Adonis Diaries

Archive for March 2022

Irak-archives secrètes 2/3 : L’ahurissante offre de Saddam Hussein aux dirigeants Iraniens.

By René Naba , In Actualités Analyse ,

At 1 Mars 2019

L’auteur dédie ce texte à tous ceux qui font le pari de l’effondrement de l’Iran, afin qu’ils méditent le sort funeste de Saddam Hussein et de son pays,

l’Irak, jadis l’un des plus avancés du Monde arabe, transformé désormais en fournaise, le lieu de fermentation de l’Etat Islamique (Daech).

Saddam Hussein était atteint d’une boulimie territoriale. Les Américains surent en jouer. Flattant ses instincts, ils lui tendirent un piège au Koweït. (On the basis that Kuwait refused to forget its debt to Iraq for the 8 years war against Iran)

Il s’y engouffra avec précipitation sans en mesurer les conséquences dans un état de décompression psychologique.

A peine sorti de sa meurtrière guerre contre l’Iran (1979-1989), le voilà qu’il se projette un an après sur le Koweït.

Le réveil sera brutal. Il entreprit alors de courtiser son vieil ennemi l’Iran en lui proposant un deal scellé par un traité de coopération stratégique entre les deux grandes puissances régionales du Golfe, afin de faire pièce aux pétromonarchies et à l’Égypte (du temps de Sadate (1970-1981), responsable selon lui, de leur guerre fratricide, destinées à «distraire l’Iran et l’Irak dans la guerre visant à les affaiblir tous les deux».

1 – Le deal proposé de Saddam Hussein aux Iraniens: A Téhéran Chatt Al Arab, à Bagdad le Koweït.

Des émissaires irakiens empruntèrent le chemin de Téhéran porteurs de messages du président irakien à son homologue iranien suggérant en substance une alliance entre les deux anciens belligérants dont la concrétisation devait bouleverser l’équilibre régional.

Parmi les principales propositions irakiennes figuraient:

  • La reconnaissance par l’Irak de la validité du traité irako-iranien signé à Alger, le 15 mars 1975, entre Saddam Hussein et le Chah d’Iran sur la délimitation des frontières entre les deux pays.
  • Conclusion d’un traité de paix portant sur la normalisation des relations entre les deux pays.
  • Règlement de la question des prisonniers de guerre présents dans les deux pays.
  • Accord iranien pour la visite d’une délégation irakienne de haut niveau en vue de finaliser l’accord.
2 – La visite d’ Izzat Ibrahim Ad Doury à Téhéran le 9 Janvier 1991.

Alors que les États Unis et les pétromonarchies du Golfe mobilisaient le ban et l’arrière ban de la communauté internationale pour châtier l’Irak, une délégation irakienne de haut niveau s’envolait vers Téhéran, dans le plus grand secret, le 9 janvier 1991, à une semaine de l’offensive occidentale contre l’Irak.

La délégation irakienne était présidée par Izzat Ibrahim Ad Doury, à l’époque Vice-président du Conseil de la Révolution Irakienne, N°2 du régime baasiste, accompagné de Mohammad Al Zoubeidy, ministre des transports et des télécommunications.

(Cauda: A noter que M. Izzat Ad Doury prendra la succession de Saddam Hussein à la tête de la guérilla anti américaine, déclenchée en 2003 dans la foulée de l’invasion américaine de l’Irak et de la chute de Bagdad. Il passe par ailleurs pour avoir été l’artisan de l’alliance entre baasistes et djihadistes qui a donné naissance à Daech).

MM. Doury et Zoubeidy ont été les hôtes de leurs homologues respectifs: Hassan Habibi, vice-président iranien et Mohammad Said Kaya, ministre des transports et des communications.

3- Le contenu du «Pacte de Réconciliation et de Respect mutuel» entre l’Iran et l’Irak.

Le pacte prévoyait les mesures suivantes:

  • Développement du transport aérien via l’aéroport de Bassorah (Sud de l’Irak) et l’aéroport iranien d’Abadan et raccordement des réseaux de transmission entre les divers aéroports des deux pays.
  • Échange d’expertises et d’informations dans le domaine postal, y compris l’ouverture des courriers, ainsi que dans le domaine des liaisons téléphoniques et télex, via la station terrestre Intelstat.
  • Développement du transport maritime entre les deux pays avec autorisation de mouillage des bateaux irakiens dans les ports iraniens, notamment aux ports de Bandar Khomeiny et Bandar Abbas. Sur ce dernier point, les Iraniens, dans le souci de contourner les menaces américaines, ont proposé que le transport maritime soit assuré entre Bandar Khomeiny et le port irakien d’Oum Qasr, le terminal pétrolier à proximité de Bassorah.
  • L’Irak a demandé d’envisager la possibilité d’exporter le brut irakien via les ports iraniens avec le percement d’un oléoduc vers Chatt Al Arab, au delà vers le port de Bandar Khomeiny. L’Irak prenant à sa charge le coût du projet.
  • En vue d’amplifier les échanges commerciaux entre les 2 pays, l’Irak a proposé de doubler les voies terrestres par une ligne de chemin de fer reliant Bandar Khomeiny à Al Mohammara, au delà, à Bassorah pour le transport des personnes et des biens.
4- Corridor spécial pour le pèlerinage aux lieux saints chiites d’Irak (Najaf et Kerbala)

L’Irak a proposé la création d’un couloir spécial reliant Khanniquine et Qasr Shirine, spécialement affecté aux pèlerins iraniens désireux d’effectuer un pèlerinage aux Lieux Saints chiites d’Irak (Najaf, Kerbala, Al Kazmiyah et Samarra).

L’Iran a proposé que le quota de pèlerins soit fixé à 5.000 pèlerins par semaine, soi 20.000 par mois. Mais l’Irak a décliné cette offre en raison de la faiblesse de ses infrastructures fortement endommagées par la guerre, réduisant le quota à 3.000 pèlerins par semaine soit 12.000 par mois.

L’Irak a en outre fixé à 3.000 dollars le forfait pèlerinage pour les Iraniens comprenant le déplacement vers les Lieux Saints ainsi que le gîte et le couvert.

Mais les Iraniens ont fait valoir que cette somme représentait la totalité du montant des dépenses du pèlerinage vers les lieux saints chiites de Syrie (Sayyidat Zeinab); Le forfait syrien comprenant le prix du voyage, -un trajet plus long que le trajet Irak-Iran-, ainsi que l’hébergement et la nourriture.

Flattant la fibre religieuse de la République Islamique Iranienne, les négociateurs irakiens ont proposé d’offrir le pèlerinage aux lieux saints d’Irak, à tous les soldats iraniens captifs d’Irak, à titre gracieux, avant leur remise à l’Iran.

Dans un geste de bonne volonté, préludant à l’offre irakienne, Bagdad avait libéré, le 17 Août 1990, 1.500 prisonniers iraniens qu’il avait remis aux autorités iraniennes au poste frontière de Khosrowi, province de Bakhtaran (Ouest de l’Iran).

Pour rappel

L’édification et l’aménagement des Lieux Saints chiites d’Irak ont été assurés par les Iraniens qu’il s’agisse la couverture en or des dômes des mosquées, ou de l’équipement en boiseries des murs et portes ou enfin la fournitures des célèbres tapis persans pour le revêtement du sol des mosquées et autres lieux de prière.

De même, le vocabulaire en usage dans les mosquées chiites d’Irak est d’origine farsi que cela soit Al Niqache (décoration, dessin et peinture), Al Kafchadar, le responsable de la surveillance du parc des chaussures à l’entrée de la mosquée dont il est interdit de franchir le seuil en chaussures.

Les Iraniens ont proposé de ratifier l’accord à l’occasion de la venue à Bagdad d’une délégation iranienne, en visite retour.

5 – Le placement de la flotte civile et militaire irakienne sous la protection de l’Iran.

Mais entre temps, et sans attendre la venue des Iraniens à Bagdad, une délégation d’experts de la sécurité aérienne irakienne atterrissait à Téhéran pour discuter des modalités de la coopération militaire entre ces deux pays isolés dans un environnement régional qui leur est hostile.

La délégation constituée d’experts militaires et d’installations aéroportuaires se proposait d’examiner la question de la mise à l’abri en Iran de la flotte aérienne civile et militaire.

6 – Le 15 Janvier 1991, vol groupé de 168 appareils de la flotte civile et militaire irakienne vers l’Iran.

Le 15 janvier 1991, à la veille de l’offensive américaine contre l’Irak, 168 appareils de la flotte civile et militaire irakienne s’envolaient vers l’Iran pour se mettre à l’abri des frappes américaines et des forces alliées au sein de la coalition internationale sous le commandement du Général Norman Schwarzkoff.

La liste se décomposait comme suit:

-33 appareils civils, avions de ligne et avions cargos, comprenant 6 Airbus, 5 Boeing, 22 Ilyouchine.

135 appareils militaires: 24 Mirage F1, 12 Mig 23, 68 Sukhoi (SU 20, SU 22, SU 24), 25 Mig 25, 4 Mig 29, ainsi que deux appareils radars et d’interception, ADNANE 1.

Le transfert de la flotte irakienne s’est fait dans le plus grand secret, sous vive tension, en raison de l’imminence du lancement de l’opération «Tempête du désert- Desert Storm».

Pour échapper à la surveillance satellitaire et des radars américains, des vols simultanés depuis plusieurs aéroports irakiens se sont dirigés vers des aéroports iraniens, saturant l’espace aérien en vue de perturber les repérages des Avions Awacs E3 américains (avions radars), les avions de pré-alerte Intruder A6 ainsi que les avions d’interception HawkEyes E2 et leur escadrille de protection les avions de chasse de la gamme F15, F16, F18, survolant en permanence l’espace aérien du Golfe en liaison satellitaire avec les radars des aéroports du Golfe.

L’aviation militaire irakienne a été dirigée vers l’aéroport de Zahadan, proche de la frontière pakistanaise, pour être placée à l’abri des raids américains.

Téhéran a annoncé officiellement sa neutralité dans la guerre contre l’Irak afin de ne pas donner prétexte à l’armada américaine d’élargir son rayon d’action pour y inclure l’Iran.

La version arabe de cette séquence est sur ce lien pour le locuteur arabophone: Izzat Ibrahim Ad Doury à Téhéran :

http://www.raialyoum.com/?p=404547

Épuisée par huit ans de guerre contre l’Irak, l’Iran ne pouvait assurer la protection complète de ses 14 bases aériennes, la plupart situées à proximité des pays du Golfe et pas loin de la concentration des troupes américaines et des allies occidentaux.

Toutefois, le rapprochement irako-iranien n’aboutira pas du fait de la sévère répression du soulèvement de la population du sud de l’Irak, à majorité chiite, ordonnée par Saddam Hussein en Mars 1991, deux mois après le lancement de l’opération «Tempête du désert» contre le régime baasiste.

Epilogue: Décès d’Izzat Ibrahim Ad Doury

Izzat Ibrahim Ad Doury, le numéro 2 du Conseil de la Révolution Irakienne et le négociateur irakien auprès des Iraniens, est décédé dans un hôpital de Tunis des suites d’une longue maladie.

Un message de condoléances de Raghd Saddam Hussein, la fille aînée de l’ancien président irakien, à la famille du dirigeant baasiste a confirmé le décès, plusieurs fois annoncées dans la presse par le passé depuis son entrée en clandestinité, en 2003, il y a quinze ans, comme successeur de Saddam Husssein à la tête de la guérilla baasiste anti-américaine.

Le message de condoléances a été adressé à la famille Ad Doury par l’avocat de Raghd, Me Haytham Al Hirch. Ce message ne mentionne toutefois pas ni la date du décès, ni la nature de la maladie ni non plus le nom de l’hôpital de Tunis. L’information est parue dans le journal en ligne Ar Rai Al Yom en date du samedi 23 juin 2018.

La dernière manifestation publique d’Izzat Ibrahim Ad Doury a pris la forme d’un message vidéo diffusé le 17 avril 2018 à l’occasion du 71me anniversaire de la fondation du Parti Baas irakien.

Izzat Ibrahim Ad Doury, dont le nom figurait sur le fameux «jeu de cartes» de George Bush Jr, est le seul dirigeant baasiste irakien à avoir échappé au couperet de la justice de la puissance occupante américaine en Irak. (It seems Izzat was killed during a raid against Daesh in central Iraq in 2018)

En apparence ahurissante, l’offre irakienne était en fait audacieuse, quoique tardive et à contre temps. Venant d’un président aux abois d’un pays acculé, elle avait peu de chance d’aboutir sur fond de bruits de bottes islamo-atlantistes en ce qu’elle privait ainsi l’Iran de savourer sa revanche, une vengeance inimaginable: le châtiment d’un mercenaire, son ennemi implacable, par ses anciens commanditaires, les États-Unis et les pétromonarchies du Golfe.

Lancée à l’avènement de la République Islamique Iranienne, en Février 1979, de la part d’un pays, l’Irak, qui avait offert l’hospitalité politique à l’Ayatollah Ruhollah Khomeiny, pendant 14 ans à Najaf, l’offre de coopération irakienne à l’Iran aurait pu bouleverser la donne de l’équation régionale et constituer une masse critique à l’effet de brider les pulsions salafistes de la dynastie wahhabite.

L’alliance d’un grand pays chiite, l’Iran, et d’un grand pays sunnite, l’Irak, aurait eu un effet préventif d’une guerre chiites-sunnites qui épuise le Moyen-Orient depuis près d’un demi siècle et accentue sa dépendance.

De la déstabilisation du Liban et de la Syrie par le Royaume Uni 3/3

By René Naba , In Politique ,

At 18 Mars 2022

1 – Comparatif du comportement des diplomates britanniques et américains.

Contrairement à la France qui traîne de lourdes casseroles (Sétif, Suez, Bizerte, Tribunal Spécial sur le Liban-Tribunal Hariri, détention arbitraire de Georges Ibrahim Abdallah), le Royaume Uni, -en dépit de la promesse Balfour portant création d’un «Foyer National Juif en Palestine»- bénéficie, paradoxalement, d’un préjugé favorable dans le Monde arabe.

«Et comparativement aux ambassadeurs américains en poste dans les pays arabes, interventionnistes à souhait dans les affaires intérieures des pays où ils sont accrédités, -l’exemple de l’ambassadrice américaine au Liban Dorothée Shia en est une illustration caricaturale-, les ambassadeurs britanniques assurent une présence discrète mais efficace.


«Les représentants de Sa Majesté maîtrisent parfaitement l’arabe, quand les ambassadeurs américains consacrent de nombreuses années de leur vie pour finir par balbutier quelques mots d’arabe et prononcer laborieusement quelques termes rudimentaires du genre CHOUKRAN (Merci) ou FALAFEL, le plat de base des personnes à modestes revenus, à base de galette de fèves.

«Le dernier ambassadeur britannique en poste à Beyrouth avant les révélations d’Anonymous émerveillait ses admirateurs libanais en faisant la démonstration de ses talents culinaires et de sa maîtrise de la gastronomie libanaise, en préparant en direct du FATTOUCHE, au point que cette célèbre salade d’été typiquement libanaise pouvait faire oublier les turpitudes corrosives de la Promesse Balfour.


«En fait les ambassadeurs du Royaume Uni et du Canada sont plus dangereux que les autres ambassadeurs occidentaux. Le basculement du Canada est intervenu dans la décennie 1990 lorsque le lobby juif américain a forcé le gouvernement canadien à rompre avec sa politique pro-arabe.

2 – De l’indépendance du Liban.

Contrairement à une légende bien entretenue, «le Liban est redevable de son indépendance au Royaume Uni, dont le rôle incitatif, a conduit les libanais à s’engager dans une lutte d’indépendance de leur pays du mandat français, en 1943, après la capitulation de la France face à l’Allemagne et sa collaboration avec le nazisme hitlérien.
«Les indépendantistes libanais ont assumé le rôle de VALET De L’IMPERIALISME», selon l’expression de l’historien libanais Georges Hajjar.

3- La décennie 1950: décennie charnière qui marque la substitution des services américains aux services britanniques.

«Les services de renseignements britanniques ont longtemps eu la haute main sur les arrangements politiques dont le Moyen orient a été le théâtre, tout au long du XVIII e et XIX e siècle, avant de céder la prééminence aux services américains dans la décennie 1950, avec le fiasco de l’agression tripartite anglo-franco-israélienne de Suez (1956) et le débarquement des «marines» à Beyrouth, en 1958 pour mettre un terme à la première guerre civile libanaise.

Lors de séquence dite du «printemps arabe», «les ambassadeurs des États Unis et du Royaume Uni au Liban ont pris conjointement l’initiative d’assigner au commandant en chef de l’armée, le général Joseph Aoun, la mission de sécuriser la frontière avec Israël et de verrouiller le ravitaillement stratégique du Hezbollah via la Syrie, lui ordonnant d’édifier une série de postes d’observations, sous prétexte de lutte contre la contre bande.

L’interventionnisme occidental est si intense au Liban, mais, paradoxalement, les médias acquis aux services occidentaux pointent du doigt les ingérences de l’Iran voire même du lointain Venezuela.
Pour le locuteur arabophone, le comparatif du comportement des ambassadeurs américains et britanniques en poste dans les pays arabe sur ce lien: Al Akhbar Mardi 15 Décembre 2020

4- La guerre de Syrie: un conditionnement par désinformation. «La Guerre G4»

La guerre d’Irak, qui a duré 7 ans (2003-2010) a été, chronologiquement, la première grande fumisterie du XXI me siècle.

La guerre de Syrie (2011-2020) qui s’est engagée en 2022 dans sa onzième année, a dépassé, par son ampleur, la fumisterie irakienne.

Tournant majeur dans la guerre médiatique moderne, par sa durée et sa violence et le nombre des intervenants, de même que par la démultiplication des outils de communication individuels (blogs, Facebook, twitter), elle passera dans les annales comme la forme la plus achevée du conditionnement de l’opinion par la désinformation avec un dispositif assurant une circulation circulaire de l’information et l’ostracisation véhémente de toute pensée critique.

En superposition à l’effet mainstream multiplicateur de propagande des grands titres de la presse traditionnelle, cette déclinaison médiatique a entraîné une surexposition de l’information et mis en œuvre de nouveaux intervenants sur la scène médiatique, de nouveaux prescripteurs d’opinion, recyclés via la notoriété du micro blogging en autant d’amplificateurs organiques de la doxa officielle.

Les drones tueurs de toute pensée dissidente.

Des islamophilistes faisant office de véritables prédicateurs des temps modernes, rompant avec la traditionnelle retenue des universitaires, à coups d’anathèmes et d’invectives, pour l’intimidation et la criminalisation de leurs contradicteurs.

Un guerre 4 génération ou «Guerre 4 G», selon la typologie occidentale, par une intoxication tous azimuts, à la manière d’un tir de saturation, infiniment plus toxique que la guerre d’Irak, en ce que les binationaux syro occidentaux qui se sont enrôlés sous la bannière de l’OTAN dans une fonction mercenaire au service des groupements islamistes pour la destruction de leur pays d’origine, a été infiniment plus importante que ne l’ont été ces intervenants dans la guerre d’Irak.

Pour ces concepteurs, l’objectif était d’une grande limpidité: La désinformation par la surinformation pour provoquer la désorientation du citoyen et sa dépolitisation.

La guerre de substitution à l’Iran a ainsi été présentée par les médias occidentaux, particulièrement français, comme un combat pour la démocratie alors qu’elle a été menée en fait par de hordes de terroristes islamistes, mercenaires des pétromonarchies, pays réputés parmi les plus obscurantistes de la planète, alliés paradoxalement aux «grandes démocraties occidentales».

5 Épilogue: De la faillite des équipées coloniales de la France et du Royaume Uni contre les pays arabes.

Chef de file de la coalition islamo-atlantiste dans la guerre contre la Syrie en raison de son ancien rôle de puissance mandataire, la France a été très vite disqualifiée du fait de la piètre prestation de ses représentants au sein de la direction de l’opposition off-shore,

-Bourhane Ghalioun, premier président de la structure et Basma Kodmani, son porte-parole- et des excès verbaux contre productifs des dirigeants français: «Bachar ne mérite pas d’être sur terre (…) Jabhat An Norsa fait du bon travail en Syrie» qui valurent à son auteur, Laurent Fabius, une promotion au temple de vertus républicaines, la présidence du Conseil Constitutionnel.

Au terme de deux ans de gesticulation, émaillée de deux grosses bourdes médiatiques, la France a été réduite au rang de «pays affinitaire».
La France et le Royaume Uni, les deux anciennes puissances coloniales du Moyen Orient, s’étaient déjà livrées à une agression conjointe, en 1956, contre un pays arabe, l’Égypte, pour châtier Gamal Abdel Nasser d’avoir nationalisé le Canal de Suez.

Paris à l’époque avait l’œil rivé sur Alger en pleine ébullition révolutionnaire et Londres sur le protectorat d’Aden.

Cette agression tripartite menée de connivence avec leur pupille, Israël, n’a pas eu l’effet escompté. L’Algérie est devenue indépendante six ans plus tard et le Sud Yémen, très exactement onze ans après le coup de Suez, précisément avec l’aide de Nasser.

La nouvelle équipée coloniale franco-britannique, en 2011, a visé tout à la fois la Libye et la Syrie, deux pays sans endettement extérieur, de surcroît, deux alliés de la Russie et de la Chine, les deux puissances contestataires de l’hégémonie occidentale sur la planète.

Sans résultat, là aussi, sinon la destruction de la Syrie et la fragilisation de la zone; le retour en force de la Russie sur la scène diplomatique internationale; le déploiement de l’Iran en Syrie, à portée de canons d’Israël; enfin, la montée en puissance du Hezbollah libanais en tant que décideur régional, le cauchemar des Occidentaux et d’Israël.

L’élimination de Mouammar Kadhafi a entraîné la déstabilisation du Mali, un des plus vieux alliés de la France en Afrique, la prolifération métastatique des groupements terroristes islamistes dans le pré carré africain, amplifiée par un flux migratoire du sud de la Méditerranée anxiogène pour l’Europe occidentale.

Si le contentieux est centenaire entre la France et la Syrie, –du fait de la bataille de Mayssaloune, acte fondateur du nationalisme syrien contre le colonisateur français, et de la double amputation du district d’Alexandrette et son rattachement à la Turquie, et de l’amputation du Mont Liban par la création de l’Etat du grand Liban–, l’agressivité du Royaume Uni ne saurait s’expliquer de prime abord à l’égard d’un pays dont le président Bachar Al Assad est diplômé de ses universités en ophtalmologie…

Sauf à considérer que le pays, artisan de la promesse Balfour, portant création d’un «Foyer National juif en Palestine» a veillé à parachever son œuvre en sécurisation d’une entité exogène au sein du Monde arabe à l’effet de briser le continuum stratégique arabe.

En 2011, Paris en Syrie avait les yeux rivés sur le Liban, le clan Hariri et sa clientèle maronite. Londres, les pétromonarchies du Golfe, dont il assurait le protectorat de ses flibustiers du temps où cette zone se désignait, à juste titre, comme la «Côte des Pirates».

Objet d’une diabolisation universelle par les médias atlantistes et islamistes, «Bachar», ainsi qu’il était désigné de manière désobligeamment répétitive, a déjoué les pronostics de tous ses détracteurs et survécu à ses ennemis: 84 % des intervenants médiatiques prédisaient sa chute en 2011-2012; 10 % pour cent sa chute de 2012 à 2015; 5 % sa chute «pas avant 2016». 

https://www.madaniya.info/2017/12/29/syrie-la-prophetie-sur-la-chute-du-president-syrien-bachar-al-assad-a-lepreuve-de-la-guerre-de-syrie/

Dix ans après, la Syrie a été quasiment zappée des écrans du Monde, en même temps que les principaux artisans de cette conjuration de cloportes: les deux présidents français Nicolas Sarkozy et François Hollande et leurs ministres des Affaires étrangères, –les deux super capés de l’intelligentzia française le post gaulliste Alain Juppé et le philo sioniste Laurent Fabius–;

les deux premiers ministres britanniques, David Cameroun, et Teresa May; le président égyptien Mohamad Morsi, qui avait décrété le djihad contre la Syrie;

le mégalocéphalite Émir du Qatar…et naturellement le prince Bandar Ben Sultan, le cappo de tutti cappi du terrorisme international; enfin Hillary Clinton, carbonisé sur le bûcher de ses vanités, enfin Robert Ford, le gauleiter américain de l’opposition off-shore monarchique. La liste n’est pas limitative.
Ainsi trépassent les gloires de ce monde. L’histoire est impitoyable avec ceux qui l’insultent.

Ci-joint des liens sur les dérives de la presse française

1–La déconfiture de la presse française à propos de la guerre de Syrie: Les cas de Libération et Le Monde

Vanessa “Fake News” Burggraf, promue Directrice de la Rédaction de France 24.
Sur la fausse défection de Lamia Chakkour,, ambassadrice de Syrie en France: La défection de Farouk al-Chareh, vice-président syrien, a été annoncée par les médias au moment où Laurent Fabius, le super capé de la méritocratie française, prédisait “des défections spectaculaires à la tête du régime syrien“.

Mais il n’en a rien été. Alors en guise de lot de consolation, la défection de l’ambassadeur de Syrie en France et son ralliement à l’opposition a été jetée en pâture. L’intox négligeait un fait capital: l’identité du diplomate: Lamia Chakkour est en fait la fille du Général Youssef Chakkour, chef d’état-major (chrétien) de l’armée syrienne durant la guerre d’octobre 1973 et maître d’œuvre de la récupération partielle du Golan, le plateau syrien occupé par Israël.

Ci joint le lien du Fake News. (Au passage, observez Vanessa Burggraff remerciant pour son “courage” la fausse Lamia Chakkour)

Nul n’est prophète dans son pays, surtout lorsque le «faiseur d’opinion» est animé d’une opinion sur-déterminée par ses présupposés idéologiques, ses œillères intellectuelles, sa cécité politique ou son soubassement financier.

De la Déstabilisation du Liban par le Royaume Uni dans la phase du «printemps arabe» 2/3

By René Naba , In Actualités ,

Mars 2022 Étiquettes : Liban

1 – La jeunesse chrétienne et chiite de même que les femmes: Levier de la politique britannique au Liban.

«Le Royaume Uni a voulu brûler le Liban, recyclant à l’encontre du pays frontalier d’Israël la stratégie mise en œuvre contre la Syrie depuis 2011.

Le gouvernement de Sa Majesté a tenté d’infléchir les orientations politiques du Liban, via des sociétés de Relations publiques, noyautant les institutions libanaises d’espions locaux à sa solde.

«Pour ce faire, le gouvernement de Sa Majesté a proposé son assistance au gouvernement libanais en usant de la tromperie en vue de lui faire admettre des espions déguisés au sein des organismes de la société civile, les forces armées et les médias en vue de la satisfaction de ses objectifs impériaux (…).

«L’objectif sous-jacent de Londres était de parvenir à renverser le pouvoir libanais quand bien même il bénéficie du soutien de sa population», révèlent les documents divulgués par Anonymous et dont le quotidien libanais Al Akhbar en a publié de larges extraits lundi 14 et mardi 15 décembre 2020.

«En vue de provoquer un «changement social positif», la firme britannique ARK a proposé de mettre en avant la «lutte contre la corruption» en vue d’inciter les Libanais à provoquer le changement.

«La coopération avec l’armée et les forces de sécurité en vue de gagner la confiance de ces deux institutions constituera un des volets de l’articulation de la stratégie britannique.

«Le Foreign Office a appliqué la feuille de route élaborée par ARK (Analysis, Research, Knowledges), notamment le ciblage de la population libanaise en vue de provoquer un renversement pacifique du pouvoir; une reprographie réalisée par la firme britannique auparavant sollicitée pour la déstabilisation de la Syrie.
«ARK a principalement ciblé la jeunesse chrétienne et chiite, représentant 12% de la population libanaise, de même que les femmes, particulièrement visées par la crainte de la paupérisation et du déclassement social.
Le projet a reçu l’aval du gouvernement britannique le 19 juillet 2019, soit 3 mois avant le soulèvement populaire qui a provoqué la démission du premier ministre libanais Saad Hariri, entraînant une vacance prolongée du pouvoir.

Ce soulèvement est intervenu, curieusement, alors que le président libanais Michel Aoun s’apprêtait à une normalisation des relations entre la Syrie et le Liban, gelées depuis le déferlement djihadiste en Syrie, en 2011.

La normalisation syro-libanaise devait favoriser le retour de près de 1,5 millions de réfugiés syriens dans leur pays d’origine.

De même la réouverture des frontières entre la Syrie et l’Irak, via le poste de Boukamal, devrait favoriser le transit des produits agricoles libanais vers l’hinterland arabe et soulager l’économie libanaise, affectée par les sanctions unilatérales américaines contre le Hezbollah libanais et ses sympathisants pour les contraindre à souscrire à la transaction du siècle.

Sur ce soulèvement cf ces liens:

2 – L’anarchie sous couvert de la promotion de la démocratie

«Comment le Royaume Uni a-t-il réussi à noyauter la plupart des grandes institutions libanaises? Comment les Services de sécurité libanais n’ont pas réussi à déjouer les menées britanniques, particulièrement la présence de dizaines de firmes britanniques directement téléguidées par l’ambassade britannique à Beyrouth?

«La réponse est simple: Les services libanais pilulent d’espions à la solde des britanniques.

Anonymous précise que l’opération de noyautage britannique des institutions libanaises avait pour nom de code «Cheval de Troie».

«La population libanaise est facile à exciter et à l’inciter à se révolter contre le gouvernement libanais», ajoute-t-il.

Le Foreign Office a mis au point une plate-forme revendicative en trois points, réclamant la participation des femmes à la vie publique, allouant un budget de 1,2 millions de livres sterling pour la réalisation de cet objectif; la participation des jeunes à la vie publique nationale; enfin le renforcement des mécanismes de contrôle démocratique et de redevabilité (Al Mouhassaba), de même que le renforcement du dialogue entre les parlementaires et les hommes d’affaires libanais.

3- ARK et la crise des ordures: Levier de déstabilisation

ARK, qui a bénéficié des subventions gouvernementales de l’ordre de 20 millions de Livres Sterling de 2012 à 2018, pour la réalisation des objectifs du gouvernement britannique en Syrie et au Liban, a recommandé d’exploiter la crise des ordures en tant que levier revendicatif «un thème populiste à l’effet de mobiliser la jeunesse et de l’inciter à réclamer une plus grande participation à la vie publique libanaise».

ARK a préconisé de concentrer les efforts du gouvernement britannique sur la jeunesse de Tripoli et de Saïda, deux grandes villes à majorité sunnite, la première au Nord du Liban, frontalière de la Syrie, la seconde, chef lieu du Sud Liban, qui donne accès à la région frontalière avec Israël, ainsi que dans le secteur de la Beka’a centrale, voie de transit entre la Syrie et le Liban.

Et de soutenir l’ONG «ANA HAWN» (Je Suis Ici) qui a ultérieurement élargi son champ d’action à Beyrouth, le fief sunnite de la capitale libanaise.

Anonymous précise «avoir avisé le gouvernement britannique qu’il se proposait de divulguer les documents piratés, lui accordant un délai pour évacuer ses espions au Liban».

4- ECORYS et les réfugiés syriens.

ECORYS, financée, elle, par l’Union Européenne, a ciblé les réfugiés syriens présents au Liban avec pour «objectif non pas tant leur retour dans leur pays, mais d’assainir les relations entre les réfugiés syriens et leurs hôtes libanais en vue de favoriser leur enracinement au Liban».

Note de la rédaction de https://www.madaniya.info/

Le Liban abrite près de 1,5 millions réfugiés syriens et environ 300 000 réfugiés palestiniens d’une précédente crise migratoire.

Avec un total de 4,5 millions d’habitants, la présence des réfugiés syriens représente aujourd’hui un quart de la population libanaise.

Dans ce pays régi par le système confessionnelle, la présence d’un tel nombre de personnes de confession majoritairement musulmane sunnite ferait pencher la balance démographique en faveur des sunnites au détriment des chrétiens et des chiites.

Faisant face à une crise financière aiguë, l’opinion publique libanaise nourrit une sourde hostilité à l’égard de cette main d’œuvre concurrente et bon marché.

Les frictions entre réfugiés et Libanais ne cessent d’augmenter, plus particulièrement dans les régions du pays accueillant déjà des Palestiniens. Les habitants craignent de ne plus trouver de travail et de voir l’insécurité augmenter dans leurs quartiers.

A l’initiative de la France, l’Union Européenne souhaite maintenir les réfugiés syriens dans les pays limitrophes de la Syrie afin d’en faire un instrument de pression électoral dans la perspective des échéances électorales syriennes.

Ce faisant, les pays occidentaux chercheraient à faire supporter par les pays limitrophes de la Syrie les conséquences de leurs erreurs et de leur échec.

Fin de la note.

5- Maurice and Charles Saatchi

M and C Saatchi s’est déjà distingué au Liban, en tandem avec Quantum du libanais Elie Khoury, lors de la «révolution colorée» de 2005 qui s’est déroulée dans la foulée de l’assassinat de l’ancien premier ministre Rafic Hariri et a abouti au retrait des troupes syriennes du Liban.

Fort de ce précédent, la firme britannique a été un «partenaire essentiel de la stratégie de déstabilisation du régime libanais», auparavant «un des principaux soutiens à l’opposition» off shore pétro monarchique syrienne.

Constitué d’un réseau de 22 agences indépendantes réparties à travers le Monde, la nouvelle agence M&C Saatchi MENA regroupe, en plus de Quantum, les divisions Brand Central (spécialisée dans l’image de marque), Fusion Digital (multimédias) et Vertical Media Services (achats média).

Trois compagnies du groupe Quantum ne sont pas concernées par cette alliance: il s’agit de Cube (digital) Comtrax (contenu média et analyse d’image) et Firehorse (production de contenu télé).

Anonymous présente la firme britannique comme le «maître d’œuvre des opérations de déstabilisation en substitution aux services de renseignements occidentaux».

La branche libanaise de M and C Saatchi a assumé un «rôle clandestin dans la mise en œuvre de la stratégie de déstabilisation britannique envers le Liban. Elle a notamment veillé à «assurer la protection de ses agents locaux, à contrôler les médias libanais notamment à propos des informations concernant les activités des ONG britanniques et occidentales

6- Torchlight (le flambeau)

Torchlight, dont le siège est à Amman, s’était déjà distinguée en Syrie en portant assistance aux groupements terroristes syriens en partenariat avec Albany et Magenta, deux autres officines britanniques.

Anonymous a réussi à percer l’identité des agents de la sécurité libanaise et des services de renseignements qui collaboraient avec la firme britannique.

Augusters Lersten, ancien responsable militaire britannique, a été chargé de la supervision des activités de Torchlight en Syrie et au Liban. En Syrie, il a veillé au bon fonctionnement du service d’information de l’Armée libre syrienne (ALS).

7 – L’Iran et la Russie, au hit parade du sondage, loin devant les États Unis, le Royaume Uni et l’Arabie saoudite

Un sondage ARK, dont le siège est à Doubaï, a révélé à la grande surprise des occidentaux que la détention par le Hezbollah d’armes de guerre ne posait pas problème aux libanais, conduisant les services occidentaux à intensifier leur propagande clandestine en vue de modifier l’opinion des Libanais sur ce sujet hautement sensible pour les stratèges occidentaux et israéliens.

En dépit de la propagande intensive occidentale, ce même sondage révélait que l’Iran et la Russie bénéficiaient au sein de la population libanaise d’une plus grande popularité que les États Unis, le Royaume Uni et l’Arabie saoudite.

8- L’infiltration des camps palestiniens du Liban.

Le Liban contient 12 camps officiels hébergeant 225.125 réfugiés. Bourj Al Barjaneh Sabra Chatila et Mar Elias et Dbayeh (banlieue de Beyrouth), Ain Al Helwé, et Miyeh Miyeh (Banlieue de Saïda), Nahr Al Bared et Baddawi (Banlieue de Tripoli), Bourj Al Chémali et Rachidiyeh (Banlieue de Tyr) ainsi qu’A Buss et Wavel.

Quatre camps ont été détruits, Dikwaneh, Jisr el-Bash (banlieue de Beyrouth à à la faveur de la guerre civile libanaise (1975-1990) et Nabatiyeh (sud Liban).

«Un fait notable: le grenouillage des services occidentaux dans les camps palestiniens est infiniment supérieur et intense que l’activisme déployé dans ces camps par Mohamad Dahlan, le dirigeant palestinien dissident rival de Mahmoud Abbas, président de l’Autorité Palestinienne et financé par Abou Dhabi.

«Ce grenouillage pourrait expliquer les changements intervenus dans l’opinion de la population des camps palestiniens: Dans la décennie 1970, les camps palestiniens du Liban constituaient un vivier du militantisme révolutionnaire, un réservoir de fedayines, le levier d’un changement social au Liban.

De nos jours, les camps palestiniens sont engagés dans ses conflits confessionnels sectaires, sans rapport avec leur objectif majeur: La Libération de la Palestine

Et du noyautage des services de sécurité du Liban par les britanniques

Illustration

La photo prise le 23 février du site de Jdeidé, dans l’agglomération urbaine de Beyrouth, montre un “fleuve d’ordures” traversant certains quartiers de la ville. (Crédits : Reuters)

Do you recall the many ONG that were funded by the UK foreign office, the M16 and the UK army…to destabilize Syria?

Like the “White Helmet”, ARK (Analysis Research Knowledge), The Global Strategy Network (TGSN), Albany, Innovative Communication & Strategies (InCoStrat), Observatoire Syrien des Droits de l’Homme, Mayday Rescue Foundation

The UN received these faked documents, along with most western colonial power Nations, and Japan too.

200 ONG were trained in 130 centers for diffusing faked video, documentaries… to all the main news medias

En point de mire

De la déstabilisation de la Syrie et du Liban par le Royaume Uni dans la phase du «printemps arabe». 1/3 (part 1 of 3)

By René Naba , In Politique 

7 Mars 2022

1 – Les révélations d’Anonymous sur La «guerre de Sa Majesté» contre la Syrie et le Liban

Moins tonitruant que la France, mais plus perfide et autrement plus efficace, le Royaume Uni a assumé un rôle redoutable dans la déstabilisation de la Syrie et du Liban, les deux anciennes chasses gardées françaises au levant, à la faveur de la séquence du “printemps arabe”, sans qu’il ait eu besoin de criminaliser les contestataires à sa stratégie, sans qu’il ait été relégué au rang d’”affinitaire”, sanction de son échec, comme ce fut le cas de son partenaire français.

Telle est la principale révélation d’ ”Anonymous” qui a réussi le tour de force de pirater les documents confidentiels du “gouvernement de Sa Majesté”.

Anonymous (en français: les «Anonymes») est un collectif d’internautes activistes spécialisé dans la piraterie informatique (hacker) se manifestant notamment sur Internet, agissant de manière anonyme et qui se présente comme défenseur de la liberté d’expression.

En considération de ces capacités, Anonymous a été présenté par la chaîne de télévision américaine CNN comme étant l’un des trois principaux successeurs de WIKILEAKS.
Les documents ont été publiés sous une série de dossiers intitulés, Op. HMG [Gouvernement de Sa Majesté].

Extraits

2- Domestiquer la Syrie

Le Royaume Uni a conçu une guerre totale dans le domaine de la propagande contre le Syrie en vue de domestiquer le régime baasiste, mobilisant bon nombre de firmes de relations publiques opérant sous couvert d’organisations non lucratives en vue d’emporter le soutien occidental à l’opposition syrienne dans ses deux variantes politiques et militaires.

En 2014, le Foreign Office, le ministère de la défense et le ministère du Commonwealth ont déclenché une campagne conjointe en vue de faire bénéficier l’opposition syrienne des contacts stratégiques, en tissant un réseau relationnel entre les Médias et les groupements syriens.

Un document gouvernemental de 2017 expliquait clairement comment la Grande-Bretagne a financé le «mentorat de sélection, de formation, de soutien et de communication des militants syriens qui partageait la vision du Royaume-Uni pour une future Syrie… et qui respecterait un ensemble de valeurs conformes à la politique du Royaume-Uni».

Cette initiative a nécessité un financement du gouvernement britannique «pour soutenir l’activisme des médias de base syriens dans les sphères de l’opposition civile et armée » et visait les Syriens vivant à la fois dans des territoires «extrémistes et modérés» tenus par l’opposition.

En d’autres termes, le ministère britannique des Affaires étrangères et l’armée ont élaboré des plans pour mener une guerre médiatique globale contre la Syrie.

Les révélations d’Anonymous sur ce lien pour les locuteurs arabophones

3 – ARK (Analysis Research Knowledge), The Global Strategy Network (TGSN), Albany

Pour établir une infrastructure capable de gérer le blitz de propagande, la Grande-Bretagne a payé une série d’entrepreneurs gouvernementaux, y compris ARK (Analysis Research Knowledge), The Global Strategy Network (TGSN), Innovative Communication & Strategies (InCoStrat), et Albany.

Le travail de ces entreprises s’est fait en concertation avec des membres de l’opposition syrienne.

L’une des principales entreprises du gouvernement britannique derrière le régime de changement de régime en Syrie s’appelle ARK (Analysis Research Knowledge). L’ARK a joué des médias comme d’un violon.
ARK est basé à Dubaï, aux Émirats Arabes Unis.

Elle se présente comme une ONG humanitaire, affirmant qu’elle «a été créée afin d’aider les plus vulnérables» en créant une «entreprise sociale, autonomisant les communautés locales par la fourniture d’interventions souples et durables pour créer une plus grande stabilité, des opportunités et de l’espoir pour l’avenir ».

En réalité ARK est une agence de renseignement dont les fonctions sont intégrées aux interventions armées occidentales.

Dans un document divulgué qu’elle a déposé auprès du gouvernement britannique, ARK a déclaré que son «objectif depuis 2012 a été de fournir des résultats très efficaces, politiquement et sensibles aux conflits. Objectif consigné dans un document intitulé Programmation de la Syrie pour les gouvernements du Royaume-Uni, des États-Unis, du Danemark, du Canada, du Japon et de l’Union européenne.

Trois des firmes précitées (ARK, TGSN et Albany), dont les équipes étaient constituées de contractuels du gouvernement britannique, ont été chargées de cette guerre psychologique totale en collaboration avec les Etats Unis, le Canada, les Pays Bas et les Nations Unies.

Sur son site web, ARK a établi une liste où tous ces gouvernements sont cités en tant que clients, ainsi que les Nations Unies.

ARK s’est vanté d’avoir supervisé des contrats d’une valeur de 66 millions de dollars pour soutenir les efforts de l’opposition en Syrie.

ARK a ainsi formé 150 activistes au maniement des caméras, l’éclairage et le son.

En six mois, ARK a inondé le monde de tracts diffusant près de 668.600 documents, affiches, tracts, contrôlant 97% de la production vidéo de l’opposition syrienne, employant 19 entraîneurs locaux, 23 rédacteurs, 27 photographes vidéo, 8 centres de formation, 3 bureaux d’information et de propagande ainsi que 23 responsables de programme de recherches chargés d’éditer des études visant à valider les thèses de l’opposition syrienne.

Ces trois firmes se sont targuées d’entretenir les meilleures relations avec les grands vecteurs internationaux notamment: Reuters, New York Times, CNN, BBC, Financial Times, Al Jazeera, le service arabe de Sky News, Orient TV ainsi que la chaîne saoudienne Al Arabiya, à qui elles fournissaient régulièrement de la matière visant à privilégier le point de vue du «Gouvernement de Sa Majesté».

Deux cents organisations non lucratives, formées dans 130 ateliers, ont bénéficié des subventions liées à ce programme avant d’être infiltrées à l’intérieur du territoire syrien pour y mener des actions d’agit-prop.

4- Même la légendaire BBC.

La BBC réputée pour son légendaire professionnalisme, n’a pas échappé à la tentation de l’intoxication. La radio britannique a dû battre sa couple, avouant avoir réalisé un reportage «ne correspondant pas à ses critères professionnels » à propos de la Syrie, dans un documentaire de Radio 4 diffusé en novembre 2020.
Ce reportage tentait de discréditer l’inspecteur de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) qui avait dénoncé le rapport de sa propre organisation comme un faux en l’accusant d’avoir été corrompu par Wikileaks.

La radio anglaise accusait également un éditorialiste du Daily Mail, Peter Hitchens, qui avait révélé la manipulation de l’OIAC d’être un supporter du «régime de Bachar».

L’accusation selon laquelle la République arabe syrienne aurait utilisé des gaz contre sa propre population ne repose sur un aucun argument crédible. C’est pourtant un des éléments de propagande les plus utilisé contre elle.
CF à ce propos : «Mayday: The Canister on the Bed, Radio 4, 20 November 2020 », BBC Executive Complaints Unit, Septembre 2, 2021.

5 – James Le Masurier et les Casques blancs et l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme.

Au-delà de cet impressionnant dispositif de propagande, le Royaume Uni a mis sur orbite deux projets particulièrement pernicieux: les Casques Blancs et l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme

A – Les Casques Blancs:
Ce collectif d’urgence humanitaire s’est distingué par sa théâtralité, mais s’est vite discrédité par ses connections terroristes et son fondateur, mort dans des conditions mystérieuses en 2019 en Turquie dans une opération qui s’est apparentée à une élimination d’un témoin encombrant.

Ancien officier de l’armée britannique devenu directeur d’une ONG néerlandaise, la Mayday Rescue Foundation, James Le Masurier, le fondateur des «Casques Blancs» de Syrie, né le 25 Mai 1971 à Singapour, est décédé le 11 Novembre 2019 à Istanbul dans des conditions mystérieuses. Il a été retrouvé mort au pied de l’immeuble où il habitait, avec de multiples fractures.

Cet ancien agent du MI6 a été repéré, notamment dans les Balkans et au Moyen-Orient. Ses relations avec des groupes terroristes ont été rapportées lors de sa mission au Kosovo.

Les «Casques blancs» se sont révélés en fait «une structure de propagande» anti-Assad qui collaborerait avec des terroristes, selon la journaliste britannique Vanessa Beeley, qui a fait état de nombreux cas de coopération étroite entre les Casques blancs et des groupes extrémistes tels que le Front Al-Nosra et Harakat Nour al-Din al-Zenki, à Alep-Est et ailleurs.

Pour aller plus loin sur ce thème: Vanessa Beeley démolit le mythe des «Casques Blancs»:

B – Innovative Communication and Strategies (InCoStrat), Observatoire Syrien des Droits de l’Homme
Cette structure chapeautait deux sous-traitants du ministère britannique des Affaires étrangères travaillant sous la supervision du ministère de la défense.

Elle était chargée de la communication des «groupes armés modérés» en Syrie. Leur mission était de produire des éléments de langage et du matériel de propagande: des vidéos, des photos, des rapports militaires, des brochures avec les logos des groupements combattants.

Un budget de 2,4 millions de Livres Sterling (3 millions d’euros) par an lui était alloué depuis l’affaire des armes chimiques, l’été 2013.

D’abord destiné à la société de management de crise Regester Larkin, ce budget a été réaffecté à Innovative Communications ans Stratégies (InCoStrat), une compagnie créée en 2014.

Les deux sociétés, basées à Londres et à Washington, ont été créées par le colonel Paul Tilley. Il employait 50 personnes à Istanbul.

Ces mêmes sociétés ont conclu un autre contrat avec le Yémen.
Cette opération est distincte de celle de l’Observatoire Syrien des Droits de l’Homme (OSDH) qui dépend lui du MI6, le service de renseignements britannique chargé du théâtre extérieur.

Créé en mai 2006, à Coventry au Royaume-Uni, l’OSDH est dirigé par Rami Abdel Rahmane, de son vrai nom Oussama Ali Souleiman.

Né à Baniyas en Syrie, il se présente comme musulman, laïc. Son organisme est la source la plus importante utilisée par les principaux médias occidentaux pour la guerre civile syrienne depuis l’expulsion des journalistes étrangers. La neutralité et la fiabilité de cet organisme sont cependant contestées par certains experts du conflit

Les documents visés par le Guardian, qui en a révélé l’existence, attestent que ces sociétés assuraient la communication du Mouvement Hazm et de l’Armée de l’Islam. Ce dernier serait en réalité une dénomination modérée utilisée par les combattants d’Al Qaida.

Au Conseil de sécurité de l’ONU, le Royaume Uni s’est opposé à son inscription sur la liste des organisations terroristes au motif qu’il participe aux négociations de paix de Syrie à Genève. (CF. à ce propos «How Britain Funds the propaganda War against ISIS in Syria», IAN Cobain, Alice Ross, Rob Evans, Mona Mahmooudht- The Guardian May 3rd 2006. Et aussi: Charles Skelton: Qui produit le discours?

 https://www.the guardian.com commentisfree/2012/jul/12/syrian-opposition-doing the talking.

Pierre-Simon Laplace (1749 – 1827) was a French mathematician and scientist. He is sometimes called the “Newton of France”, because of his wide range of interests, and the enormous impact of his work.

In a five-volume book, Laplace translated problems in celestial mechanics from geometry to calculus.

This opened up a wide range of new strategies for understanding our universe. He proposed that the solar system developed from a rotating disk of dust.

Laplace also pioneered the field of probability, and showed how probability can help us understand data from the physical world.

Joseph-Louis Lagrange (1736 – 1813) was an Italian mathematician who succeeded Leonard Euler as the director of the Academy of Sciences in Berlin.

He worked on analysis and the calculus of variations, invented new methods for solving differential equations, proved theorems in number theory, and laid the foundations of group theory.

Lagrange also wrote about classical and celestial mechanics, and helped establish the metric system in Europe.

Leonhard Euler (1707 – 1783) was one the greatest mathematicians in history. His work spans all areas of mathematics, and he wrote 80 volumes of research.

Euler was born in Switzerland and studied in Basel, but lived most of his life in Berlin, Prussia, and St. Petersburg, Russia.

Euler invented much of the modern mathematical terminology and notation, and made important discoveries in calculus, analysis, graph theory, physics, astronomy, and many other topics.

Bernhard Riemann (1826 – 1866) was a German mathematician working in the fields of analysis and number theory. He came up with the first rigorous definition of integration, studied differential geometry which laid the foundation for general relativity, and made groundbreaking discoveries regarding the distribution of prime numbers.

Alan Turing (1912 – 1954) was an English mathematician and is often called the “father of computer science”.

During the Second World War, Turing played a critical role in breaking the Enigma code used by the German military, as part of the “Government Code and Cypher School” at Bletchley Park. This helped the Allies win the war, and may have saved millions of lives.

He also invented the Turing machine, a mathematical model of a general purpose computer, and the Turing test, which can be used to judge the ability of artificial intelligence.

Turing was gay, which was still a crime during his life, and meant that his groundbreaking accomplishments were never fully recognised. He committed suicide at the age of 41.

The French mathematician Henri Poincaré (1854 – 1912) is often described as the last universalist, meaning that he worked in every field of mathematics known during his lifetime.

Poincaré is one of the founders of the field of Topology, and he came up with the Poincaré conjecture. This was one of the famous unsolved problems in mathematics, until it was proven in 2003 by Grigori Perelman

He also found a partial solution for the “three body problem”, and discovered that the motion of three stars or planets in space can be completely unpredictable. This laid the foundation for modern Chaos theory.

Poincaré was the first to propose gravitational waves, and his work on Lorentz transformations was the basis upon which Albert Einstein built his theory of special relativity.

Ada Lovelace (1815 – 1852) was an English writer and mathematician. Together with Charles Babbage, she worked on the Analytical Engine an early, mechanical computer.

She also wrote the first algorithm to run on such a machine (to calculate Bernoulli numbers), making her the first computer programmer in history.

Lovelace described her approach as “poetical science”, and spent much time thinking about the impact of technology on society.

There are many kinds of heart attacks. Mine was an obstruction of blood flow in one of the main arteries on the left side of the heart.

Actually, the terrible pain was felt on the right side, around the upper chest, neck and shoulder. The actual center for the pain is the bottom of the heart, as the surgeon says, and as many people think they have an acute stomach ache. Go figure.

After reading the perfectly healthy blood tests, physicians jump to the conjecture that you are a smoker.

Yes, I am a smoker, Not a heavy smoker. Barely a pack a day. And I claim that the cause for my heart attack is Not mainly from smoking, but from a genetically deficient parts that eventually kicked in, or parts that were weakened during the many sicknesses and illnesses in a lifetime.

The story started on the morning of March 2. I had performed my exercises with weight of 5kg in each hand for half an hour and was feeling great. No symptoms of any kinds of pain.

Then the nasty pain lasted about 2 minutes with sweating and then it subsided for an entire day. I went on with my day as usual.

I knew then that this is a stroke and that I should be checking on a hospital very soon. The weather was cold, rainy and Not promising to be going out and I delayed the decision if this accident happens again.

I suffered another attack at night for short duration and waited for the morning, on the assumption that hospitals and emergencies are Not best functioning at night.

Around 6 am, as I opened my eyes, the pain started at the bottom right side of my neck and I understood that the attack has started. Not sure if it was the onset of the attack that woke me up.

This time around, the pain would Not let go, not for a few seconds. Continuous pain. I called my neighboring cousin to take me right away to the emergency unit of the hospital of Beit-Chabab, my hometown.

The emergency personnel took blood sample and heart recording on papers, did their best to lower my blood pressure that reached 18, and arranged with a heart physician to meet me at the hospital of Abou Jawdi for further check up and machines that were Not available in Beit-Chabab.

The pain was continuous and my cousin Noel drove me down to the Abou Jawdi hospital, a 30 minutes drive.

They welcomed me with 2 tests for Covid. One test called a quick one for 200 LP and a formal one for 250 LP in order to enter the hospital.

This welcoming expenses was bad omen to my shattered health condition, a condition that never occurred to my mind that I might become a victim.

A “routine” radio for the chest was done and I submitted to a lengthy “Mill” operation and 2 “ressorts” were inserted in my blocked artery.

The operation lingered and I felt this urge to piss that was overwhelming and let the operating team know my “discomfort”.

They kept telling me to be patient, as if Not pissing is totally in my power.

It turned out that after opening the artery, the blood refused to flow in. So they decided that I will have to wait 5 days in the ICU before they attempt another “Mill control” on Monday.

I spent 24 hours of constant pain, before, during and after the operation, and in the same region of the right upper chest, neck and shoulder.

I experienced the next day an additional kind of 24 hours pain: this time was every time I inhale for breath.

The nurses wanted me to drink 2 L of water in order to evacuate all the medicines they made me ingest, but I barely could drink or eat because this constant blurting of air (tedshayi), even on an empty stomach.

I was never comfortable in that unit reserved for myself, with all the pains, gases and the onset of diarihya.

The nurses had order Not to allow me to step down and check the WC to relieve myself and the experience of using this totally dirtying and uncomfortable utensil in bed was a nasty experience.

The male nurse had a very hard time to clean me up and he decided that it would be best to totally shave my ass in the second attempt.

On Monday, the second mill control was a success: the blood was strongly flowing and the team of operators almost opened Champaign bottles to celebrate this vision.

Mind you that I left in an emergency and never remembered to bring a bag containing emergency items that hospitals refuse to provide, like a comb, a razor, a slipper… I looked like a cave man during my stay.

This year, the month of March was the coldest in recent history and I stayed in bed for warmth.

I visited the surgeon 9 days later and the echo-cardio doppler showed a perfectly functioning heart and arteries. The damage to the heart muscle was very minimal.

I was given a lengthy list of medicines to take: one of them is for a lifetime (Aspicot), another one for an entire year, and a third one to bring to life many tiny arteries that died during this accident….

I am Not even used to take Panadol for pain and they expect me to take medicines every day, morning and evening. And they are expensive and a few are Not even available for the time being.

Most Britons are direct descendants of farmers who left modern day Iraq and Syria 10,000 years ago, a new study has shown.

After studying the DNA of more than 2,000 men, researchers say they have compelling evidence that four out of five white Europeans can trace their roots to the Near East.

The discovery is shedding light on one of the most important periods of human history – the time when our ancient ancestors abandoned hunting and began to domesticate animals.

Hunters: Chewing harder food meant hunter-gatherers has longer and narrow mandibles

Hunters: Chewing harder food meant hunter-gatherers has longer and narrow mandibles

The invention of farming led to the first towns and paved the way for the dawn of civilisation.

The Leicester University study looked at a common genetic mutation on the Y chromosome, the DNA that is passed down from fathers to sons.

They found that 80% of European men shared the same Y chromosone mutation and after analysing how the mutation was distributed across Europe, were able to retrace how Europe was colonised around 8,000BC.

Middle East farmers

Roots: Britons are descended from farmers who migrated from the Persian Gulf 10,000 years ago according to a new study (file picture)

Prof Mark Jobling, who led the study: ‘This was at the time of the Neolithic revolution when they developed a new style of tools, symmetrical, beautiful tools.

‘At this stage about 10,000 years ago there was evidence of the first settlements, people stopped being nomadic hunter-gatherers and started building communities. 

‘This also allowed people to specialise in certain areas of trade and make better tools because there was a surplus of food.’

European farming began around 9,000 BC in the Fertile Crescent – a region extending from the eastern Mediterranean coast to the Persian Gulf and which includes modern day Iraq, Syria, Israel and southeast Turkey.

The region was the cradle of civilisation and home to the Babylonia, Sumer and Assyrian empires.

Professor Mark Jobling

Skills: Professor Mark Jobling says the settlers were more attractive to women because they could grow more food

The development of farming allowed people to settle down for the first time – and to produce more food than they needed, leading to trade and the freedom to develop new skills such as metal working, building and writing.

Some archaeologists have argued that some of these early farmers travelled around the world – settling new lands and bringing farming skills with them.

But others have insisted that the skills were passed on by word of mouth, and not by mass migration.

The new study suggests the farmers routinely upped sticks and moved west when their villages became too crowded, eventually reaching Britain and Ireland.

The waves of migrants brought their new skills with them. Some settled down with local tribes and taught them how to farm, the researchers believe.

‘When the expansion happened these men had a reproductive advantage because they were able to grow more food so they were more attractive to women and had more offspring,’ said Prof Jobling.

‘In total more than 80% of European men have Y chromosomes which descend from incoming farmers.

‘It seems odd to think that the majority of men in Ireland have fore fathers from the near East and that British people have forefathers from the near East.’ 

The findings are published in the science journal PLoS Biology.

Dr Patricia Balaresque, a co-author of the study, said: ‘This means that more than 80 per cent of European Y chromosomes descend from incoming farmers.’

In contrast, other studies have shown that DNA passed down from mothers to daughters can be traced by to hunter-gatherers in Europe, she said.

‘To us, this suggests a reproductive advantage for farming males over indigenous hunter-gatherer males during the switch from hunting and gathering, to farming – maybe, back then, it was just sexier to be a farmer,’ she said.

Europe was first settled by modern humans around 40,000 years ago. But other types of humans – including Neanderthals – were living in  Europe hundreds of thousands of years earlier.

Note: In a few of my articles, My conjecture was that the largest immigration phases started in the civilized region in the Near-East (cradle of civilization) toward other regions due to climate changes.

Sahir Pandey

A team of Jordanian and French archaeologists have found an exceptionally well-preserved and intact Neolithic shrine at a remote prehistoric hunting campsite in Jordan’s eastern desert that dates back roughly 9,000 years, reports NPR.

This places the shrine in the late Pre-Pottery Neolithic era, a Neolithic culture mostly existed in upper Mesopotamia and the Levant, from circa 10,800 to 8,500 years ago (8800–6500 BC).

The team comprised archaeologists from Jordan’s Al Hussein Bin Talal University and the French Institute of the Near East.

Bran Castle, Better Known As Dracula’s Castle, Has A Long History!

https://imasdk.googleapis.com/js/core/bridge3.505.0_en.html#goog_971115542

A Remarkably Well-preserved Neolithic Shrine Campsite        

The shrine was discovered at a Neolithic campsite near large structures that were mass gazelle traps in a remote part of Jordan. These structures, known as “desert kites,” are thought to have been used to enclose wild gazelles that were slaughtered for meat.

Such traps, that are made of two or more stone walls that converge towards an enclosure, are common across the deserts of the Middle East. The structures are scattered across southwest and central Asia, with some of the oldest believed to be in Jordan’s Badia region .

Jordanian archaeologists carefully moving stones and documenting at Jordan’s Neolithic shrine. Note the rounded pillar stone in the lower righthand corner. (YouTube screenshot / AFP)

Jordanian archaeologists carefully moving stones and documenting at Jordan’s Neolithic shrine. Note the rounded pillar stone in the lower righthand corner. (YouTube screenshot / AFP)

What astonished the archaeologists was that that the site is very well preserved despite its age.

Jordanian archaeologist Wael Abu-Azziza, who is co-director of the project, is quoted by Al Jazeera as saying, “The site is unique, first because of its preservation state. It’s 9,000 years old and everything is almost intact.”

This means the archaeologists will have access to remarkably complete material from the site from which to learn more about the Neolithic culture of the region.

Clearly the Shrine of a Neolithic Hunting Culture

The new Jordanian Neolithic shrine consists of two large standing stones carved with anthropomorphic figures. One of the figures is accompanied with a depiction of the “desert kite” structure. Apart from the stones, the complex contained an altar, sea shells, a hearth, and a miniature model of a gazelle trap.

A handout picture made available by the Jordanian Antiquities Authority shows recently-discovered antiquities linked to hunter-gatherers and dating back to the Neolithic era (4500-9000 BC) in the Jordanian Badia, south-east of the Kingdom. (Alarabiya)

A handout picture made available by the Jordanian Antiquities Authority shows recently-discovered antiquities linked to hunter-gatherers and dating back to the Neolithic era (4500-9000 BC) in the Jordanian Badia, south-east of the Kingdom. ( Alarabiya)

According to a statement from the research team, quoted in Al Arabiya , the discovery of the shrine, “sheds an entire new light on the symbolism, artistic expression as well as spiritual culture of these hitherto unknown Neolithic populations.”

That the shrine was located so close to the gazelle traps and contained representations of the traps themselves clearly reveals the centrality of hunting to the inhabitants of the site.

They were likely specialized hunters who depended largely on the traps for their subsistence in this harsh climatic region with sparse vegetation. As the statement from the archaeological team said, the traps were “the centre of their cultural, economic and even symbolic life in this marginal zone.”

Lifting one of the two Neolithic standing stones that had been inscribed with anthropomorphic figures in the eastern desert of Jordan. (YouTube screenshot / AFP)

Lifting one of the two Neolithic standing stones that had been inscribed with anthropomorphic figures in the eastern desert of Jordan. (YouTube screenshot / AFP)

Humanlike Representations in Neolithic Jordanian Cultures

One of the best-known Neolithic sites in Jordan is the Ain Ghazal near Amman.

Ain Ghazal again belongs to the Pre-Pottery Neolithic age . The inhabitants of Ain Ghazal consumed a varied diet but appeared to have eaten gazelles in substantial quantities.

Ain Ghazal is most famous for a set of plaster anthropomorphic statues that were found buried in pits near some buildings that are believed to have had ritual functions.

These half-size human figures were made of white plaster around a core of bundled twigs. They had clothes and hair, and, in some cases, even ornamental tattoos painted on them. The eyes are made of cowries and have bitumen pupils.

In all 32 such figures were found, some full figures, some busts and a couple of heads.

While these Ain Ghazal figures are very different from the figures found etched on stones at the latest Neolithic shrine and hunting camp site, both have been found at or near structures that had a ritual function.

Given this commonality, is it possible to suggest that anthropomorphism had ritual significance across Pre-Pottery Neolithic cultures in Jordan? Only a more complete analysis of the site by the experts in the days to come will be able to provide an answer.

The Jordan desert has for thousands of years been home to Bedouin tribes and is archaeologically very rich. It is dotted with countless archaeological sites, five of which have a UNESCO World Heritage tag.

The most famous of these is Petra, the Nabatean city carved into the red sandstone in the fourth century BC.

Top image: One of the ancient faces carved in stone at a remarkably well-preserved Neolithic shrine found at a prehistoric gazelle hunting camp in Jordan’s eastern desert. Source: Jordan Tourism Ministry

By Sahir Pandey

For the USA, Ukraine was never supposed to be part of NATO or EU.

Ukraine was to be out of international rules and regulations that occasionally restrict USA free activities in the world.

Ukraine was to be a “rogue” State totally linked to the USA plans

Ukraine was to supplant Israel as the “freest” Hub for criminal activities that converge to back USA “free” economy and financial tentacles around the world.

Criminal activities are an intrinsic part of Anglo-Protestantism ideology compared to Russia Orthodox dogma

يقول تشرشل: (الحقيقة غالية جداً. يجب أن نحرسها بجيوش من الأكاذيب).

يكفي أن نستعرض عينة عشوائية من العقوبات التي تفرض على روسيا الآن، لنقف على حدتها وشراستها، ولنبحث بالأخص في معناها ومرجعيتها:

إخراج روسيا من نظام سويفت.

استهداف الشركات الروسية دون استثناء.

استهداف رجال الأعمال الروس.

تجميد أصول تابعة للصندوق السيادي الروسي.

حجب روسيا من المنصّات الإلكترونية (فيسبوك، تويتر…).

شركات ماستر كارد وفيزا تحجب روسيا من خريطتها.

……

الشركة السويسرية المسؤولة عن مشروع نورد ستريم 2 تعلن إفلاسها.

جامعة بيكوكا الإيطاليّة تصدر قراراً بالتوقف عن تدريس مادة أدبية خاصة بالأديب الروسي فيودور دوستويفسكي (لماذا دوستويفسكي وليس تولستوي أو تشيخوف مثلاً!! هل انتقاماً من مقاله: المسألة اليهودية، والمستبعد من أثاره الكاملة؟ أو لأنّه قاهر النفس الكامدة وقادر على الوصول إلى أقصى ظلامها / جحيمها؟ – تراجعت عن القرار لاحقاً).

الاتحاد الدولي لكرة القدم يمنع الفرق الروسية من اللعب دولياً.

الاتحاد الدولي للقطط يقرر منع القطط الروسيّة من المشاركة في المسابقات الدولية.

متحف أرميتاج الهولندي يقطع علاقته مع المتحف الروسي الأم (أرميتاج) في سان بطرسبرغ.

فريق هاس الأميركي يفسخ عقد سائقه الروسي نيكيتا مازيبين.

منع الطيران الروسي من التحليق فوق أجواء أوروبا، وكندا، والولايات المتحدة ،وغيرها.

العمل على الاستغناء التام عن البترول والغاز الروسيين.

توقف سلسلة مطاعم ماكدونالدز عن العمل في روسيا وإقفال أبوابها (850) مطعم.

توقف سلسلة مقاهي ستاربكس عن العمل في روسيا وإقفال أبوابها.

أوركسترا ميونيخ الفيلهارمونية تستغني عن قائد الأوركسترا الروسي فاليري غيرغييف.

….. والعقوبات تتوالى على مدار الساعة، وكأنها بركان مدمّر لا أحد يعرف متى يتوقف وإلى أين ستصل حممه؟

 عقوبات في مختلف الحقول، وحيثما يوجد روسي، دون استثناء.

دون أدنى شكّ: ثمة من ضغط على (الزرّ) الذي أعلن (النفير العام) في مختلف هذه الحقول والأنشطة التي نزلت كلّها إلى (جبهة العقوبات). (زرٌ) أخرج حتى سويسرا من حيادها التاريخي فتولت حصّة في جبهة العقوبات.

التاريخ يشير إلى عدوين أزليين لبريطانيا: روسيا وألمانيا. والمفارقة أن المشاركة الحاسمة لروسيا في هزيمة ألمانيا في الحربين العالميتين، لم تجعلها صديقة لبريطانيا، وتالياً للولايات المتحدة، بل عمقت العداوة بينهما!!

المعنى تكون (الأرثوذكسية الروسيّة) المقابل الضدي لـ (البروتستاتيّة الأنكلوسكسونيّة).

Le sable radioactif du Sahara survole toute la France

Consulter notre article « Sable du Sahara et césium-137 : un retour à l’envoyeur » dans notre numéro 135 (juillet-août 2021)

15 MARS 2022

Avez-vous remarqué des nuances orangées dans le ciel ce matin ? Ainsi que du sable parsemé sur votre véhicule ou votre table de jardin ?

Le sable du Sahara, avec son lot de radioactivité et de conséquences fâcheuses, est passé par là…

Cet épisode sableux plutôt fort est dû à un puissant flux de sud qui fait remonter une grande quantité de sable du Sahara vers l’Europe.

Il devrait durer jusqu’à vendredi, selon Étienne Blot, ingénieur météorologue à Météo France. « On est loin des situations dynamiques habituelles où le nuage passe assez vite », a-t-il confié à Actu.fr.

Si des spécialistes de la radioprotection avancent que le taux de césium-37 qu’il contient ne représente aucun danger en France, on ne peut pas en dire autant pour les populations locales touchées par les essais nucléaires français effectués dans les années 1960 en plein coeur du désert nord-africain.

◆ La majesté de la nature

Si l’on s’en tient à l’esthétique seulement, on peut trouver cette ambiance onirique et poétique. Découvrons par exemple une photo des sommets pyrénéens que certains comparent aux dunes du Sahara tellement la couche de sable qui les recouvre est significative.

Image prise à EL PAS DE LA CASA, trouvée sur la page Facebook de Météo Pyrénées

◆ Du sable aux méfaits invisibles

Si on analyse un peu plus la nature de ce sable, les informations prennent une tout autre résonance…

En plus de pouvoir être porteuses de maladies, les poussières provenant du Sahara représentent un risque majeur pour l’environnement et la santé comme l’indique un article de France 3 Pyrénées.

Le sable « porte avec lui des valeurs élevées de poussière en suspension et de particules fines de surface (PM10) ».  Une étude de 2019, publiée dans The Cryosphere, a démontré que la poussière venue du Sahara « réduit la durée de la couverture neigeuse en Europe » et qu’elle « assombrit la neige, la rendant moins réfléchissante, ce qui entraîne une augmentation de la fonte des neiges au fil du temps ».

Pour en savoir plus, des scientifiques du Cesbio, le Centre d’études spatiales de la biosphère, ont invité les promeneurs suite à la traversée de la poussière saharienne de février 2021 à récolter des échantillons qui ont donné lieu à un premier rapport en mai 2021.

L’une de ses conclusions est que cet ensablement a des conséquences qui varient « fortement avec la localisation et l’altitude » et qu’il a eu « le potentiel d’entraîner un raccourcissement de la saison d’enneigement de plusieurs dizaines de jours pour les zones les plus touchées. »

 D’autres analyses de ces échantillons sont en cours, notamment pour évaluer le taux de radioactivité.


◆  De la radioactivité dans l’air ?

Comme nous l’expliquions dans notre numéro 135, la France a mené dans les années 1960 des essais nucléaires de grande ampleur dans le désert saharien, dans des conditions sanitaires déplorables.

Le sable qui nous revient selon les caprices de la météo, est donc chargé de particules radioactives, comme l’affirme le spécialiste en radioprotection Pierre Barbey dans un article de Franceinfo.

Même si les quantités de césium 137 mesurées en France sont « assez faibles » selon lui , il juge bon de rappeler  « l’origine et la responsabilité de la France dans ces essais nucléaires ». Il ajoute que « même si pour nous qui sommes très loin du Sahara, il y a une exposition qui est très faible, ce n’est pas du tout le cas des populations avoisinantes ».

Lire que ce  phénomène, selon Futura Sciences, « se produit en moyenne une à trois fois par an dans le sud de la France, avec une intensité variable » laisse songeur…


adonis49

adonis49

adonis49

March 2022
M T W T F S S
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 1,508,237 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 820 other followers
%d bloggers like this: