Adonis Diaries

Archive for December 31st, 2021

Hello <<First Name>>

We’re taking a minute to celebrate some of the achievements of artists and organizers who stood together for Palestine in 2021

As ever, we pay tribute to the resilience of the Palestinian people, who we continue to learn from and be inspired by. 

And we’d like to celebrate all the cultural workers who continue to listen to and amplify the voice of the oppressed. Here are just a few of our collective achievements this year:
1. More than 16,000 artists call for an end to complicity with Israeli apartheid
May 2021 saw Musicians for Palestine, Visual Arts for Palestine, Letter Against Apartheid and many other solidarity initiatives spring up.

Artists for Palestine UK report:
Thousands of artists call for an end to complicity with Israeli apartheid
‘It is as if a dam has burst. The last few days have seen an unprecedented outpouring of solidarity with Palestinians from artists and cultural organisations around the world…’
2. Support for Sally Rooney’s Israel boycott
Artists for Palestine UK press release:
Leading writers support Sally Rooney decision to refuse publication in Israel

Coverage in:
The Guardian:
Authors back Sally Rooney’s boycott of an Israeli publisher
Kamila Shamsie, Monica Ali and China Miéville are among those who have signed a letter organised by Artists for Palestine

Independent:
Sally Rooney backed by fellow authors over Israeli boycott
Monica Ali and China Mieville support the Irish author over her stance on Israel

Irish Times:
Leading writers support Sally Rooney decision to refuse publication in Israel
Niamh Campbell, Kevin Barry, Rachel Kushner and Monica Ali among signatories

Haaretz (Israel):
Sally Rooney’s Boycott of Israeli Publishers Gets Backing of 70 Writers
‘Like her, we will continue to respond to the Palestinian call for effective solidarity, just as millions supported the campaign against apartheid in South Africa,’ says pro-Palestinian group Artists for Palestine UK
3. International artists #StandWithThe6
Artists for Palestine UK press release:
Susan Sarandon, Claire Foy, Mark Ruffalo, Eric Cantona call for an immediate end to Israeli attacks on Palestinian human rights groups.
More than 100 public figures urge the international community to protect Palestinian human rights defenders.

Coverage in:
BBC News:
Artists denounce ban on civil society groups
More than 100 high-profile figures, including musicians and authors, have pledged support for six Palestinian civil society groups that Israel has designated as terrorist organisations.
Sky News:
Hollywood stars sign letter criticising labelling of Palestinian charities as terror organisations
More than 100 celebrities have signed an open letter criticising Israel’s decision to designate six prominent Palestinian charities as terrorist organisations.

BBC World Service:
report (audio)
4.Brian Eno: ‘We should all be alarmed by this new McCarthyism’
The Guardian took up our proposal that Artists for Palestine UK signatory Brian Eno write about anti-Palestinian McCarthyism in Germany. This powerful piece identifies a danger to which UK arts institutions should be alert and that should alarm anyone who cares about freedom of conscience and expression.

The Guardian:
‘Artists like me are being censored in Germany – because we support Palestinian rights’
A 2019 parliamentary resolution has had a chilling effect on critics of Israeli policy. Now the cultural sector is speaking up.
2022: Will you defend the right to protest?In May, the UK government pledged in the Queen’s Speech to stop ‘public bodies’ supporting ‘boycott, divestment or sanctions campaigns’ against ‘foreign countries’.

Robert Jenrick MP recently told an Israel lobby group that in 2022 the government will legislate ‘to have an absolute ban on BDS’.

We do not yet know what form such a ban could take.
But we are certain that artists and cultural workers will have an important role to play in speaking out, organising and fighting attacks on our fundamental freedoms. We hope you’ll join the fight.

Let’s never stop talking about Palestine! With love and solidarity,
the Artists for Palestine UK organising collective

Israel has been frequently targeting Syria with deadly missiles for years, and these attacks have increased recently.

Israel destroyed the port of Lattaquieh and the destruction was as bad as the deflagration of the port of Beirut by a electro-magnetic atomic bomb. Hundred of Syrian civilians died and hundreds of houses/building burned.

Russia extends this troubling routine excuses of why Syria refused to activate its air defenses weapons: A Russian air cargo was about to land in Hmaymeen Russia military base, and Syria air defenses didn’t want to hit Russia planes.

This scenario is frequently coordinated with Israel. The question is: Why Israel missiles are Not likely to hit the Russian planes while Syria air defenses are highly likely to down the planes?

The war in Syria is practically over, and Russia military weapons and few bases in Syria are becoming redundant, while the field presence of the Iranian forces and technicians are spread all over Syria.

Why Russia still believe that it can pressure Syria to vacate the Iranian presence from its land at the benefice of Russia monopoly in the strategic and economic conditions in Syria?

The more cooperation of Putin with Israel the more likely Russia standing will deflate in the perception of the Syrian people

Mohamad Khoder reported on Mayadeen:

نقلُ “إسرائيل” قصفها  للمرة الثانية إلى المرفأ بدا مقلقاً رسمياً، باعتبار المرفأ المتنفسَ الأساسي لسوريا مع العالم، في ظل الحصار الخانق وخروج معظم المعابر الحدودية عن سيطرة الدولة، باستثناء نصيب – جابر مع الأردن، والبوكمال مع العراق، والمعابر مع لبنان.

كان ممكناً أن يمرّ التفجير، كما عشراتٌ غيره يومياً في مناطق محيطة بالعاصمة، لولا الجو العام المحتقن بعد أقل من ست ساعات على قصف إسرائيلي واسع، طال للمرة الثانية خلال هذا الشهر مرفأ الحاويات في اللاذقية.

حالة رعب سادت المدينة الساحلية جرّاء عنف الانفجارات وتحطُّم زجاج عشرات المنازل، على بُعد مئات الأمتار من المرفأ الذي لا يبعد أكثر من 150 متراً عن الأحياء الآهلة بالسكان. الانفجارات التي استمرت نحوَ ربع ساعة متواصلة، أتت على عشرات السيارات في المنطقة، واحتراق الحاويات، التي تقول البيانات الرسمية إنها “زيوت وقطع غيار للسيارات والآليات وأغذية”. ليلة مرعبة عاشتها المدينة، وشُوهِدت ألسنة نيران الحرائق من على بُعد كيلومترات وسط ظلمة دامسة جراء غياب الكهرباء!

روسيا السوريّة!

في التوّهم السوري بروسيا!

نزار سلّوم (Nizar Sallum)

أكتوبر 18, 2020 (October)

(روسيا السورّية)،

مصطلح نقترحه لتكثيف شرح وتوصيف ما نسميه (التوهّم السوري بروسيا)، وهو ذلك التصوّر الحلمي – من الحلم – الذي يفترض ويرى تطابقاً تاماً بين المصلحة السورية العليا وصنوها الروسية، بما يتجاهل ويتجاوز الشروط والمحددات السياسية التي تنظم العلاقة بين دولتين والاتجاه لاعتبارهما (حالة جيوسياسية موحدة).

في الأصل الراهن لهذا (التوهّم)، تبدو الحاجة المصيرية السوريّة لروسيا واضحة دون أي التباس، والتي وصلت في صيف العام 2015، إلى المرحلة التي كان فيها وجود الدولة مهدداً أكثر من أي يوم مضى منذ الاستقلال في العام 1946.

ومع التدخل الروسي المباشر إلى جانب الدولة في وجه الميليشيات الإرهابية المدعومة، بكيفيات خاصة ومتبدلة وحسب الأوليات الاستراتيجية، من تحالف دولي يضم 82 دولة بقيادة الولايات المتحدة الأميركية، بدا وكأن روسيا تضع قدراتها في خدمة الدولة السورية،

فبدأ آنذاك (التوهّم) يتأسس وفق مصطلح: روسيا السوريّة، الذي ساد معناه طوال السنوات الماضية بحضور متفاوت الدرجة، وبحسب المناسبات الميدانية العسكرية وطبيعتها، حيث وصل إلى ذروة حضوره مع استعادة حلب (كانون أول 2016) وتدمر (آذار 2017) والغوطة الشرقية (نيسان 2018)،

ولكنه سجل تراجعات ملحوظة على ضفة الفرات الشمالية، كما على جبهة إدلب التي وضعت في النهاية، في حالة (ستاتيكو) منذ آذار 2020 بعد لقاء بوتين – أردوغان، في الخامس منه في موسكو، والذي أعقبه دخول مزيد من القوات التركية إلى الأراضي السورية.

في هذه اللحظة، بدأ (التوهّم السوري بروسيا) بالتفكك والتراجع وصولاً لانقلاب المصطلح على نفسه، من روسيا السوريّة إلى سورية الروسيّة!

تفكيك الوهم: (سياق سردي)

تتمثل المحددات والشروط السياسية التي تم تجاهلها، في سياق تشكّل (التوّهم السوري بروسيا/ روسيا السوريّة)، في السياق السردي التالي:

  • تاريخياً، لا تقرأ روسيا وجود إسرائيل، على النحو الرغبوي الذي يمكن أن نتوهمه؟ باعتبارها (عدواً) لها موازياً في معنى عداوته لسورية. هذه القراءة لم تكن موجودة في حقبة الاتحاد السوفيتي، ولم توجد بعد تفكيكه. روسيا على علاقة سياسية مرموقة مع إسرائيل ذات مضامين اقتصادية وثقافية، وذات بعد تاريخي رمزي يتصل بكون الاتحاد السوفيتي هو الدولة الأولى التي اعترفت بإسرائيل بعد إعلان تأسيسها. يكفي أن نقدّر ما معنى أن يشكل اليهود الروس أكثر من خمس يهود إسرائيل.؟

من المؤكد أنَّ الوجود العسكري الروسي المباشر في سورية، لا علاقة له بالصراع مع إسرائيل، بل إن روسيا حفظت لإسرائيل ميزة التدخل في سورية وضرب المواقع العسكرية للجيش السوري وحلفائه دائماً، مع حفاظها على مستوى الدعم العسكري الذي واظبت على تقديمه منذ حرب السادس من تشرين أول 1973.

غير أنَّ قواعد صواريخ سام التي أعطت للسلاح السوري ميزة التفوق على الطيران الإسرائيلي في تلك الحرب، انتهت بعدها مباشرة، وحتى قواعد أس أس 300، لم تتمكن من استعادة تلك الميزة.

بهذا المعنى لا يشكل الحضور الروسي المباشر تأثيراً حاسماً على طبيعة الصراع مع إسرائيل، كما أنه من جهة روسيا قد يكون من المستحسن ربط توقف التدخل الإسرائيلي في سورية، بمسألة الوجود الإيراني ودرجته. في هذه الحالة تقدم إسرائيل خدمة استراتيجية خفية أو مبطّنة لروسيا في سورية.

  • بدأ الطيران الروسي ضرباته في 30 أيلول 2015، وبعد أقل من شهرين (24 تشرين ثاني 2015)، أسقطت تركيا طائرة سوخوي روسية فوق الأراضي السورية، في تحدٍ مباشر وصريح لروسيا ومؤداه في النهاية أن تركيا موجودة وترعى (المعارضة المسلحة بأنواعها الإرهابية)، ومستعدة للاشتباك المباشر مع روسيا إن تطلبت ظروف الصراع ذلك.

من المؤكد، أنَّ القيادة الروسية تلقت الرسالة وقرأتها كما تملي عليها الواقعية السياسية ذلك، مع استخدام فلاديمير بوتين خطاباً بإيقاع تاريخي يذكر بالصراع الطويل بين روسيا والامبراطورية العثمانية، ولكنه وحتى في تعبيره عن هذه الحادثة بألم لأنها (طعنة في الظهر)، لم يتردد بقوله: إنها أتت من (شركائنا).

فحتى هذه الطعنة المؤلمة والمهينة لم تسقط تركيا من مرتبة الشراكة، بل كانت المناسبة التي سيبُنى عليها من أجل إعطاء هذه الشراكة مضامين متعلقة تحديداً بالمسألة السورية، بالتوافق مع اعتذار أردوغان من بوتين على الحادثة في 27 حزيران 2016.

في 16 تموز، أي بعد أقل من شهر على اعتذار أردوغان، وقعت المحاولة الانقلابية عليه، وفي حين بدأ السوريون بالتهليل لسقوطه الوشيك؟ كانت المفاجأة بأن روسيا قدمت له معلومات استخباراتية أنقذته من هذ السقوط! قد يكون الأمر غريباً ومستهجناً من وجهة المصلحة السورية العليا، ولكن بالتأكيد ومن الوجهة الروسية كان إنقاذه ضرورة استراتيجية ترتبط مباشرة بالضغوط الأميركية والاتحاد الأوروبي، وسورية لم تكن في الحساب الروسي في هذا الموقع.

الاستثمار الروسي لدعم أردوغان في مواجهة الانقلاب عليه، عبّر عنه بشكل واضح تحرير مدينة حلب في 22 كانون أول 2016، الذي شكّل المنصّة التي تمكّن منها بوتين من دعوة تركيا وإيران لبداية مسار أستانه في كانون ثاني 2017. ومن هذه اللحظة اتخذ الحضور الروسي في سورية هيئة الخيار التكتيكي، الذي سيضمن (حقوق الشركاء)!

ومن ضمن هذا الخيار، تمكّنت تركيا من القيام بعمليتي غصن الزيتون 2018، وينابيع السلام 2019، مستكملة عملية درع الفرات التي قامت بها في آب 2016، إضافة لنشر قوات إضافية لها في ادلب بعد اتفاق بوتين – أردوغان في 5 آذار 2020.

الضمانة التي تؤمنها روسيا لسورية في هذا المجال ذات طابع حقوقي سياسي يتمثل في إقرار تركيا من ضمن اتفاقات أستانه بوحدة الأراضي السورية.

إنَّ مستوى العلاقات الاقتصادية بين روسيا وتركيا، والذي يشكّل مشروع السيل التركي عموده الفقري المستقبلي قريباً، إضافة إلى مشاريع الطاقة النووية، مع صفقات السلاح التي يأتي على رأسها صواريخ أس 400 الروسية، إلى المجالات الأخرى التي تؤمن لروسيا تصدير ما يقارب 19 مليار دولار لتركيا قابلة للتضاعف مستقبلاً. إن هذا المستوى كفيل بتفسير المعنى التكتيكي للخيار الروسي في الشمال السوري.

  • تمكّنت روسيا مع الصين، وباستخدام متكرر لـ (الفيتو) في مجلس الأمن،[ استخدمت روسيا حق النقض في مجلس الأمن ما بين تشرين أول 2011 ونيسان 2018، لإحباط قرارات دولية ضد سوريا: 12 مرة]، من إحباط منهجية استنساخ التجربة الليبية سورياً، ما دفع الولايات المتحدة لإنشاء تحالف دولي لمحاربة (تنظيم الدولة الإسلامية – داعش – في سورية والعراق)، من خارج مجلس الأمن،
  • في 11 أيلول 2014، بعد أن بدأت الطائرات الأميركية عملياتها العسكرية فوق الأراضي السورية في اليوم السابق، أي 10 أيلول، لإعلان التحالف. وفي حين شكّلت المساحات التي أخضعها داعش لسيطرته، من دولتي سورية والعراق (المشاع الاستراتيجي) الذي ستعمل واشنطن على إعادة (تدوير ملكيته) لصالحها، بعد إزاحة داعش منها، فإن المساحة المتبقية من الدولة السورية، لم يكن محسوماً مستقبلها بهذا الوضوح، بسبب تعقيدات الصراع فيها والحضور القوي للجيش السوري وحلفائه، وهو ما افتقدته الدولة السورية في منطقة الجزيرة تحديداً.

الواقع الميداني خلال عام من تدخل التحالف الدولي، لم يترك لروسيا خياراً سوى بالتدخل المباشر، في أيلول 2015، لمساندة الدولة السورية ومنع سقوطها، ولكن ضمن الشروط الاستراتيجية التي تُجنّب حصول المواجهة المباشرة بين واشنطن وموسكو.

التزمت موسكو، في سياق تدخلها المباشر في سياق الصراع على الأرض، بهذه القاعدة، التي وفقها أعادت واشنطن تدوير ملكية أراضٍ كانت خاضعة لداعش، لتضعها تحت حراسة قوات سورية الديمقراطية (قسد)، فيما مردودها الاستراتيجي، يظل أميركياً خالصاً.

هكذا، استملكت الولايات المتحدة الأميركية (سورية المفيدة) وتركت (سورية المُنهَكة) للدولة، مع الحضور الروسي المباشر والاستراتيجي.

  • عملية إعادة الإعمار، هو تعبير اقتصادي، ولكنه محشو بمضمون سياسي خالص. ما يسمى بـ (التسوية السياسية) للمسألة السورية، هو ما يشكل ذلك المضمون، الذي سيعطي لعملية إعادة الاعمار طاقة الانطلاق.

والتسوية السياسية، تعني لقاءً على (ما يجمع) بين مختلفين/متناقضين/ متصارعين/ متقاتلين. فإذا كان من المستحيل، الوصول إلى (مشتركات) ما بين محور الدولة وحلفائها من جهة، ومحور التنظيمات المسلحة الإرهابية و(غيرها؟) من جهة مقابلة، فما هو الحل إذاً؟؟

لا حلّ لهذه المسألة المستحيلة، إلاَّ بإسقاط أحد الطرفين، أو إخضاعه بالقوة، أو إعادة إنتاجه على نحوٍ مختلف.

روسيا حاولت كثيراً مع تركيا الوصول إلى إعادة إنتاج طرف بمواصفات سياسية، من ضمن منهجية: فرز المعارضة المعتدلة عن المتطرفة/الإرهابية. لكن هذه المنهجية لم تنجح بسبب من تركيا الدولة الراعية والمستثمرة، وبنية المعارضة التي لا يبدو فيها أية مظاهر تدل على (حالة اعتدال)!!

في الجانب الذي تسيطر عليه الولايات المتحدة، تتمسك (قسد) بالحل الفدرالي، وفي تسمية أخرى بـ (الاستقلال الذاتي)، وقد حاولت روسيا إقناع الدولة السورية بقبول منح (قسد) شيئاً ما من هذا الاستقلال، وهو ما بدا أن الدولة رفضته.

إذاً، التسوية السياسية بعيدة، رغم اجتماعات لجنة صياغة الدستور، وعملية إعادة الاعمار بعيدة، وقانون قيصر الذي بدأ مفعوله في 17 حزيران 2020، لم يستفز أي رد فعل روسي من أي مستوى، حتى زيارة الوفد الروسي الكبير، في السابع من أيلول، الذي ضم سرغي لافروف وزير الخارجية،

لا يبدو أن ما توصلّت إليه هذه الزيارة من اتفاقات اقتصادية، قادرة على إنتاج صدمة إيجابية لدى الشعب السوري الذي بدأ يرتاب بالسلوك الروسي إزاء حوادث وكوارث (الحرائق في الجزيرة والجبال الوسطى والساحلية) وقعت دون ملاحظة أية مساعدة جدية تقدمت بها روسيا لتخفيف حدتها والتعويض عن الخسائر التي تسببت بها؟

من المؤكد أن هذا السياق السردي، من شأنه تقديم مساعدة منهجية في عملية تفكيك (التوّهم السوري بروسيا)، وإعادة وضعها والعلاقة معها في حقل المصالح العليا ومضامين الاستراتيجية التي تحققها.

يد القيصر بخمسة أصابع…يا للعجب!

من يتوهّم أنَّ للقيصر أكثر من خمسة أصابع، عليه التأكد بالنظر إلى يديه وتفحصّهما، حتى من وراء شاشة التلفزيون، ليتأكد أنه مثله بخمسة أصابع فقط، وليس أخطبوطاً! ومن يتوهم بأن سوريا – استخدمنا الاسم بالألف على نحو مقصود – هي روسيا، عليه الخروج من وهمه ليتأكد أن سوريا هي وطنه وليست روسيا!

لكن، إن جاء المثل الروسي (حتى يد القيصر لها خمسة أصابع)، لتأكيد القدرات البيولوجية المتساوية ما بين القيصر والفلاح، فإن هذا الأخير سيتساءل مدهوشاً: إن كانت يد القيصر مثل يدي، فلماذا أسكن في كوخٍ وهو يسكن في الكرملين؟

و- ي – ر – ا – س – خمسة حروف عندما يتم تحويلها إلى اسم، لا تخضع لمنهج نمطي مجرد، بل لسياق تاريخي هوياتي.

الاسم الأول: سوريا.

الاسم الثاني: روسيا.

فليس هناك من روسيا السورية، ولا من سوريا الروسية وإن كانت هذه الأخيرة هي القائمة بالمعنى الاستراتيجي الآن.

Après le 4 août, comment les ONG locales ont géré les dizaines de millions de dons privés

From 1,000 NGO “created” at the time of the blast, the number is reduced to about 150. Lebanon needs about $8 bn to indemnify and reconstruct, but the world community is targeting private NGO.

Entre opacité, absence de statistiques et faibles exigences de transparence de la part des donateurs, l’estimation du montant des dons privés envoyés au Liban après l’explosion du port de Beyrouth semble vouée à l’échec. Un bilan se dessine toutefois de l’usage de ces fonds par les ONG. Enquête.

OLJ / Marie-Jo SADER ,

le 21 décembre 2021 Read this article in English

Après le 4 août, comment les ONG locales ont géré les dizaines de millions de dons privés

Une vue aérienne des dégâts provoqués par l’explosion au port de Beyrouth, prise le 26 août 2020, soit quelques jours après le drame. Photo AFP

« On ne connaîtra jamais le montant des dons privés qui sont arrivés au Liban et celui qui vous dira le contraire est un menteur. »

À en croire ce haut responsable des forces de sécurité impliqué dans l’effort de secours postexplosion, toute tentative de tracer les aides qui ont afflué de toute part après le drame du 4 août 2020 serait vouée à l’échec.

L’ampleur de la déflagration au port de Beyrouth – l’une des plus fortes explosions non nucléaires que le monde ait connues – ainsi que le paysage de destruction et de désolation qu’elle a généré en un instant ont suscité partout le choc et l’émoi.

L’immense champignon de fumée ravageant tout sur son passage ; les gens hagards couverts de sang dans les rues dévastées ; les hôpitaux détruits et néanmoins submergés par des milliers de blessés… Les images glaçantes de la catastrophe ont fait le tour du monde, tout comme les appels aux dons.

Le dernier bilan fait état de 219 morts, 7 000 blessés et 300 000 personnes dont le domicile a été détruit.

Déjà frappé par une crise économique qui avait commencé à plonger la moitié de sa population sous le seuil de pauvreté (80 % aujourd’hui), le Liban était alors meurtri dans sa chair.

À côté de l’aide de la communauté internationale qui est parvenue progressivement via les Nations unies, une solidarité colossale s’est déployée bien plus rapidement à travers la mobilisation d’acteurs locaux et de la diaspora libanaise, convaincus que l’État, à la fois en faillite et en crise de légitimité depuis le mouvement de contestation d’octobre 2019, ne serait d’aucun secours.

Le port de Beyrouth, vu depuis un appartement dévasté par l'explosion du 4 août 2020. Photo Nabil IsmailLe port de Beyrouth, vu depuis un appartement dévasté par l’explosion du 4 août 2020. Photo Nabil Ismail

Au lendemain du drame, une armée de volontaires venus de différentes régions du Liban, épaulés par des associations, ont pris en charge le nettoyage des rues et des appartements couverts de gravats et de bris de verre. Parallèlement, des centaines d’opérations de levée de fonds ont été organisées sur internet pour venir en aide aux victimes.

Elles sont parfois initiées par des célébrités, à l’instar de l’ancienne Miss USA d’origine libanaise Rima Fakih qui a récolté avec son mari 1,2 million de dollars en seulement dix jours.

Les sommes sont en général reversées à des associations réputées et anciennement établies comme la Croix-Rouge libanaise ou Offre Joie (qui ont reçu respectivement 28 millions et 8,5 millions de dollars), mais aussi à celles qui ont émergé au début de la crise économique et ont réussi à faire leurs preuves, comme Beit el-Baraka ou Nusaned (près de 4 millions de dollars chacune).

Les plateformes Seal, Life et Impact Lebanon, créées par des Libanais de l’étranger, arrivent à lever au total plus de 18 millions de dollars.

Des liens internet répertoriant les organisations dignes d’être soutenues circulent sur les réseaux sociaux et permettent d’orienter une diaspora libanaise, estimée à 8 millions d’individus (pour une population au Liban d’environ 6 millions d’habitants), soucieuse d’apporter son aide.

Des initiatives de terrain constituées de groupes de citoyens locaux transformés en véritables travailleurs humanitaires, comme Basecamp ou Nation Station, réussissent, elles aussi, à gagner la confiance et à attirer les dons.

Car tous les moyens sont bons pour contourner les institutions de l’État, jugées corrompues et incompétentes, et pointées du doigt pour leur responsabilité dans la double explosion survenue au port de Beyrouth.

Les associations locales livrées à elles-mêmes

Les aides financières internationales versées jusqu’à présent représentent environ 318 millions de dollars, déboursés pour la plupart durant les quatre premiers mois qui ont suivi l’explosion. Ces sommes sont négligeables quand on sait l’ampleur des destructions: habitations, patrimoine, écoles, commerces, entreprises, établissements touristiques, lieux de cultes…

Les dégâts et pertes sont estimés entre 6,7 et 8,1 milliards de dollars par la Banque Mondiale.

Ces aides internationales ont été distribuées pour la plupart aux agences onusiennes, comme le Programme alimentaire mondial, le Haut-commissariat pour les réfugiés ou l’Unesco, qui doivent ensuite déployer des actions avec leurs partenaires sur le terrain qui sont généralement des ONG internationales (Care, Acted, Caritas…).

Lors de ce type d’appel à projets, les sommes qui arrivent finalement en aides aux victimes sont généralement amputées par tous les coûts intermédiaires prélevés par ces organisations.

De leur côté, les associations locales, bien que plus actives et plus familières du terrain, ne bénéficient que très rarement de ce type d’allocations en raison de la faiblesse de leur structure et de leurs difficultés à réussir à passer toutes les étapes administratives nécessaires pour y être éligibles.

Exclues de ces mécanismes d’aide, et pourtant forcées de compenser la faiblesse de la réponse internationale et l’absence de celle de l’État, les organisations locales se sont retrouvées propulsées sur le devant de la scène avec une responsabilité surdimensionnée sur les épaules:

  1. Permettre aux sinistrés de regagner leur domicile avant l’arrivée de l’hiver et/ou leur lieu de travail; répondre à leurs besoins alimentaires, sanitaires et financiers; et tenter de sauver un patrimoine menacé d’effondrement.
  2. Peu expérimentées, parfois même tout juste naissantes, ces structures locales se sont subitement mises à gérer des fonds qui se chiffrent parfois en millions de dollars, des équipes de bénévoles composées de centaines de personnes, à contractualiser avec des entrepreneurs et à tenter de coordonner leurs actions en l’absence d’une structure d’ordre étatique pourtant indispensable dans un contexte de crise comme celui-ci.

Pour couronner le tout, les associations ont dû opérer à la fois en pleine crise financière avec tous les obstacles de retrait des fonds érigés par les banques libanaises ou encore avec la dépréciation violente de la livre (le dollar est passé de 7 150 livres au 1er septembre 2020 à 13 000 livres au 1er juin 2021 et 28,000 maintenant) qui ont poussé les entrepreneurs à réclamer plus d’argent que prévu.

Ce à quoi il faut ajouter l’épidémie de Covid-19 qui a mis en pause les travaux, les visites à domicile et les évaluations de terrain durant plusieurs semaines. Une série de dysfonctionnements, que ce soit du point de vue de la transparence, de la gestion et de l’efficacité de la réponse humanitaire, en ont découlé.

Une vue aérienne d'un quartier dévasté par l'explosion, le 7 août 2020. Photo AFPUne vue aérienne d’un quartier dévasté par l’explosion, le 7 août 2020. Photo AFP

Après avoir décrété l’état d’urgence, le gouvernement libanais a délégué à l’armée la coordination de l’effort humanitaire dans les zones touchées. Celle-ci crée, le 7 août 2020, la Forward Emergency Room (FER) conjointement avec la Croix-Rouge libanaise et des experts issus de la société civile.

Elle devient l’interface sur les questions opérationnelles afin d’assurer, tant bien que mal, une coordination et une visibilité de l’évolution de la réponse humanitaire pour les acteurs travaillant dans les zones touchées.

Afin d’éviter les doublons, les ONG sont invitées à rendre compte sur une plateforme numérique dédiée à la reconstruction, des parcelles qu’elles se sont attribuées ainsi que la progression de leur intervention. Les associations n’avaient toutefois aucune obligation légale de partager leurs informations ni de coopérer avec cette chambre d’urgence.

Dans un contexte de méfiance vis-à-vis des institutions du Liban, beaucoup ont choisi de s’en abstraire.

Un panorama associatif difficile à cerner

Il est très difficile de connaître le nombre d’associations qui ont réellement œuvré à l’effort de secours, le montant des dons que chacune a engrangé et la façon dont cet argent a été utilisé.

Hormis le fait de s’enregistrer auprès du ministère de l’Intérieur pour être reconnue officiellement, ces structures n’ont en effet aucune forme d’obligation si ce n’est celle de soumettre un audit annuel que personne ne viendra jamais contrôler.

D’après la FER, 536 se sont manifestées dans les tous premiers jours auprès de la Croix-Rouge libanaise pour intervenir dans les zones impactées. Puis le chiffre s’est réduit à 374 organisations.

Munies de leur reconnaissance officielle par le ministère de l’Intérieur, celles-ci se sont enregistrées auprès de l’armée. « Elles ont participé à des réunions avec nous et devaient nous tenir informés de leur progression », affirme le général Fouad Obeid, directeur de la FER depuis avril 2021.

Mais ce sont finalement 158 associations qui ont réellement travaillé en coordination avec l’armée sur les différents secteurs d’intervention: la construction, la sécurité alimentaire, la santé, l’hébergement, et la logistique qui inclut la fourniture d’appareils électroménagers et l’aide en espèces.

L’armée n’ayant pas transmis à L’Orient-Le Jour la liste des associations inscrites, il a été impossible de vérifier si les autres ont finalement contribué à l’un ou l’autre des secteurs d’intervention.

Un responsable s’exprimant sous couvert d’anonymat estime qu’environ 1 000 organisations opéraient dans Beyrouth lors des premières semaines qui ont suivi la catastrophe.

Durant cette période, les habitants des quartiers sinistrés rapportent qu’un grand nombre d’associations qu’ils n’ont jamais revues ont visité leur appartement pour évaluer et prendre des photos des dégâts. « Est-ce que ces données leur auraient permis d’obtenir de l’argent qu’elles ont gardé pour elles ? Ou est-ce qu’elles n’ont juste pas pu obtenir de fonds ? » interroge une résidente, parmi tant d’autres, du quartier de Gemmayzé.

Le paysage des ONG au Liban est très hétéroclite, beaucoup étant directement ou indirectement rattachées à des partis politiques et/ou des communautés religieuses.

Une étude du Beirut Urban Lab, menée par Mona Harb avec Luna Dayekh et Sophie Bloemeke, a étudié un échantillon de 135 acteurs locaux et internationaux qui ont participé à l’effort de secours postexplosion.

Il apparaît que 39 % d’entre eux sont d’ordre cultuel et/ou politico-communautaire, tandis que 61 % se définissent comme indépendants.

Dans un cas comme dans l’autre, les donateurs privés ont la liberté d’adresser des dons à l’organisation qui apporte la meilleure aide selon leurs convictions.

À Mar Mikhaël, où l’Église est très présente, la World Patriarchal Maronite Foundation a, par exemple, été très active. Selon l’urbaniste Mona Harb, le soutien accordé à des associations religieuses a pu être alimenté par les craintes survenues après l’explosion de voir des résidents expulsés au bénéfice de projets immobiliers qui allaient menacer l’identité confessionnelle de ces zones à majorité chrétienne.

Ground Zero, présidée par May Chidiac et rattachée au parti des Forces libanaises, est aussi souvent citée par les habitants de cette zone comme une des associations les plus réactives. Toutefois, il existe un risque, avec ce type de structure, d’une distribution de l’aide selon les profils au détriment d’une aide inclusive.

Un habitant de Rmeil, dont l’appartement a été entièrement refait par les Forces libanaises, affirme avoir été directement sélectionné par le parti qui avait son nom parmi sa liste de sympathisants.

Le parti arménien Tachnag (ou ARF) est aussi connu pour avoir été des plus actifs auprès de la communauté arménienne très représentée dans ces quartiers.

« On sait bien que les associations politisées vont se rendre chez leurs sympathisants ! C’est comme ça que ça a marché ici », rapporte, dépité, un élu local qui a préféré garder l’anonymat.

L’opacité entourant les finances des ONG est une barrière à l’évaluation complète de l’utilisation de leurs dons. Au Liban, le secret bancaire empêche toute autorité de vérifier les comptes d’une association. Il est donc impossible de savoir si une partie des aides n’aurait pas servi à financer des opérations extérieures à l’effort humanitaire.

Il en va aussi de la responsabilité des donateurs d’attribuer des dons à des organisations qui ne sont pas connues pour avoir déployé des mécanismes de traçabilité et de transparence. Contactée par L’OLJ, Ground Zero affirme ne pas être en mesure d’estimer le montant des dons reçus pour son action pour Beyrouth. La World Patriarchal Maronite Foundation n’a, de son côté, pas donné suite à notre demande.

Le rôle actif de la diaspora dans la création d’un modèle de transparence

Bouleversés par le cataclysme qui a frappé Beyrouth, certains acteurs de la diaspora libanaise ont joué un rôle crucial pour faire que l’aide arrive au mieux aux populations sinistrées. Impact Lebanon fait partie de ces initiatives qui se sont démarquées en formulant des critères d’exigence et en mobilisant des outils de transparence (voir l’encadré).

Elle a choisi de verser ses dons, à hauteur de 9,2 millions de dollars, à un total de 18 ONG rigoureusement sélectionnées qui ont reçu de 47 000 à 1,55 million de dollars selon leurs projets (Beit el-Baraka, House of Christmas, Live Love Beirut…). Les fonds ne sont jamais déboursés d’un coup mais au fur et à mesure de l’avancement des objectifs annoncés, avec des contrôles réguliers de terrain et financiers à différentes étapes.

Lire aussi. Qu’est-il advenu de l’aide internationale promise au Liban après l’explosion au port de Beyrouth ?

Paradoxalement, ce processus exigeant de tri des ONG a permis à des structures embryonnaires d’être parties prenantes dans l’effort de secours. Beb w Shebbek (qui veut dire « Porte et fenêtre ») est une de ces initiatives qui se sont montées à la suite de l’explosion et qui ont pris fin une fois que leurs fonds se sont taris.

« Ma partenaire et moi connaissons tous les architectes du pays, nous ne pouvions rester les bras croisés. Pour alléger les ONG, nous avons décidé de nous focaliser sur la réparation rapide des fenêtres et des portes avant l’hiver », raconte Mariana Wehbe, l’une des cofondatrices. Elle est arrivée à récolter 1,2 million de dollars, avec un total de 200 volontaires à gérer les tout premiers mois, le temps de former une équipe resserrée de 25 salariés.

La plupart des ONG ont dû employer une partie des dons pour verser des salaires à leurs équipes, au risque de les voir s’essouffler. Une microstructure comme Baytna Baytak rapporte avoir rétribué 60 personnes, entre 300 et 2 000 dollars selon les postes, dans les périodes de forte activité.

L’aide en espèces

Dans un État fonctionnant normalement, tous les sinistrés du 4 août 2020 auraient dû recevoir une compensation financière après une telle catastrophe. Asséché par la corruption et la mauvaise gestion, le gouvernement libanais n’a pas pu s’acquitter de cette dette envers sa population.

L’État a dédié une aide aux victimes de 150 milliards de livres (l’équivalent de 18,8 millions de dollars durant la période où cette aide a été distribuée et de 5,2 millions si l’on convertit cette somme au taux de change parallèle actuel) que l’armée a été chargée de distribuer selon une évaluation des dégâts qu’elle a menée dans les quartiers impactés avec l’aide de 500 ingénieurs bénévoles.

Le montant de cette aide gouvernementale est largement insuffisant. Elle s’est tarie au tout début du mois de février 2021 et l’armée a été forcée de cesser sa distribution.

Par ailleurs, ceux qui avaient bénéficié de travaux de reconstruction menés par une ONG n’ont pas pu être indemnisés.

« Notre priorité était de permettre aux gens de pouvoir rentrer chez eux. Nous avons dû privilégier les ménages qui n’avaient pas encore reçu d’aide parce que nous n’avions pas assez d’argent pour tout le monde. Mais ça ne veut pas dire que les autres ne sont pas éligibles », explique le directeur de la FER, selon qui l’État a promis une nouvelle somme de 50 milliards de livres qui n’a toutefois toujours pas été débloquée.

Parmi les plus gros destinataires de dons privés, la Croix-Rouge libanaise a, elle aussi, apporté une aide en espèces aux sinistrés. Grâce à la confiance qu’elle inspire aux donateurs, celle-ci a reçu 28 millions de dollars, soit 10 millions de plus que la somme allouée par l’État, sachant que cette dernière a été distribuée en livres. « C’était la première fois que nous recevions autant d’argent directement », affirme Nabih Jabr, le sous-secrétaire général de l’organisation.

80 % de cette somme a été distribuée aux ménages, tandis que les 20 % restants ont contribué à financer tous les coûts liés au Covid-19 et à la gestion de la banque du sang de l’association.

24 millions de dollars (en piochant dans d’autres dons, conditionnels cette fois, versés par les Croix-Rouge de France et du Royaume-Uni) ont ainsi été consacrés à l’aide en espèces qui a bénéficié à 10 800 ménages sélectionnés selon des critères de vulnérabilité dans trois zones touchées.

« Nous avons opté pour l’aide financière inconditionnelle parce qu’elle est celle qui permet le plus de préserver la dignité et la liberté des bénéficiaires qui connaissent leurs besoins mieux que quiconque », explique Nabih Jabr.

Les bénéficiaires ont reçu 300 dollars par mois durant sept mois consécutifs, ce qui leur a permis de ne pas être pénalisés par l’effondrement de la monnaie locale.

La Croix-Rouge libanaise a distribué cet argent via des cartes de retrait émises par la Banque libano-française qui, au moment des explosions, était la seule banque à rapidement accepter de transférer les fonds aux destinataires en dollars américains.

Un retour d’expérience reflet de l’inaction de l’État

Sur la plateforme numérique gérée par la FER, les ONG qui ont pris part à la reconstruction déclarent avoir dépensé jusque-là 25,716 millions de dollars et 767 millions de livres dans la réparation des unités détruites dont elles étaient en charge.

Celles qui ont choisi de fournir une aide en espèces ont rapporté à l’armée avoir distribué 28,111 millions de dollars (24 millions étant issus de la Croix-Rouge) et 12,620 milliards de livres. L’armée n’est pas en mesure de fournir un montant dépensé par les ONG sur les autres formes d’assistance comme la santé ou l’aide alimentaire.

Toutefois, l’ensemble de ces chiffres est à prendre avec grande précaution, sachant qu’ils sont basés sur la bonne foi des associations. Aucune facture ou preuve n’est en effet indexée sur cette plateforme pour confirmer les dépenses. De plus, ces montants sont ceux déclarés par les organisations qui ont volontairement souhaité fournir des informations. Un grand nombre d’entre elles n’ont effectivement pas transmis ce type de données, sachant qu’elles n’en avaient pas l’obligation.

Selon l’armée, plus de 50 % des ménages n’auraient toujours pas reçu une aide suffisante pour pouvoir regagner leur domicile. Début 2022, elle devrait achever une nouvelle évaluation destinée à identifier les laissés-pour-compte et inspecter les unités que les ONG affirment avoir réparées. « Durant ce travail de terrain, nous sommes confrontés à la colère des habitants qui souffrent de ne pas avoir reçu encore d’assistance », rapporte le général Obeid, directeur de la FER.

Le ciblage des bénéficiaires fait également partie des points sensibles dans le retour d’expérience. Dans l’analyse de sa réponse humanitaire publiée sur son site, la Croix-Rouge libanaise rapporte quelques erreurs, survenues en raison de l’ampleur et de la vitesse des évaluations durant les premières semaines, qui ont conduit à ce que des ménages aisés se retrouvent éligibles à leur aide.

Il y a eu également des cas de duplication, quand notamment deux membres d’un même foyer ont reçu une aide. « Ces erreurs ont été corrigées durant les premiers mois. Au total, notre ciblage a été réussi à plus de 90 % », estime Nabih Jabr.

À l’inverse, des personnes très affectées par la crise économique ont tenté de bénéficier de l’aide normalement destinée aux sinistrés. Les ONG rapportent avoir été bouleversées par le nombre faramineux de personnes dans le besoin à travers le pays.

Au final, dans son étude, la Croix-Rouge rapporte que 1 % des bénéficiaires de son aide en espèces serait des fraudeurs. Ce type de problème est globalement rapporté par de nombreuses ONG qui sont intervenues dans un contexte de chaos et de pression de devoir identifier au plus vite les besoins.

Des cas de travaux de réparation chez des ménages fortunés alors que les budgets étaient très serrés ont par ailleurs été relevés. « J’ai visité des appartements très luxueux que les ONG avaient comptés dans leur liste de bénéficiaires vulnérables.

Ce sont des gens riches, et pourtant des travaux ont été effectués dans leurs appartements avec des matériaux très chers ! Pourquoi ces ONG devaient-elles utiliser des dons pour des appartements qui ne le méritent pas ? » pointe l’ingénieure Nadine Sinno de l’organisation Frontline Engineers, qui a été mandatée par les donateurs pour effectuer des missions de vérification dans les habitations, les commerces et les bâtiments à caractère patrimonial.

Elle relève également que beaucoup de travaux ont été de mauvaise qualité (peinture écaillée au bout de trois mois, fenêtres non achevées…), ce qui a forcé les sinistrés à payer de leur poche de nouvelles réparations.

Bien que des cas de corruption aient existé, ces dysfonctionnements semblent plutôt liés à l’absence d’un organisme central de régulation de la réponse humanitaire. Ce rôle, normalement endossé par l’État, a été délégué aux seules ONG sur qui la société civile et les donateurs ont fondé des espoirs démesurés en termes d’efficience et de transparence.

« Certes, il y a eu des inefficacités, mais nous avons fait ce que nous avons pu dans une situation de vide politique. Il n’existe pas un exemple dans le monde où un pays a été développé grâce aux organisations. Nous ne voulons, en outre, certainement pas propager ce modèle de “république d’ONG” comme nous avons pu le voir en Haïti », affirme Maya Murad, consultante en management et volontaire chez Impact. « Jamais je n’aurais cru faire tout cela, ça me met en colère car ce n’est pas notre rôle. Mais nous l’avons fait », conclut-elle.

L’expérience réussie d’Impact Lebanon

Fondée à la suite de la thaoura par des Libanais de Londres, Impact Lebanon est une plateforme qui rassemble aujourd’hui des membres de la diaspora du monde entier. Définie comme apolitique, elle œuvre depuis 2019 à la promotion de la transparence et de l’efficience dans la gouvernance libanaise.

Sa réputation lui a permis d’attirer la générosité de 171 000 donateurs privés lorsqu’elle a lancé une levée de fonds destinée à relever Beyrouth après l’explosion, récoltant au total 9,2 millions de dollars. « Nous ne nous attendions pas du tout à recevoir autant d’argent. Nous pensions récolter 5 000 livres sterling maximum ! » raconte Alexandra Mouracadé, experte en audit financier et en gestion de projet et volontaire pendant un an pour ce projet.

La somme est colossale, tout comme la pression de devoir en faire bon usage. 66 personnes, chacune munie de ses compétences professionnelles (finance, marketing, management…), se sont mobilisées bénévolement pour établir une méthode d’allocation de ces fonds et de sélection des associations.

« Nous avons fait, au départ, un gros travail d’évaluation des besoins sur le terrain parce que c’était le chaos total. Puis nous avons soumis notre agenda aux ONG locales qui ont candidaté, en leur donnant des pistes pour les six secteurs d’intervention que nous avons établis, avec un accent particulier sur la réhabilitation.

Les ONG ont eu un délai pour nous soumettre leurs propositions, puis nous les avons sélectionnées en fonction de critères et valeurs contrôlées par 3QA, une entreprise d’audit avec laquelle nous avons travaillé », explique Maya Murad, consultante en management formée au MIT et également volontaire pour Impact Lebanon.

3QA est une entreprise qui assure un contrôle qualité, sur commande des donateurs, des structures du secteur tertiaire. « Nous avons développé un cadre, sur la base de critères internationaux, qui permet au donateur de “monitorer” l’ONG qu’il soutient », explique Tara Hermez qui en est la cofondatrice. 3QA est intervenue à plusieurs niveaux dans le processus Impact.

D’abord en leur transmettant un rapport complet sur les ONG candidates (structure, finances, comptabilité, affiliation, etc.). « Nous mettons des voyants rouges sur les éléments douteux ou à risques, mais c’est au donateur que revient la décision finale », précise Mme Hermez. L’entreprise a, par la suite, évalué les plans proposés par les ONG, exigeant des réajustements et des clarifications, avant qu’ils ne soient proposés à Impact Lebanon. Au final, 18 associations sur 150 ont été retenues.

« C’est un processus très complexe et rigoureux. Beaucoup d’ONG ont abandonné en cours de route. Il y aussi celles que nous avons dû écarter parce que nous avions des doutes. Enfin, il y a des projets que nous avons été forcés de ne pas retenir parce que nous en avions trop et des fonds limités », affirme Maya Murad.

Les 18 associations qui ont bénéficié de ces fonds ont, pour la plupart, affiché sur leurs sites internet respectifs les résultats de leurs actions (montant des unités reconstruites, de repas distribués, de personnes traitées…).

Une compétition positive sur la transparence s’est créée entre elles, permettant ainsi au donateur de suivre l’usage qui a été fait de sa contribution financière. Beit el-Baraka a, par exemple, développé un outil de traçabilité qui donne au donateur accès en temps réel à l’unité qu’il a financée, avec un aperçu de chaque étape et une copie des factures originales.

Reste que ces méthodes de distribution des dons, qui répondent à une exigence de transparence de la part de plateformes comme Impact Lebanon, Life et Seal (un réseau de la diaspora aux États-Unis) relèvent encore de l’exception au Liban.

« Au final, nous avons eu un accès très minime sur les fonds qui sont arrivés au Liban. Beaucoup de donateurs n’ont donné aucune condition solide à des ONG, et leur ont versé de grosses sommes sans contrôle, ce qui a engendré beaucoup d’inefficacité », relève Tara Hermez. « L’“effective giving” (don efficace) est un modèle qui doit beaucoup plus se propager afin que les donateurs ne contribuent pas plus à détruire le pays qu’à l’aider », conclut-elle.

Note: Lebanon has printed in London about 50tr LP and the Central Bank (government), double the amount in early 2021, is letting the Black Market exchange rate jump to 30,000 per $. This vicious cycle is meant to encourage the Lebanese to exchange their saved dollars in order for the Central Bank to amass enough $ to be eligible to print some more. It looks like how much to print was linked to what the IMF has allocated to Lebanon, a reserve of about $850million.


adonis49

adonis49

adonis49

December 2021
M T W T F S S
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Blog Stats

  • 1,494,617 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 820 other followers

%d bloggers like this: