Adonis Diaries

Archive for the ‘death/ terminally ill/ massacres, genocide’ Category

Save the elephants: Donald and Trump Jr. hunting them out

Trump just gave a sickening gift to his son, changing the law to let bloodthirsty American hunters murder elephants in Africa and bring their heads and tails home as trophies. 

Trump Jr. shot and mutilated an elephant — and now his dad is rewarding him by making it so anyone can join the slaughter and bring home elephant body parts as souvenirs, even as ivory poaching threatens to wipe these amazing creatures out.

Let’s build a massive global outcry to shame the US into dropping this disgusting plan, and when it’s huge, Avaaz will work with key African countries to deliver it at a major wildlife protection meeting days away. Sign with one click:

To President Trump, the US Fish and Wildlife Service, and conservation authorities around the world:

Elephants are facing extinction and this is no time to strip them of protection. Trophy hunting drives the slaughter of elephants, increases demand for their body parts, and projects a double standard that makes it harder to tackle ivory poaching. We call on you to do all you can to reverse the US decision to allow the import of elephant trophies, before it is too late.

SIGN HERE

This is Donald Trump’s son with the tail of an elephant he killed.

Advertisements

Former Qatar foreign affairs minister divulges Syria’s financial foreign involvement

A dissenting soldier was paid $15,000, an officer $30,000, a minister $50 million. Over $140 billions were spent on Syria’s war.

The Injerlink Base in Turkey and the Hussein airbase in Jordan were headquarters for coordinating military operations and distributing finances and weapons.

Among the “allies” were USA, Israel, France, England, Morocco, Turkey, Saudi Kingdom, Jordan, Qatar, Gulf Emirates.

Even Saad Hariri, former Lebanon PM, had a office in Gazi Aintab in Turkey and run by the parliamentary deputy Okaab Sakr

Syria managed to get out of a scheduled civil war in 2007, after Israel failed in its pre-emptive war in Lebanon in June 2006.

Jassem confirmed that they played a great role in destroying Egypt, Libya, Syria and Yemen by USA orders.

حمد بن جاسم يكشف لائحة أسعار الضباط والمسؤولين المنشقين

كشف حمد بن جاسم رئيس الوزراء و وزير الخارجية القطري السابق في مقابلة مع قناة BBC البريطانية أن بلاده قدمت الدعم للجماعات المسلحة في سوريا عبر تركيا بالتنسيق مع القوات الأمريكية وأطراف أخرى هي السعودية و الاْردن والإمارات وتركيا، لافتاً إلى أن سوريا فلتت من فخ كان يخطط له منذ عام 2007 أي بعد هزيمة اسرائيل في حربها على لبنان في عام 2006.

وأكد حمد أن الدوحة أمسكت بملف الأزمة السورية بتفويض كامل من السعودية والولايات المتحدة الأمريكية، مشدداً على أن بلاده لديها أدلة كاملة على استلام الملف السوري بالوثائق الرسمية الأمريكية و السعودية.

وأوضح أن الدعم العسكري الذي قدمته بلاده للجماعات المسلحة في سوريا كان يذهب إلى تركيا بالتنسيق مع الولايات المتحدة و كل شيء يُرسل يتم توزيعه عن طريق القوات الأمريكية والأتراك والسعوديين فكان هنالك غرفة عمليات مشتركة في قاعدة انجيرليك الأمريكية في تركيا، تضم ضباط مخابرات من الولايات المتحدة الأمريكية و تركيا و السعودية و قطر و الإمارات و المغرب و الاْردن و اسرائيل و فرنسا و بريطانيا مهمتها تنسيق العمليات العسكرية القتالية في سوريا.

كما خصصت الولايات المتحدة الأمريكية ستة أقمار صناعية مخصصة للتجسس تمد غرفة العمليات بأدق التفاصيل و الصور على مدار 24 ساعة في اليوم، وكانت غرفة العمليات في قاعدة انجيرليك مسؤولة عن العمليات العسكرية في الشمال السوري و كانت هنالك غرفة عمليات في الاْردن في مدينة أربد في الشمال الأردني في قاعدة الحسين الجوية متكونة من ضباط مخابرات أردنيون و اسرائيليون و أمريكان و بريطانيين و سعوديين و اماراتيون و قطريون مهمتها إدارة العمليات في القاطع الجنوبي من سوريا.

وأشار حمد بن جاسم ان ما أنفق على الحرب في سوريا من يوم انطلاقها إلى حد الآن تجاوز 137 مليار دولار، مبيناً أن أمراء التنظيمات المسلحة استغلوا وفرة الأموال فأصبحوا من أصحاب الملايين وأن عمليات الانشقاق في صفوف الجيش السوري كانت أغلبها تجري بإغراءات مالية فالعسكريون العاديون الذي ينشق كان يحصل على 15 ألف دولار أمريكي و الضابط يحصل على 30 ألف دولار أمريكي.

كما أشار إلى أن انشقاق رئيس الوزراء السابق رياض حجاب تم بالتنسيق مع ابن خال رياض حجاب الذي يعيش في الاْردن منذ زمن طويل وقد دفعت له السعودية مبلغ 50 مليون دولار أمريكي، وكذلك انشقاق قائد الحرس الجمهوري السابق في سوريا مناف طلاس تم بالتنسيق بين المخابرات الفرنسية و أخته التي تعيش في فرنسا منذ زمن طويل و تحمل الجنسية الفرنسية مديحة طلاس أرملة رجل الأعمال السوري السعودي أكرم عجة.

كما أشار إلى أن رئيس الوزراء اللبناني سعد الحريري لعب دور كبير في الحرب السورية كان له مكتب في مدينة غازي عنتاب التركية يديره النائب اللبناني عقاب صقر و هذه أحد أسباب إفلاس الحريري، وكذلك لعب رئيس وزراء لبنان السابق نجيب ميقاتي دور كبير من خلال مدير شرطة لبنان اللواء أشرف ريفي، كما لعب الأكراد العراقيون دور كبير في الحرب السورية و بالأخص مسعود البرزاني.

وفي الختام قال حمد بن جاسم لقد لعبنا دور كبير في تدمير مصر و ليبيا و سوريا واليمن وجميعها كانت بأوامر أمريكية.

Al Raqqa in northern Syria: another Hiroshima. What the US does best

Nothing is left in this city by the US bombing. No videos or photos of what happened in this ghost city. Where did the people go? Why this modern barbarism? Anyone accounting for how the US military is behaving in these regions?

وقفة | الرقة أم هيروشيما جديدة؟

خليل صويلح

صور الدمار الهمجي لمدينة الرقة، لم تثر أحداً. كأنّ ما حدث مجرّد ألعاب فوتوشوب. لو كان ما شاهدناه حصل في فيلم بعنوان «مدينة الأشباح» مثلاً، لاستحق سجالاً أعمق.

بقايا شوارع مهجورة، حيوانات ضالة، جسور محطّمة، وحكايات لن يرويها أحد. لا نعلم أين تبخّر أصحاب الرايات السود، وكيف دارت المعارك،

وكم طناً من القنابل والصواريخ صنعت «هيروشيما» أخرى؟

هذا الصمت المريب حيال هذه المدينة الفراتية العريقة يدعو للأسى حقاً. لم تتسابق عدسات الكاميرات إلى هناك، لم نرَ قوافل الهاربين من الجحيم إلى عراء الصحراء. لا توثيق للجريمة، لا شهود على الهمجية، لا وقت للعقاب.

ضباع تتناهش الفريسة بصمت. كأن نهر الفرات بلا ذاكرة، لا أنين لقصب الشواطئ، ووجع العتابا. هنود حمر وحسب. هكذا تسلّل المصور الفوتوغرافي عبود حمام إلى خرائب المدينة لتوثيق هذا الجحيم الدنيوي بمشهديات مفزعة، محاولاً تظهير صورة مدينة، كانت يوماً ما، بشوارع، وبيوت، وأسوار قديمة، تحميها من الغزاة.

ولكن ماذا نفعل بالصور، وكيف نوثّق حشرجات الموتى، والعيون المطفأة لمن تبقّى على قيد العيش؟

 

Brazil recalls Israel envoy to protest ‘disproportionate force’ in Gaza

Brazil follows Ecuador’s decision a day earlier, as well as the UN human rights council’s decision to open commission of inquiry into Israel’ ‘war crimes.’

An Israeli tank in the Gaza region, July 23, 2014.
An Israeli tank in the Gaza region, July 23, 2014. / Photo by Ilan Assayag
By Barak Ravid. Published 11:05 24.07.14
Brazil decided Thursday to recall its ambassador in Tel Aviv to protest what it has called “disproportionate use of force by Israel” in the Gaza Strip.”The Brazilian government considers unacceptable escalation of violence between Israel and Palestine. We strongly condemn the disproportionate use of force by Israel in the Gaza Strip, from which large numbers of civilian casualties, including women and children resulted. The Brazilian Government reiterates his call for an immediate ceasefire between the parties.”

Brazilian Embassy in Israel
Brazilian Embassy in Israel. / Photo by google maps

“Given the seriousness of the situation, the Brazilian government voted for the resolution of the Human Rights Council of the United Nations on the subject In addition, the Ambassador of Brazil in Tel Aviv was called to Brasilia for consultations.”

Brazil is the second country to recall its envoy, following Ecuador’s move a day earlier.

The decision comes amid heightened tensions in the international community over Israel’s operation in the Gaza Strip.

The United Nations Human Rights Council on Wednesday launched a commission of inquiry into alleged Israeli war crimes in its current Gaza offensive, backing Palestinian efforts to have Israel held up to international scrutiny.

Prime Minister Benjamin Netanyahu’s office fiercely condemned the UN council’s decision as a “travesty and should be rejected by decent people everywhere.”

Foreign ministry spokesman Yigal Palmor said Israel was disappointed by the decision, saying “it does not reflect the level of relations between the countries and ignores Israel’s right to defend itself.”

“Such steps do not contribute to promote calm and stability in the region. Rather, they provide tailwind to terrorism, and naturally affect Brazil’s capacity to wield influence. Israel expects support from its friends in its struggle against Hamas, which is recognized as a terror organization by many countries around the world,” he added.

Meeting in Geneva, the 46-member council backed a Palestinian-drafted resolution by 29 votes, with supports from Arab and Muslim countries, China, Russia, Latin American and African nations.

The United States was the only member to vote against the resolution, while European countries abstained.

The last such investigation faced by Israel was the so-called Goldstone Committee, which harshly criticized Israel’s conduct during its 2008 hostilities with Hamas in Gaza.

Netanyahu’s office blasted the rights council for placing its criticism in the wrong place, investigating Israel rather than Hamas and “sending a message to Hamas” that the use of human shields is effective strategy.”

“Rather than investigate Hamas, which is committing a double war crime by firing rockets at Israeli civilians while hiding behind Palestinian civilians, the HRC calls for an investigation of Israel, which has gone to unprecedented lengths to keep Palestinian civilians out of harm’s way, including by dropping leaflets, making phone calls and sending text messages.”

Note 1: Israel start the conflict with jet fighters. Hamas respond by home-made missiles and Israel kills 1,400 Palestinian civilians, injures 4 times this number  and demolish all European infrastructure aids to Gaza

Story of assassination of Bashir Gemayel in Sept. 14, 1982

La mort de Bachir Gémayel et la survie de son assassin

Habib Tanions ‘Chartouni’, l’assassin du Président élu Bachir Gémayel, condamné à mort par contumace 35 ans après les faits.

Après l’annonce du verdict, le parti Kataëb (Phalanges, fondé par Pierre Gemayel, père de Bachir, en 1936), “célèbrera le triomphe du droit et de la justice en se réunissant place Sassine”.

La famille du président assassiné a ensuite prévu de se rendre dans sa ville d’origine, Bikfaya, pour déposer une copie du verdict sur la tombe du président assassiné. 35 ans ! Pourquoi tant de temps ? (Pouquoi maintenant?)

Les faits sont têtus.

Comme il l’avait fait chaque mardi, durant les 7 ans de guerre, sauf depuis son élec­tion par manque de temps, le Prési­dent-élu Bachir Gémayel se rendit ce 14 septembre 1982 à 16 heures au Markaz ([1]) d’Achrafieh (Headquarter) pour s’adresser à la population du quartier.

Il tenait à les saluer une dernière fois et voulait rendre hommage à Jean ‘Nader’ qui en était le « patron ». Le matin même, Bachir avait vertement ra­broué Zahi ‘Boustani’ ([2]) qui s’obstinait à le faire changer d’horaires par simple mesure de sécurité,

– Je n’en peux plus ! s’était-il écrié. Tu me traques tout le temps ! Est-ce que l’on va également en­trer avec moi à Baabda ([3]) et m’accompagner partout où je vais ?

En tout début d’après-midi, ce même 14 septembre, à leur descente d’avion spécial en provenance de Lood, des instructeurs militaires israéliens furent bloqués par les hommes du Jihaz el-A’men ([4]) de faction à l’aéroport.

Ils avaient voyagé avec Ména­chem ‘Navot (qui avait pour nom de code Mendy), le tout nouveau N°2 du Mossad.

Durant le vol, les instructeurs, en civil, lui avaient expliqué qu’ayant formé les « body-gards » de Bachir Gémayel depuis trois mois, ils se rendaient à Beyrouth, comme l’exigeait le programme d’entraînement, pour contrôler si ce qu’ils leur avaient enseigné était appliqué.

Mendy intervint auprès des libanais en expliquant qu’il devait s’agir d’une erreur. L’officier de la sécurité fut intraitable, Il brandissait un message impératif qui leur était adressé : « Ne restez pas au Liban. Repartez avec le même avion ».

« C’était complètement stupide mais ils ne pouvaient pas passer en force pour ne pas froisser des susceptibilités  » déclara plus tard Ménachem Navot ([5]).

Ménachem demanda à Woody (Walid ‘Fares [6]’) venu le chercher, à être immédiatement conduit chez Elie ‘Hobeika’ au Mabna el-A’men ([7]).

Mendy était en train de protes­ter auprès du chef de la sécurité des Forces Libanaises, lorsqu’à 16 heures 10, une très forte déflagration retentit.

Quelques secondes plus tard le téléphone d’Elie sonna. Un cor­respondant lui annonça qu’une explosion venait de se produire au Markaz d’Achra­fié. Sans se consul­ter, Woody, ‘Navot’ et Ho­beika regardè­rent leur montre. Connais­sant l’emploi du temps de Bachir, ils savaient qu’il devait y être. La secrétaire passa la tête par la porte et lança,

– Bachir est sain et sauf.

Au même moment le téléphone résonna,

– ‘Bachir’ a parlé avec les sauveteurs, annonça une voix, il est sous les décombres mais vivant.

H.K. bondit hors de son bureau, sauta dans sa voiture et dé­marra en trombe. Woody et Mendy le suivirent dans un autre vé­hicule.

Du Markaz, il ne restait qu’un tas de décombres encadré par des pans de murs verticaux. Des grappes d’hommes retiraient des gravats d’un endroit pour les lancer dans un autre. Des cris, des appels et des ordres se croisaient entre des hurlements de sirènes dans une confu­sion indicible.

Ici et là des coups de feu tirés en l’air étaient censés faire reculer des civils et des miliciens cho­qués et hystériques qui s’agglutinaient autour de l’amas de ruines. Lorsque l’Israélien arriva, une grue mobile était déjà au travail. Des dizaines de sauveteurs s’affairaient dans la poussière. Un homme l’interpella et lui demanda avec un regard fou d’espoir.

C’est vrai que Ba­chir a été évacué dans un hélicoptère is­raélien ?

Navot ne prit même pas la peine de répondre. Woody et lui étaient assommés par le spectacle et l’anxiété. Le cœur serré par l’angoisse, ils se mirent comme les autres à fouiller les ruines. Navot fit un faux mouve­ment, chuta lourdement dans un trou et s’ouvrit profondément la main. Woody l’évacua immédia­tement vers l’hôpital des Forces Libanaises à la Quarantaine.

Alfred ‘Madi, conseiller de Bachir Gémayel’, Zahi ‘Boustani’ et Fady ‘Frem’ Commandant en chef des Forces Libanaises (FL), arrivèrent sur les lieux alors que l’on installait des projecteurs pour lutter contre l’ombre de la nuit qui commençait à s’étendre.

En voyant l’amas de ruines, Fady Frem était persuadé que Bachir avait péri écrasé sous les décombres. Des personnalités présentes lui avaient alors affirmé avoir vu Bachir vivant.

Lucien Georges, le correspondant du « Monde » était de ceux-là et décrivait même le président élu, couvert de poussière, porté dans une ambulance par des sauveteurs. Connaissant leur sérieux et leur lucidité, Frem avait été submergé par un espoir fou que sa raison tentait d’écarter.

Malgré le doute angoissant qui le rongeait, il s’accrochait désespérément à tous les détails, les propos qui étayaient son espoir. Il était retourné à la Quarantaine. Puis, ne pouvant rester loin des recherches, il y était revenu.

Frem s’engagea sur l’amas de gravats suivit de ‘Paul’ Gémayel et Abou Roy (Fawzi ‘Mahfouz’) qui étaient déjà sur place. Ils s’approchèrent de l’emplacement où, logiquement, Bachir devait se tenir pour présider la réunion.

Des sauveteurs enlevaient des blocs de béton et de la ferraille. L’un d’eux cria qu’il avait trouvé un autre corps. Frem eut l’impression que son coeur s’arrêtait de battre en reconnaissant malgré la poussière le bleu ciel du vêtement. Les deux jambes portaient une plaie ouverte sur les cuisses. Le visage écrasé était méconnaissable.

Frem remarqua l’alliance octogonale que portait le cadavre. Celle de ‘Bachir’. Paul Gémayel et Abou Roy, immobile, ne pou­vaient détacher leurs regards du corps. Les sauveteurs le déga­gèrent complètement et le déposèrent sur un brancard sans l’identifier. Les trois hommes regagnèrent la rue en silence.

Sans se consulter, ils turent leur découverte pour éviter de transformer l’énervement ambiant en hystérie collective. Fady ‘Frem’ rejoignit ‘Madi’ et ‘Boustani’ et leur glissa d’une voix sourde,

– Nous l’avons retrouvé, en leur montrant du menton la civière que l’on plaçait dans une ambulance.

– Je veux le voir ! cria presque Zahi. Les cinq hommes montè­rent en voiture et suivirent le véhicule de la croix rouge alors que le jour finissait. Ils demandèrent aux médecins de l’hôpital de l’Hôtel Dieu de France de mettre Bachir dans une salle à part. Ils restèrent à ses côtés, pétrifiés, incapables de prononcer un mot, de faire un geste pendant plusieurs mi­nutes.

En sortant de la pièce, Frem exigea des médecins le si­lence le plus absolu et demanda que le corps soit nettoyé. Ils retournèrent à la quarantaine et entrèrent dans le bureau de ‘Bachir’ où ils savaient réunie toute la famille Gémayel. ‘Solange’, l’épouse du Président élu, figée, était assise dans le fau­teuil de son mari.

Le visage défait, Zahi s’approcha d’elle et l’embrassa. Tout le monde comprit. Sur le bureau se trouvait un message de Ménahem ‘Bégin’, adressé à Ba­chir, enté­rinant l’accord que le président élu avait passé avec Ariel Sharon à Bikfaya deux jours plus tôt.

Fady ‘Frem’, descendit dans la grande salle de réunion du Rez-de-chaussée dans laquelle s’étaient spontanément regroupés les membres du Conseil de Commandement des Forces Libanaises. Il leur confirma la mort de Bachir et leur annonça qu’il avait consigné toutes les unités dans leurs casernes.

Il se rendit ensuite dans la salle de réunion du nouveau bâtiment, un blockhaus de béton construit sur le côté Ouest de la cour d’honneur du Majliss. Il annonça la nouvelle à ceux qui s’y trouvaient, Elie ‘Hobeika’, Toto (Antoine ‘Bridi’), Fouad ‘Abounader’, Elie ‘Zayeck’, Poussy (Massoud ‘Achar’), Asso (Assad ‘Chaftari’) et Nazo (Nizar ‘Najarian’). (Pas de Samir Gea3ja3?)

Il y eut un long silence qu’Elie Hobeika interrompit en lâchant,

– Qui va prendre la relève ?

– ‘Amine’ son frère ! répondirent en coeur Fouad et Zayeck.

– Il n’y a qu’Amine pour prendre la relève ajouta le second.

–  Amine ! Jamais ! rejeta fermement Nazo, Il faut d’abord qu’il vienne vivre avec nous.

En apprenant la mort de Bachir, Mendy, Woody et Elie ‘Machahalani’, un des gardes du corps du président élu se préci­pitèrent à l’Hôtel Dieu de France.

Ils traversèrent les cou­loirs vides. Ils finirent par rencontrer un infirmier qui sans répondre à leur question leur indiqua une porte. Woody frappa doucement. Un médecin entrouvrit le huis et leur déclara,

– Il n’y a personne ici !

Le garde du corps, d’un coup d’épaule força l’entrée. Le corps de Bachir, allongé sur une table, était recouvert d’un drap. Machahalani découvrit le visage et éclata en sanglots. Le visage maintenu par des bandes qui enserraient la tête était tout juste reconnaissable.

‘Mendy’ se précipita à l’antenne du Mossad installée au bord de la mer, à Tabarja pour communiquer la nouvelle à Tel-Aviv.

Les radios libanaises diffusaient de la musique classique entrecoupée de nouvelles contradic­toires. Les unes annonçaient que Bachir avait été retrouvé sain et sauf, d’autres le disaient vivant mais blessé. Entre deux flashes toutes répétèrent le même communiqué, « Par ordre du commandant en chef, les combattants des Forces Libanaises ont interdiction absolue de circuler en armes, sans ordre de mission. Il sera également interdit de circuler en voiture dans Achrafieh demain à partir de 6 heures du matin ».

Pour éviter tout dérapage, Fady Frem avait mis l’ensemble de ses troupes en état d’alerte et les avait consignées dans leurs casernes. A minuit, Chaffic el-‘Wazzan, le premier ministre,’ annonça officiel­lement la mort de Bachir Gémayel. Il au­rait eu 35 ans le 10 no­vembre 1982.

Deux jours plus tard, le 16 septembre vers 17 heures 30, Habib Tanions ‘Chartouni’, 26 ans, était interpellé chez lui par un de ses cousins Elias ‘Chartouni’ ([8]), chefs de l’un des groupes du Jihaz el-A’men d’Elie ‘Hobeika’.

Il avait été dénoncé involontairement par sa soeur, qui hystérique hur­lait qu’elle devait la vie à son frère. Elle se trouvait dans le Markaz et ce dernier l’avait (quitte’) quelques secondes avant l’explosion. Ce détail alerta les enquêteurs.

Dans la soirée du dimanche 12 septembre, deux jours avant l’attentat, Chartouni avait déposé 35 Kgs de TNT, répartis dans deux sacoches, au second étage du bâtiment, dans l’appartement de ses grands-parents, où justement vivait sa soeur.

Bachir tenait ses réunions au premier. Habib Chartouni, après l’arrivée du président élu, avait télé­phoné à sa soeur, restée chez elle, en lui demandant de venir le rejoindre à l’hôpital où il venait d’être ad­mis après un ac­cident. Il avait attendu qu’elle s’éloigne pour appuyer sur le bouton qui, en activant le klaxon d’un modèle réduit de voiture de fabrication japonaise, actionnait le détonateur extrêmement sophistiqué de fabrication chinoise, de marque Chinowa provoquant l’explosion.

Sans même être interrogé, il fut remis par les Forces Li­banaise à ‘Amine’ Gé­mayel.

Ce dernier le confia à l’un de ses chefs de mi­lice « Tansa », responsable de la région de Douar dans le haut Metn, non loin de la ligne de démarcation qui séparait la zone tenue par les FL de celle tenue par les soldats syriens.

Habib Chartouni

Habib Chartouni, menotté, fut en­fermé dans le sous-sol d’une villa vide. Quelques heures plus tard, ayant dé­fait ses liens de fer, il s’échappa par un soupirail ouvert et disparut dans la nuit.

Il fut repris à l’aube, par des hommes d’Elie ‘Hobeika en faction au dernier bar­rage des Forces Libanaises, à Dhour Chouer, au moment où il passait dans la zone contrôlée par les Syriens,. ‘Char­touni’ fut ramené sur le champs au Mabna el-A’men. Il fut placé devant une caméra vidéo pour être interrogé.

Il expliqua posément et calmement qu’il était membre du Parti pro-syrien P.S.N.S.

– J’ai été contacté il y a trois ans, en 1979, au pavillon du Liban à la Cité Universitaire de Paris, par Nabil ‘Alam’, le pa­tron du service de renseignement du P.S.N.S. Il m’a demandé de rentrer dans son service parce que je suis chrétien d’Achrafieh.

La famille Chartouni n’était pas totalement inconnue du parti de l’idiologie que la Syrie esr une nation complete et que les Syriens (incluant les Libanais, Jordanien et Palestiniens formaient un seul peuple).

Le frère d’Habib, Georges dirigeait déjà une cellule du P.S.N.S en Italie. Leur père ([9]) était propriétaire d’un Laboratoire d’analyse médi­cale à l’Ouest, rue Clémenceau, non loin de la chancellerie française.

– J’ai été très vite détaché auprès de ‘Hawari’ (Sphinx) affirma Habib ‘Chartouni’.

Surnommé le Sphinx, Hawari ([10]) était avant tout le chef de la cellule « Organisation Aman el-Mandou­bine » ([11]) et avait pour adjoint un certain « capitaine Sadi ».

La structure et le rôle de cette cellule avaient été mis au point par un étudiant en droit gauchiste Fouad ‘Chémali’ ([12]).

En fonction de ses possibilités, chaque parti palesti­nien et progressiste devait fournir à l’ »‘Organisation Aman el-Mandoubine’ » des renseignements, des moyens technique, du matériel ou des hommes.

Ces derniers, ve­nus de différents horizons, devaient pouvoir « travailler » dans leur environnement d’origine.

Ainsi les maronites « traitaient » des objectifs dans les zones chrétiennes, les sunnites fai­saient de même dans la leurs et ainsi de suite. Cette méthode permettait une infiltration plus sûre mais aussi elle avait pour objectif de « brouiller les pistes ».

L’enquête effectuée sur l’Organisation permit d’arrêter deux Chrétiens Joseph ‘Kazazian’ et Nazih ‘Chaya’ qui,  en février 1980, avaient placé une voiture piégée près du Palais Bustros ([13]) pour assassiner Bachir Gémayel.

L’explosion avait pulvérisé sa mercedes 280 verte dans laquelle se trouvaient sa fille Maya et deux gardes du corps. Ces deux hommes avaient, un temps, fait partie du groupe d’Elias Chartouni ([14]) et Nazih Chaya avait été renvoyé des F.S.I ([15]) en 1977.

l’ »Organisation Aman el-Mandoubine » agis­sait au profit de chacun de ses « fournisseurs », mais également à la demande de tous ceux qui payaient -très cher- ses ser­vices. Habib Chartouni avait été « donné », dans ce contexte, à l’ « Organisation » par le P.S.N.S qui fut tout surprit d’être directement impliqué dans l’assassinat de Bachir Gémayel.

Son leader, Inaam ‘Raad’ affirma, dans un communiqué, que le poseur de bombe ne faisait pas partie de son organisation.

En février 1983, sur ordre de Fady ‘Frem’ qui avait décidé de le faire juger pour le meurtre de Bachir, Habib Tanious ‘Chartouni’, avait été sorti des geôles des Forces Libanaises.

Il avait été présenté à la presse puis livré à des officiers de l’armée venu le chercher. Ils lui ont bandé les yeux et l’ont emmené au Ministère de la défense à Yarzeh dans une Ranch Roover aux vitres teintées, escorté à cinq autres véhicules identiques et un hélicoptère.

Le Co­lonel Salah ‘Mansour’ l’installa dans une cellule du 2ème Bureau situées dans le Bâ­timent N°2 du Ministère.

Le jour même, Chartouni fut présenté au Procureur Général militaire Assad ‘Germanos’ qui ouvrit une procédure judiciaire à son encontre. Il reconnut les faits sans aucune difficulté et répéta presque mot pour mot ce qu’il avait dit devant les caméras des F.L. Le procureur l’inculpa du meurtre du chef de l’Etat.

Amine Gé­mayel, élu entre-temps Pré­sident de la République à la place de son frère, fit peu de temps après, en Conseil des Ministres, dessai­sir la justice militaire du dossier Chartouni pour le confier à la Haute Cour, juridiction prévue par l’article 80 de la constitu­tion liba­naise, mais qui n’existait pas et qui n’a jamais existée ([16]).

Le Président Amine Gémayel n’a jamais expliqué cette étonnante décision qui a permis à l’assassin de son frère d’échapper à la justice

Immédiatement après la décision présidentielle Chartouni quitta les cellules du Minis­tère de la Défense en 1983 pour être transféré dans celles de la prison jouxtant la caserne des Commandos de l’Armée à Roumié.

Habib Tanios ‘Chartouni’ sera libéré avec les honneurs, le 13 octobre 1990, lors de l’entrée des troupes syriennes dans le Metn que dé­fendait le géné­ral Michel ‘Aoun’.

Vivant à Damas, présenté comme un héros, il donnera des conférences de presse et participera à de nom­breuses émissions de télévision.

Note 1: Pierre Gemayel  (pere) etait en alliance direct avec le mouvement Zionist depuis la formation de son partie “les Phalanges” en 1936, avant la creation de l’etat d’Israel en 1948. Ce partie recevait des fonts du Zionism durant les elections electoral et a essaye plusieur fois d’assassiner le leader Antoun Saade du partie Syrien National Social.

Note 2: Le Front Libanais etait directement soutenu par Israel durant la guerre civile (1975-89) et des visites respectives a Israel et au Liban etaient une affaire frequente et connue.

 

UK Prime Minister: ‘staunchly supports’ Israel and

Sold $12 billion in weapons to Israel

Last updated Sat 19 Jul 2014

The Prime Minister has reassured Israel of Britain’s support in the ongoing conflict between the Jewish state and Hamas in Gaza.

David Cameron has offered the UK's support to Israel in response to 'appalling' attacks carried out by Hamas.

“The Prime Minister reiterated the UK’s staunch support for Israel in the face of such attacks, and underlined Israel’s right to defend itself from them.”

Netanyahu has warned that Hamas will pay a “heavy price” for the rocket attacks and at least 47 people have been killed by Israeli air strikes in Gaza since yesterday, according to Palestinian officials.

Britain admits selling $12 billion in weapons to Israel

david_cameron_official.jpg

David Cameron contemplates how to aid Israeli apartheid.

(10 Downing Street)

Journalists love rows. We love them so much that we often let them distract us.

Last week was no exception. Fascinated by an apparent bust-up between Israel and the European Union, most Middle East analysts (myself included) missed a very important story: Britain’s arms sales to Israel are far higher than David Cameron’s government has previously confessed.

Data published in a new report from the House of Commons in London states the value of all British military exports to Israel currently being processed comes to £7.9 billion ($12.1 billion).

This data was supplied by Vince Cable, Britain’s business secretary, who oversees the weapons trade.

I had to do a double-take when reading this information as until now Britain has indicated that the value of its arms sales to Israel are measured in millions, rather than billions.

Each year, the EU issues a report on weapons exports for the entire Union, based on information provided by its individual governments.

These reports stated that Britain approved military export licenses for Israel worth €5.7 million in 2011 and €7.2 million in2010.

Taken at face value, the annual reports suggest that Britain has reduced its weapons exports to Israel since Operation Cast Lead, the murderous 3-week attack on Gaza in late 2008 and early 2009. During 2008, Britain authorized weapons sales of €31.5 million to Israel, according to its official data.

Discrepancy

Because I was puzzled by the huge discrepancy between all these statistics, I asked Vince Cable’s department to help me out. I didn’t get a clear answer.

But a spokesperson speculated that the gap could be explained by how the yearly figures may not cover equipment that “hasn’t been shipped out yet.”

The latest data, on the other hand, could relate to licenses that have been “granted but not fully executed,” the spokesperson added.

A more plausible explanation, in my view, is that the British government — both under Cameron and his Labour Party predecessors, Gordon Brown and Tony Blair — has been dishonest about the full scale of its weapons sales to Israel.

Pressure from some diligent members of Parliament might have finally led Cable to provide them with more comprehensive figures.

The Commons’ report doesn’t go into much detail about the type of military equipment involved. It is telling, nonetheless, that the largest single deal itemized for Israel involved more than £7.7 billion worth of cryptographic technology.

“Battle-tested”

As far as I can see, there is no accompanying information about this contract — not even a date for when it was rubber-stamped. But anyone familiar with the nature of the Israeli economy should be able to make an educated guess about what is going on.

Israel has exploited the opportunities afforded by occupying the land of another people in order to develop a world-class “homeland security” sector. Israel’s drones are the best-known example of innovations routinely “battle-tested” — a term favored by arms traders — on Palestinian civilians.

Britain, it seems, is providing cartloads of sophisticated material to Israeli entrepreneurs intent on perpetuating the crimes of apartheid and occupation. If I’m wide of the mark, then I challenge Cable to spell out what exactly he and his predecessors have approved.

Despite the large sums involved, this new data does not give the full picture about military cooperation with Israel. Exports of components from Britain to America’s weapons industry are excluded, as far as I can tell, even though there’s a strong chance they will end up in Israeli hands.

Nor does the new data deal with how Britain is an important customer for Israeli weapons. Elbit, a leading Israeli warplane manufacturer, is assembling a series of drones for use by the British Army under the £700 million Watchkeeper program.

Elbit is among the Israeli companies scheduled to take part in the world’s largest weapons fair in London this September.

There can be no excuse for any military cooperation with Israel. An EU law on arms exportsmakes it clear that weapons should not be sold if they are likely to facilitate repression or aggravate tensions in a particular region.

Brazen

Britain’s foreign ministry has named Israel as one of 27 “countries of concern” for human rights abuses.

Of those 27, Israel is the largest destination for British arms exports. Saudi Arabia — long thought to be the biggest client for Britain’s weapons industry — is actually in second place.

The brazen effrontery of the British establishment was on display again today, when it convinced other EU governments to blacklist Hizballah as a “terrorist” organization. The move was taken at the behest of Israel, which alleges that Hizballah was behind a bombing in Bulgaria last year.

The EU has been willing to swallow Israel’s version of events — even though the Union’s own police agency Europol has acknowledged there is no proof of Hizballah’s involvement.

Reports of a major rift between the EU and Israel — as many a headline indicated last week — are, therefore, exaggerated.

Without question, Hizballah has done things that can be considered criminal — especially in Syria. Yet there would be no Hizballah if it wasn’t for Israeli aggression towards Lebanon.

Hizballah is a symptom of the problems in the Middle East. Britain, on the other hand, is the cause.

It was Britain’s political establishment which “gifted” Palestine to the Zionist movement in 1917. All these years later, Britain is arming Israel to the teeth.

Somalia Mogadishu horror suicide bombing in Pictures

Attentat effroyable en Somalie, plus de 500 victimes, et tout le monde s’en fout

© Claude El Khal, 2017

“Les images sont effroyables, écrit Le Figaro, plus de 270 personnes ont été tuées et 300 blessées samedi après l’explosion d’un camion dans le centre de la capitale du pays, Mogadiscio”. Mais bien entendu, tout le monde s’en fout.

Il y a comme ça des pays, des continents entiers, où la mort de centaines d’hommes, de femmes et d’enfants n’intéresse personne. Leurs noms ne défileront pas sur les écrans des chaînes d’infos en continu, les larmes des uns et des autres, d’habitude réservées aux victimes comme il faut, ne couleront pas pour les habitants de Mogadiscio, et la Tour Eiffel ne s’illuminera pas aux couleurs de la Somalie.

Voilà le destin des pauvres de ce monde, êtres humains, pays et continents.

Que sont-ils finalement aux yeux des nantis? Des chiffres, des statistiques, des gisements de matières premières ou, dans le meilleur des cas, des destinations touristiques, des toiles de fond exotiques aux seflies des vacanciers?

“C’est l’explosion d’un camion garé devant un hôtel dans un quartier fréquenté de la capitale (…) qui abrite bâtiments officiels, hôtels et restaurants, qui a fait des dizaines de morts, écrit encore Le Figaro. (…) (Apres la priere aux mosques)

Les images envoyées par les agences montrent un paysage de destruction effroyable. Deux heures plus tard environ, un second véhicule a explosé dans le quartier de Medina (…)

Le président Farmajo a décrété un deuil national de trois jours, après cet attentat considéré par les Somaliens comme le pire de l’histoire de leur pays.”

Photos : Farah Abdi Warsameh / AP – Mohammad Abdiwahad / AFP – Feisal Omar / Reuters
Si un tel attentat, à Dieu ne plaise comme on dit au Liban, avait eu lieu dans une ville glamour, l’effroi aurait été mondial.
Des capitales entières auraient porté le deuil. Des internautes chics se seraient répandus en pathos larmoyants. La toile aurait été en berne.Bien sûr, les présidents et premiers ministres des pays cravatés y ont été de leur déclaration. L’un a tweeté et l’autre s’est fendu d’une tirade de circonstance.

L’Afrique est une pompe à fric, vous comprenez – pardonnez-moi ce jeu de mot facile. Alors on fait semblant. On affiche tristesse et solidarité. L’œil sur les contrats juteux présents et à venir.

Peu importe si la Somalie a sombré dans le chaos, il y a déjà plusieurs décennies, à cause de la politique irresponsable de puissances étrangères.

Peu importe si les Somaliens meurent par centaines, par milliers, par dizaines de millers depuis trop longtemps.

Peu importe si les salauds qui ont commis ces attentats sont financés par les pays amis de ceux qui feignent aujourd’hui le chagrin.

Des pays qui sucrent autant les politiciens occidentaux que les jihadistes d’Afrique et du monde entier. Des pays que les médias de l’Axe du Bien continuent d’appeler “modérés”.

Le mépris de l’autre, du plus faible, du plus démuni, du plus fragile, est un mal universel.

L’hypocrisie des puissants en est un autre.

La Somalie a encore une fois prouvé, à ses dépends, cette triste et lamentable réalité d’un monde moralisateur mais dépourvu de tout sens moral.


adonis49

adonis49

adonis49

November 2017
M T W T F S S
« Oct    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Blog Stats

  • 1,026,814 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 502 other followers

%d bloggers like this: