Adonis Diaries

Archive for the ‘letters and articles’ Category

Are there any Geniuses of Language and Literature? Part 2

Posted on April 16, 2013

In a previous post I asked this question:

Is it possible to meaningfully categorize and classify masterpieces in literature?

It is possible to collect data on the many ways people retrieve, read, or extract sections of masterpieces, and run a statistical package to “cluster” groups of masterpieces under fictitious categories.

Like  considering geographic origin, time period, and field of each “genius,” correlated with visits to the respective Wikipedia page and connection to related historical figures

The question will remain: “How meaningful this process is, and does it make any sense for the avid readers?”

It is our nature to classify, even organize human species. We are all basically pseudo-scientists: Scientists main hobby and work is to classify everything.

Classifying masterpieces in literature is a futile exercise, though “academics” cannot help it: It is their livelihood, particularity teachers of literature.

In the next post, I’ll demonstrate the futility of classifying masterpieces in literature.

For the time being, here is an alternative for classifying literature in values., though Not including modern literature that actually represent world transformation and changes in human rights perspective.

For the time being, here is a striking example of an alternative way to a taxonomy in literature:

Maria Popova published “History’s 100 Geniuses of Language and Literature, Visualized

“Genius, in its writings, is our best path for reaching wisdom … the true use of literature for life.”

“Genius is nothing more nor less than doing well what anyone can do badly,” Victorian novelist Amelia E. Barr reflected in her 9 rules for success.

What is genius?

In their latest project, Italian visualization wizard Giorgia Lupi and her team at Accurat — who have previously given us a timeline of the future based on famous fiction, a visual history of the Nobel Prize, and a visualization of global brain drain inspired by Mondrian — explore the anatomy of genius, based on Genius: A Mosaic of One Hundred Exemplary Creative Minds (public library) by literary Harold Bloom.

Bloom use of the Sefirot image — the 10 emanations of the Kabbalah or (quality/appreciation) — to organize the taxonomy of the 100 geniuses of language.

Bloom identifies, from Shakespeare to Stendhal to Lewis Carroll to Ralph Ellison, the visualization that depicts the geographic origin, time period, and field of each “genius,” correlated with visits to the respective Wikipedia page and connection to related historical figures.

Bloom writes:

All genius, in my judgment, is idiosyncratic and grandly arbitrary, and ultimately stands alone … My placement of the hundred geniuses is hardly one that fixes them in place, since all the Sefirot are images constantly in motion, and any creative spirit must move through all of them, in many labyrinths and transformations. …

Since the 10 Sefirot form a system in constant motion, all of my hundred persons could be illuminated almost equally well by the other nine Sefirot, beyond the one where I group them, and I intend this book to be a kind of mosaic-in-perpetual-movement.

Appearing here is an exclusive English-language version of a forthcoming spread in Italian literary supplement La Lettura.

{Click image to enlarge)

At the heart of Bloom’s ambitious taxonomy is a concern with the very nature of genius:

What is the relationship of fresh genius to a founding authority?

At this time, starting the twenty-first century, I would say:

‘Why, none, none at all.’ Our confusions about canonical standards for genius are now institutionalized confusions, so that all judgments as to the distinction between talent and genius are at the mercy of the media, and obey cultural politics and its vagaries.

Echoing Virginia Woolf’s counsel on the art of reading, Bloom argues for cultivating an individual sensibility of genius-appreciation:

Literary genius, difficult to define, depends upon deep reading for its verification. The reader learns to identify with what she or he feels is a greatness that can be joined to the self, without violating the self’s integrity….

Genius, in its writings, is our best path for reaching wisdom, which I believe to be the true use of literature for life.

Note: Part 1 on https://adonis49.wordpress.com/2013/04/10/masterpieces-in-literature-since-when-part-1/

Masterpieces In Literature? Part 1

Do you think that it make sense to categorize masterpieces? Like collecting data from viewers and readers and analyzing the data statistically?

What counts is that “You liked the book”, that it touched a nerve, a hidden passion, a desire, an uplifting sensation, that demonstrated to you that you are not all alone, and the author happened to know you and is a friend of yours…

Posted on April 10, 2013

“We judge a great man by his masterpieces: His faults are irrelevant” Voltaire.

Apparently, in the western civilization, it is the same French Voltaire who first coined the terms “Homme de letter” and “Chefs-d’oeuvre” in the 18th century.

The world knew plenty of masterpieces in literature before the advent of the western civilization. The ancient Greek specifically build a library so that the works of Homers be transcribed and made public. The Arabs used the term Tehfa for the grand works in literature.

Petrarque  wrote on April 13, 1350: “This is what I affirm: We show elegance and skill when we express in our proper terms“, meaning that a masterpiece should be written in the popular language of the country in order for the common people who can read to comprehend the manuscript.

Since then, Boccaccio and Dante followed suit and kept Latin at bay. And that’s how the Europe Renaissance took a giant step forward in achieving all kinds of masterpieces in literature, art, sculpture, painting…

A Masterpieces in literature creates its proper criterion, and it is the most audacious and unique expression of a personality.

The subject has a single utility: It is the yeast to rise the dough of its characteristic form. And the form is what defines a masterpiece and the author.

A masterpiece burst open taboo topics that normative cultures love to control. For example, same sex relationship, drag queen, taboo sickness of terminally ills…

A masterpiece in literature doesn’t serve the grand ideological trend or guideline of the period, such as the “Greatness of a nation”, “Progress”, “Technological breakthrough”, “globalization”, Capitalism, Communism, description of the Middle-Classes…

A masterpiece is meant to emancipate people from the common values, and thus, are fresh through the ages…

A masterpiece doesn’t talk about the future or the past: It is written by an author living his period and in his lifetime…

A masterpiece is not meant to describe any petty reality, or see meanness in life…

The avid reader has already read all kinds of minor literature and he is set to discover and mine the gold in the masses of dirt…

The present is shown in its eternity: the present extends the sensation of immortality.

Nothing ever originated from pure abstraction that does not exist. (Not yet?)

All origins are generated from the sensation, and the idea of immortality is born from the simple fact of existing.

What counts is not reason but the seriousness of the author, camouflaged under comical and easy going style. We all can differentiate between a genuine and a copycat manuscript.

What counts is that “You liked the book”, that it touched a nerve, a hidden passion, a desire, an uplifting sensation, that demonstrated to you that you are not all alone, and the author happened to know you and is a friend of yours…

What counts is that the words feel like they are playing in a trance, dancing, cavorting, making sense to you.

Since humor is a scares ingredient, who manages to make you laugh is an angel: Like in “Too much ado about nothing“, Decameron, Life is a dream (Calderon)…

There are sentences that don’t sound funny to you, but they generate hilarious moments to others. It takes some training to discover the funny and this flap peeking in the cloudy sky, an opening to let sunshine seep in.

It is possible and beautiful to live a masterpiece, like a love story: We become better people when we read a masterpiece.

Publilius Syrus wrote in the first century: “The beautiful thoughts may be forgotten but never vanish

There are people who are masterpieces in the way they live, at least in moments of their lives, and they are very discreet and fragile creatures.

Do you think that it make sense to categorize masterpieces? Like collecting data from viewers and readers and analyzing the data statistically?

Note: Inspired from the French book “A propos des Chefs-d’Oeuvre” by Charles Dantzig

Small sectarian citizens transformed the Lebanese political/social system into a bankrupt State: At all levels


انت حقير

نصري الصايغ ضيوف الموقع  (Nasri Sayegh). Posted on 

. لم نولد كلنا من رحم ديني واحد. جئنا هذا العالم مزودين بإرث رضعناه وانتمينا اليه.

يفرض علينا احترام معتقدات الآخرين، ليس ممالأة، بل اعترافا بأن لا فضل لأحد في ذلك، فما نرثه نأخذه، تماما كما يرث الآخر من تراثه ما يتناسب وسلالته. فلا فضل لمؤمن على مؤمن. لم نختر دياناتنا ولا الهتنا ولا معتقداتنا. انها ارثنا الذي ولدنا منه، ومعه نكمل الطريق… هؤلاء يسمون مؤمنين.

يلزم عدم الاكتفاء بهجاء الطائفي. هذا كائن يخلط بين الايمان وبين الممارسة. الطائفي عدواني. لا يعترف بروحية دينه ويلتزم به، بل لا يهمه الدين كثيراً. ابلغ ما يهتم به، تحويل الطائفة إلى معسكر عدواني.

لا يلام المؤمن ابداً إذا كان يمارس طقوس دينه. هذا واجبه الطبيعي. ولكنه يلام، عندما يستدعي مخزونه الديني، ويطيفه، ويسيسه، ويقود معارك مكتومة، خبيثة، حاقدة، ضد من يختلف معه، دينا وطائفة..

لا نعتدي على الطائفي إن قلنا عنه انه كائن حقير. بل حقير جداً. لأنه مستعد أن يكذب، أن يطعن بالظهر، أن ينتهز، أن ينتقي فقط من هم مثله، تطيفاً وسلوكاً…

عرفنا في لبنان ابشع انماط الطائفيين. انهم يتكاذبون ويتآمرون ويتربصون ولا يهمهم من الوطن، الا حصتهم التي ينافسهم فيه، من هم مثلهم في الطوائف الأخرى.

ثم، أن مشكلة لبنان الوجودية، هي نتاج طبيعي لانتماءات الطائفيين إلى طوائفهم. انهم لا ينتمون إلى لبنان، الا عبر عبَارة المذهب والطائفة. لبنانهم الاقصى، هو لبنان الذي على قياس طوائفهم.

صدقوا. هذا هو لبنانهم اليوم.

لا اعفاء لزعماء العصابات الطائفية ابداً. هؤلاء قراصنة براً وبحراً وجواً وميناءً ومؤسسات. المشكلة هنا، ليست هؤلاء الذين يحظون بنعاج او دواب يسهل ركوبها والسير بها إلى اهدافهم القذرة.

ما يهمني هنا، هو الطائفي وليس الزعيم الطائفي. حظ الزعماء الطائفيين أن لديهم رعاع، نعاج يتبارون في تقديم الولاء والطاعة، ويقوسون مواقفهم على قياس ظهورهم، ليسهل على الزعيم ” المفدى” أن يمتطيها. الطائفي هو من تخلى عن احترامه لنفسه، فبخسها وحنى قامته ليصير مطية.

والطائفي ينطبق عليه سيل من الصفات، يتصف بها. فهو يكذب، عندما يتكلم في الوطن والوطنية، وطنه طائفته، وليذهب الآخرون إلى الجحيم. الطائفي انتهازي تافه، يظهر عليه ذلك، عندما ينتقد بصوت ومفردات لاذعة، زعيم وزبانية الطوائف المخاصمة له.

طائفيوا لبنان هم ظهور مقوسة ليركبها القائد وحاشيته وعائلته. لا يهمهم إلى اين يقودهم هؤلاء الزعماء. المهم انهم معاً في المركب الطائفي. ومن لا يصدق ذلك، فليستمع إلى المحللين السياسيين والاعلاميين الطائفيين، وحفلات السباب المسمى نقاشاً في الشاشات. كل ابن قحبة يدافع عن قحبته، ويشن هجوماً سافراً على شبيه من طائفة منافسة.

الطائفي، ليس مؤمنا بالمرة. اليهودي المؤمن لا يشبه اليهودي الصهيوني. والطائفي اللبناني، لا يشبه دينه ابداً. بل يشبه ويتشبه برجال دينه واحزابهم الطائفية وعليه، تبنى السياسة في لبنان تأسيساً على هذه القواعد،

وإلا، لماذا الخوف راهنا، من الذهاب إلى حرب طائفية، يسمونها اهلية. انها حرب عنصرية بحتة، لأن الطائفي لا يكتفي بتكفير خصومه، بل يرغب في هزيمته وتحجيمه، مدعياً أن التوازن الطائفي، المبني على السرقات المتبادلة، هو المطلوب.

ولا مرة كان التوازن الطائفي قائماً على “العدل الطائفي”.

تضم طائفة الحقيرين الكبيرة، “كفاءات” علمية وجامعية واختصاصية ومهنية ذات سمعة طيبة في ممارسة مهنتها. ولكن التزامها الطائفي، هو الالفباء، هو اولا، والاختصاص والتفوق هو في خدمة اغراض طائفية حقيرة.

كل طوائف ومذاهب لبنان، تضم هذه “الكفاءات”. والغريب، أن هذه الكفاءات الناجحة جداً في مهنتها، ليست بحاجة إلى أن تضع نفسها في خدمة زعيم حقير لا يفقه الا الغصب والاحتيال وتدوير الزوايا واقتناص الفرص والاثراء غير المشروع والسرقة والسطو ومد اليد للخارج.

احتاج إلى لكمة واقعية حتى أفهم هؤلاء “النخب” الممتازة.

كيف تقبل أن تضع على ظهرها جلالاً، مطية للزعيم، بدل أن تحمل شهادة اختصاصها، وتخوض فيها غمار الحياة الوطنية، لأنها ليست بحاجة… هنا لا بد من الاشارة إلى أن الطائفية اقوى مئات المرات من الطبقية. لاحظوا جيداً،

من تضم الطوائفيات اللبنانية. انها تضم الاثرياء حتى الفجور، والضعفاء حتى الفاقة. تضم العلماء والجهَال معاً… كيف يستقيم ذلك؟ يستقيم عندما تغيب القيم، ويُطاح بها، من اجل الكسب الطائفي الحرام.

ما يثير العجب ايضا، أن يكون الطائفي الذكي المتعلم، نصف طائفي، ويتعامل مع ابن الطائفة المنافسة على قاعدة تشكيل ارضية تفاهم. أي محاولة لإقامة السلم الطائفي، بدل العدالة الوطنية…

ما يثير الغضب، أن لا تخجل من النخب الطائفية، من ازدواجية السلوك. فهو طائفي ولا تكتمل طائفيته الممتازة، الا بصفقة يعقدها مع خصومه الطائفيين… وما يثير الاشمئزاز جداً، هو لجوء الطائفي، بعد هجره من طائفته او بعد تهجيره منها، اللجوء إلى طائفة أخرى… تذكروهم جيداً. انهم اسوأ خلق الطوائف. عيب.

لا يمكن أن تكون طائفياً قليلاً. القلة لا تعفيك من أنك طائفي، والأولوية لطائفتك. كما لا يمكن أن يكون العلماني، نصف علماني. العلمانية، نقاء تام من كل لوثة او غبار طائفي. ليس هناك نصف علماني، كما ليس هناك نصف طائفي ابداً.

لبنان على حافة التحلل. والكتل الطائفية مرصوصة الصفوف. تسلك السبل اللبنانية الطائفية بلا مواربة. اصحاب السلطة في لبنان عباقرة الطائفية:

استعرضوهم: احزاب طائفية مبرمة: “القوات”، “الكتائب”، “امل”، “المستقبل”، “الاشتراكي”، “المردة”، “حزب الله” في سياساته اللبنانية، كهلم،

يقرأون في كتاب الطائفية الرديء والمجرم. وما نحن فيه، دليل على حيوية هذه الآفات الطائفية، وعلى حماتها، الذين ذهبوا بلبنان إلى الكارثة. الكارثة هي الوليد الشرعي لهذه الطوائفيات المتحدة.

لا يتوقع أن تكون هناك حلول غير طائفية. فوز العلمانيين هو ضوء يشع في واقع لبنان السيء والمهني. العلماني كائن نظيف، لا لوثة طائفية تلطخ مسيرته.

اعود إلى البداية: المؤمن قريب إلى قلبي، واحترامه واجب. الطائفي حقير، واحتقاره واجب. فليبقَ ملعونا، مهما اختلفت طوائفياته المتنازعة على جثة وطن.

فيا أيها الطائفي. أنت حقير جداً. بل انت أكثر حقارة من المرتكب.

Jesus Christ was born, raised and preached his paradigmatic message in the Levant Land of Palestine, Lebanon, Jordan and Syria

Written by Mahmoud Youssef Hammoud in 1948, engaged author and poet


لقد اعتادت القلوب والألسنة والأقلام والآذان، أن تؤمن وتقول وتَكتُب وتَسمع، أن آيات الرُسل الخالدين ومُعجزاتِهم وانتصاراتهم، ما كانت غيرَ وحيٍ يوحى ومشيئةٍ تُملى ونصرٍ يُحقَّق من عند الله…

فاستقرّ هذا المُعتقد في أفئدة الناس وأدمغتهم إيمانًا عميقًا مُطَمْئنًا، يجرّد «الرسول» من عبقريّته الذاتيّة وإرادته الشخصيّة وأعماله البطوليّة، حتى باتت لكلّ رسولٍٍ عبارةٌ مطبوعةٌ في الخواطر معناها أنّه إنسانٌ عاديٌّ مُرسلٌ من لَدُنِ العناية الإلهيّة، يردِّدُ ما تُلَقِّنه إيّاه ويُنَفِّذ ما تأمره به، وأنّه لولا ذلك التّلقين وتلك الأوامر لما كان العبقريّ البطل العظيم!

والمعقول، أن الوحيَ العالي ليس سوى الإلهام الكونيّ، وأن الرُسلَ الهداةَ المتفوّقين ليسوا سوى عُظماء الكون وقادة الإنسان، وأنّه إذا كان لله فضلُ الإيحاء للنبيّين، فإن لهؤلاء فضلَ إثباتِ وجوده تعالى للبشر وإقناعهم بالإيمان بالمجهول… فالرسول إذًا ليس ذلك المُستوحي المُنفِّذ فحسب، بل هو الإنسان المتفوّق والزعيم المُصلح والقائد الباسل أيضًا.

وعلى هذا الضوء من حقيقة الرسول الإنسان نقول: إننا إذا تمثّلنا عُلماء الأرض قاطبةً قممًا بارزة في سلسلة جبال التاريخ، نرى ذروتين عاليتين في أجواء الروح والمجد، في سماء الدين وآفاق الدنيا، لا تُدانيهما ذروةٌ ولا يعلوهما علوٌّ، ألا وهما المنارتان المُشعّتان: عيسى المسيح والمُصطفى محمّد!

والذروة التي يقف العالم اليوم عند سَفحِها مُتطلِّعًا إليها ذاكرًا ميلادها ونشوءها وتساميها وخلودها، هي المسيحيّة رجلاً ودينًا وامتدادًا. وإذا كان لإنسان من بني الدنيا حقّ الوقوف والتطلع والذكرى، فلإنسانِ بلادِنا هذا الحقّ قبل سواه، بل له حقّ الصعودِ من السفحِ إلى الذروة، والاستواء هناك، على سِدْرَةِ السماء وشأوِ الكون، فخورًا معتدًّا، بأن هذه الذروة إنّما ارتفعت من أرضِنا، وتسامت في سمائنا، وبأن هذه المنارة إنّما أشعّت من مشرقِنا، بأضواء شمسِنا وسنا شطوطِنا وروعة رُبانا وجلال رحابنا…

وإذا كان على دنيا من الدُنى واجبُ الالتفات بالذّاكرة إلى يوم ميلاد المسيح، يوم الإيمان والوعي والتحرّر والانطلاق والحياة، فعلى دُنيانا المَشرقيّة أوّلاً، هذا الواجب… على القدس وعمّان وبيروت ودمشق وبغداد، قبل روما وباريس ولندن وواشنطن وموسكو واجب تقديس هذا اليوم وتخليدِه يومًا مشرقيًّا وعيدًا قوميًّا!

وهل أَدعى لتيهِنا واعتدادِنا من هذا الميلاد الذي هو ميلادُنا وهذا الرسول الذي هو رسولنا؟ وهل هناك اعتزازٌ يفوق اعتزازَ مشرِقِنا بكونه مكوِّن السيد المسيح وباعثه ومُطعِمه وكاسيه وموطنه ومُلهمه وناصره؟ أوليس من حقّ بلادِنا أن تشرئبَّ تعاليًا وتباهيًا على الدنيا كلّها، ونصف بني الدنيا اليوم، وفي كل صباح مساء، يتوجّهون بقلوبهم وأنظارهم خاضعين خاشعين مستسلمين لرسالة ابن بلادنا، إحدى رسالات الكنعانيّين والآراميّين والحثيّين الألى علّموا الإنسان بحرف ووحّدوا الكون بزورق، وعمّروا الأرض بإبداع؟!

أوليس من حقّنا القومي نحن بني المشرق أن نفاخر الشرق والغرب والشمال والجنوب ببيت لحم القرية الصغيرة، بل بمذود بقرة فيها، تَسجُد له عواصم الإمبراطوريّات والممالك والجمهوريّات والولايات والإمارات في المعمور، كما سَجَدَت العوالم من قبل لكهفٍ في أرواد وجبيل وصور، وحجرٍ في دمشق وبابل ونينوى وسواها من منائر العلم والعمل والتوحيد؟ ليس بدعًا إنْ عَبَدَ البشرُ روحَ الله في إنسانٍ منّا، فقديمًا عبدوا الله في حجرٍ من بلادِنا!

أيّها المشارقة المؤمنون!

إن السيدَ المسيح الذي تلقّينا عنه أقصى مبادئ التسامح والعفو والرحمة والوداعة والهِداية، وحفظناها وعلمنا بها وحدنا في ديارنا، قد أرادنا أيضًا أُباةً أعزّةً وأبطالاً صراعيّين، نمتشقُ القوّةَ سلاحًا ونصارعُ الباطلَ كفاحًا… لا، لا تقولوا أني أشتطّ وأبتدع، فمسيحُنا كان رسولَ المبادئ الإصلاحيّة ومعلّمَ الدروس الاجتماعيّة وزعيمَ النّهضة المشرقيّة وقائدَ الحملة البطوليّة في مكافحة الفساد والفوضى والشرور والآثام، أوبئة بني إسرائيل الفاسدين الشرّيرين الآثمين، التي كادت تمتدّ في أنحاء المشرق وتصيب المشارقة أجمعين… فانتصرَ هذا البطلُ البطل على تلك الأوبئة انتصارَ اللاهوت في السماء والناسوت على الأرض، بعد أن غضب على “بني إسرائيل” وشتّتهم ولعَنهم، فتشرّدوا عبيدًا يُساقون وتيهًا يتساقطون!

أجل أيّها المشارقة المؤمنون!

لقد كان مسيحنا بطلاً في إيمانه، وبطلاً في أقواله، وبطلاً في أفعاله… يصمد أمام الأعداء والمكابرين، تارةً بالعنف وطَورًا باللين، لتكوين المجتمع الأفضل والإنسان الأمثل في بلادنا!

فيا مسيحنا!

في قلوبنا منك وداعة الحَمَل، وفي أيدينا منك قوّة البطل… وأنت على جفوننا وفي خواطرنا رسولٌ إنسانيٌّ مشرقيٌّ عقائديٌّ وبطلٌ اجتماعيٌّ صراعيٌّ… وسيرتك كلّها، في ضمائرنا، منذ أن قلت كلمتك الأولى فوطِئتَ الأشواك صابرًا، إلى أن قلت كلمتك الأخيرة فحملت الإكليل ظافرًا… و”شعب إسرائيل” الذي كافحتَ أوبئته وقضيتَ على امتدادها باللعنة والتشتيت والعبوديّة والتيه، قد عاد اليوم إلى بلادك، ليعيث فيها فسادًا… بل لقد أعاده الذين يدّعون الإيمان بمسيحيّتك ويصلّون لوجهك!

فعُد إلينا يا مسيحنا، للقضاء على الفاسدين الفوضويّين الشريرّين الآثمين، ولطرد الكتبة والفريسيّين من بيتك الذي شئته أنت بيتًا للصلاة، وجعله نصارى الغرب مغارةً للّصوص!

 كتب هذا المقال في كانون الأول 1948.

** شاعر واديب لبناني كبير دعي بشاعر الأناشيد.

م/ح

Christ Is From My Country (Lebanon/Syria). What are the messages of Jesus?  

Mohammad Yousef Hammoud 

Mind you this article was published on December 1948 and translated from Arabic

The hearts, tongues, pens, and ears became accustomed to believing, saying, writing, and hearing that the immortal verses of the prophets, along with their miracles and victories were merely inspirations inspired, wills dictated, and victories achieved by God. 

This belief became fixed in the hearts and minds of the people as a deep, reassuring faith, which strips the “messenger” of his personal genius, individual will, and heroic deeds. 

Thus for every messenger an idea was imprinted in the minds of the people that he is an ordinary person sent by divine providence, repeating its instructions and implementing its orders. 

And that without these instructions and orders he would not have been the great heroic genius that he was! 

The likelihood is that the heavenly inspiration was nothing more than a cosmic revelation and that the guiding, superior prophets were nothing more than world greats and leaders of humankind. 

And if credit should be given to God for inspiring the prophets, these prophets should be given credit for proving His existence to humans and persuading them to have faith in the unknown. 

Thus, the prophet is not merely the inspired executor, but also the superior human, the reforming leader, and the brave commander.

In light of this reality of the human messenger we say: “if we imagine all world scholars without exception as prominent summits in the mountain chain of history, we will see two high peaks in the atmospheres of the spirit and of glory, in the heaven of religion and horizons of the earth, unequalled by any peak and unsurpassed by any height, as they are the two shining beacons: The Christ Jesus and Mohammad the Chosen! 

The peak at whose foot the world stands today looking upon it in remembrance of its birth, its genesis, its eminence, and its immortality, is Christianity as a man, a religion, and an extent.   

And if any human from this world has the right to stand, look, and remember, it is the human from our country that not only has this right before others, but also has the right to ascend from the foot to the peak, and to sit at its throne, on the zenith of the heavens and on top of the universe, proud and self-confident, knowing that this peak rose from our land and was heightened in our skies, and that this beacon shined from our Levant, with the light of our sun, the glow of our shores, the marvel of our hilltops, and the majesty of our plains. 

If any region has a duty to remember the day of Christ’s birth, the day of faith, awareness, liberation, departure, and life, it is primarily our Levantine region that has this duty. 

It is the obligation of Jerusalem, Amman, Beirut, Damascus, and Baghdad, before Rome, Paris, London, Washington, and Moscow to sanctify this day and to immortalize it as a Levantine promising national day! 

Is there a better claimant to our pride and haughtiness for this birth that is our birth and this messenger who is our messenger? 

And is there a glory that supersedes our Levant’s glory in that it is the creator, emitter, feeder, native land, inspirer, and proponent of Christ? 

Or does our country not have the right to raise its head in exaltation and boastfulness over the rest of the entire world, when half the world today, every morning and evening, follow with their hearts and their sights in obedience, humbleness, and submission to the message of the son of our country, which is one of the messages of the Canaanites, the Arameans, and the Hittites who taught humankind with a letter, unified the world with a boat, and built the earth with innovation?! 

Or is it not our national right, we the people of the Levant, to vie in glory with the east, the west, the north, and the south, in a manger in the small town of Bethlehem, before which kneel the capitals of the empires, kingdoms, republics, states, and princedoms of the world? 

Just as the worlds in the past knelt before a cave in Arwad, Jbeil, and Tyre, or a stone in Damascus, Babylon, Nineveh, and others of the beacons of science, work, and unity. 

It is not a heresy if humans worship God in a man from amongst us, as in olden times they worshipped God in a stone from our country! 

O Faithful Levantines! Christ, from whom we learned the principles of utmost forgiving, pardoning, mercy, gentleness, and giving, which we memorized and knew about alone in our homes, also wanted us to be proud and haughty as well as fighting heroes, drawing strength as a weapon and fighting falsehood in combat. 

Do not say that I am straying or committing a heresy, for our Christ was the messenger of reforming principles, the teacher of social studies, the leader of Levantine renaissance, and the commander of the heroic campaign against corruption, chaos, evil, and sins, the epidemics of the corrupt, evil, sinful children of Israel, which were spreading across the Levant and afflicting all Levantines. 

Thus, this hero was victorious over these epidemics as divinity is victorious in the heavens and humanity is victorious on earth, after becoming furious with the “children of Israel” and dispersing them and cursing them. 

Hence they were displaced as steered slaves falling in their arrogance.Yes O Faithful Levantines! Our Christ was a hero in his faith, a hero in his words, and a hero in his deeds. 

He persevered before the enemies and the arrogant, sometimes with violence and other times with tenderness, in order to create the most beautiful society and the most ideal human in our country!

Thus O Christ! In our hearts from you is the gentleness of the lamb, and in our hands from you is the strength of the hero. 

And you are in our eyes and our minds a humanistic Levantine paradigmatic messenger and a fighting societal hero. 

Your entire course is in our consciences, from the time you uttered your first words and brought down the thorns with patience, until the time you spoke your last words, carrying the crown triumphantly. 

And the “people of Israel” whose epidemics you combated and eradicated its spread with cursing, dispersal, slavery, and arrogance, have returned today to your country in order to ravage it with corruption. 

What’s more is that they were returned by those who declare their faith in your Christianity and pray to your image! 

Return to us O Christ, in order to eradicate the corrupt, chaotic, evil sinners, and to expel the scribes and Pharisees from your house which you wanted to be a house of worship, and which the Christians of the West turned into a grotto for Thieves. ________________________________________________________________________

* This article was first published in “kul shay’” (Every thing) Newspaper on the above-mentioned date and was republished in the book “That Long Night,” March 1, 1953, P. 141.

Troisième lettre ouverte au Président Macron : Prière de cesser vos lectures dans le dictionnaire du colonialisme

Monsieur le Président,

Une fois de plus, je vous remercie et vous assure de ma gratitude car il est indubitable que votre future troisième visite [*] à Beyrouth en l’espace de quatre mois témoigne de votre intérêt exceptionnel pour le Liban. (The third visit in December is delayed since Macron tested positive to Covid-19)

D’autant plus que, ces derniers jours, les tensions sociale et politique en France ont atteint des niveaux élevés rarement rencontrés, les défis actuels se posant avec une telle acuité qu’ils laissent présager des expériences plus dures encore que celles vécues en 1968. Ou bien avant, à l’époque charnière de l’indépendance algérienne et de la défaite française devant celle-ci et en (Indochine).

En effet, aujourd’hui la lutte sociopolitique visant à sauver les acquis sociaux de l’époque gaulliste qui ont fait de la France le phare et l’exemple à suivre en matière de démocratie et de protection sociale, se heurte à la loi relative à la « sécurité globale ».

Une loi vue par une majorité de Français comme une destruction globale des fondements des libertés publiques et des droits individuels consacrés par les constitutions françaises successives depuis le tremblement de terre de 1789 (La Revolution).

L’argument des opposants à cette loi est qu’elle démolit, ne serait-ce qu’en théorie, l’un des piliers de la démocratie française, à savoir la « transparence » qui donne de la légitimité aussi bien aux mesures restrictives prises par les pouvoirs publics en matière de sécurité collective, qu’aux décisions des autorités relevant du Pouvoir judiciaire garant des principes de liberté et d’égalité inclus dans la triade de l’architecture républicaine.

Partant de ce constat, vous serez probablement surpris que je vous dise, bien que vous le sachiez déjà, une vérité qui fait que, nous au Liban et vous en France, nous sommes confrontés à des horreurs qui s’accumulent chez nous à cause de notre échec à construire une cohésion sociale ; lesquelles horreurs, toutes proportions gardées, risquent de s’accumuler chez vous pour cette même raison.

Si nous en sommes là c’est à cause de notre répartition dans des pénitenciers confessionnels et doctrinaires, l’appartenance à ces pénitenciers ayant désormais dépassé l’appartenance à la société nationale une et unifiée, d’où son effondrement et notre dégringolade dans le labyrinthe de l’échec menant à notre destruction globale.

Des pénitenciers confessionnels qui ont fini par dominer le système politique, puis transformer l’État en ce que vous savez, Monsieur le Président, vous qui êtes devenu par la toute puissance du maître de la Maison Blanche le superviseur de la destinée prescrite pour le Liban.

En France, vous ne souffrez pas de cette maladie incurable dont nous souffrons, j’entends par là les maux des pénitenciers confessionnels, mais vous souffrez d’autres maux qui peuvent vous mener à égarer votre boussole, ne serait-ce que le système du néolibéralisme auquel vous avez adhéré et qui pourrait vous mener à dépouiller votre société de ce qui a fait sa force et son unit: l’agonie ou la disparition de partis séculaires, l’affaiblissement de la résistance de la plupart des syndicats et la fragilisation de l’institution familiale qui est la composante fondamentale de toute société.

Quant à nous, c’est la France qui a grandement participé à l’élaboration de notre système politique, depuis que le comte Robert de Caix de Saint-Aymour a usé de son scalpel pour tailler dans la géographie levantine cette très belle carte de l’entité libanaise républicaine.

Pour plus de clarté, permettez que je vous rappelle une vérité de l’époque en citant, mot pour mot, un extrait du rapport intitulé « L’IMBROGLIO SYRIEN » et rédigé par le diplomate et écrivain français Paul Bonardi, assistant de M. Robert de Caix, émissaire français au levant dans l’entre-deux-guerres, délégué à la Commission permanente des Mandats de la SDN et secrétaire général du général Henri Gouraud, le Haut-Commissaire de la France au Levant de 1919 à 1923 :


« Robert de Caix, esprit subtil et délié mais trop enclin à faire des expériences sur les corps sociaux, conçut une organisation qui parut d’abord, et paraît encore à certains Français et aux Maronites, (secte Chrétienne) assez adroite.

Il bâtit le long de la Méditerranée un rempart inébranlable, ou prétendu tel, aux assauts du Panarabisme.
Mais il donna au Liban des terres qui appartenaient à l’État de Damas.

Dans l’État Libanais chrétien, il enferma des musulmans, des ennemis, et il en enferma tant que leur chiffre faillit passer en importance celui des Maronites.

Il suscita ainsi un irrédentisme propice à toutes les effervescences.
Après la lune de miel apparaissait au ciel des épousailles la lune rousse…

Les Libanais du moins étaient satisfaits. Ils offrirent à M. Robert de Caix de donner son nom à une rue de Beyrouth.

 Mon nom à une rue, dit M. Robert de Caix. Donnez-le plutôt à une impasse ! »


Un rapport de 155 pages qui n’aurait été tiré qu’en 42 exemplaires, d’autant plus important qu’il a été publié en 1927, c’est-à-dire un an après l’élaboration de la Constitution libanaise sous la supervision du Haut-Commissaire Henry de Jouvenel, lequel l’a délibérément minée par l‘article 95 connu sous le nom de « l’article confessionnel », poursuivant en cela le travail de découpes de M. Robert de Caix sur des Levantins vus tels des cobayes dans ses « expériences sur les corps sociaux » ! (Henry de Jouvenel, was a Zionist)

Monsieur le Président,

Vu la mission qui vous a été confiée pour le Liban, je ne vous imagine pas ignorer ces faits historiques, même si votre principale spécialité porte sur le secteur bancaire et les salles de bourse où le tumulte et les clameurs servent à faire passer des décisions prises ailleurs, comme nous l’explique le défunt expert, Eustace Mullins dans son célèbre ouvrage intitulé « Les secrets de la Réserve fédérale ».

Un ouvrage des plus remarquables, interdit d’édition et de parution par les puissances occultes pendant un quart de siècle environ.

Puissiez-vous, Monsieur le président, ne pas voir en l’auteur de ces lignes un obsédé par ladite théorie du complot. Citer cet ouvrage de M. Mullins m’amène juste à vous poser la question de savoir s’il ne serait pas opportun que vous prêtiez attention au fait que la Banque de New York, qui détient à elle seule la moitié des billets verts émis par la Réserve fédérale, s’est subrepticement infiltrée dans le système bancaire libanais et en est devenue le plus gros contributeur en plein effondrement financier et économique au Liban.

Une question éventuellement dérangeante, vu que j’ignore si ce sujet vous a été exposé par la junte politico-financière qualifiée de corrompue d’emblée et à juste titre par votre Excellence.

Quoi qu’il en soit, votre intérêt manifeste pour ce qui se dit dans les cercles civils libanais fait que j’en profite pour vous dire que la « société civile » c’est nous !

Nous qui avons été dépouillés par les banques avec la complicité du gouverneur de la Banque du Liban, lequel a remporté les plus grands prix internationaux décernés par les cercles financiers occidentaux.

Quant au cercle des banquiers criminels qui se prosternent avec révérence et déférence devant vous, pourquoi n’avoir rien fait pour qu’ils soient au moins traités comme la justice française traite aujourd’hui votre prédécesseur, le Président Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption et contre lequel le parquet national financier a requis quatre ans de prison dont deux avec sursis ?

Il ne suffit pas de parler de corruption et de corrompus pour s’abstenir d’une quelconque forme de condamnation des seigneurs des banques, notamment ceux qui ont volé nos dépôts bancaires avant de les transférer illégalement vers les banques des États-Unis, de Grande-Bretagne, de France et de Suisse.

Parler des « corrompus libanais » signifie que vous possédez suffisamment d’informations sur le sujet.

C’est pourquoi nous nous sommes attendus à ce que vous procédiez au gel de leurs avoirs dans les banques françaises.

Je veux parler des avoirs de ceux qui ont détruit et appauvri les familles libanaises, d’un seul coup, par l’une des plus horribles arnaques que le monde ait connue.

Une arnaque financière complémentaire du crime ayant réussi à faire exploser le port de Beyrouth et une partie de notre capitale par une sorte d’arme de destruction massive ; le champignon de fumées observé ayant révélé tous les non-dits sur cette affaire. (An electromagnetic pulse bomb that only superpowers have)

Une fois de plus, Monsieur le Président, puissiez-vous ne pas me prêter les intentions d’un complotiste, mais une question s’impose d’elle-même, vu que nous attendons toujours les images satellites du théâtre de l’explosion du port de Beyrouth et nous espérons qu’au final vous ne nous décevrez pas.

À ce propos, un reportage d’un collègue journaliste connu pour son sérieux, M. Paul Khalifé, nous a appris qu’une source française bien informée a déclaré que le satellite était verrouillé lors de l’explosion.

C’est quand même bizarre ces satellites qui font la sieste et dorment d’un profond sommeil à chaque fois qu’Israël procède à une explosion.

Ainsi, le 7 juin 1981 et tandis que l’Irak de Saddam Hussein menait sa « guerre sacrée » contre l’Iran, avec le ferme soutien de la France, des États-Unis, de la Grande-Bretagne et de l’écrasante majorité des Pays arabes, les avions de combat israéliens sont allés bombarder le réacteur nucléaire « Tamouz » jusqu’à le détruire complètement.

Un réacteur construit par la France suite au fameux accord entre Saddam Hussein et son ami « personnel » Jacques Chirac, Premier ministre de la France sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing.

Ce jour-là, ni les AWACS américains qui survolaient les eaux du Golfe dans le cadre d’un accord entre les États-Unis et l’Arabie saoudite, ni les Saoudiens, ni les alliés occidentaux n’ont songé à informer les Irakiens sur les préparatifs de l’aviation militaire israélienne. Tous leurs radars et satellites faisaient la sieste.

De même, aucun des pays de l’OTAN n’a présenté d’images satellites du bombardement ayant frappé dans la matinée du 14 février 2005 le cortège du Premier ministre libanais, Rafic Hariri, lui aussi un ami « personnel » de Jacques Chirac devenu Président de la République française, lequel n’a rien pu faire en dépit de son amitié et de sa profonde tristesse. Cette fois, tous les satellites faisaient la grasse matinée.

Et il paraît que le 4 août 2020, tous les satellites de la France, des États-Unis et de Grande-Bretagne avaient été frappés par un coup de soleil, d’où leur sieste prolongée au-delà de 18h.

De prétendues siestes pour couvrir le crime de l’explosion provoquée du port de Beyrouth, comme le Président Donald Trump avait commencé par le reconnaître.

Ce qui fait qu’il n’y a toujours pas d’images satellites pour ne pas révéler le rôle de l’enfant gâté : Israël.

Monsieur le Président,

Si vous vous abstenez d’aider les Libanais et en particulier les civils ayant été victimes du vol caractérisé des banques, et si vous vous abstenez d’aider le Liban en révélant la vérité sur ce qui s’est passé lors de l’explosion du port de Beyrouth, comment comptez-vous nous aider ?

Une question très simple, posée par une personne simple s’étant retrouvée du jour au lendemain dans le cortège des « nouveaux pauvres ».

Tout ce qu’elle veut savoir c’est la vérité, pour qu’à sa lumière elle sache comment récupérer ses maigres économies au même titre que ses frères et sœurs en citoyenneté.

Il n’est pas question que l’auteur de ces lignes soit moins courageux que l’enfant du sud libanais, Hussein al-Chartouni, lequel s’est moqué des pluies de balles israéliennes lorsqu’il est allé récupérer sa poule qui s’était échappée vers la bande frontalière entre le Liban et Israël. Donc, nous ne nous tairons pas.

Monsieur le Président,

Vous auriez dû prendre en considération ces questions lorsque vous avez co-présidé au début de ce mois de décembre la « Conférence internationale en soutien à la population libanaise ».

Abstraction faite de la suspicion qu’un tel intitulé nous inspire en tant que citoyens libanais originaires et propriétaires de notre pays, certains points de votre approche de la crise libanaise méritent attention.

En effet, par une ironie du sort, vous faites campagne contre la corruption avec l’assentiment de tous les corrompus et, en même temps, vous évitez d’évoquer la responsabilité du système libanais en tant que système ségrégationniste tel qu’il a été conçu par MM. Robert de Caix et Henry de Jouvenel.

Or, le système de l’apartheid est maudit en Occident depuis que le géant africain, Nelson Mandela, a réussi à le renverser.

Pourquoi restez-vous silencieux sur l’apartheid au Liban ? Pourquoi vous contentez-vous de nous parler de votre souci pour ce que vous estimez représenter notre société civile alors que nombre de ses organisations sont ouvertement financées par l’étranger, comme l’a publiquement déclaré David Hale, le secrétaire d’État adjoint américain pour les Affaires politiques ?

Un deuxième point qui mérite attention concerne votre étonnante méfiance des Libanais de souche turkmène et votre inquiétude quant à leur éventuelle adoption de la nationalité turque, ce qui pourrait mener à la création d’une nouvelle minorité susceptible d’être manipulée par celui qui jouerait à faire mine de la protéger.

Or, il ne faudrait pas oublier que la notion de minorités et le refrain des interventions pour la protection des minorités ont été introduits par les colonialistes français et britanniques.

Dommage qu’un membre de votre administration suffisamment versé dans ces questions ne vous ait pas informé sur cette politique qui a justifié vos ingérences au nom de la protection des minorités pour ensuite les abandonner, car les exemples sont pléthores.

Parmi ces exemples, permettez que je vous informe d’un entretien accordé par le Président syrien Choukri al-Kouwatli et rapporté par feu l’écrivain français, Benoist Méchin, dans son ouvrage intitulé « UN PRINTEMPS ARABE ».

Un entretien ayant coïncidé avec le jour de l’annonce de la création de la République arabe unie entre l’Égypte et la Syrie. À la question de savoir si le projet de l’union des pays arabes était logique, il avait répondu : « Nos frontières ne sont pas des limites, ce sont des blessures ». Des blessures profondes causées par le scalpel colonial.

Or, le Président Choukri al-Kouwatli est un citoyen syrien de souche turkmène, laquelle a compté quatre présidents syriens.

Et puis il est le seul à avoir reçu le titre de « Premier citoyen arabe ». Tout un chacun peut donc constater l’énorme différence entre le Printemps d’hier et le prétendu printemps d’aujourd’hui.

Je vous prie Monsieur le Président de cesser vos lectures dans le dictionnaire du colonialisme.

S’il pousse à la soumission ceux que vous avez-vous-même qualifiés de corrompus, sachez qu’il y a dans nos pays des hommes et des femmes libres et laïcs qui n’ont aucune considération pour la ségrégation raciale et qui ne pardonnent pas au colonialisme son alliance avec la corruption et les corrompus.

Veuillez recevoir, Monsieur le Président, mes meilleures salutations

Note 1: Many commented that Macron needed Not test himself before meeting the Lebanese maligned sectarian leaders: A few deaths among them would have cleared the path for a significant political change.

Note 2: Macron hurried to visit Lebanon after the devastation of the port of Beirut because he knew the conflagration was done by US/Israel and he wanted to “cool” the climate for a total uprising and the kicking out of the colonial powers embassies

Hassan Hamadé: Écrivain et chercheur libanais
– Membre du Conseil national de l’audiovisuel (CNA)
16/12/2020

Source : Al-Intichar (quotidien libanais)
https://alintichar.com/137725

Traduction de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal

[*] Visite finalement annulée, le Président Macron ayant été testé positif pour la Covid-19, le 17 décembre, au lendemain de la parution de cette lettre ouverte.

Another Open Letter to French President Macron

Deuxième lettre ouverte au Président Macron :
Où est l’image satellite du port de Beyrouth ?

Par Hassan Hamadé : Écrivain et journaliste libanais – Membre du Conseil national de l’audiovisuel (CNA)

1er octobre 2020, par Comité Valmy

Monsieur le Président,

Je souhaite commencer par vous féliciter chaleureusement pour votre franchise. Je n’ai pas été déçu que vous soyez allé directement au cœur du sujet, lequel n’a nul besoin de fioritures pour dissimuler sa vérité, vu que cette vérité est la raison directe ayant fait de vous le gagnant de la mission au Liban. J’entends par là : le problème posé par les armes de la Résistance.

Il ne vous a pas fallu longtemps pour avouer ouvertement cette première moitié de ce qui vous intéresse au Liban ; l’autre moitié se résumant à votre obsession de gagner des contrats s’appropriant ce qui reste de la richesse de l’État et du peuple.

Des richesses passant du port martyr de Beyrouth à son aéroport menacé du même sort, à l’électricité, à l’eau, au téléphone cellulaire, aux infrastructures et, bien sûr, à ce que la terre et les eaux du Liban contiennent de pétrole et de gaz, là où le géant de l’énergie, la société Total, occupe le devant de la scène.

Mis à part ces deux préoccupations majeures, votre discours [1] sur la dimension humanitaire, réformatrice et éthique de votre mission au Liban est resté dans les limites de sa fonction de maquillage et d’un semblant d’élégance.

Ceux qui attendaient le contraire de votre part ont été désagréablement surpris. C’est leur problème car dans le dictionnaire des États, les promesses n’ engagent que ceux qui y croient.

Outre les félicitations, il nous faut discuter ensemble, chacun à partir de son camp, de la question de l’affrontement direct avec les forces qui s’opposent à la campagne coloniale destructrice désignée par « printemps arabe ».

Pour rappel, Monsieur le Président, cette expression avait déjà été utilisée par les gouvernements français il y a 172 ans, lorsqu’ils avaient affirmé que la création de la sinistre mission « Baudicour » [2] serait le début du printemps des peuples. Mission qui consistait à déraciner les maronites libanais de leurs terres et à les transférer en Algérie.

Conformément à votre habitude des raccourcis, votre conférence de presse du 27 septembre 2020 est venue confirmer vos déclarations annoncées quelques heures avant votre deuxième visite au Liban, le 1er septembre 2020.

C’est ainsi que vous avez ajouté une zone d’ombre encore plus dense dans l’espace des relations libano-françaises ; autrement dit, une nouvelle ambiguïté qui s’ajoute aux précédentes déjà évoquées [3] et qui mène à une lecture différente du devenir des relations entre nos deux pays, loin de la propagande entourant le mythe d’amour et de tendresse pour le Liban.

Cette fois, vous nous avez rappelés une époque supposée révolue, étant donné qu’aujourd’hui vous nous apparaissez plutôt proche d’un haut-commissaire.

Cependant, avec moins de pouvoirs que vos prédécesseurs à ce poste, car leur référence était Paris, tandis que votre véritable référence se situe quelque part dans le « Nouveau Monde ».

Cela ne vous est absolument pas étranger. Vous êtes le tenant d’une démarche politique ayant opté pour une France européenne, plutôt que pour une France française et si vous aviez à choisir entre une Europe européenne et une Europe atlantiste, vous opteriez pour une Europe atlantiste.

Et je n’irai pas jusqu’à dire, comme certains, que vous iriez jusqu’à préférer l’appartenance aux États-Unis à l’appartenance à l’Europe atlantiste.

C’est probablement la raison qui fait qu’à aucun moment vous n’avez abordé la question cruciale de la Résistance qui protège autant qu’elle le peut le Liban du monstre raciste sioniste, alors que vous considérez le manque de respect à la mémoire de la Résistance française comme un péché mortel.

En effet, la résistance à l’occupation et la défense des patries est par principe une question morale, éthique, légale et humaine, toute proche de la sainteté.

Trouvez-vous qu’il est sérieux de parler de la nôtre comme vous l’avez fait ? Pour de nombreux Libanais, votre discours sur la Résistance libanaise est venu comme un coup de poignard en plein cœur.

Peut-être que vous ne l’avez pas voulu. Et, peut-être que vous avez écouté plus qu’il ne le faut vos conseillers et vos amis, lesquels n’ont fait que vous impliquer dans un problème pouvant fortement compromettre la relation historique entre nos deux pays dans le présent et le futur.

Monsieur le Président,

Je n’ai pas été surpris par votre totale indifférence à l’analyse du dossier libanais par le respecté homme d’État français [4], Maurice Couve de Murville.

La différence entre vous porte non seulement sur l’époque, l’expérience et la culture, mais aussi sur l’appartenance. Il était dans la fleur de l’âge lorsqu’il a rejoint le Commandant de la France libre, a travaillé à la radio de la Résistance, est resté proche du Général de Gaulle tout au long de sa vie et a été ministre des Affaires étrangères, puis Premier ministre.

Ce qui explique qu’il ait tenu à ne pas prendre parti face aux querelles des Libanais et donc à ne pas les encourager à détruire leur pays.

Naturellement, à l’époque il n’a pas eu à s’opposer à la résistance naissante qui a expulsé les monstres sionistes de la capitale Beyrouth ; première capitale arabe occupée par l’armée israélienne lorsque le Hezbollah n’était pas encore né. Lequel Hezbollah est néanmoins né de la matrice de cette première résistance triomphante qui a brisé les crocs des monstres sionistes et les a expulsés de Beyrouth que vous avez visité et dans les rues duquel vous vous êtes promené.

Vous êtes censé avoir été informé de ces faits historiques avant d’user d’expressions offensantes contre notre Résistance, abstraction faite de votre position de principe en raison de vos engagements otano-sionistes.

C’est là une atteinte à la dignité de la patrie libanaise, laquelle suppose que vous lui présentiez vos excuses.

Vous avez parfaitement le droit de haïr la Résistance et de la combattre, mais vous n’avez pas le droit de l’offenser alors que vous traitez du sujet libanais au titre de l’amitié.

Imaginez la situation inverse où un Libanais se tiendrait devant vous pour traiter de la sorte la Résistance française. Quelle serait votre réaction ? Je m’attends à ce que vous entriez dans une grande colère ; là aussi, abstraction faite de votre propre opinion sur la Résistance française qui ne concerne que vous.

Et que dire de vos propos prétendant que la Résistance libanaise sème la terreur en Syrie ?

Que cela vous plaise ou non, Monsieur le Président, cette Résistance est le fer de lance de la défense territoriale contre le terrorisme, à commencer par les organisations atlantistes de la terreur, c’est-à-dire Daech, le Front al-Nosra, la Brigade Sultan Mourad, la Harakat Nour al-Din al Zenki et l’ensemble de leurs dérivées bénéficiant globalement du parrainage de votre Organisation du traité de l’Atlantique nord [l’OTAN] et du financement puisé dans les caisses des pays du Golfe, occupés par vos armées atlantistes.

Plus de 170 000 terroristes venus d’Europe et d’autres pays, amenés par votre organisation au cœur de la géographie syrienne pour la déchirer de l’intérieur, menant ainsi la plus monstrueuse des campagnes coloniales que l’histoire ait connues au cours de ses différentes époques. Organisations qui « font du bon boulot », comme l’a dit un jour l’un de vos ministres des Affaires étrangères !

C’est pourquoi vous vous en prenez à la résistance libanaise. C’est peut-être aussi parce qu’elle a énormément contribué à la défense de la présence chrétienne sur la sainte terre syrienne pendant que votre alliance atlantique, laquelle excelle dans la flagellation des peuples et la négation de leurs droits humains les plus élémentaires, travaille jour et nuit à effacer les traces du christianisme de la terre palestinienne du premier révolutionnaire humaniste, Jésus-Christ, et les traces du crime commis le 30 septembre 2000 contre l’enfant Mohammed al-Durah [5], son père, ses frères et ses sœurs.

Et c’est plus probablement encore, Monsieur le Président, la raison qui vous pousse à voir une contradiction incompréhensible entre la résistance du Hezbollah à Israël et son droit d’être un parti respecté au Liban.

Imaginez, là aussi, qu’un Libanais vous dise que toute force française ayant résisté aux nazis perdrait son droit à former un parti politique respecté en France. Serait-ce raisonnable ? Question, évidemment indépendante de votre propre opinion sur le fascisme et le nazisme qui ne concerne que vous.

Tout comme le Christ, le peuple du Christ est persécuté. Le pape Benoît XVI n’a-t-il pas condamné « l’hostilité et les préjugés à l’encontre des chrétiens » en Europe » ?

Lisez, Monsieur le président, son message pour la Journée mondiale de la paix du 1er janvier 2011. Cette même année où vous avez inauguré l’orgie sanguinaire via votre printemps arabe. Dans le quatorzième paragraphe de ce terrible message, le penseur Joseph Ratzinger semble considérer que vos discours au monde manquent de sincérité.

Contentez-vous de lire ce seul paragraphe, votre excellence, car il est fort probable que vous ne soyez pas intéressé par ce genre de lecture.

Lors de votre conférence de presse, alors que je vous observais pendant que vous déversiez vos ressentiments, j’ai senti toute la froideur de vos paroles en dépit de la volubilité de votre langage corporel.

Vous êtes apparu froid et nullement concerné par la requête libanaise qui vous a été personnellement adressée ; celle de fournir une image satellite [6] de la terrible explosion terrestre engendrée par le crime complexe contre l’existence même du Liban. Vos paroles resteront creuses et sans valeur tant que vous éluderez notre demande destinée à savoir qui a dirigé l’explosion hirochimienne contre le port de Beyrouth, pour favoriser le port de Haïfa en Palestine occupée.

Nous voulons la vérité ; la vérité pour le Liban. Nous avez-vous entendus, vous qui vous permettez de nous donner des leçons en insultant nos politiciens voleurs, afin de susciter notre amitié et de gagner notre confiance, tout en continuant à vous entendre avec eux et à dissimuler le coupable ? Il en est toujours ainsi : généralisation, hausse du ton, débats creux aboutissant à la dissimulation du coupable. Une technique, cher Président, qui ne trompe que ceux qui croient aux paroles des États. Où sont donc les images satellite ? Et que cache leur non divulgation ?

Désolé, Monsieur le Président, pour avoir oublié que votre éloquence en matière de transparence, de démocratie et de droits humains n’a d’égale que l’éloquence de vos confrères banquiers lorsqu’ils insistent pour que les clients déposent leur argent et leurs économies dans les coffres de leurs banques, pour qu’une opération de sublimation transforment ensuite leurs dépôts en vapeurs lorsque sonnera l’heure du grand pillage et de la destruction des familles, sous couvert de telle ou telle révolution colorée, comme cela s’est passé et se passe encore au Liban. Choses que ne pouvez ignorer, votre Excellence.

Et c’est peut-être parce que vous maitrisez ce savoir que vous avez complètement ignoré les aveux particulièrement terribles, formulés quelques heures avant votre grande conférence de presse, devant le Congrès américain, par le diplomate américain, David Hale ; un homme d’une grande politesse, un amoureux de la paix et de l’harmonie entre les humains au point d’accompagner les orgies sanguinaires au Liban depuis des décennies. Il a déclaré que son administration avait dépensé et distribué dix milliards de dollars [7] au profit de ceux en qui vous avez confiance au Liban : des organisations non gouvernementales et des inféodés fiables au sein des cercles politiques et des médias menteurs.

Des aveux venus s’ajouter aux déclarations antérieures d’un autre diplomate américain, tout aussi féru des orgies sanguinaires au Liban : le nommé Jeffrey Feltman. Lequel avait affirmé le 8 juin 2010, toujours devant le Congrès américain, que son administration pacifique, qui hait les massacres et les assassinats, avait dépensé un demi-milliard de dollars au cœur du Liban afin de défigurer l’image du Hezbollah [8].

Les oreilles de ces individus, Monsieur le Président, entendent essentiellement vos collègues parmi les banquiers internationaux, tandis que leurs yeux sont tournés vers la Banque centrale libanaise qu’ils se préparent à dépouiller de son droit exclusif d’émettre la monnaie. Pour cela, le prétexte est fin prêt : la Banque du Liban n’étant plus digne de confiance, ce privilège doit être confié à des banques privées.

Mais, puisque les banques privées ont également perdu leur crédibilité avec la complicité du gouverneur de la Banque centrale (l’équivalent d’Edgar Hoover en matière de finances) et des sommités du comité des banques, lesquels passent la moitié de leur temps à Paris loin des projecteurs des patriotes libanais, le privilège doit plutôt être confié à des banques internationales.

Et la « Bank of New York », l’une des plus grande banques, propriétaire de la Réserve fédérale américaine, détient désormais 34% des plus grandes banques libanaises, grâce à une opération furtive de vol mi-2019. Une opération que les médias libanais « libres » ont dissimulée, ces mêmes médias financés par les dix milliards de dollars précités et devenus promoteurs de ladite révolution ; la révolution de l’autodestruction au nom de la lutte contre la corruption.

Est-il possible, Monsieur le Président, que vous ignoriez ce vol généralisé de tout un peuple par les banques !? Il est étonnant que vous ayez pu oublier un fait aussi terrible, exactement comme vous semblez avoir oublié les images satellite, lesquelles faciliteraient grandement la désignation des responsables de l’explosion hirochimienne du port de Beyrouth.

Monsieur le Président,

Il m’est difficile de croire ceux qui prétendent que vous n’êtes pas au courant de tout cela, tout comme il m’est difficile de croire que vous ne sachiez pas que vos avions de l’OTAN brûlent systématiquement des champs de céréales et des cultures de terres fertiles en Syrie, pour que les Syriens meurent de famine pendant que le blocus atlantiste les prive des moyens de combattre l’invasion de la pandémie virale.

Vous qui êtes issu du monde civilisé, transparent, défenseur des droits humains, naturellement et avant tout démocrate, vous devez présenter vos excuses aux Libanais, à nous tous, Monsieur le Président. Ce serait honteux de vous en abstenir. Quant à nous :

Notre Liban est et restera à nous, il n’est pas à vendre. Notre Syrie est et restera à nous. Notre Palestine était et reviendra au peuple du Christ… notre peuple.

Une fois de plus, Monsieur le Président, veuillez accepter mes meilleures salutations.

Hassan Hamadé
01/10/2020

Traduction de l’arabe par Mouna Alno-Nakhal

Source : Al-Intichar (Liban) http://alintichar.com/123852

Notes :

[1][ Conférence de presse du Président Emmanuel Macron sur la situation au Liban. (diffusée en direct le 27 septembre 2020 (vidéo)]
[2][ Le projet Baudicour de 1848]
[3][Première lettre ouverte au Président Macron ; par Hassan Hamadé]
[4] [La crise libanaise et l’évolution du Proche-Orient [Maurice Couve de Murville]
[5][Charles Enderlin & l’affaire Mohammed al-Durah (vidéo)]
[6][Aoun demande à Macron des images aériennes du moment de l’explosion]
[7] [Al-Mayadeen / Hale : nous avons dépensé 10 milliards de dollars pour les forces de sécurité et la société civile libanaises (vidéo)]
[8][Al-Mayadeen / Jeffrey Feltman : Les USA ont dépensé 500 milliards de dollars pour défigurer l’image du Hezbollah (vidéo)]

France was and still is an integral component to Lebanon State untenable status and situation

‘’La solution d’un problème commence par savoir se reconnaître comme une composante du problème’’.

Par Roger Assaf, homme de théâtre, Citoyen libanais et français

Monsieur le Président,

Je salue votre engagement personnel dans les efforts pour trouver une solution au ‘’problème’’ libanais. Votre discours en témoigne.

Je me permets de vous rappeler la parole d’un sage: ‘’la solution d’un problème commence par savoir se reconnaître comme une composante du problème’’.

Je partage avec la plus grande partie du peuple Libanais votre condamnation de la classe dirigeante au Liban, votre réprobation de leur comportement criminel dans leur attachement crapuleux à leurs intérêts partisans (voir personnels) au détriment des besoins vitaux du peuple.

Votre discours ne nous apprend rien que nous ne sachions déjà,.

Votre colère est même loin d’être égale à la nôtre, et votre sentiment de ‘’honte’’ est loin d’égaler notre exécration des malfaiteurs qui contrôlent l’État libanais, de leur cupidité insatiable et de la gabegie effrénée qu’ils pratiquent impunément.

Et pourtant, votre discours me révolte, parce qu’il occulte délibérément votre responsabilité foncière dans la catastrophe libanaise (quand je dis votre ou vous, il ne s’agit pas bien sûr de vous personnellement, mais de l’État français, aujourd’hui, naguère et jadis)…

Vous polarisez votre diagnostic de la crise actuelle sur le Hezbollah.

Nous sommes au Liban témoins, victimes et dénonciateurs des exactions de ce parti. (Pas moi Roger)

Il est, au même titre que tous les autres protagonistes de l’indigne oligarchie qui accapare l’État libanais, coupable de corruption, gabegie et dégradation des institutions.

La milice du Hezbollah et la mainmise de son acolyte ‘’Amal’’ sur le Parlement sont des obstacles (mais pas uniques) à une issue positive de la crise actuelle. (Nabih Berri is the Al Capone of all the militia/mafia “leaders)

Or les raisons (légitimes) de l’existence du Hezbollah, les justifications (même si elles servent de prétextes) de leur politique, ont pour origine et pour raison d’être la présence de l’État d’Israël.

L’injustice criante d’Israel Zionist, de son installation, la perpétuelle impunité de ses crimes, les innombrables agressions perpétrées contre le Liban depuis 1948, (1949, 1952, 1955, 1959, 1961, 1968, 1969, 1970, 1971, 1972, 1974, 1975, 1976, 1977, 1978 suivie de 22 ans d’occupation du Liban-Sud (en majorité chiite), 1979, 1980, 1981, 1982 guerre qui a détruit les infrastructures civiles du pays), 1983, 1984, 1985, etc. etc. etc. ,

Ces dates dûment détaillées se trouvent dans les archives publiées en juin 1986 par le Centre de Documentation Arabe.

Pour la suite, il suffit de se référer aux documents d’Amnesty International, en particulier pour les violations du Droit International dans la Guerre de 2006.

Monsieur le Président, J’AI HONTE pour l’État Français et la Communauté internationale pour la désinvolture et/ou l’impuissance de leur attitude à l’égard de l’injustice flagrante, implantée, entretenue, développée, en continuelle expansion, que représente l’État israélien, colonialiste, raciste, super militarisé… et religieux (Monsieur le défenseur de la laïcité et des valeurs républicaines !).

On ne peut pas être à la fois ami du Liban et de Benyamin Netanyahu.

On ne peut pas être à la fois accusateur du Hezbollah et complice (ou témoin silencieux) de la colonisation sauvage de la Palestine occupée.

On ne peut pas à la fois exiger le désarmement du Hezbollah et autoriser l’arsenal nucléaire israélien.

On ne peut pas à la fois pleurer sur la détresse du peuple libanais et détourner les yeux de la tragédie humaine de Gaza… (Cette liste n’est pas exhaustive).

Vous voulez aider le peuple libanais ?

Je vous crois sincère (tout en sachant très bien que vous défendez en même temps vos intérêts et que ce n’est pas pure philanthropie). (La France a perdu la Libye, l’Iraq, la Syrie, et même le Nord d’Afrique pour avoir suivi les plans de USA)

Qu’avez-vous fait pour libérer le Liban de l’occupation israélienne (1978 – 2000) ?

Ni vous, ni l’État libanais n’ont aidé la résistance libanaise et réussi à mettre fin à cette odieuse violation du droit international ?

Qu’avez-vous fait en 2006 pour faire échec à la scandaleuse agression massive de l’aviation et de l’artillerie israéliennes?

Ni vous, ni l’État libanais, mais la formidable solidarité du peuple libanais et de la Syrie autour des combattants du Hezbollah?

Que ferez-vous dans l’avenir si, en supposant le Hezbollah désarmé, le Liban subissait une nouvelle agression ?

Probablement rien de concret, mais je sais au plus profond de moi que le peuple libanais inventera sa future résistance, à l’image de l’insurrection civile actuelle, citoyenne et non confessionnelle?.

Vous voulez aider le peuple libanais?

Soignez le mal à la source.

Supprimez la raison d’être du Hezbollah (par opposer l’apartheid Israël, l’institution d’un etat Palestinien et la récupération des terres Libanaise occupé par Israël).

Mais je sais que ce n’est qu’un vœu pieux.

Nos dirigeants locaux sont corrompus, et les dirigeants du monde actuel le sont également.

Cependant la formule occidentale est beaucoup plus perverse.

Les dirigeants libanais sont la mafia qui vampirise les libanais, les dirigeants du monde ne sont que les serviteurs de la mafia qui extorque les ressources de la planète, en vampirisant de préférence les peuples au-delà de leurs frontières.

La France comme les États-Unis d’Amérique et la Russie, comme la Turquie, l’Iran, les pays arabes pétroliers, feront toujours passer leurs intérêts économiques avant les besoins des peuples dont ils se disputent les ressources.

Continuez votre politique, persévérez dans vos politiques discriminatoires, mais épargnez-nous vos discours déontologiques.

NOTE DE LA REDACTION

Emmanuel Macron a servi aux Libanais sa recette habituelle: la poudre de perlimpinpin.

Il cite nommément le Hezbollah, mais omet de mentionner son protégé Saad Hariri ; le trio sunnite, Fouad Siniora, Najib Mikati et Tammam Salam dont il dilue la responsabilité dans le vocable collectif mais anonyme de « classe politique ». De même que le grand absent de son sermon dominical Riad Salameh, le si décrié gouverneur de la Banque du Liban.

Jupiter de France fustige les Libanais, mais ne souffle mot du jeu nauséabond des États-Unis, qui l’ont littéralement marqué à la culotte après chacun de ses déplacements à Beyrouth.

Ni non plus du rôle obstructeur de l’Arabie Saoudite, le chérubin de l’humanité.

Il tance l’Ukraine, la Turquie, le Venezuela, mais s’offusque que le Hezbollah, la sentinelle de l’indépendance libanaise, ait une projection régionale, infiniment plus efficiente en tout état de cause que celle de la France avec ses déboires en Libye, en Syrie voire même au Yémen et en Tunisie.

Le balnéaire du Touquet a le souffle court.

Il se parachute au Liban pour s’aligner finalement sur son cerbère américain. Qu’elle est loin la grandeur française.

Pour aller plus loin sur ce thème, ci-joint ce lien en guise de piqûre de rappel

My Note:

France is the colonial power that destabilized the Middle-East most after WWI. France was allotted a mandated power over Syria and the Mosoul region in Iraq.

France permitted itself to give away to Turkey Syrian land as large as its current land. Worst, it gave Turkey 400 km of land down the Torus mountain chains (the natural borders between Syria and Turkey) that contain the sources of the Euphrates and Tigris River. Now, Turkey consistently claims that these water are Turkey and can blackmail Syria and Iraq from the sustainable water debits by constructing several mega dams.

France is the colonial power that gave Israel the atomic bomb and the early Mirage fighter jets to bomb Egypt and Syria during the 1967 war.

https://www.madaniya.info/2020/08/31/le-centenaire-de-la-proclamation-du-grand-liban-une-demarche-passeiste-nostalgique-dune-grandeur-passee/

Prayer to Beirut by Lebanese Amin Maalouf (French Academy)

The English translation follows

La prière d’ Amin Maalouf

De Beyrouth, capitale blessée,
Une prière vers le Ciel,
Quelle que soit la langue dans laquelle on Le prie,
Quel que soit le nom par lequel on L’invoque,

Que Son regard,
Qui embrasse l’univers et toutes les créatures,
Se fixe un peu sur nous.

Depuis trop longtemps nous expions
Les fautes de l’humanité entière,
En plus de nos propres égarements.

Depuis trop longtemps, chaque malheur,
Avant de se propager dans le monde,
Commence par s’acharner sur nous.

De cette ville tant de fois détruite,
Reconstruite, puis détruite à nouveau,
De ce rivage où, selon les légendes,
Un homme libre a su jadis terrasser le dragon,
Une prière vers le Ciel.

Pour que le Liban puisse,
Cette fois encore, se remettre debout,
Et relever ses murs, et panser ses blessures.

Qu’il sache surmonter sa détresse,
Sa douleur et son abattement.

Qu’il sache triompher
De la férocité du monde,
Et aussi de ses propres démons.

De notre havre millénaire devenu, soudain,
Un monument à la folie des hommes
Et le temple de leur colère,
Une prière vers le Ciel.

(

From Beirut, injured capital,
A prayer to heaven,
Whatever language we pray to Him,
Whatever name is called to Him,

That his look,
Who embrace the universe and all creatures,
Fixing a little on us.
For too long we’ve been expiring
The faults of all humanity,
In addition to our own misguidedness.
For too long, every misfortune,
Before spreading into the world,
Start by trying hard on us.

From this city so many times destroyed,
Rebuilt, then destroyed again,
From this shore where, according to legends,
A free man once knew how to terrass the dragon,
A prayer towards heaven.

So that Lebanon can,
That time again, get back up,
And lift her walls, and dress her wounds.
Let him overcome his distress,
His pain and abatement.
Let him triumph
From the fiercity of the world,
And also of his own demons.

From our millennial haven, suddenly,
A monument to the madness of men
And the temple of their wrath,
A prayer towards heaven.)


adonis49

adonis49

adonis49

January 2021
M T W T F S S
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Blog Stats

  • 1,459,363 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 800 other followers

%d bloggers like this: