Adonis Diaries

Archive for the ‘genocide’ Category

Post-Holocaust trauma? Extending to fourth generation?

Naomi Wolf posted on FB this July 27, 2014

A lot of our reactions emerge out of post-Holocaust trauma.

(Of any trauma, period. I read a genetic paper that many traces of trauma of grand parents are inherited by the next generations. The all kinds of trauma experienced by Palestinians will last a long time: All these forced transfers, the body destroyed in any second, houses demolished, the waiting and indignities at every check point, the administrative detention that last months…)

It does not mean they are right but it explains that when we think Hamas will exterminate us given the chance, it makes peace impossible and leads to the justification of aggression. (Not just Hamas. They claim everyone is after extermination mentality)

Peter Cohen: “This is the problem. Many Jews have an existential connection to the idea of Israel as a refuge against the next holocaust. It is a deeply emotive – not rational – need for an imagined safe haven from the threat of persecution by the “Other.” 

(And I say the Palestinian cause is existential. And there will be no peace until the current apartheid practices of “only-Jewish” villages and cities are abolished and all villages shared by Palestinians everywhere in Palestine).

It is a phenomenon ultimately based on fear. And the search for “security” too often at the expense of the Other, leads to the absurdities we are seeing today.

It has become clear to me that, for many Jewish people like Aaron, the issue of a Jewish State is non-negotiable.

It is value they place above virtually all else, including the sanctity of life.

Now that the realization of this dream has caused so much wrong and suffering, it is time to reexamine this value and ask ourselves if it is really even necessary to – or compatible with – the making of a better world.”

Note: Last week, Naomi walked out of the synagogue because she was saddened of the lack of any mention of Gaza (‘where is God if not in caring for others?’ she asked…She looks into her book in an attempt to understand and grasp it all, below is what she shares.

I was challenged below: “Read the Bible! God gave the land of Israel to the Jewish people.”

I may get crucified for this but I have started to say it — most recently (terrified, trembling) to warm welcome in a synagogue in LA: Actually if you read Genesis Exodus and Deuteronomy in Hebrew — as I do — you see that God did not “give” Israel to the Jews/Israelites.

We as Jews are raised with the creed that “God gave us the land of Israel” in Genesis — and that ethnically ‘we are the chosen people.”

I could not believe my eyes when I saw this, I checked my reading with major scholars and they confirmed it — actually God’s “covenant” in Genesis, Exodus and Deuteronomy with the Jewish people is NOT ABOUT AN ETHNICITY AND NOT ABOUT A CONTRACT. IT IS ABOUT A WAY OF BEHAVING.

Again and again in the “covenant” language He never says: “I will give you, ethnic Israelites, the land of Israel.”

Rather He says something far more radical – far more subversive — far more Godlike in my view. 

God says: IF you visit those imprisoned…act mercifully to the widow and the orphan…welcome the stranger in your midst…tend the sick…do justice and love mercy ….and perform various other tasks…THEN YOU WILL BE MY PEOPLE AND THIS LAND WILL BE YOUR LAND.

So “my people” is not ethnic — it is transactional. We are God’s people not by birth but by a way of behaving, that is ethical, kind and just.

And we STOP being “God’s people” when we are not ethical, kind and just. And ANYONE who is ethical, kind and just is, according to God in Genesis, “God’s people.”

And the “contract” to “give” us Israel is conditional — we can live in God’s land IF we are “God’s people” in this way — just, merciful, compassionate. AND — it never ever says, it is ONLY your land.

Even when passages spell out geographical “boundaries” as if God does such a thing, it never says this is exclusively your land. It never says I will give this land JUST to you.

Remember these were homeless nomads who had left slavery in Egypt and were wandering around in the desert. (They never lived in Egypt and were nomadic people who kept away from cities and the sea shore)

At most these passages say, settle here, but they do not say, settle here exclusively.

Indeed again it talks about welcoming “zarim” — translated as “strangers” but can also be translated as “people/tribes who are not you” — in your midst. Blew my mind, hope it blows yours.

Note: It blows my mind when people still refer to Books as spelled out by a God or a messenger of a God.

Which Dictator Killed The Most People?

Note 1:  All dictators, even the most charismatic, are but symbols of a system (dogmatic/ ideological) that the political leaders and society were ripe to adopt.  The silent majority who initially didn’t care, succumbed to the violent and radical minority.

They say that it takes compassion for humanity, love for country and a strong pursuit of justice and mercy, to become a strong and respected leader of the masses.

However, every once in a while, there are politicians or generals who decide to do things their own way. These cold-blooded dictators do not care for the value of life as much as they do for achieving their selfish motives of domination, power and immortality.

This infographic shows worldwide dictators ordered by the number of killings: 1 drop, 1 million dead. (Click the picture for a larger version)

Apparently, Hitler and Stalin combined killed less people that Mao Zedong…

Can you fill in this blank for me?
Adolf Hitler == Holocaust of minorities, gypsies, including Jews. The war brought to execution the racist view of Nazism. Empirial Germany committed and supported genocides before Nazism in their colonies and in Turkey

Lenine: The great famine (1917-22). The western nations at war with Germany blockaded Russia and supported with weapons and mercenaries the Tsarist military that encircled the Soviet rebels on all fronts, except Germany.
Joseph Stalin == Purges, Goulac…before the German invasion
Mao Zedong == Great Leap Forward, Cultural Revolution (1966-70)
Chiang Kai Check = massacre of communists before Japan occupied China (1933-37)

Young Turk Revolution of 1908: genocide of Christians and Armenians (1915-18)

Japan: massacres in Korea, Manchouria,

Pol Pot of the Khmer Rouge in Cambodia: 2 million

George Bush Jr: 1.5 million Iraqis

Rwanda genocide, supported by France

Republican France killed one million Algerian

Belgium killed and maimed 5 millions in its Congo colony for collecting rubber

One commentator said: This graph is just old argument to blame socialism not by ideology but number of dead, those number are taken from books like “The Black Book of Communism” written by obsessed people against communism, over-exaggeration of estimates (there’s no real base for the number)

Note: The USA has proven to have committed the worst crimes against humanity since its inception and continues to be top on the list as the worst White racist system of all times.

It wanted to maintain slave system and took arms against England who had banned it.

It massacred every Indian tribe that resisted expansion.

It slaughtered the Mexicans to rob their lands.

It dropped 2 atomic bombs and frequently exploded atomic bombs in open air

The bodies of the Blacks are still disposable at any second. Blacks live in constant fear of ever ready police forces and white gangs shouting at them for minor excuses

The countless pre-emptive wars around the world have caused mind-boggling atrocities and no one ever was put to trial. At the turn of the century, the US occupied the Philippines, Cuba, Panama, Puerto Rico, and many islands snatched from Spain on the excuse of failing to repaying its debts. All these activities under to guise of encouraging democracy.

It exacted millions of dead in Viet Nam and Korea

Over one million Iraqi civilians died in the 2003 occupation of Iraq. Depleated uranium bombs are still causing babies to be born deformed.

It invited ISIS to move in and occupy Mosul after Iraq refused to extend the presence of US troops in 2013 and after Russia denied US from bombing Syria during Obama.

Read More: http://www.trueactivist.com/which-dictator-killed-the-most-people/

 

The Land of Stones

When the Wahhabi army, headed by Ibn Saud, entered and occupied cities in the Arabic Peninsula, and Mecca (around 1924), they killed without any discrimination for days: the people praying in mosques, people reading the Coran, the baby  breast feeding… And they trampled all the books and manuscripts that came handy to them.

قاضي مكة يروي فظاعات الوهابيين حين دخلوا مكة .. قال مفتي مكة المكرمة السيد أحمد بن زيني دحلان في كتابه "أمراء البلد الحرام" ص 297 تحت عنوان "ذكر قصة أهل الطائف وما وقع لهم من الوهابية": ولما دخلوا الطائف قتلوا الناس قتلاً عاماً واستوعبوا الكبير والصغير، والمأمور والأمير، والشريف والوضيع، وصاروا يذبحون على صدر الأم الطفل الرضي، وصاروا يصعدون البيوت يخرجون من توارى فيها، فيقتلونهم، فوجدوا جماعة يتدارسون القرآن فقتلوهم عن آخرهم حتى آبادوا من في البيوت جميعاً، ثم خرجوا الى الحوانيت والمساجد وقتلوا من فيها، يقتلون الرجل في المسجد وهو راكع أو ساجد، حتى أفنوا هؤلاء المخلوقات. ويقول السيد إبراهيم الراوي الرفاعي أن عدداً من العلماء قتل في غارات الوهابيين على الحجاز من بينهم السيد عبد الله الزواوي مفتي الشافعية بمكة المكرمة، والشيخ عبد الله أبو الخير قاضي مكة، والشيخ سليمان بن مراد قاضي الطائف، والسيد يوسف الزواوي الذي ناهز الثمانين من العمر والشيخ حسن الشيبي والشيخ جعفر الشيبي وغيرهم. وارتكبت القوات الوهابية السعودية مجازر جماعية في دقاق اللوز ووادي وج ونهبوا النقود والعروض والأساس والفراش أما الكتب (فإنهم نشروها في تلك البطاح وفي الأزقة والأسواق تعصف بها الرياح، وكان فيها من المصاحف والرباع ألوفاً مؤلّفة ومن نسخ البخاري ومسلم وبقية كتب الحديث والفقه والنحو، وغير ذلك من بقية العلوم شيء كثير، ومكثت أياماً يطؤونها بأرجلهم لا يستطيع أحد أن يرفع منها ورقة.
قاضي مكة يروي فظاعات الوهابيين حين دخلوا مكة ..
قال مفتي مكة المكرمة السيد أحمد بن زيني دحلان في كتابه “أمراء البلد الحرام” ص 297 تحت عنوان “ذكر قصة أهل الطائف وما وقع لهم من الوهابية”:
ولما دخلوا الطائف قتلوا الناس قتلاً عاماً واستوعبوا الكبير والصغير، والمأمور والأمير، والشريف والوضيع، وصاروا يذبحون على صدر الأم الطفل الرضي، وصاروا يصعدون البيوت يخرجون من توارى فيها، فيقتلونهم، فوجدوا جماعة يتدارسون القرآن فقتلوهم عن آخرهم حتى آبادوا من في البيوت جميعاً،
ثم خرجوا الى الحوانيت والمساجد وقتلوا من فيها، يقتلون الرجل في المسجد وهو راكع أو ساجد، حتى أفنوا هؤلاء المخلوقات
.
ويقول السيد إبراهيم الراوي الرفاعي أن عدداً من العلماء قتل في غارات الوهابيين على الحجاز من بينهم السيد عبد الله الزواوي مفتي الشافعية بمكة المكرمة، والشيخ عبد الله أبو الخير قاضي مكة، والشيخ سليمان بن مراد قاضي الطائف، والسيد يوسف الزواوي الذي ناهز الثمانين من العمر والشيخ حسن الشيبي والشيخ جعفر الشيبي وغيرهم.
وارتكبت القوات الوهابية السعودية مجازر جماعية في دقاق اللوز ووادي وج ونهبوا النقود والعروض والأساس والفراش أما الكتب (فإنهم نشروها في تلك البطاح وفي الأزقة والأسواق تعصف بها الرياح،
وكان فيها من المصاحف والرباع ألوفاً مؤلّفة ومن نسخ البخاري ومسلم وبقية كتب الحديث والفقه والنحو، وغير ذلك من بقية العلوم شيء كثير، ومكثت أياماً يطؤونها بأرجلهم لا يستطيع أحد أن يرفع منها ورقة.

 

Israel DIME Weapon effect on Gaza-Article and Gallery

JANUARY 18, 2009

What’s DIME ?!

Dense Inert Metal Explosive (DIME) : is an illegal weapon that had been tested in Iraq (Fallujah ) USA , and used in 1996 by Israel , then 2008-2009 again by Israel on Gaza .

Dense Inert Metal Explosive (DIME) : It produces lower pressure but increased impulse in the near field.

Upon detonation of the explosive, the casing disintegrates into extremely small particles, as opposed to the shrapnel which results from the fragmentation of a metal shell casing. (They are irradiated too with “low nuclear” by-products)

Those shrapnel enter the body , which is very lethal at close range ( 4 meters or 13 feet ).

Survivors close to the lethal zone may have their limbs amputated (as the micro shrapnel can slice through soft tissue and bone).

One more Israeli ( IsraHelli Surprise ) :

It’s Carcinogenic , cause the effect of heavy metal tungsten , along with depleted uranium , as USA used before in IRAQ and Afghanistan .

DIME wounds are considered to be untreatable because the metal is delivered in the form of a fine powder which is can’t be removed by surgery .

Is it Legal ?

DIME , is illegal but that’s didn’t hold USA from using it in Iraq and Afghanistan , along with IsraHell ( Israel ) ,  2006 , 2008-2009 .

Question: Since when IsraHell ( Israel ) and USA pay an attention to UN and Legality of their ways ?!

Why Israel is using it over civilians  at Gaza ?

IsraHell is using those kind of weapons not for the first time , they have a long log from using such Illegal weapons on Palestinians , without fear of consequences .

The right answer would be a Genocide , for the Palestinians at Gaza .
If IsraHell ( Israel ) is using those type of illegal weapons to test it , thats immoral .

If Israhell (Israel ) is trying to terrorize Gaza civilians , thats would be the prove anyone can ask for about How IsraHell ( israel ) is terrorist .

If IsraHell ( israel ) is using those type of illegal weapons to cancerize Gaza people , that`s even unethical an immoral .

and , if IsraHell ( israel ) attended to Genocide the Palestinians at Gaza , ( as we all believe now ) , that would be inhuman .

Therefor , we can’t say was what IsraHell hidden goal of using those kind of weapon , so lets by what IsraHell ( israel ) did in Gaza

IsraHell ( israel ) is Inhuman , a Racismic nation , immoral and unethical . and thats how we see it . and thats what gave it ( IsraHell ) the right to do so , that its Illegal country built on blood and dead bodied .

Gaza: Israel under fire for alleged white phosphorus use

Israel uses experimental genotoxic weapon (DIME) against civilians in Gaza

Italian TV Exposes Experimental IDF Use of U.S. Weapon Which Severs and Burns Limbs Below Genitals

 

9 questions about the Israel-Palestine conflict you were too embarrassed to ask

Everyone has heard of the Israel-Palestine conflict. Everyone knows it’s bad, that it’s been going on for a long time, and that there is a lot of hatred on both sides.

But you may find yourself less clear on the hows and the whys of the conflict. Why, for example, did Israel begin invading the Palestinian territory of Gaza on Thursday, after 10 days of air strikes that killed at least 235 Palestinians, many of them civilians?

Why is the militant Palestinian group Hamas firing home-made rockets into civilian neighborhoods in Israel?

How did this latest round of violence start in the first place — and why do they hate one another at all?

What follows are the most basic answers to your most basic questions.

Giant, neon-lit disclaimer: these issues are complicated and contentious, and this is not an exhaustive or definitive account of Israel-Palestine’s history or the conflict today. But it’s a place to start. (Nothing complicated: Zionists occupied the land and chased out the inhabitants)

1) What are Israel and Palestine?

That sounds like a very basic question but, in a sense, it’s at the center of the conflict.

46188929_isr_w_bank_gaza_416mapIsrael is an officially Jewish country located in the Middle East. Palestine is a set of two physically separate, ethnically Arab and mostly Muslim territories alongside Israel: the West Bank, named for the western shore of the Jordan River, and Gaza.

Those territories are not independent (more on this later). All together, Israel and the Palestinian territories are about as populous as Illinois and about half its size.

Officially, there is no internationally recognized line between Israel and Palestine; the borders are considered to be disputed, and have been for decades.  (The UN demarcation lines of 1947 were drawn clearly)

So is the status of Palestine: some countries consider Palestine to be an independent state, while others (like the US) consider Palestine to be territories under Israeli occupation.

Both Israelis and Palestinians have claims to the land going back centuries, but the present-day states are relatively new.

2) Why are Israelis and Palestinians fighting?

126633561

Israeli soldiers clash with Palestinian stone throwers at a checkpoint outside Jerusalem (AHMAD GHARABLI/AFP/Getty Images)

This is not, despite what you may have heard, primarily about religion. On the surface at least, it’s very simple: the conflict is over who gets what land and how it is controlled. In execution, though, that gets into a lot of really thorny issues, like: Where are the borders? Can Palestinian refugees return to their former homes in present-day Israel? More on these later.

The decades-long process of resolving that conflict has created another, overlapping conflict: managing the very unpleasant Israeli-Palestinian coexistence, in which Israel has put the Palestinians under suffocating military occupation and Palestinian militant groups terrorize Israelis.

BOTH SIDES HAVE SQUANDERED PEACE AND PERPETUATED CONFLICT, BUT PALESTINIANS TODAY BEAR MOST OF THE SUFFERING” (Said who again?

Those two dimensions of the conflict are made even worse by the long, bitter, violent history between these two peoples. It’s not just that there is lots of resentment and distrust; Israelis and Palestinians have such widely divergent narratives of the last 70-plus years, of what has happened and why, that even reconciling their two realities is extremely difficult. All of this makes it easier for extremists, who oppose any compromise and want to destroy or subjugate the other site entirely, to control the conversation and derail the peace process.

The peace process, by the way, has been going on for decades, but it hasn’t looked at all hopeful since the breakthrough 1993 and 1995 Oslo Accords produced a glimmer of hope that has since dissipated. The conflict has settled into a terrible cycle and peace looks less possible all the time.

Ip_conflict_deaths_total

Something you often hear is that “both sides” are to blame for perpetuating the conflict, and there’s plenty of truth to that. There has always been and remains plenty of culpability to go around, plenty of individuals and groups on both sides that squandered peace and perpetuated conflict many times over. Still, perhaps the most essential truth of the Israel-Palestine conflict today is that the conflict predominantly matters for the human suffering it causes. And while Israelis certainly suffer deeply and in great numbers, the vast majority of the conflict’s toll is incurred by Palestinian civilians. Just above, as one metric of that, are the Israeli and Palestinian conflict-related deaths every month since late 2000.

3) How did this conflict start in the first place?

Arab-israeli-war_1948__1_

(Left map: Passia; center and right maps: Philippe Rekacewicz / Le Monde Diplomatique)

The conflict has been going on since the early 1900s, when the mostly-Arab, mostly-Muslim region was part of the Ottoman Empire and, starting in 1917, a “mandate” run by the British Empire. Hundreds of thousands of Jews were moving into the area, as part of a movement called Zionism among mostly European Jews to escape persecution and establish their own state in their ancestral homeland. (Later, large numbers of Middle Eastern Jews also moved to Israel, either to escape anti-Semitic violence or because they were forcibly expelled.)

Communal violence between Jews and Arabs in British Palestine began spiraling out of control. In 1947, the United Nations approved a plan to divide British Palestine into two mostly independent countries, one for Jews called Israel and one for Arabs called Palestine. Jerusalem, holy city for Jews and Muslims, was to be a special international zone.

The plan was never implemented. Arab leaders in the region saw it as European colonial theft and, in 1948, invaded to keep Palestine unified. The Israeli forces won the 1948 war, but they pushed well beyond the UN-designated borders to claim land that was to have been part of Palestine, including the western half of Jerusalem. They also uprooted and expelled entire Palestinian communities, creating about 700,000 refugees, whose descendants now number 7 million and are still considered refugees.

The 1948 war ended with Israel roughly controlling the territory that you will see marked on today’s maps as “Israel”; everything except for the West Bank and Gaza, which is where most Palestinian fled to (many also ended up in refugee camps in neighboring countries) and are today considered the Palestinian territories. The borders between Israel and Palestine have been disputed and fought over ever since. So has the status of those Palestinian refugees and the status of Jerusalem.

That’s the first major dimension of the conflict: reconciling the division that opened in 1948. The second began in 1967, when Israel put those two Palestinian territories under military occupation.

4) Why is Israel occupying the Palestinian territories?

2350412

A Palestinian boy next to the Israeli wall around the town of Qalqilya (David Silverman/Getty Images)

This is a hugely important part of the conflict today, especially for Palestinians.

Israel’s military occupation of the West Bank and Gaza began in 1967. Up to that point, Gaza had been (more or less) controlled by Egypt and the West Bank by Jordan. But in 1967 there was another war between Israel and its Arab neighbors, during which Israel occupied the two Palestinian territories. (Israel also took control of Syria’s Golan Heights, which it annexed in 1981, and Egypt’s Sinai Peninsula, which it returned to Egypt in 1982.)

Israeli forces have occupied and controlled the West Bank ever since. It withdrew its occupying troops and settlers from Gaza in 2005, but maintains a full blockade of the territory, which has turned Gaza into what human rights organizations sometimes call an “open-air prison” and has pushed the unemployment rate up to 40 percent.

Settlements_westbank-gaza_01_420297d041Israel says the occupation is necessary for security given its tiny size: to protect Israelis from Palestinian attacks and to provide a buffer from foreign invasions. But that does not explain the settlers.

Settlers are Israelis who move into the West Bank. They are widely considered to violate international law, which forbids an occupying force from moving its citizens into occupied territory. Many of the 500,000 settlers are just looking for cheap housing; most live within a few miles of the Israeli border, often in the around surrounding Jerusalem.

Others move deep into the West Bank to claim land for Jews, out of religious fervor and/or a desire to see more or all of the West Bank absorbed into Israel. While Israel officially forbids this and often evicts these settlers, many are still able to take root.

In the short term, settlers of all forms make life for Palestinians even more difficult, by forcing the Israeli government to guard them with walls or soldiers that further constrain Palestinians. In the long term, the settlers create what are sometimes called “facts on the ground”: Israeli communities that blur the borders and expand land that Israel could claim for itself in any eventual peace deal.

The Israeli occupation of the West Bank is all-consuming for the Palestinians who live there, constrained by Israeli checkpoints and 20-foot walls, subject to an Israeli military justice system in which on average two children are arrested every day, stuck with an economy stifled by strict Israeli border control, and countless other indignities large and small.

5) Can we take a quick music break?

Music breaks like this are usually an opportunity to step back and appreciate the aspects of a people and culture beyond the conflict that has put them in the news. And it’s true that there is much more to Israelis and Palestinians than their conflict. But music has also been a really important medium by which Israelis and Palestinians deal with and think about the conflict. The degree to which the conflict has seeped into Israel-Palestinian music is a sign of how deeply and pervasively it effects Israelis and Palestinians.

Above, from the wealth of Palestinian hip-hop is the group DAM, whose name is both an acronym for Da Arabian MCs and the Arabic verb for “to last forever.” The group has been around since the late 1990s and are from the Israeli city of Lod, Israeli citizens who are part of the country’s Arab minority. The Arab Israeli experience, typically one of solidarity with Palestinians in the West Bank and Gaza and a sense that Arab-Israelis are far from equal in the Jewish state, comes through in their music, which is highly political and deals with themes of disenfranchisement and dispossession in the great tradition of American hip-hop.

Christiane Amanpour interviewed DAM about their music last year. Above is their song “I Don’t Have Freedom,” full English lyrics of which are here, from their 2007 album Dedication. Sample line: “We’ve been like this more than 50 years / Living as prisoners behind the bars of paragraphs /Of agreements that change nothing.”

 

Now here is a sample of Israel’s wonderful jazz scene, one of the best in the world, from the bassist and band leader Avishai Cohen. Cohen is best known in the US for his celebrated 2006 instrumental album Continuo, but let’s instead listen to the song “El Hatzipor” from 2009’s Aurora.

The lyrics are from an 1892 poem of the same name, meaning “To the Bird,” by the Ukrainian Jewish poet Hayim Nahman Bialik. The poem (translated here) expresses the hopeful yearning among early European Zionists like Bialik to escape persecution in Europe and find salvation in the holy land; that it still resonates among Israelis over 100 years later is a reminder of both the tremendous hopes invested in the dream of a Jewish state, and perhaps the sense that this dream is still not secure.

6) Why is there fighting today between Israel and Gaza?

156486584

A Palestinian man looks over the site of an Israeli air strike in Gaza (MARCO LONGARI/AFP/Getty Images)

On the surface, this is just the latest round of fighting in 27 years of war between Israel and Hamas, a Palestinian militant group that formed in 1987 seeks Israel’s destruction and is internationally recognized as a terrorist organization for its attacks targeting civilians — and which since 2006 has ruled Gaza. Israeli forces periodically attack Hamas and other militant groups in Gaza, typically with air strikes but in 2006 and 2009 with ground invasions.

ONLY HAMAS DELIBERATELY TARGETS CIVILIANS, BUT MOST ARE STILL PALESTINIANS KILLED BY ISRAELI STRIKES

The latest round of fighting was sparked when members of Hamas in the West Bank murdered three Israeli youths who were studying there on June 10. Though the Hamas members appear to have acted without approval from their leadership, which nonetheless praised the attack, Israel responded by arresting large numbers of Hamas personnel in the West Bank and with air strikes against the group in Gaza.

After some Israeli extremists murdered a Palestinian youth in Jerusalem and Israeli security forces cracked down on protests, compounding Palestinian outrage, Hamas and other Gaza groups launched dozens of rockets into Israel, which responded with many more air strikes. So far the fighting has killed one Israeli and 230 Palestinians; two UN agencies have separately estimated that 70-plus percent of the fatalities are civilians. On Thursday, July 17, Israeli ground forces invaded Gaza, which Israel says is to shut down tunnels that Hamas could use to cross into Israel.

That get backs to that essential truth about the conflict today: Palestinian civilians endure the brunt of it. While Israel targets militants and Hamas targets civilians, Israel’s disproportionate military strength and its willingness to target militants based in dense urban communities means that Palestinians civilians are far more likely to be killed than any other group.

But those are just the surface reasons; there’s a lot more going on here as well.

7) Why does this violence keep happening?

97758752

Palestinian youth throw stones at an Israeli tank in 2003. (SAIF DAHLAH/AFP/Getty Images)

The simple version is that violence has become the status quo and that trying for peace is risky, so leaders on both ends seem to believe that managing the violence is preferable, while the Israeli and Palestinian publics show less and less interest in pressuring their leaders to take risks for peace.

Hamas’s commitment to terrorism and to Israel’s destruction lock Gazans into a conflict with Israel that can never be won and that produces little more than Palestinian civilian deaths. Israel’s blockade on Gaza, which strangles economic life there and punishes civilians, helps produce a climate that is hospitable to extremism, and allows Hamas to nurture a belief that even if Hamas may never win, at least refusing to put down their weapons is a form of liberation.

Many Palestinians in Gaza naturally compare Hamas to Palestinian leaders in the West Bank, who have emphasized peace and compromise and negotiations — only to have been rewarded with an Israeli military occupation that shows no sign of ending and ever-expanding settlements. This is not to endorse that logic, but it is not difficult to see why some Palestinians might conclude that violent “resistance” is preferable.

That sense of Palestinian hopelessness and distrust in Israel and the peace process has been a major contributor to violence in recent years. In the early 2000s, there was also a lot of fighting between Israel and Palestinians in the West Bank. This was called the Second Intifada (uprising), and followed a less-violent Palestinian uprising against the occupation in the late 1980s.

In the Second Intifada, which was the culmination of Palestinian frustration with the failure of the 1990s peace process, Palestinian militants adopted suicide bombings of Israeli buses and other forms of terror. Israel responded with a severe military crack-down. The fighting killed approximately 3,200 Palestinians and 1,100 Israelis.

763420

A 2002 Palestinian bus bombing that killed 18 in Jerusalem (Getty Images)

It’s not just Palestinians, though: many Israelis also increasingly distrust Palestinians and their leaders and see them as innately hostile to peace. In the parlance of Israel-Palestine, the expression for this attitude is, “We don’t have a partner for peace.” That feeling became especially deep after the Second Intifada; months of bus bombings and cafe bombings made many Israelis less supportive of peace efforts and more willing to accept or simply ignore the occupation’s effects on Palestinians.

This sense of apathy has been further enabled by Israel’s increasingly successful security programs, such as the Iron Dome system that shoots down Gazan rockets, which insulates many Israelis from the conflict and makes it easier to ignore. Public support for a peace deal that would grant Palestine independence, once high among Israelis, has dropped.

Meanwhile, a fringe movement of right-wing Israeli extremists has become increasingly violent, particularly in the West Bank where many live as settlers, further pulling Israeli politics away from peace and thus allowing the conflict to drift.

(The first Intifada (civil disobedience) was in 1935-38 where the British dispatched 100,000 troops to quell this mass intifada with torture techniques that Nazi Germany adopted integrally)

8) How is the conflict going to end?

142605842

The Dome of the Rock (at left with gold dome) is one of the holiest sites in Islam and sits atop the ancient Temple Mount ruins, the Western Wall of which (at right) is the holiest site in Jerusalem. You can see how this would create logistical problems. (Uriel Sinai/Getty Images)

There are three ways the conflict could end. Only one of them is both viable and peaceful — the two-state solution — but it is also extremely difficult, and the more time goes on the harder it gets.

One-state solution: The first is to erase the borders and put Israelis and Palestinians together into one equal, pluralistic state, called the “one-state solution.” Very few people think this could be viable for the simple reason of demographics; Arabs would very soon outnumber Jews. After generations of feeling disenfranchised and persecuted by Israel, the Arab majority would almost certainly vote to dismantle everything that makes Israel a Jewish state. Israelis, after everything they’ve done to finally achieve a Jewish state after thousands of years of their own persecution, would never surrender that state and willingly become a minority among a population they see as hostile.

Destruction of one side: The second way this could end is with one side outright vanquishing the other, in what would certainly be a catastrophic abuse of human rights. This is the option preferred by extremists such as Hamas and far-right Israeli settlers. In the Palestinian extremist version, Israel is abolished and replaced with a single Palestinian state; Jews become a minority, most likely replacing today’s conflict with an inverse conflict. In the Israeli extremist version, Israel annexes the West Bank and Gaza entirely, either turning Palestinians into second-class citizens in the manner of apartheid South Africa or expelling them en masse.

Two-state solution: The third option is for both Israelis and Palestinians to have their own independent states; that’s called the “two-state solution” and it’s advocated by most everyone as the only option that would create long-term peace. But it requires working out lots of details so thorny and difficult that it’s not clear if it will, or can, happen. Eventually, the conflict will have dragged on for so long that this solution will become impossible.

9) Why is it so hard to make peace?

51675382

Palestinian leader Yasser Arafat, Israeli Foreign Minister Shimon Peres, and Israeli Premier Yitzhak Rabin hold Nobel Peace Prizes won in 1994 for their 1993 Oslo Accords. A follow-on agreement in 1995 was the last major Israeli-Palestinian peace deal. (Photo by Yaakov Saar/GPO via Getty Images)

The one-state solution is hard because there is no viable, realistic version that both sides would accept. In theory, the two-state solution is great. But it poses some very difficult questions. Here are the four big ones and why they’re so tough to solve. To be clear, these aren’t abstract concepts but real, heavily debated issues that have sunk peace talks before:

JerusalemBoth sides claim Jerusalem as their capital; it’s also a center of Jewish and Muslim (and Christian) holy sites that are literally located physically on top of one another, in the antiquity-era walled Old City that is not at all well shaped to be divided into two countries. Making the division even tougher, Israeli communities have been building up more and more in and around the city.

West Bank bordersThere’s no clear agreement on where precisely to draw the borders, which roughly follow the armistice line of the 1948 Arab-Israeli war, especially since hundreds of thousands of Israeli settlers have built up suburban-style communities just on the Palestinian side of the line. This one is not actually impossible — Israel could give Palestine some land as part of “land swaps” in exchange for settler-occupied territory — but it’s still hard. The more time goes on, the more settlements expand, the harder it becomes to create a viable Palestinian state.

THE BIGGEST PROBLEM OF ALL MAY BE TIME: IT’S RUNNING OUT

RefugeesThis one is really hard. There are, officially, seven million Palestinian refugees, who are designated as such because their descendants fled or were expelled from what is today Israel; places like Ramla and Jaffa. Palestinians frequently ask for what they call the “right of return”: permission to return to their land and live with full rights. That sounds like a no-brainer, but Israel’s objection is that if they absorb seven million Palestinian returnees, then Jews will become a minority, which for the reasons explained above Israelis will never accept. There are ideas to work around the problem, like financial restitution, but no agreement on them.

Security: This is another big one. For Palestinians, security needs are simple: a sovereign Palestinian state. For Israelis, it’s a bit more complicated: Israelis fear that an independent Palestine could turn hostile and ally with other Middle East states to launch the sort of invasion Israel barely survived in 1973. Maybe more plausibly, Israelis worry that Hamas would take over an independent West Bank and use it to launch attacks on Israelis, as they’ve done with Gaza.

Any compromise would likely involve Palestinians giving up some sovereignty, for example promising permanent de-militarization or allowing an international peacekeeping force, and after years of feeling heavily abused by strong-handed Israeli forces, Palestinians are not eager about the idea of Israel having veto power over their sovereignty and security.

Those are all very difficult problems. But here’s the thing: time is running out. The more that the conflict drags on, the more difficult it will be to solve any of these issues, much less all of them. That will make it harder and harder for Israel to justify keeping Gaza under blockade and the West Bank under occupation; eventually it will have to unilaterally withdraw, which the current leadership opposes, or it will have to annex the territories and become either an apartheid-style state that denies full rights to those new Palestinian citizens or abandon its Jewish state.

Meanwhile, extremism and apathy and distrust are rising on both sides. The violence of the conflict is becoming status quo, a regularly recurring event that is replacing the peace process itself as the way by which the conflict advances. It is making things worse for Israelis and Palestinians alike all the time, and unless they can break from the hatred and violence long enough to make peace, that will continue.

A good way to end Israel-Palestine

Raising the financial cost of oppression can pave a path to peace: Boycott

As a new round of violence kicks off in Israel-Palestine and more children are killed, it’s not enough just to call for another ceasefire.

It’s time to take definitive non-violent action to end this decades long nightmare.

Our governments have failed — while they have talked peace and passed UN resolutions, they and companies have continued to aid, trade and invest in the violence.

The only way to stop this hellish cycle of Israel confiscating Palestinian lands, daily collective punishment of innocent Palestinian families, and Israel bombing Gaza is to make the economic cost of this conflict too high to bear.

We know it works — when EU countries issued guidelines not to fund the illegal Israeli settlements it caused an earthquake in the cabinet, and when citizens successfully persuaded a Dutch pension fund, PGGM, to withdraw, it created a political storm.

This may not feel like a direct way to stop the current killing, but history tells us that raising the financial cost of oppression can pave a path to peace.

Sign the petition on the right and call on 6 key banks, pension funds and businesses to pull out — If we all take smart action now and turn up the heat, they could withdraw, the Israeli economy will take a hit, and we can turn the calculation of the extremists politically profiting from this hell upside down.

In the last five weeks three Israeli teenagers were murdered in the West Bank, a Palestinian boy was burnt alive, an American kid was brutally beaten up by Israeli police, and now over 40 Gazan kids have died in Israeli air strikes.

This is not the “Middle East conflict”, it’s becoming a war on children. And we are becoming numb to this global shame.

The media makes out like this is an intractable conflict between two equal warring parties, but it is not.

The root of the conflict lies in the dispossession of the Palestinian people.

Israel currently occupies, colonises, bombs, raids, and controls the water, trade and the borders of a legally free nation that has been recognised by the United Nations.

In Gaza, Israel has created the largest open-air prison in the world, and then blockaded it. Now as bombs fall, the families, literally have no way to get out.

These are war crimes and we wouldn’t accept that anywhere else, why accept it in Palestine? Half a century ago Israel and its Arab neighbours went to war and Israel occupied the West Bank and Gaza.

Occupying territory after war happens all the time. But no military occupation should turn into a decades long tyranny which only fuels and benefits extremists who use terror to target the innocent. And who suffers? The majority of loving families on both sides that just want freedom and peace.

To many, particularly in Europe and North America, calling for companies to withdraw investments from financing or taking part in Israel’s occupation of Palestine sounds completely biased. But it’s not —

this is the most potent non-violent strategy to end the ritual violence, ensure Israelis’ security and achieve Palestinian freedom.

Israel’s power and wealth dwarfs Palestine, and if it refuses to end its illegal occupation, the world must act to make the cost unbearable.

Dutch pension fund, ABP, invests in Israeli banks that help fund the colonisation of Palestine. Massive banks like Barclays invest in suppliers of Israeli arms and other occupation businesses.

British G4S provides extensive security equipment used by the Israeli Defence Force in the occupation.

France’s Veolia operates transport for Israeli settlers illegally living on Palestinian lands. Computer giant Hewlett-Packard supplies sophisticated surveillance to control the movement of Palestinians.

And Caterpillar provides bulldozers that are used to demolish Palestinian homes and farms.

If we can create the biggest global call ever to get these companies to pull out, we will show clearly that the world will no longer be complicit in this bloodshed.

The Palestinian people are calling on the world to support this path and progressive Israelis support it too. Let’s join them.

Our community has worked to bring peace, hope, and change to some of the world’s toughest conflicts, and often that means taking difficult positions to address the root cause.

For years our community has looked for a political solution to this nightmare, but with this new round of horror unfolding in Gaza, the time has come to turn to sanctions and disinvestment to finally help end the horror for Israelis and Palestinians.

To the CEOs of ABP, HP, Veolia, Barclays, Caterpillar, and G4S:

In the wake of the terrible violence unfolding in Israel-Palestine, we, citizens from around the world, are deeply concerned about your companies’ continued investment in companies and projects that finance illegal settlements and the oppressive occupation of the Palestinian people. 17 EU countries recently issued warnings to their citizens against doing business or investing in illegal Israeli settlements. Given those legal considerations, you now have the opportunity to withdraw investments and respect international law. This is a chance to be on the right side of history.

Integral articles of Klaus Polkehn on links between Zionism and Nazism

J’ignore pourquoi les articles de Klaus Polkehn sur le sionisme n’ont jamais été traduits intégralement en français.

Cette lacune est maintenant en partie réparée puisque, après l’article sur les relations entre le mouvement sioniste et l’impérialisme, notamment allemand, dont je vous ai déjà livré la traduction(link is external), je vous propose un autre article qui tombe à point nommé en ce jour (link is external) où les sionistes redoublent de condamnations morales, en attendant parfois des mesures plus pratiques, contre ceux qui selon eux ne prendraient pas assez au sérieux ce qu’ils appellent «holocauste» ou « shoah

Ne pas prendre au sérieux cet «holocauste,» c’est par exemple contester le chiffre officiel de 6 millions de Juifs tués pendant la deuxième guerre mondiale ou nier l’existence des chambres à gaz.

Mais c’est aussi situer le malheur des Juifs à l’époque dans une histoire commune des malheurs qui ont accablé et continuent à accabler l’humanité.

C’ est précisément l’erreur commise par le député Anglais David Ward (link is external) qui provoque un tollé chez les sionistes parce que, adepte convaincu de la religion de l’holocauste, il pense être autorisé, au nom de principes universels, à critiquer les Juifs qui spolient et martyrisent le peuple palestinien. Les Juifs en question sont bien entendu les sionistes et personne d’autre.

Mais il est interdit de critiquer l’entité sioniste parce que c’est le plus souvent une expression voilée d’antisémitisme et que comparer peu ou prou ses agissements à ceux du nazisme relève du sacrilège.

Pourtant, s’il est des gens qui devraient faire profil bas quand on parle du nazisme, ce sont bel et bien les sionistes ainsi qu’on peut le constater en lisant le texte qui suit de Klaus Polkehn.

Ce dernier présente de manière détaillée la somme des relations connues entre la clique sioniste et le régime nazi dès l’arrivée au pouvoir d’Hitler, une clique sioniste qui aurait dû être jugée à Nuremberg avec le reste de la bande.

Et contrairement aux apparences, la politique prosioniste des puissances européennes, de l’Allemagne tout particulièrement, loin de s’inscrire en rupture avec celle du fascisme hitlérien, se situe en fait dans une étonnante continuité.

Une continuité dont la perception est cependant rendue très difficile par tout le brouillard émotionnel entretenu sur la première moitié du 20ème siècle et une guerre qu’on a voulue inanalysable par l’opinion publique.

Angela Merkel et Benjamin Netanyahou  (link is external)

Angela Merkel et Benjamin Netanyahou

L’article sur lequel j’ai basé ma traduction est en anglais (l’article original de Klaus Polkehn est écrit en allemand).

Je n’ai pas reproduit l’important appareil de notes de l’auteur qui renvoie aux documents sur lesquels il s’est appuyé. Vous trouverez toutes ces références dans l’article en anglais disponible en format pdf  (lien ci-dessous)

TheSecretContacts-ZionismAndNaziGermany1933-1941–journal-of-palestine-studies–polkehn-klaus-vol-5-no-3-4-1976-pp-54-82_text (1)(link is external).

Les contacts secrets : le sionisme et l’Allemagne nazie, 1933 – 1941(link is external)

Par Klaus Polkehn, Journal of Palestine Studies – 1976 traduit de l’anglais par Djazaïri

L’antisémitisme devint une politique officielle du gouvernement allemand quand Hitler fut nommé chancelier du Reich allemand le 30 janvier 1933.  Le printemps 1933 avait aussi vu  le commencement d’une période de discrète coopération entre le sionisme et le régime fasciste allemand afin d’accroître le flux de capitaux et d’émigrants Juifs vers la Palestine.

Les autorités sionistes avaient longtemps réussi à maintenir  cette coopération secrète, et ce n’est que vers le début des années 1960 que des critiques se sont exprimées ici ou là. La réaction sioniste a généralement consisté en des déclarations selon lesquelles leurs brefs contacts avec l’Allemagne nazie avaient été entrepris à seule fin de sauver des vies juives.

Mais ces contacts étaient d’autant plus remarquables qu’ils avaient eu lieu à une époque où de nombreux juifs et organisations juives exigeaient un boycott de l’Allemagne nazie.

A l’occasion de la 16ème convention du Parti Communiste Israélien, un document proposé au début de la conférence affirmait  que «après la prise de pouvoir par Hitler en Allemagne, alors que toutes les forces antifascistes dans le monde ainsi que la grande majorité des organisations juives avaient proclamé un boycott contre l’Allemagne nazie, des contacts et une collaboration existaient entre les dirigeants sionistes et le gouvernement hitlérien.»

Le document citait les propos tenus par le dirigeant sioniste Eliezer Livneh (qui était le rédacteur en chef de l’organe de la Haganah pendant la deuxième guerre mondiale) lors d’un symposium organisé par le journal israélien Maariv en 1966, qui expliquait «que pour les dirigeants sionistes, secourir les juifs n’était pas un but en soi, mais seulement un moyen» (c’est-à-dire pour établir un Etat juif en Palestine).

S’interroger sur la réaction du mouvement sioniste face au fascisme allemand qui, pendant ses douze années au pouvoir, a assassiné des millions de juifs relève du tabou aux yeux des leaders sionistes. Ce n’est que rarement qu’on peut tomber sur des preuves authentiques ou des documents au sujet de ces questions. Cette enquête rassemble des informations recueillies jusqu’à tout récemment sur certains aspects importants de la coopération entre les fascistes et les sionistes.

La nature des choses veut que cette enquête ne présente pas une image complète. Cela ne sera possible que quand les archives (surtout celles qui sont en Israël) dans lesquelles les documents concernant ces évènements sont enfermés à double tour seront accessibles aux chercheurs universitaires.

L’avènement d’Hitler 

Pour les dirigeants sionistes, l’arrivée d’Hitler au pouvoir était grosse de la possibilité d’un afflux d’immigrants en Palestine. Auparavant, la majorité des juifs allemands, qui se considéraient eux-mêmes comme allemands, n’avaient guère de sympathie pour l’entreprise sioniste. Les statistiques allemandes, compilées avant la prise du pouvoir par les fascistes, classait la minorité juive uniquement en tant que «confession religieuse» et ce sont les législateurs fascistes qui introduiront la notion de «race» en tant que caractéristique et incluront de la sorte même les descendants assimilés issus de la communauté juive dans la catégorie [raciale, NdT] juive.

Selon les statistiques, 503 000 juifs vivaient en Allemagne en 1933, constituant ainsi 0.76 % de la population totale. 31 % de tous les juifs allemands résidaient dans la capitale Berlin où ils représentaient 4,3 % de la population de la ville. Les statistiques allemandes indiquent aussi que la proportion de juifs dans la population de l’Allemagne avait diminué entre 1871 et 1933, passant de 1,05 % à 0.76 %.

Ces juifs allemands étaient dans leur écrasante majorité non sionistes ou antisionistes et, avant 1937, l’Union Sioniste pour l’Allemagne (Zionistische Vereinigung für Deutschland, ZVFD) avait beaucoup de mal à se faire entendre.

Parmi les juifs recensés en Allemagne en 1925, il n’y en avait par exemple que 8739 (pas même 2 %) susceptibles de voter dans les conventions sionistes (c’est-à-dire en qualité d’adhérents d’organisations sionistes). Aux élections régionales de la communauté juive tenues en Prusse en février 1925, seulement 26 des 124 personnes élues appartenaient à des organisations sionistes.

Un rapport  de Keren Hayesod présenté à la 24ème session de la ZVFD en juillet 1932 constatait : «dans le processus d’évaluation du travail de Keren Hayesod en Allemagne, on ne doit pas oublier qu’n Allemagne, nous devons tenir compte non seulement de l’indifférence de larges cercles juifs mais aussi de leur hostilité.»

Par conséquent, à l’époque de l’avènement au pouvoir d’Hitler, les sionistes étaient pour l’essentiel une petite minorité insignifiante et peu influente et d’étaient les organisations non sionistes qui jouaient un rôle dominant parmi les juifs.  A leur tête se trouvait la Centralverein deutscher Staatsbürger jüdischen Glaubens (CVn ou Union Centrale des Citoyens Allemands de Confession Juive), fondée en 1893 qui, ainsi que son nom le laisse entendre, considérait les juifs allemands comme des allemands et considérait que son premier devoir était de combattre l’antisémitisme.

En accord avec cette position fondamentale, la CVn avait aussi nettement affirmé son rejet du sionisme. C’est ainsi qu’une résolution adoptée par la principale instance de la CVn le 10 avril 1921 se concluait par ces mots : « si le travail de colonisation enPalestine n’était qu’une affaire d’aide et d’assistance, alors, du point de vue de la Centralverein, il n’y aurait rien à redire à la promotion de ce travail. Cependant, la colonisation en Palestine est d’abord l’objet d’une politique nationale juive et sa promotion et son soutien doivent donc être rejetés.»

En conséquence, c’était la CVn qui, pendant les années précédant l’arrivée d’Hitler au pouvoir, se tenait à l’avant-garde des partis et organisations progressistes dans leur lutte contre l’antisémitisme. Au sujet de cette attitude, l’écrivain juif Werner E. Mosse remarquait : «Alors que les dirigeants de la CV considéraient comme de leur devoir de représenter les intérêts des juifs allemands dans l’action et le combat politiques, le sionisme prenait position pour … une non participation des juifs à la vie publique allemande. Il rejetait par principe toute participation à la lutte menée par la CVn.»

L’attitude des sionistes à l’égard de la menace d’une domination fasciste totale en Allemagne était déterminée par certains présupposés idéologiques communs : les fascistes tout comme les sionistes croyaient aux pseudo théories raciales, et les uns comme les autres partageaient la croyance dans des généralisations mystiques comme le caractère national» (volkstum) et la «race,» les uns et les autres étaient chauvins et penchaient pours «l’exclusivisme racial.»

C’est ainsi que l’officiel sioniste Gerhart Holdheim écrivait en 1930 dans une livraison du Süddeutsche Monatshefte consacrée à la question juive (une publication dans laquelle, entre autres, des antisémites notoires faisaient connaître leurs opinions) :

« Le programme sioniste conçoit la communauté juive comme étant homogène et indivisible, sur une base nationale. Le critère qui définit la communauté juive n’est pas al confession ou la religion, mais un sentiment global d’appartenance à une communauté raciale que réunissent des liens de sang et historiques et qui est déterminée à préserver son individualité nationale.»

C’état le même langage, la même phraséologie que celle utilisée par les fascistes. Il va de soi que les fascistes allemands voyaient d’un bon œil les conceptions sionistes, tel Alfred Rosenberg, le principal idéologue du parti nazi qui écrivait :

«le sionisme doit être soutenu vigoureusement de sorte à ce qu’un certain nombre de juifs allemands partent chaque année en Palestine ou que, du moins, on leur fasse quitter le pays.» Considérant une déclaration de ce genre, Hans Lamm écrira plus tard : «…il est incontestable que dans les premières étapes de leur politique juive, les nationaux socialistes pensaient qu’il convenait d’adopter une attitude pro sioniste.»

De manière très perspicace, la CVn avait remarqué que la reconnaissance par les sionistes de «certains postulats des nationalistes allemands » avait donné des munitions aux antisémites et, dans une déclaration de politique générale émise par la CVn il était même question du sionisme comme ayant mis au mouvement [juif] un «coup de poignard dans le dos» dans la lutte contre le fascisme.

Mais les sionistes pensaient que seul Hitler pouvait pousser les juifs allemands antisionistes dans le bras du sionisme. Robert Welsch, qui était alors rédacteur en chef du journal sioniste allemand Jüdische Rundschau déclarait le 8 janvier 1933 (trois semaines après l’arrivée d’Hitler au pouvoir) lors d’ une réunion du comité local de la ZVFD :

«Le caractère antilibéral du nationalisme allemand [i.e. les tendances réactionnaires de la bourgeoisie allemande – K.P.] s’accordaient avec la position antilibérale du sionisme et nous nous trouvons maintenant devant une chance de trouver, non une base pour une compréhension [mutuelle, NdT] mais pour la discussion.»

L’appel à Hitler le 30 janvier pour prendre la tête du gouvernement fut suivi par une mainmise sur toutes les positions d’autorité par le parti national Socialiste, ce qui signifiait que des antisémites déclarés étaient désormais au pouvoir. Les juifs allemands regardaient ces évènements avec appréhension parce que dans le programme du parti nazi figuraient le retrait de la citoyenneté aux juifs (Point 5) la révocation des Juifs exerçant dans la fonction publique (Point 6) ainsi que l’expulsion de tous les Juifs qui avaient immigré en Allemagne après le 2 août 1914 (Point 8).

Seuls les sionistes voyaient des avantages à cette tournure des évènements (L’historien britannique Christopher Sykes, qui n’était certes pas antisioniste, est de l’opinion «que les dirigeants sionistes étaient déterminés dès le tout début du désastre nazi à retirer un avantage politique de la tragédie.»

La première expression publique de cela fut l’œuvre du Dr Joachim Prinz, un rabbin berlinois qui était un sioniste convaincu et qui immédiatement après le 30 janvier 1933 décrivit la prise de pouvoir par Hitler comme étant le «début du retour des juifs à leur judaïsme.»

Evoquant le terrorisme fasciste contre les juifs allemands, Prinz écrivait : « Nous n’avons plus nulle part où nous cacher. Au lieu de l’assimilation, nous souhaitons la reconnaissance de la nation juive et de la race juive.»

Ce point de vue n’était pas du tout celui d’un individu isolé. On pouvait lire le 13 juin 1933 dans l’organe officiel de la ZVFD, le Jüdische Rundschau:

Le sionisme reconnaît l’existence d’une question juive et veut la résoudre d’une manière généreuse et constructive. A cette fin, il veut s’attirer le soutien de tous les peuples ; ceux qui ont de la sympathie pour les juifs tout comme ceux qui leur sont hostiles, dans la mesure où, du point de vue sioniste, ce n’est pas une question sentimentale mais un véritable problème à traiter à la solution duquel tous les peuples sont intéressés.

En recourant à cette argumentation, le sionisme adoptait la même ligne politique que les fascistes.

Le 21 juin 1933, les sionistes firent une déclaration officielle sur leur politique à l’égard de la prise de pouvoir par les fascistes : «La déclaration de l’Union Sioniste pour l’Allemagne en Référence à la Position des Juifs dans la Nouvelle Allemagne

Dans une partie de ce long document, il était souligné que «Notre avis est qu’un des principes du nouvel état allemand d’exaltation nationale rendrait possible une solution satisfaisante.» Dans son document, la ZVFD, jetait un regard sur l’histoire de la situation des juifs en Allemagne, en se servant d’un vocabulaire fasciste comme les «liens du sang et de la race» et, exactement comme Hitler, postulait une «âme spécifique» pour les juifs. Les sionistes affirmaient ainsi :

«Pour le juif aussi, l’origine, la religion, la destinée commune et la conscience de soi doivent avoir une signification décisive dans sa façon de vivre. Ce qui nécessite de surmonter l’individualisme égoïste qui s’est répandu à l’époque libérale, et devrait être réalisé à travers l’acquisition d’un sentiment commun d’unité et en assumant avec joie notre responsabilité.»

Après cette admission et cette reprise des thèses fascistes, suivait une reconnaissance ouverte de l’Etat fasciste : «Sur le sol du nouvel Etat [i.e. l’Allemagne fasciste], qui a établi le principe de la race, nous volons organiser l’ensemble de la structure de notre communauté de la même manière, de sorte que, pour nous aussi, l’aboutissement de la revendication de notre patrie puisse aboutir dans la sphère qui nous est allouée.»

En conclusion, les sionistes condamnaient la lutte contre le régime hitlérien  menée par les forces antifascistes  qui avaient appelé au printemps 1933 au boycott économique de l’Allemagne nazie. « La propagande pour le boycott qu’ils sont en train de faire contre l’Allemagne est dans sa nature même contraire au sionisme dès lors que lesionisme ne veut pas combattre mais convaincre et construire.»

Pour saisir toute la portée de cette déclaration du ZVFD, il faut ici aussi se souvenir de ce qui l’a précédée. La persécution des juifs avait déjà commencé et avait déjà atteint un premier point culminant avec un grand pogrom qui avait touché toute l’Allemagne le1er avril 1933(link is external).

Dans les premiers jours de mars 1933, les citoyens juifs allemands avaient été maltraités dans des viles allemandes (par exemple des boutiques juives avaient été pillées à Brunswick le 11 mars et, le 13 mars, des avocats juifs avaient été malmenés devant le palais de justice de Breslau [aujourd’hui Wroclaw en Pologne].

Les autorités fascistes avaient promulgué la loi sur la restauration de la fonction publique [le 7 avril 1933] qui aura pour conséquences, entre autres, la révocation de 2000 chercheurs et professeurs juifs des universités. Le 18ème congrès sioniste, qui s’était réuni à l’été 1933n’y voyait pas de problème : quand, pendant las session du congrès sioniste qui se tenait le 24 août 1933, la situation des juifs en Allemagne allait être débattue, le présidium du congrès a fait en sorte d’empêcher la discussion.

Il avait aussi réussi à empêcher l’introduction d’une résolution appelant au boycott des marchandises allemandes, et avait à la place insisté fortement sur la nécessité d’organiser l’émigration des juifs allemands. Les protestations contre les évènements en cours en Allemagne avaient été réduites au plus strict minimum.

Les fascistes récompensèrent les sionistes pour leur «retenue » et permirent au ZVFD de poursuivre ses activités sans entraves. (C’était au moment où tous les partis et organisations démocratiques et antifascistes en Allemagne étaient soumis à une répression des plus  rigoureuses et où leurs cadres et  leurs membres étaient en prison ou en camp de concentration)

Dans le même temps, les fascistes mettaient toutes sortes d’obstacles sur le chemin des organisations non sionistes. Ces entraves touchaient en tout premier lieu la CVn parce que, avant 1933 déjà, les fascistes voyaient dans la CVn « leurs principaux opposants juifs, » ainsi qu’il est indiqué dans de nombreux exemples tirés de la presse nazie.

La CVn avait toujours accusé les sionistes de monter peu d’intérêt pour la «lutte [contre le fascisme … et qu’ils [les sionistes] suivaient une politique d’indifférence [devant l’emprise du péril fasciste] parce qu’il ne se sentait pas concerné.»

Le 1er mars 1933, les SA, des paramilitaires fascistes, occupaient le siège central de la CVn pour le fermer. Le 5 mars 1933, la CVn était interdite en Thuringe pour cause de  «complot de haute trahison.» Dans le même temps, l’Etat nazi se tournait contre d’autres organisations juives non sionistes, comme la « Ligue du Reich des Anciens Combattants », par exemple, qui représentait une tendance juive nationaliste allemande. L’ «Union Nationale des Juifs Allemands» était également interdite.

Avec ce soutien fasciste, les dirigeants de l’Union Sioniste pour l’Allemagne purent obtenir pour la première fois une position dominante auprès des juifs allemands. A l’automne 1933, la « Association du Reich des Juifs en Allemagne»  fut fondée et de grandes organisations juives, dont le CV et le ZVFD y participèrent. Le chef de cette organisation était le rabbin Leo Baeck dont la personne reflétait l’attitude ambivalente de l’organisation à l’égard du sionisme ; Baeck était à la fois membre de la principale instance du CV, et président du fonds de colonisation juive «Keren Hayesod» en Allemagne.

L’organisation nouvellement créée offrait aux dirigeants sionistes une plateforme plus large pour leurs activités.

L’Association du Reich n’avait pas été, comme on l’a parfois prétendu, créée sur instruction des autorités fascistes.  Ball-Kaduri écrit :

«Il s’est avéré que la création de l’Association du Reich se fit sans aucune interférence de l’Etat ; une fois le processus de structuration achevé, l’organisation a simplement été déclarée au ministère de l’intérieur du Reich. – la Gestapo ne s’y était pas du tout intéressée.» C’est seulement le 4 juillet 1939 que l’ordonnance concernant la création obligatoire d’une Union des Juifs du Reich en Allemagne fut promulguée, amenant à changer le nom de l’organisation qui passa de celui de Députation à celui d’Union. Cette ordonnance rendait obligatoire l’adhésion de tous les Juifs à l’Union du Reich. Le paragraphe 2 de cette ordonnance satisfaisait également un des objectifs du sionisme en affirmant : «L’Union du Reich a pour objectif la promotion de l’émigration de tous les Juifs.»

Le parti nazi, à ses échelons les plus élevés, autorisait des activités politiques de divers types. A cet égard, par exemple, la policepolitique bavaroise notait le 9 juillet 1935 :

Les organisations sionistes collectent depuis un certain temps de l’argent auprès de leurs adhérents et de leurs sympathisants avec l’intention de promouvoir l’émigration, en achetant de la terre en Palestine, et d’obtenir un soutien pour la colonisation en Palestine. Ces collectes n’ont pas besoin d’obtenir une autorisation administrative parce qu’elles se font dans des cercles juifs fermés. De plus, la police de l’Etat n’a pas d’objections contre l’organisation de ces réunions dès lors qu’elles portent sur ce genre de fonds qui ont pour but de promouvoir la résolution en pratique du problème juif.

Après 1933, les fascistes permirent aux sionistes de continuer avec leur propagande. Tandis que tous les journaux en Allemagneétaient placés directement sous supervision du Ministère de la Propagande (les journaux publiés par les communistes, le parti Social-démocrate ou les syndicats et d’autres organisations progressistes étaient interdits) le Jüdische Rundschau pouvait paraître sans entraves.

1936: réunion berlinoise de la Zionistische Vereinigung Deutschland (organisation sioniste en Allemagne - photo musée Yad Vashem)(link is external)

1936: réunion berlinoise de la ZVFD, l’organisation sioniste en Allemagne (photo musée Yad Vashem)

Winfried Martini, correspondant  à l’époque de la Deutsche Allgemeine Zeitung à Jérusalem et qui, selon son propre témoignage, avait des «liens personnels étroits avec le sionisme » observa plus tard ce « fait paradoxal » que «de toute la presse, c’était la presse juive i.e. sioniste] qui pendant des années conserva une certaine marge de liberté qui avait été complètement retirée à la presse non juive.»  Il ajoutait que dans le Jüdische Rundschau, on pouvait très souvent trouver des opinions critiques à l’égard des nazis sans pour autant que cela se traduise par l’interdiction du journal.

C’est seulement à partir de fin 1933 que cela conduisit à une interdiction de la vente de ce journal à des non juifs. Les Juifs devaient, c’est ce que souhaitaient les fascistes, être convertis au sionisme même si cela devait se faire avec une argumentation dirigée contre les fascistes. De la sorte, la diffusion de ce journal sioniste qui était auparavant assez faible connut une rapide augmentation.

Que le journal sioniste ait pu se féliciter d’être dans les bonnes grâces des dirigeants fascistes est compréhensible quand on examine la position de cet organe de presse vis-à-vis du boycott des commerces juifs du 1er avril 1933. Ce pogrom organisé contre des citoyens Juifs en Allemagne, qui avait soulevé l’indignation dans le monde entier et provoqué colère et répulsion chez tous les Allemands honnêtes n’avait pas été condamné franchement par le journal qui l’évaluait plutôt comme une confirmation de la justesse de la position sioniste :

«l’erreur fatale de nombreux Juifs [de croire] que quelqu’un peut représenter les intérêts juifs  sous une autre casquette [autre que juive en tant que telle, NdT] est écartée, » écrivait le Jüdische Rundschau en parlant du pogrom : «Le 1er avril 1933 peut être un jour de réveil juif et de renaissance juive.»

La liberté d’action des sionistes incluait aussi l’édition de livres à côté de leur journal. Jusqu’en 1938, plusieurs maisons d’édition (dont entre autres,  Jüdische Verlag à Berlin-Charlottensburg et Schochen-Verlag à Berlin) pouvaient publier sans entraves de la littérature sioniste. C’est ainsi que purent être publiés en toute légalité dans l’Allemagne fasciste des textes de Chaim Weizmann, David Ben Gourion et Arthur Ruppin(link is external).

Les premiers jours de la domination nazie en Allemagne virent aussi le début d’une collaboration économique entre les fascistes et les sionistes. En mai 1933, la compagnie sioniste de plantation de citronniers en Palestine,  Hanotea», avait déjà sollicité du ministère de l’économie du Reich la permission de transférer du capital d’Allemagne, ouvrant ainsi la voie à l’accord de transfert (Haavara) qui interviendra plus tard.

La compagnie «Hanotea » achetait les marchandises allemandes dont elle avait besoin, les payant avec des comptes bancaires enAllemagne d’émigrants Juifs. Les émigrants quittaient alors l’Allemagne et recevaient l’équivalent en immobilier de ce qui avait été prélevé sur leurs comptes. Comme l’expérience avec Hanotea semblait avoir été une réussite aux yeux des dirigeants sionistes, des négociations furent entreprises à l’été 1933 entre la partie sioniste et le ministère allemand de l’économie, ce qui aboutit à la signature de ce qu’on a appelé l’accord Haavara.

Les négociations de 1933 sur la Haavara sont un des épisodes de l’histoire du sionisme sur lequel un voile a été jeté, vu qu’elles constituaient un exemple de coopération économique au moment où les forces antifascistes essayaient de prendre la tête d’unboycott de l’Allemagne nazie. En évoquant cette démarche de boycott, Nahum Goldmann qui occupait alors une position importante dans le mouvement sioniste, écrira plus tard :

Cependant, beaucoup d’organisations juives refusèrent d’y participer [au boycott], soit parce que beaucoup de firmes juives étaient en fait des représentantes commerciales d’entreprises allemandes, ou parce que certaines organisations juives, celles des Etats Unis plus précisément, avaient adopté la position selon laquelle in était antipatriotique d’organiser un boycott contre un pays avec lequel son propre pays entretient des relations commerciales normales.»

Cet exposé est sans doute valable pour les raisons évoquées prises une à une, mais il occulte néanmoins la vérité, parce que ceux qui ont rompu le boycott ont d’abord été les sionistes eux-mêmes.

Il y a des versions divergentes sur les circonstances qui ont amené à l’accord Haavara. Selon une version, l’initiative des négociations avec les autorités fascistes serait venue des l’Union Sioniste pour l’Allemagne qui avait intéressé au projet Hoofien, le directeur-général de l’Anglo-Palestine Bank en Palestine. Hoffien, est-il rapporté, s’était rendu à Berlin en 1933 et était entré sur place en négociations avec Oberregieunsgrat Hartenstein du ministère de l’économie du Reich. (raison pour laquelle l’accord Haavara est souvent appelé aussi l’accord Hoofien, une appellation qui réduit la responsabilité de l’ensemble de la chose au seul personnage de Hoofien).

Dans la mesure où Hoofien était impliqué (une implication sans doute nécessaire du moment où il était question d’accords concrets sur des questions de transferts qui requéraient l’expertise d’un banquier professionnel), on doit considérer qu’une affaire d’une telle importance ne pouvait pas résulter d’une initiative privée et qu’elle n’aurait pu être mise en œuvre sans l’autorisation des institutions sionistes.  On peut de fait apprendre par d’autres publications que les négociations étaient chapeautées à Berlin par celui qui était alors le chef du département politique de l’Agence Juive : Chaim Arlosoroff.  Finalement, l’accord conclu en 1935 sera approuvé officiellement par le Congrès Sioniste Mondial !

Les mots mêmes de Ball-Kaduri sont que l’accord Haavara avait été conclu « sous la forme d’une lettre adressée à Herr Hoofien par le ministère de l’économie du Reich. Les négociations s’étaient déroulées sereinement car les Nazis avaient encore un «penchant sioniste» à l’époque.

En vertu de l’accord signé à Berlin, deux compagnies furent créées : la compagnie Haavara à Tel Aviv et une compagnie sœur baptisée Paltreu à Berlin. La procédure se déroulait de la manière suivante : l’émigrant Juif payait avec son argent (la somme minimale était d’un millier de livres sterling) sur le compte en Allemagne de la Haavara (à la banque Wassermann Bank de Berlin ou à la banque Warburg de Hambourg). Avec cet argent, les importateurs Juifs pouvaient acheter des marchandises allemandes pour les exporter en Palestine tout virant une somme équivalente en livres palestiniennes dans le compte de la Haavara à l’Anglo-Palestine Bank en Palestine.

Quand l’émigrant arrivait, il trouvait dans son compte une somme équivalente à celle qu’il avait versée en Allemagne (c’est là que Ball-Kaduri observe : « après avoir déduit des frais assez élevés »).

En relation avec l’émigration vers la Palestine permis par l’accord Haavara, les sionistes fondèrent la Palestine Shipping Company qui acheta le bateau allemand de transport de passagers «Hohenstein » qu’ils rebaptisèrent «Tel Aviv.(link is external)»  Le bateau fit son premier voyage vers Haïfa au départ du port allemand de Bremerhaven au début de l’année 1935.

Pendant ce voyage, le bateau portait à la poupe son nouveau nom en caractères hébraïques tandis que le swastika flottait sur son mât ; « une combinaison d’absurdité métaphysique » écrira plus tard un des passagers. Le capitaine du navire, Leidig, était un adhérent du parti Nazi !

Le Hohenstein rebaptisé Tel Aviv sera revendu en 1937 au Japon(link is external)

Le Hohenstein rebaptisé Tel Aviv sera revendu en 1937 au Japon

L’accord Haavara vouait à l’échec la démarche de boycott de l’Etat nazi et maintenait sans disruption pour l’économie fasciste l’accès à ’un large marché à l’export à une époque où le commerce mondial souffrait encore des traces de crise économique internationale de1929.  Ce point avait été souligné dans un mémorandum par Stuckart, le secrétaire d’Etat au ministère de l’intérieur du Reich.

Dans ce mémorandum, daté du 17 décembre 1937, il était observé : «Les principaux avantages [de l’accord Haavara] sont les suivants : l’influence du groupe Haavara en Palestine a amené au résultat imprévu et inhabituel mais espéré que, de tous les endroits, la Palestine est le pays dans lequel les biens allemands ne sont pas boycottés par la partie juive…»

En même temps, la procédure Haavara a rendu possible une accélération du mouvement d’émigration juive vers la Palestine, amenant au renforcement de la position des sionistes en Palestine. Les immigrants qui viennent d’Allemagne amènent avec eux un plus haut niveau de compétences économiques entre autres choses.

Ce qui résultait aussi de la «sélectivité.» Comme l’accord requérait le versement  par l’émigrant d’un millier de livres sterling au minimum, seuls des membres de la bourgeoisie juive étaient en mesure de profiter de ce dispositif, tandis que les travailleurs d’origine juive étaient lassés à leur destin. Ainsi, l’évaluation suivante de l’accord de Haavara dans le cadre de l’examen de lapolitique raciale du fascisme peur être considérée comme parfaitement juste : le principe de solidarité qui nécessitait que les Juifs restent unis devant leurs persécuteurs  avait volé en éclats du fait d’intérêts capitalistes. Pecunia non olet.

Dans le même temps, les dispositions prises par les entrepreneurs Juifs dans le seul objectif de transférer leurs capitaux de l’Allemagne fasciste vers la Palestine étaient accueillies avec grande considération. On a affirmé que le capital envoyé au Moyen Orient était placé au service des Juifs. En réalité cependant, cet argent servait en Palestine aux mêmes objectifs qu’en Allemagne : le profit de ses détenteurs.

Le même livre affirme que «l’Internationale Sioniste voulait que les émigrants Juifs d’Allemagne arrivent sur le sol de Palestinenon comme des sans le sou mais en tant que propriétaires d’un capital qui contribuera à l’édification d’un Etat capitaliste. C’est à partir de ce désir qu’a grandi l’intérêt des sionistes pour s’associer avec des antisémites.»

De fait, avant même la création d’Israël, l’accord de transfert  donna une forte impulsion à l’économie sioniste en Palestine. Des sources sionistes parlent d’une somme de 139,6 millions de Reichsmarks – une somme énorme à l’époque – transférée d’Allemagne en Palestine. Une autre source situe le montant transféré à 8 millions de livres sterling. Ce n’est pas une simple coïncidence si les projets les plus importants en Israël ont été créés ou dirigés par des émigrants partis d’Allemagne.

La plus grande fonderie de Palestine et l’industrie du ciment par celui qui fut à une époque directeur de la compagnie des eaux et d’électricité de Berlin, le Dr Karl Landau. Le Dr Arnold Barth de Berlin, le Dr Siegfried Sahlheine de Hambourg et Herbert Förder de Breslau furent les premiers organisateurs de la banque Leumi. Fritz Naphtals de Berlin et George Josephthal de Nuremberg  transformèrent en entreprise géante l’insignifiante «Arbeiterbank.»

Certains des plus importantes firmes israéliennes furent fondées par Yekutiel er Sam Federmann de Chemnitz ( Karl-Marx-Stadt à l’époque communiste) ; l’entré Yekutiel dans le Who’s Who en Israël (1962) le présente comme un «fondateur de ‘l’Israel Miami Group’ (Dan Hotel) ; le partenaire israélien du cimentier ‘Isasbest’ ; le fondateur et associé de ‘Israel Oil Prospectors Corp, Ltd ‘ qui procéda au premier forage pétrolier ‘Mazal 1’ et présida de nombreuses autres entreprises.

Les accords économiques entre les sionistes et le fascisme allemand avaient l’approbation de toutes les instances du Reich nazi. Le ministère des affaires étrangères avait déjà adopté une attitude pro-sioniste en maintes occasions avant 1933 (il y avait eu des rencontres entre Chaim Weizmann et les secrétaires d’Etat von Schubert et von Bullow).

C’est seulement après le déclenchement de la révolte arabe palestinienne de 1936 que les premières divergences d’opinion s’installèrent dans les diverses institutions fascistes sur l’utilité de poursuivre les transferts dans le cadre de la Haavara.

Le ministère des affaires étrangères se rendait maintenant compte que la politique de facto pro-sioniste allait aliéner les Arabes à l’Allemagne hitlérienne – une perspective qui n’était pas dans l’intérêt du Reich Nazi. Döhle, consul général d’Allemagne à Jérusalem, était le porte-voix de ce point de vue et, dans un long mémorandum daté du 22 mars 1937, il observait que « par notre promotion de l’immigration juive… la position qu’avait pu réoccuper l’Allemagne… allait être mise à mal.» En adoptant cette position, Döhle était moins animé par un intérêt pour les Arabesque par une inquiétude pour les intérêts politiques du fascisme allemand.

Il ajoutait que l’Allemagne ne devait «pas trop se préoccuper  des sympathies des Arabes à l’égard de l’Allemagne dès lors que ce dont nous avions besoin était moins d’avoir une politique arabe active que d’éviter la promotion voyante accordée à l’édification d’un foyer national juif.»

Döhle craignait   «un revirement de l’humeur des Arabes et que nous soyons accusés de participer activement à la lutte contre eux.»

Les inquiétudes de Döhle étaient partagées par d’autres autorités fascistes. Ainsi, l’Office du Commerce Extérieur de l’Auslandsorganisation du parti nazi (le bureau du parti chargé des affaires internationales) déclarait en toute franchise : «Politiquement, il [l’accord de la Haavara] revient à apporter un soutien efficace à l’établissement d’un foyer national juif avec l’aide du capital allemand.»

Le 17 décembre 1937, il était signalé dans le mémorandum déjà cité de Stuckart, Secrétaire d’Etat au ministère de l’Intérieur, que depuis le début de la révolte arabe en Palestine «les avantages procurés par la procédure [de Haavara] sont devenus plus faibles  tandis que ses inconvénients deviennent de plus en  plus importants.»

Stuckart était d’avis que si la création d’un Etat juif était inévitable, alors «tout ce qui permettrait le développement d’un tel Etat devrait être évité.» Puis Stuckart déclarait clairement : Il est hors de doute que la procédure de la Haavara a apporté la plus forte contribution au développement extrêmement rapide de la Palestine [i.e. des colonies sionistes – K.P.]. Cette procédure n’a pas seulement permis l’apport de très grosses sommes d’argent [d’Allemagne] ; elle a aussi apporté les hommes les plus intelligents parmi tous les immigrants, et a en fin de compte fourni les machines et les équipements industriels nécessaires – aussi d’Allemagne

Les craintes de ces responsables (qui, ainsi que nous le verrons étaient en contradiction avec l’opinion des SS et de la Gestapo) furent finalement communiquées à Hitler. Hitler, ainsi qu’on peut le lire dans un mémorandum du département de la Politique Commerciale du ministère des affaires étrangères en date du 27 janvier 1938, décida que la procédure de la Haavara devait continuer. Cette position d’approbation prise par Hitler vis-à-vis du renforcement de la colonisation sioniste de la Palestine resta inchangée malgré les doléances émanant du ministère des affaires étrangères et l’Auslandorganisation du parti nazi relativement à  la montée de l’hostilité des Palestiniens à l’égard de l’Allemagne.  C’est ainsi que l’Auslandorganisation au ministère des affaires étrangères exigea à nouveau dans un mémorandum daté du 12 novembre 1938 que «une initiative soit entreprise pour une annulation d’un accord de Haavara qui n’a que trop duré.»

Jon et David Kimche confirment le fait qu’Hitler «avec une détermination sans ambigüité, avait ordonné la promotion d’une immigration de masse en Palestine,» et qu’Hitler avait en outre formulé la décision fondamentale que «l’émigration juive devait être encore plus encouragée par tous les moyens disponibles. Il est donc indiscutable que l’opinion du Führer était qu’une telle émigration devait être avant tout orientée vers la Palestine

Finalement, même Winfried Martini confirme la position pro-sioniste des cercles fascistes les plus importants pendant la révolte arabe de 1936-39. Il écrit que, en tant que correspondant de la Deutsche Allgemeine Zeitung en Palestine, ses articles sur la révolte «étaient assez clairement favorables à la partie juive,» et que cela n’avait soulevé aucune objection de la part des responsables nazis.

Hitler resta donc le garant des transferts Haavara qui ne furent stoppés qu’avec le déclenchement de la deuxième guerremondiale.

Coopération avec les services de renseignements nazis

Pendant les premiers jours de la domination fasciste sur l’Allemagne, les sionistes avaient un contact direct avec l’appareil de répression fasciste, ce qui se traduisit par une coopération informelle entre la direction sioniste et les organisations de terreur du Reich nazi (la Gestapo, la SS etc.). Dès avant 1933, le dirigeant sioniste Leo Plaut «avait une connexion» avec la police politique et avec un cadre de la police, l’Oberregierungsrat Rudolf Diels (supposé être un camarade de classe de Plaut). Quand Diels fut d’abord nommé chef de la police secrète en 1933, il maintint ses relations avec Plaut. «En fait, Plaut avait même le numéro de la ligne secrète de Diels et pouvait l’appeler à tout moment.»

On peut seulement spéculer sur les détails de leurs contacts parce que les documents à ce sujet sont enfermés à double tour aux archives de Yad-Vashem à Jérusalem. On peut cependant supposer que c’est grâce à ces contacts qu’une rencontre avait pu être arrangée entre le premier ministre Prussien Herman Goering (plus tard condamné à mort par le tribunal de Nuremberg pour crimes de guerre) et les chefs des organisations juives allemandes. La réunion eut lieu le 26 mars 1933. Parmi les dirigeants  sionistes présents, se trouvait Kurt Blumenfeld, mais il a gardé le silence sur cet épisode sans ses mémoires.

De tels contacts se faisaient en secret, mais il existe des preuves concernant des préparatifs en vue d’une coopération entre les sionistes et la SS (l’organisation qui chapeautait tout l’appareil policier et du renseignement dans l’Etat fasciste). Peu de temps après la prise du pouvoir par les fascistes, le journal Der Angriff, contrôlé par les chefs propagandistes Nazi, publiait un article sur un voyage en Palestine qui présentait en termes positifs la colonisation sioniste en Palestine. Le reportage, intitulé «Un nazi voyage en Palestine,» (link is external) «ne comportait pratiquement aucune critique.»

Médaille commémorative du séjour de leopold von Mildenstein(link is external)

Médaille commémorative du séjour de Leopold von Mildenstein en Palestine

Le pseudonyme de l’auteur «Lim» dissimulait l’identité du SS Untersturmführer (équivalent du grade de lieutenant dans l’armée) Leopold von Mildenstein. Mildenstein servait dans le SD (le service de sécurité de la SS) qui était à l’origine le service secret interne du parti nazi mais qui, à partir de 1934, cessa d’être simplement la police du parti et un instrument entre les mains du commandement de la police pour se transformer en service secret  intérieur principal de la dictature fasciste.

Le SD était aussi devenu  l’organisation de commandement politique et de formation des cadres pour la police fasciste. Le fait que Mildenstein ait pu être l’homme capable d’écrire des articles ouvertement pro-sionistes n’était pas une simple coïncidence puisque, en 1934, le Bureau II du SD s’était étoffé d’un bureau II-112 ou «Judenreferat» (bureau des affaires juives) dont il assurait la direction. Selon Martini, Mildenstein avait été «discrètement conseillé par des officiels sionistes » pendant son séjour en Palestine.

Le département dirigé par Mildenstein a eu la charge de la politique juive du nazisme jusqu’en 1938 Cette politiqueavait été formulée par l’organe officiel de la SS, Das Schwarze Korps, dans les termes suivants : «Le temps n’est peut être pas bien loin qui verra la Palestine recevoir à nouveau les enfants qu’elle avait perdu il y a un millier d’année. Nos vœux ainsi que la bonne volonté de l’Etat les accompagnent ».

Il y a eu des tentatives pour décrire la politique pro-sioniste de la SS comme reflétant l’attitude personnelle de Mildenstein  plutôt que l’entente officielle entre sionistes et fascistes. Mais il n’y a pas que la citation extraite du Schwarze Korps pour contredire cette thèse : Mildenstein lui-même, quelques années plus tard, republiera sous forme de livre ses notes de voyage parues dans l’Angriff. Mais cette fois-ci, il transformera sa tendance pro-sioniste initiale en antisémitisme sans fard.

Les dirigeants sionistes qui avaient «discrètement conseillé » le directeur du « Judenferat » au SD pendant son voyage enPalestine poursuivirent leurs contacts avec la SS et le SD. Naturellement, peu de détails sont connus sur ces contacts dont les traces sont des documents hautement classifiés. Un des rares documents  disponibles sur ces relations est un mémorandum du professeur Franz Six daté du 17 juin 1937 qui porte la mention «Affaire secrète pour le commandement. » ce mémorandum contient des informations sur une visite de l’émissaire sioniste Feivel Polkes à Berlin. Polkes était membre de l’état major de l’armée sioniste clandestine, la Haganah, avec le grade de commandant. L’Oberscharführer de la SS Herbert Hagen qui avait succédé à Mildenstein à la direction du Judenferat affirmait que Polkes avait le « commandement de l’ensemble de l’appareil d’auto-défense des Juifs de Palestine

En Palestine, Polkes avait été en relation étroite avec le correspondant de la « German News Agency ,» le Dr Reichert qui était actif dans le réseau d’espionnage du SD en Palestine. Ce réseau était dirigé pat Otto von Bodelschwingh, un agent du SD établi comme agent commercial à Haïfa. C’est le Dr Richert qui avait obtenu un visa d’entrée en Allemagne pour Polkes.

Polkes resta à Berlin du 26 février au 2 mars 1937, participant à plusieurs réunions avec des agents du SD représentant le régime nazi, dont deux avec le Hauptscharführer Adolf Eichmann (Eichmann avait alors commencé à travailler au «Judenferat»). Polkes avait alors offert de collaborer avec le gouvernement allemand, disant à Eichmann qu’il était par-dessus tout intéressé à «accélérer l’immigration juive en Palestine, de sorte à ce que les Juifs deviennent majoritaires par rapport aux Arabes dans son pays. A cette fin, il travaillait avec les services secrets anglais et français et ils voulait aussi coopérer avec l’Allemagne d’Hitler.»

Hagen avait noté un peu plus loin dans son rapport sur la visite de Polkes à Berlin : «Il avait aussi signalé sa disponibilité à rendre des services à l’Allemagne sous la forme d’informations, dans tant qu’elles n’entraient pas en conflit avec ses propres objectifs…»

Entre autres choses, il soutiendrait avec vigueur les intérêts allemands au Moyen Orient…» Höhne avait commenté l’offre de Polkes en ces termes : « … derrière ça, il y a clairement la politique d’immigration de la Haganah.»

La SS avait immédiatement récompensé les intentions coopératives de Polkes avec les instructions préconisées par Six. « Une pression est exercée sur l’association des Juifs du Reich en Allemagne afin d’obliger les Juifs qui émigrent d’Allemagne à se rendre seulement en Palestine et dans aucun autre pays. »

C’était exactement ce que voulaient les sionistes mais, ajoutait Six : «Une telle mesure va entièrement dans le sens des intérêts de l’Allemagne et elle est déjà mise en œuvre par la Gestapo.»

Feivel Polkes, le commandant de la Haganah, s’était mis en quatre pour faciliter le développement de la coopération entre sionistes et fascistes ; il avait même lancé une invitation à Eichmann pour une visite en Palestine comme invité de la Haganah.

Six observait :

«Dans le travail de mise en contact, le nom du SS Hauptscharführer Eichmann du Département II-II2  me vient à l’esprit avant tout autre. Il avait eu des discussions avec Polkes pendant le séjour de ce dernier à Berlin et il avait été invité à visiter les colonies juives en Palestine où il serait son guide.»

Le voyage en Palestine entrepris par Hagen et Eichmann n’est qu’un épisode dans l’histoire de la collaboration entre le sionisme et l’Allemagne nazie. Mais c’était un événement à la fois significatif et révélateur qui est devenu l’objet d’une falsification considérable. Au lieu d’admettre le fait que le tristement célèbre assassin de Juifs, Adolf Eichmann, avait à un moment donné été invité en Palestine par la Haganah, les auteurs sionistes ont renversé la faute et affirmé que le but de la visite d’Eichmann était d’entrer en contact avec les rebelles Palestiniens, voire de conspirer avec le mufti de Jérusalem, Hadj Amin Al-Husseini.

L’inventeur de cette histoire semble être le sioniste bien connu Simon Wiesenthal qui, en 1947, avait déjà prétendu qu’Eichmann avait implanté un réseau d’agents dans la colonie [allemande] de Sarona en Palestine et avait pris contact avec le Grand Mufti. En 1951, Léon Poliakov avait publié quelque chose de semblable dans Die Welt et Gerald Reitlinger la lui emprunta deux ans plus tard pour son livre « La solution finale » dans lequel Eichmann était supposé avoir été envoyé en Palestine pour prendre contact avec les rebelles Arabes.»

A partir de là, la légende a fleuri, avec l’Américain Quentin Reynolds affirmant même qu’Eichmann avait rendu visite au Grand Mufti. Le biographe d’Eichmann, Commer Clarke, était allé jusqu’à soutenir qu’Eichmann avait emporté avec lui 50 000 dollars d’ «or nazi» pour les offrir aux rebelles Palestiniens.

Quand de tels mythes sont mis en regard avec la réalité des faits, une des raisons pour lesquelles le gouvernement israélien tenait tant à ce que le procès Eichmann ait lieu en Israël et pas ailleurs devient claire ; c’est seulement en Israël que les contacts des sionistes avec les nazis pouvaient être écartés du regard de l’opinion publique. C’est seulement là-bas que la pression sur un Eichmann qui jouait sa vie dans ce procès pouvait être suffisante pour qu’il fasse de fausses déclarations devant la cour.

«Il est vrai,» déclara Eichmann pendant son procès, «qu’un des objectifs de mon voyage en Palestine en 1937 était de prendre contact avec le Mufti Al-Husseini.  Mais le rapport sur leur voyage rédigé par Hagen et Eichmann et découvert dans les archives secrètes d’Himmler, le chef de la SS, renvoie une image différente. On peut résumer ainsi la teneur du rapport sur ce voyage : Eichmann et Hagen quittèrent Berlin le 26 septembre, se faisant passer pour des rédacteurs du Berliner Tageblatt et arrivèrent à Haïfa le 2 octobre 1937 à bord du bateau Romania. Comme les autorités britanniques avaient refusé la permission de débarquer aux deus émissaires de la SS (à cause de la révolte arabe), Eichmann et Hagen allèrent en Egypte. Sur place, ils rencontrèrent non pas Hadj Amin Al-Husseini, mais leur vieille connaissance, Feivel Polkes,(link is external) l’officier de la Haganah.

Le rapport de voyage d’Hagen et Eichmann contient une restitution exacte  des conversations avec Polkes qui eurent lieu les 10 et 11 octobre 1937 au café Groppi du Caire. Polkes avait débord exposé en toute franchise les projets sionistes devant les hommes de la SS (les déclarations de Polkes telles que consignées par Hagen et Eichmann ne sont pas seulement intéressantes quant à la coopération sionisme – fascisme, mais elles sont également importantes comme témoignage sur la politique expansionniste des sionistes) :

«L’Etat sioniste doit être établi par tous les moyens aussi vite que possible afin qu’il attire un flux d’émigrants Juifs vers la Palestine. Quand l’Etat juif sera établi dans le cadre propositions actuelles de la Commission Peel, et dans la ligne des promesses partielles de l’Angleterre, alors les frontières pourraient être repoussées plus loin conformément à sa volonté [de l’Etat juif].»

Polkes avait ensuite fait l’éloge de la terreur antisémite en Allemagne : «les cercles nationalistes juifs ont exprimé leur grande satisfaction devant la politique allemande radicale à l’égard des Juifs, ca cette politique devrait faire augmenter la population juive en Palestine de sorte qu’on puisse envisager une majorité juive devant les Arabes dans un futur prévisible.»

Une fois de plus, Polkes avait souligné la nécessité d’accélérer le départ des Juifs d’Allemagne et avait réitéré sa disponibilité à donner des informations secrètes au SD. Il avait offert immédiatement deux éléments « d’information  de ce genre» ainsi qu’Eichmann le notait dans son rapport de voyage. Le premier était conçu pour susciter l’hostilité du régime fasciste à l’égard du mouvement nationaliste arabe. Eichmann avait noté : «Selon les informations de Polkes, le Congrès Panislamique Mondial en convention à Berlin est en contact direct avec deux leaders Arabes prosoviétiques : l’émir Chakib Arslan et l’émir Adil Arslan. »

Le deuxième élément d’information consigné par Eichmann dans son rapport de voyage concernant ce parti qui s’était engagé sans équivoque à l’avant-garde de la lutte contre la terreur fasciste et les indignités antisémites : le Parti Communiste Allemand. «La radio communiste illégale dont la diffusion est particulièrement importante en Allemagne est, selon Polkes, installée dans un camion qui circule le long de la frontière germano-luxembourgeoise pendant les retransmissions.» (Cette information donne un aperçu intéressant que où les dirigeants sionistes voyaient leurs alliés et où ils voyaient leurs opposants !)

Les rencontres entre Eichmann et Polkes ne sont pas des évènements isolés et fortuits. Elles s’inscrivent dans le contexte d’une coopération à long terme entre fascistes et sionistes. Après le voyage d’Hagen et Eichmann, la collaboration avait été cimentée par la «Mossad Aliyah Beth,» qui avait été créée par la Haganah comme organisation pour l’immigration illégale après le coup de frein à l’immigration en Palestine décidé par la Grande Bretagne suite à la Commission Peel.

Fin 1937, i.e. quelques mois après le voyage d’Eichmann, des envoyés du Mossad prenaient leurs fonctions dans les locaux de ma Reichsvereinigung [Union des Juifs du Reich] au 10 Meineckestrasse à Berlin-Charlottenburg, avec la permission des autorités fascistes de Berlin. Ces deux envoyés, Pina Ginsburg et Moshe Auerbach avaient fait le voyage de Palestine en Allemagne à cet effet.

Dans leur livre Secret Roads ; Jon et David Kimche ont situé l’arrivée de Ginsburg à Berlin à l’été 1938. Ginsburg s’était présenté lui-même officiellement à la Gestapo en tant qu’émissaire de «L’Union des Colonies Communautaires », déclarant qu’il était en mission spéciale et que sa tâche convergeait avec les intentions du gouvernement nazi, son objectif étant l’organisation de l’émigration des Juifs Allemands en Palestine.

C’était seulement avec le soutien des dirigeants nazis que ce projet pouvait se réaliser sur une grande échelle. La Gestapo avait alors discuté avec Ginsburg sur «la manière de promouvoir et d’accroître l’immigration juive en Palestine à l’encontre de la volonté des autorités mandataires britanniques

En attendant, les autorités fascistes avaient commencé à changer ses méthodes de pression sur les Juifs Allemands. Elles ne s’en remettaient plus aux seules organisations sionistes pour s’occuper de l’émigration en Palestine. A Vienne (l’Autriche avait été occupée par l’Allemagne hitlérienne en mars 1938), «l’Office Central pour l’Emigration Juive» était créé et placé sous la responsabilité d’Adolf Eichmann. Ai début de l’été 1938, Eichmann rencontrait à Vienne un autre émissaire du Mossad, Bar-Gilead.

Ce dernier demanda la permission d’installer des centres (camps) de formation pour les émigrants afin qu’on puisse les préparer à leur travail en Palestine. Après avoir référé de cette requête à Berlin, Eichmann avait accordé l’autorisation et fourni tout ce qui était nécessaire pour l’installation des camps de formation. Vers la fi 1938, environ un millier de jeunes Juifs avaient été formés dans ces camps.

Dans le même temps, Ginsburg à Berlin avait pu, avec l’aide des autorités nazies, établir des camps semblables. Jon et David Kimche écrivent : «Le Palestinien [Ginsburg] qui était venu à Berlin prêt à tout, n’avait aucun état d’âme à dîner avec le diable et à s’assurer sa part du repas.»

Dans son livre Eichmann à Jérusalem, Hannah Arendt a commenté les informations fournies par les Kimches :

…ces Juifs de Palestine tenaient un langage pas complètement différent de celui d’Eichmann…ils avaient été envoyés en Europe par les colonies communautaires en Palestine, et ils n’étaient pas intéressés par des opérations de secours – ce n’était pas leur job. Ils voulaient sélectionner du «matériel adapté» et leurs principaux ennemis… n’étaient pas ceux qui rendaient la vie impossible dans les pays d’installation ancienne qu’étaient  l’Autriche et l’Allemagne, mais ceux qui empêchaient l’accès à la nouvelle patrie ; cet ennemi était clairement la Grande Bretagne, pas l’Allemagne… ils étaient probablement parmi les premiers Juifs à parler ouvertement d’intérêts mutuels…

La proposition d’une alliance militaire avec Hitler

Tandis que la tendance majoritaire du mouvement sioniste, la tendance du parti «travailliste» (Ben Gourion etc.) et les «sionistes généralistes » (Weizmann et les autres), camouflaient soigneusement leurs contacts avec les fascistes, et s’exprimaient publiquement contre eux, l’aile droite du sionisme, le parti Révisionniste (ancêtre de l’organisation terroriste Irgun Zvai Leumi et plus tard du parti Herut en Israël) avait ouvertement et en maintes occasions avant 1933 exprimé son admiration pour des gens comme Mussolini et Hitler. On peut en trouver un exemple dans un procès tenu à Jérusalem en 1932 quand l’avocat Cohen, un membre du parti Révisionniste, avait déclaré en défense d’auteurs de troubles de l’ordre à l’université : «Oui, nous éprouvons un grand respect pour Hitler. Hitler a sauvé l’Allemagne. Sans lui elle aurait péri il y a quatre ans. Et nous nous serions rangés aux côtés d’Hitler si seulement il avait renoncé à son antisémitisme.»

Vladimir Jabotinsky, chef à l’époque du mouvement révisionniste, qui entretenait de bonnes relations avec le mouvement fasciste en Europe avait aussi été accusé de vouloir des relations étroites avec l’Allemagne hitlérienne.

Il y avait alors une concurrence évidente entre les différentes factions sionistes pour aboutir à une collaboration privilégiée avec les fascistes tout en dénonçant dette même démarche les unes chez les autres (Il faut mentionner ici l’assassinat de Chaim Arlosoroff).

Le journal sioniste Davar de juillet 1933 avait publié un article de David Ben Gourion qui lançait une lourde accusation : «… Juste après l’accession d’Hitler au pouvoir en Allemagne, alors que les persécutions contre les Juifs et les marxistes étaient au plus haut, M. Vladimir Jabotinsky s’était rendu à Berlin et dans un discours public, avait attaqué les communistes présents dans le mouvement sioniste et en Palestine

S’il en était bien ainsi, alors cela signifiait que Jabotinsky voulait torpiller les négociations sionisto-fascistes afin de pouvoir entrer dans la partie comme partenaire des négociations avec les Nazis.  Jabotinsky s’était néanmoins attaché à réfuter l’accusation de Ben Gourion en soulignant que ce dernier avait pris la parole sur Radio Varsovie le 28 avril 1933 et avait appelé à la mise en place d’un boycott mondial de l’Allemagne, avec l’établissement simultané d’un Etat juif enPalestine, «comme seule réponse adéquate à la menace hitlérienne.»  Il y avait là une allusion transparente aux négociations de Haavara menées par l’aile majoritaire du sionisme.

Mais Jabotinsky ne pouvait pas contester le fait que le journal révisionniste Hazil Haam, publié en Palestine, « semblait considérer ce mouvement [le fascisme] avec une sympathie et une compréhension prononcées. Les rédacteurs de ce journal… lui avait-on dit, quoique conscients de l’antisémitisme forcené d’Hitler, voyaient dans le National Socialisme les éléments d’un authentique mouvement de libération nationale.

Pour l’Allemagne fasciste, la collaboration avec la tendance sioniste majoritaire était sans aucun doute plus importante que la coopération avec «l’opposition» révisionniste. Néanmoins, même les Révisionnistes furent autorisés à poursuivre leurs activités politiques en Allemagne. Les membres de l’organisation de jeunesse du mouvement révisionnistes, «Brit Trumpeldor» (à propose de laquelle Schechtman rapporte qu’elle «s’adaptait à certaines caractéristiques du régime nazi») était la seule organisation non fasciste en Allemagne à être autorisée par les nazis à porter un uniforme.

Miliciens du Betar à Berlin en 1936(link is external)

Miliciens du Betar à Berlin en 1936

Ce furent finalement des membres de l’Irgoun qui, dans leur intention de collaborer avec le fascisme allemand un an et demi après le début de la deuxième guerre mondiale ((à un moment où le massacre des Juifs dans la Pologne occupée avait déjà commence) allèrent jusqu’à faire aux autorités fascistes une offre incroyable de coopération. (L’Irgoun qui s’était séparée de la Haganah avant de la rallier à nouveau en 1948, a fait partie intégrante de l’Etat d’Israël depuis  lors ; son vieux leader Menahem Begin a été premier ministre d’Israël de 1967 à 1970 et est actuellement à la tête du groupe parlementaire du Likoud au parlement israélien).

Quelques mois avant cette offre de coopération de janvier 1941, une scission était intervenue entre la faction de l’Irgoun minoritaire alors qui soutenait la Grande Bretagne en guerre contre l’Allemagne nazie et au groupe de ceux qui, à l’intérieur de l’Irgoun, étaient opposés à une telle politique pro-britannique. Abraham Stern, un membre du comité de l’Irgoun, joua un rôle déterminant dans ce dernier groupe qui avait le soutien, à l’époque, de la majorité des membres de l’Irgoun. C’est par des militants antibritanniques de ce groupe que fut faite  la proposition de collaboration de l’Irgoun [avec le nazisme, NdT].

La nature de cette proposition est consignée dans un document dont le texte intégral est encore secret.  Il est évoqué  dans un rapport de l’attaché naval de l’ambassade d’Allemagne en Turquie – un fonctionnaire qui était chargé de missions secrètes là-bas. Le rapport, qui est toujours enfermé dans des archives en Grande Bretagne parle de contacts que l’attaché avait eu avec des émissaires de «l’Irgoun Zvai Leumi (Organisation Militaire Nationale – OMN).»

Un mémorandum daté du 11 janvier 1941 parle des «Lignes Fondamentales de la Proposition» de l’Irgoun «concernant la solution de la question juive en Europe et la participation active de l’OMN aux côtés de l’Allemagne

On lit ce qui suit dans cette note :

Il est souvent dit dans les discours et les déclarations des plus importants responsables politiques de l’AllemagneNationale Socialiste qu’un Ordre Nouveau en Europe a pour condition préalable la solution radicale de la question juive par l’évacuation («Judenreines Europa»)

Evacuer les masses juives d’Europe est une pré condition pour résoudre la question juive ; mais elle ne peut être rendue possible et complète que par l’installation de ces masses dans la patrie du peuple juif, la Palestine, et par l’établissement d’un Etat juif dans ses frontières historiques.

Après avoir confirmé de la sorte la convergence fondamentale des vus du sionisme et du fascisme, les militants de l’Irgoun proposaient une alliance avec leur organisation ainsi que l’indique la suite du document :

Cette manière de résoudre le problème juif et donc d’en faire résulter la libération du peuple juif une fois pour toutes, est l’objectif de l’activité politique et des années de lutte du mouvement juif de libération : l’Organisation Militaire Nationale (Irgun Zvai Leumi) en Palestine.

L’OMN qui est bien au fait des bonnes dispositions du gouvernement  et des autorités du Reich allemand à l’égard de l’action sioniste en Allemagne et à l’égard des plans sionistes d’émigration [il faut signaler à ce sujet la coopération entre fascistes et sionistes entre 1933 et 1939 – K.P.] – est d’opinion que :

1     Une communauté d’intérêts pourrait exister entre l’instauration d’un ordre nouveau en Europe en conformité avec la conception allemande et les véritables aspirations nationales du peuple juif telles qu’elles sont incarnées par l’OMN.

2. La coopération entre la nouvelle Allemagne et une nation hébraïque renaissante (völkisch –nationalen – Hebräertum) serait possible et

3 L’établissement de l’Etat juif historique sur une base nationale et totalitaire et lié par traité avec le Reich allemand serait dans l’intérêt du maintien et du renforcement de la future position de puissance de l’Allemagne au Proche Orient.

Ce qui était proposé était donc ni plus ni moins que l’établissement d’un Etat fasciste juif en Palestine qui serait l’allié du fascisme allemand !

«Sur la base de ces considérations, l’OMN en Palestine propose de prendre activement par à la guerre au côté de l’Allemagne, dès lors que les aspirations nationales susmentionnées du mouvement de libération sont reconnues par le gouvernement du Reich allemand.»  Après avoir ainsi proposé de participer activement avec le fascisme allemand au combat contre le bloc antihitlérien, les sionistes de l’Irgoun poursuivaient en précisant un peu plus leur proposition dans le document :

Cette offre de l’OMN dont la validité concerne les niveaux politique, militaires et du renseignement, à l’intérieur et aussi, selon certains documents préparatoires, à l’extérieur de la Palestine, était conditionnée par la formation militaire et l’organisation de la main d’œuvre juive en Europe sous la direction et le commandement de l’OMN. Ces unités militaires prendraient part aux combats pour conquérir la Palestine en cas de constitution d’un tel front.

La participation indirecte du mouvement israélien de libération à l’instauration d’un Ordre Nouveau en Europe, déjà dans sa phase préparatoire, serait associée à une solution radicale et positive du problème juif en Europe en conformité avec les aspirations nationales susmentionnées du peuple juif. Ce qui renforcerait  de manière exceptionnelle la base morale de l’Ordre Nouveau aux yeux du monde entier.

La coopération du mouvement israélien de libération serait aussi dans la ligne d’un des récents discours du Chancelier du Reich Allemand dans lequel Hitler soulignait que toutes les combinaisons et toutes les alliances pouvaient être envisagées dans le but d’isoler l’Angleterre et de la vaincre.

Il est inutile de commenter plus avant ce document étonnant. On doit seulement ajouter que ce sont l’antisémitisme et le travail de liquidation qui avait déjà commencé pour éliminer les Juifs Européens qui avaient empêché le fascisme allemand d’accepter cette proposition d’alliance. Mais deux ans plus tard, l’Irgoun se lançait dans des attaques terroristes contre des institutions britanniques au Proche Orient, travaillant ainsi à l’affaiblissement de l’alliance contre Hitler dans son combat contre le fascisme allemand, un combat qui permettra aussi de secourir les Juifs Européens.

Conclusion

Chaque fois que la coopération entre les sionistes et les fascistes est révélée, les auteurs sionistes recourent à l’excuse toute prête selon laquelle les contacts avec les nazis n’avaient été noués que dans le seul but de sauver des Juifs. Alors même que certains faits mentionnés précédemment contredisent cette thèse, on peut poser les deux questions suivantes aux tenants de cette thèse : N’y avait-il vraiment aucun autre moyen de sauver les Juifs Européens ? Etait-ce le véritable motif des sionistes pour pactiser avec le diable ?

On ne peut douter du fait que la seule possibilité pour empêcher le massacre de millions de Juifs (ainsi que d’éviter la secondeguerre mondiale qui a causé des millions de morts) consistait à renverser la dictature fasciste quand elle en était au tout début de sa phase de domination. Mais les dirigeants sionistes n’étaient pas intéressés par cette perspective – leur seul objectif étant d’augmenter le nombre de Juifs dans la population de la Palestine.

Comme ils partageaient la vision anti-assimilationniste du nazisme concernant la race juive, ils ne considéraient pas la dictature fasciste comme une tragédie. Comme l’avait expliqué David Ben Gourion : «Ce que des années de propagande sioniste n’avaient pas pu faire, ce désastre l’avait réalisé en l’espace d’une nuit.»

Non seulement les chefs sionistes ne firent rien contre le fascisme, mais ils entreprirent des actions qui sabotèrent le front antifasciste (en empêchant un boycott économique avec leur accord Haavara).  En pratique, ils rejetèrent des tentatives pour sauver les Juifs Allemands dès lors qu’elles n’avaient pas pour but l’installation des Juifs en Palestine. L’exemple qui suit est celui de la conférence d’Evian : quand après 1933 la majorité des pays capitalistes refusa d’accueillir les réfugiés Juifs d’Allemagne, le président Américain Roosevelt appela à la réunion à Evian d’une conférence sur les réfugiés. Cette conférence se tint du 6 au 15 juin 1938 avec la participation de 32 pays capitalistes.

La conférence échoua étant donné que les participants refusèrent d’accueillir les réfugiés Juifs. On aurait pu supposer que le mouvement sioniste, qui était aussi représenté à Evian, aurait essayé de faire pression sur les gouvernements pour qu’ils lèvent leurs restrictions. Mais les sionistes déposèrent au contraire une motion dès le début de la conférence pour demander l’admission d’1,2 million de Juifs en Palestine. Ils n’étaient pas intéressés par d’autres solutions et, comme l’écrira plus tard Christopher Sykes : «Ils avaient manifesté une indifférence hostile à l’égard de l’ensemble du processus dès le tout début… la vérité à ce propos est que la démarche tentée à Evian ne correspondait absolument pas à l’idée sioniste

Les dirigeants sionistes partagent donc la responsabilité de l’échec à secourir un plus grand nombre de Juifs Européens. On doit en toute justice se souvenir que les Juifs qui ont survécu à la monstrueuse domination du fascisme ont été sauvés par les soldats du bloc antihitlérien, et particulièrement à ceux de l’armée soviétique qui a consenti un terrible sacrifice pour vaincre la dictature fasciste.

__________________________________________________________


adonis49

adonis49

adonis49

August 2017
M T W T F S S
« Jul    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 972,783 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 480 other followers

%d bloggers like this: