ne fait pas exception.

Karine Bechet-Golovko

source : http://russiepolitics.blogspot.com

A friend passed away: Maitre Farès Zoghbi (with 50,000 manuscripts private library, opened to all)

Posted on August 12, 2015

He passed away, Maitre Phares Zoghby. He owned the private library in Kornet Chehwan that I patronized in the last 10 years.

The burial ceremony is today Monday at 4:30 at the Church of St. Paul and Pierre.
I posted extensive reviews of his 2 published books and a couple of articles on the library and how it was run.

Maitre Zoghbi was handicapped in the last 4 years and could not come down to the lower level of his library to meet with the readers.


When Maitre Zoghby could come down to the lower floor of the library, he would ask Rita Zoghbi (manager of the library) to call me up when I failed to show up and check if I was sick…

Nada CORBANI AKL (she represented the Jesuit university to care for the library before her retirement) wrote in the French daily:

C’était un humaniste doublé d’un philanthrope, un ami de la culture, un homme qui avait trouvé pour l’un de ses ouvrages ce titre admirable : Le salut par la culture. Il y croyait.


Né en 1918 au Brezil, transfere au Liban a l’ age de 13 ans,  licencié en droit de l’USJ en 1943, Farès Zoghbi fut longtemps l’avocat du Nahar et du Casino du Liban. Lié d’amitié à Ghassan Tuéni, il avait notamment joué un rôle-clé dans la jonction entre L’Orient et Le Jour.


Propriétaire d’une impressionnante collection de livres, Farès Zoghbi avait fini par en faire don à l’Université Saint-Joseph, à condition qu’elle demeure sur son site, à Kornet Chehwan, où il résidait, et qu’elle soit transformée en bibliothèque publique. Ce qui fut généreusement fait en 2002.
La santé de Farès avait décliné petit à petit, ces dernières années. Il est décédé hier matin des suites de complications pulmonaires. Seul survivant de sa fratrie, expatriée au Brésil, ce sont quelques proches, et surtout la grande famille de ses amis, qui lui feront ses adieux cet après-midi, en l’église Saints-Pierre-et-Paul, à Kornet Chehwan.

F.N.

Une bibliothèque vivante s’est éteinte

Il est parti sans bruit, comme il avait vécu ces dernières années, entre ses réflexions, ses livres, ses écrits secrets, et quelques amis.
Il est parti sans savoir qu’on continue de violer les livres et de brûler les bibliothèques !


Pharès, toi dont le prénom signifie chevalier dans cette langue que tu chéris, tu as été chevalier par la noblesse de tes dons et la discrétion de tes gestes, par l’attention la plus généreuse et par le don d’une vie entière dédiée aux autres !
Tu fais partie de ces hommes en voie de disparition, ces hommes cultivés, généreux, simples, attentionnés, humains, à l’écoute des autres, toujours disponibles.
Tu as consacré l’essentiel de tes forces pour aider et surtout pour lutter en vue d’un dialogue des cultures, avec un humanisme et une tolérance reconnus de tous.

Cher Pharès, par ces multiples actions, par ta bibliothèque, par tes écrits, par ta lutte pour un Liban réunifié, tu as éveillé les consciences, tu as tracé les routes, et, après toi, plus rien ne sera comme avant !
Ton départ est une perte considérable pour le monde juridique, pour l’Université Saint-Joseph, pour le monde de la culture et des bibliothèques, pour la francophonie, pour ton pays et ta contrée, Kornet Chehwan, et surtout pour nous, tes amis.
Pars en paix Pharès !

Nada CORBANI AKL Rita Zoghbi shared a link.

Note: This library was definitely closed, even before the Covid-19 pandemics, on account that the St. Joseph University wanted to cut down on “irrelevant” expenditure, and most probably to sell the Real Estate.

Farès Zoghbi : un ami nous a quittés Farès Zoghbi : C’était un humaniste doublé d’un philanthrope, un ami de la culture, un homme qui avait trouvé pour l’un de ses ouvrages ce titre…lorientlejour.com


adonis49

adonis49

adonis49

Blog Stats

  • 1,479,706 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 812 other followers

%d bloggers like this: