Adonis Diaries

Son, do Not leave now, when we are Not seeing eye to eye…

Posted on: July 11, 2022

Nada Bejjani Raad

September 26, 2020  · 

« Mon fils, ne t’en va pas »

Pas maintenant. Pas quand nous sommes fâchés.

Fais comme si rien ne s’était passé.

Attends que la poussière retombe.

La veille, quand tu es rentré après cette longue absence… j’avais le cœur qui dansait. Au fond de moi, c’était une explosion.

Quand tu n’es pas là, je perds mes mots, je me fourvoie et, pour que j’avance, il me faut désormais marcher dans tes pas.

Certaines nuits, quand le vent sifflait trop fort, j’oubliais jusqu’à ton prénom.

Et puis ce souffle qui s’est levé, venant du port (Port of Beirut catastrophe).

Ce souffle de verre, cette hécatombe de vies brisées en étoile. Le sang coulait à flots et on ne savait où donner du regard.

Dans les rues, jusqu’à l’aube, tu as erré hagard.

Oublie ce que tu as vu.

Notre ville souvent assassinée… Notre ville comme un millefeuille où passe en accéléré le temps qui, ailleurs, met des plombes.

C’est de mourir cent fois que nous sommes si vivants et chaque instant volé a, ici, le goût de l’éternité.

Mon fils, pourquoi t’es-tu figé ?

D’où vient cette pesanteur ?

Cette mort avant l’heure, est-elle la fois de trop ?

Qu’il est dur ce moment où, suspendu dans le vide, l’homme s’arrête de marcher.

Cette ville dévastée en un battement de cil, c’est le mauvais œil, les dieux qui sont jaloux.

Il est des fêlures qu’on ne peut ressouder, des plaies qui suintent comme des stigmates.

Mais, avec le temps, nous avons scellé un pacte.

Le mauvais œil n’aura pas prise sur notre destinée.

Hier, en fermant les volets, le souffle de la montagne est monté jusqu’à moi. Egrenés en lacets, les villages alentour palpitaient comme des flammes. Dans le ciel, l’étoile du berger s’est levée comme avant.

Ce soir, la lune est pleine et fait du bruit en marchant.

Chaque vie est une victoire, chaque jour une bénédiction et la mort d’Adonis, une affaire de saison. (Oui je meur a chaque saison et ne veut pas attendre la saison prochaine au Liban)

Au jardin de ton père, les amandes sont ouvertes et la figue que tu cueilles est perlée de lait.

Qu’importe que l’on rase l’herbe que tu as foulée, que l’on fauche ta ville et déterre tes morts.

Nous sommes la chandelle qu’on ne peut pas moucher, la moule accrochée à son rocher. Nous sommes le peuple qui danse sur la bouche du volcan. (I wish we had a volcano to visit)

Même si, depuis toujours, tu es tourné vers la mer…

Condamné à porter le Liban en bandoulière, en escarbille au cœur.

Condamné à bâtir le pays des autres (Exactly our people destiny: the countless warrior empires that conquered us since antiquity and abused of us for the construction of these “uncivilized” warriors)

Ici, il nous faut construire sur le sable. (Moush dakeek. Only our political system is built on sand)

Mais tant que la lumière se lève de notre côté, rien ne pourra nous arriver.

See Translation

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

adonis49

adonis49

adonis49

July 2022
M T W T F S S
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Blog Stats

  • 1,508,742 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 820 other followers
%d bloggers like this: