Adonis Diaries

Posts Tagged ‘divestment and sanctions

 

Investing in Israeli settlements continues “cycle of violence” — Desmond Tutu

tutu.jpg

Fierce apartheid critic Desmond Tutu has denounced businesses that aid repression. (Joshua Wanyama)

Other victories have received less publicity.

The Swedish fund KPA Pension, for example, has published an exclusion list on its website featuring a number of Israeli banks and telecommunications firms, the weapons manufacturer Elbit and Alstom, a French corporation that has been involved in building a light rail system linking up Israeli settlements in occupied East Jerusalem.

KPA manages the pensions of more than a million people working in local government.

Sweden’s state pension fund AP7, meanwhile, has excluded the technology giant Hewlett-Packard because of its provision of surveillance technology to Israel, as well as Cemex, a Mexican company which has been quarrying in the West Bank in violation of international law.

Enabling war crimes

AP7 is not as clean as it would have us believe, however.

In August, the Stockholm daily Svenska Dagbladet complained that AP7 is continuing to invest in3 Israeli banks.

According to the paper, this was not compatible with the views of most Swedes, who wanted pension funds to respect ethical principles.

Similarly, the third largest Dutch pension fund ABP has a €51 million ($64 million) stake in 3 Israel banks: Leumi, Hapoalim and Mizrahi-Tefahot. All three of these banks finance settlements in the West Bank.

The construction of Israeli settlements breaches the Fourth Geneva Convention and amounts to war crimes.

ABP is under pressure to ditch these enablers of war crimes. Around 1.8 million people have signed a petition calling on it to do so.

Desmond Tutu, the South African archbishop, has written to ABP’s board contending that investing in Israeli institutions that lend to repressive and illegal projects “helps perpetuate the cycle of violence.”

“Respect the UN”

ABP could follow the example set by another Dutch pension fund, BPL.

A list published by BPL for 2013 states that it has excluded the three aforementioned Israeli banks, along with Alstom and Veolia (the major player in the East Jerusalem tramway).

Gerard Roest, BPL’s chairman, told me that the decisions to exclude these firms were taken because the fund is guided by international standards on human rights. “The UN is a kind of world government and we should respect its decisions,” he said.

A UN fact finding mission on the Israeli occupation stated last year:

“A number of banks provide mortgage loans for home buyers and special loans for building projects in settlements. They also provide financial services to businesses in settlements and, in some cases, are physically present there.”

Richard Falk, a former UN special rapporteur for the West Bank and Gaza, has warned that “financial institutions and real estate companies may be held criminally accountable for their involvement with illegal settlements in occupied Palestine.”

Pension funds that keep on investing in Israel can be sure that they will come under pressure from people of conscience throughout the world. Support for war crimes will result in damage to their reputations.

 

The Case for Sanctions Against Israel

Ebook now available for download for free.

Leading international voices argue for boycott, divestment and sanctions against Israel.

In July 2011, Israel passed legislation outlawing the public support of boycott activities against the state, corporations, and settlements, adding a crackdown on free speech to its continuing blockade of Gaza and the expansion of illegal settlements.

Nonetheless, the campaign for boycott, divestment, and sanctions (BDS) continues to grow in strength within Israel and Palestine, as well as in Europe and the US.

This essential intervention considers all sides of the movement—including detailed comparisons with the South African experience—and contains contributions from both sides of the separation wall, along with a stellar list of international commentators.

With contributions by Ra’anan Alexandrowicz, Merav Amir, Hind Awwad, Mustafa Barghouthi, Omar Barghouti, Dalit Baum, Joel Beinin, John Berger, Angela Davis, Nada Elia, Marc H. Ellis, Noura Erakat, Neve Gordon, Ran Greenstein, Ronald Kasrils, Jamal Khader, Naomi Klein, Paul Laverty, Mark LeVine, David Lloyd, Ken Loach, Haneen Maikey, Rebecca O’Brien, Ilan Pappe, Jonathan Pollak, Laura Pulido, Lisa Taraki, Rebecca Vilkomerson, Michael Warschawski, and Slavoj Žižek

An association of US universities decided to boycott Israel education institutions 

The European Commission will boycott Israeli products from occupied Palestinian Territories on January 2014.

“If even one manager of an NGO expresses support for the boycott of Israel, or for divestment and sanctions, or the trial of Israeli soldiers in international military courts for war crimes, or opposes Israel’s status as a “Jewish state,” any donation made to that NGO by a “foreign entity” would be taxed at a rate of 45%.”

Quite ironic for those who consider Israel to be the ‘only democracy’ in the Middle East.

An association represented by more than 5,000 professors and researchers in the USA are protesting against the apartheid politics of Israel toward the Palestinians.

66% of the members of the American Studies Association (ASA) decided to boycott Israeli academic institutions.

The Association for Asian American Studies has taken this decision last April.

The French weekly Le Nouvel Observateur published this Dec. 16, 2013:

USA: une association d’universitaires décide de boycotter Israël

NEW YORK.

Une association regroupant plus de 5.000 professeurs et chercheurs américains a décidé de boycotter Israël pour protester contre la politique de l’Etat hébreu à l’égard des Palestiniens, une décision condamnée lundi par le Congrès juif mondial.

Ce boycott des institutions académiques israéliennes a été approuvé par 66.05% des 1.252 membres de l’American Studies Association (ASA) qui ont pris part au vote, précise sur son site celle qui se présente comme “la plus ancienne et la plus importante association consacrée à l’étude interdisciplinaire de l’histoire et la culture américaines”.

“La résolution adoptée est solidaire de tous les chercheurs et étudiants privés de leur liberté académique et aspire à accorder cette liberté à tous, y compris aux Palestiniens“, écrit l’ASA sur son site, évoquant aussi “la violation par Israël du droit international et de résolutions de l’ONU”.

Plusieurs organisations de ce type militent dans le monde pour un boycott académique d’Israël pour s’opposer à la politique de l’Etat hébreu.

L’ASA est la deuxième organisation académique américaine à adopter une telle position, après l’Association for Asian American Studies, qui avait pris une décision similaire en avril.

Le ministre israélien des Sciences et de la Technologie Yaakov Peri, cité par le site d’information Ynet, s’est élevé contre le vote des adhérents de l’ASA.

“La principale victime ici est la science internationale qui relie entre eux des gens de diverses ethnies, nationalités et obédiences politiques, et c’est ainsi qu’elle doit rester”, a regretté cet ancien patron du Shin Beth, le service de sécurité intérieure israélien.

“La décision (de l’ASA) ne fait pas la différence (…) entre une opinion politique et des travaux scientifiques”, a encore déploré M. Peri.

Ce vote “illustre l’antisémitisme (…) et la banqueroute morale de l’American Studies Association”, a réagi Ronald Lauder, président du Congrès juif mondial. L’ASA “jette l’opprobre sur l’Etat juif, le seul pays du Moyen-Orient qui partage les valeurs américaines? Il ne faut pas s’étonner que de nombreux Américains disent du monde universitaire qu’il est biaisé et déconnecté des réalités”, a-t-il poursuivi.

L’Association américaine des professeurs d’université, qui compte 48.000 membres, est, elle, opposée à tout boycott d’Israël.

Le boycott pour sauver Israël de sa politique

En juillet, Israël a réagi avec colère contre la décision de la Commission européenne stipulant qu’à dater du 1er janvier 2014, les pays membres de l’Union imposeraient un boycott des produits fabriqués dans les territoires occupés et n’autoriseraient plus le financement de projets scientifiques dans lesquels seraient impliqués des chercheurs ou des institutions liés aux colonies.

Les hommes politiques israéliens ont repris à cette occasion les clichés consacrés sur la mémoire historique de l’Europe dont ils déploraient la disparition ; on a pu entendre des allusions à peine voilées à la persistance d’un antisémitisme traditionnel ; des déclarations absurdes selon lesquelles Israël était tout à fait capable de se passer de la coopération technologique et scientifique de l’Europe ont été proférées. Puis, sans surprise, le gouvernement israélien a accepté de se plier aux conditions imposées par la Commission.

L’idée d’imposer un boycott a toujours été considérée comme une question délicate par de nombreux juifs.

Il est vrai que l’histoire juive ne manque pas d’exemples où ils ont été les victimes d’un boycott antisémite.

Pourtant, en mars 1933, une organisation juive n’a pas hésité à se rallier à l’idée de boycott.

Moins de deux mois s’étaient écoulés depuis l’accession de Hitler au pouvoir en Allemagne et l’antisémitisme nazi menaçait l’existence même des Juifs dans ce pays. Lors d’une assemblée extraordinaire, les responsables juifs américains décidaient de boycotter tous les produits allemands importés aux Etats-Unis. Le rabbin libéral, Stephen Samuel Wise, qui dirigeait alors le Congrès juif américain, déclara lors de cette réunion : «L’époque de la modération et de la prudence est terminée. Nous devons faire entendre notre voix en tant qu’êtres humains […]. Cette attaque n’est pas dirigée contre les Juifs d’Allemagne, mais contre l’ensemble du peuple juif

Ce sentiment d’urgence n’est pas ressenti aujourd’hui par les dirigeants juifs libéraux dans le monde. Ils sont bien conscients pourtant de la dégradation rapide d’Israël qui se transforme progressivement en pays d’apartheid. Ils ont lu toutes les informations concernant les crimes de guerre commis par les colons dans les Territoires et même, parfois, par les soldats de Tsahal. Or, leur silence est assourdissant.

Certes, aux Etats-Unis comme en Europe de nouvelles organisations ont été créées, qui ne ménagent pas leurs critiques à l’encontre de la politique israélienne – comme J Street et J Call. Mais dans leurs critiques, elles n’osent pas aller au-delà de certaines limites ; elles dénoncent, mais n’envisageraient pas d’agir contre les méfaits dénoncés. Elles se plient ainsi à une tradition bien ancrée dans les judaïcités de la diaspora selon laquelle, seuls les citoyens de l’Etat juif auraient le droit d’intervenir dans les décisions qui engagent son avenir et son destin.

Or, malheureusement, trop nombreux sont les citoyens israéliens indifférents au développement des courants racistes qui visent les Palestiniens ou les réfugiés venus d’Afrique.

Des hommes politiques et des rabbins extrémistes ne se privent pas pour prononcer contre eux des discours ouvertement haineux, usant d’une terminologie qui rappelle les slogans antisémites de l’Europe des années 30.

Les constructions dans les colonies, la réquisition des terres et les spoliations, l’emprisonnement et l’expulsion sans procès de réfugiés africains ainsi que la brutalité des colons sont avalisés par le gouvernement israélien. Cela ne l’empêche pas de dénoncer, avec un cynisme à toute épreuve, toute initiative de la communauté internationale visant à imposer un boycott des colonies dans les Territoires occupés.

Il s’agit là pourtant d’un boycott parfaitement justifié du point de vue politique autant que moral. Il faut boycotter, bannir et poursuivre en justice les colonies et tous ceux qui commettent des crimes de guerre dans les Territoires occupés. Or, la seule voix juive qui se fait clairement entendre hors d’Israël est celle des groupes religieux extrémistes et racistes qui expriment leur soutien à la violence exercée à l’encontre des Palestiniens et à la séparation raciale en Israël. Le silence des dirigeants juifs humanistes de par le monde devient incompréhensible.

Si le judaïsme humaniste – confiant en la possibilité d’une coexistence pacifique entre deux Etats, Israël et Palestine – a renoncé à cet idéal, qu’il se taise n’a rien d’étonnant. Mais si l’idéal d’un Etat juif tolérant, humaniste et pacifique revêt quelque importance à ses yeux, il ne peut se fier aux seuls Israéliens.

L’appel du rabbin Wise en 1933 garde toute son actualité et c’est l’avenir du peuple juif qui est en jeu.

Après plus de 45 ans d’occupation pendant lesquelles Israël a exercé sa domination sur un autre peuple, le cancer raciste a pénétré dans les couches profondes de la société israélienne. Les judaïcités du monde doivent aider Israël à s’en délivrer. Il s’agit là, de toute évidence, d’une opération douloureuse. Cela nécessite un soutien actif au boycott des colonies racistes dans les Territoires occupés qui transforment Israël en un pays d’apartheid ; cela signifie le refus absolu de coopérer avec toux ceux qui sont liés au maintien des colonies : qu’ils soient ministre des Affaires étrangères ou chercheur, rabbin ou viticulteur.

Il ne faut négliger aucune action qui irait dans le sens d’une rupture claire entre le cœur d’Israël et les colonies dans les Territoires occupés. Les judaïcités de par le monde doivent assumer la mission que la génération actuelle leur impose : boycotter tout ce ou ceux qui ont un rapport avec les colonies et tenter ainsi de sauver Israël de sa politique.

Daniel BLATMAN professeur d’histoire contemporaine à l’université hébraïque de Jerusalem


adonis49

adonis49

adonis49

June 2020
M T W T F S S
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

Blog Stats

  • 1,387,029 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 734 other followers

%d bloggers like this: