Adonis Diaries

Posts Tagged ‘Écrivain

Beirut is a moving fair: French author Katherine Pancol

Jean C. El Dahdah shared this link. February 19, 2016

Beyrouth est une fête…

Katherine Pancol. Écrivain

Ça y est! Je reprends goût à la vie! Alors, que vous raconter?

Que le Liban est une bouteille de champagne posée sur un volcan et qu’à Beyrouth, la fête est perpétuelle, frénétique comme une avance que les habitants prennent sur la vie et le prochain conflit…

Les Libanais sont les gens les plus accueillants, les plus affectueux, les plus gais, les plus entreprenants, les plus insouciants, les plus généreux du monde.

La vie, ils l’inventent à chaque minute de peur qu’on ne la leur confisque.

Ils ont cette intuition terrible: la guerre peut surgir n’importe quand, alors vivons pleinement, aimons, dansons, buvons du café noir, du café blanc, fumons de longs narguilés, ouvrons des boutiques, des restaurants, construisons, traînons dans les rues, faisons des carnavals, inventons, célébrons, oublions les feux rouges, l’interdiction de fumer, vivons, vivons, vivons…

Beyrouth est une fête.

Ils ne savent pas d’où le danger va surgir pour leur tomber sur la tête. Le Liban est une immense boîte à lettres où chaque pays voisin fait passer un message en posant des bombes, en assassinant, en écharpant…

Ce ne sont pas les Libanais qui font la guerre, ce sont les pays autour qui se font la guerre via le Liban.

J’étais allée au Liban une première fois, il y a douze ans. Le pays était alors en pleine reconstruction… après une guerre.

Des gratte-ciel surgissaient au milieu des décombres, des camions déblayaient des tonnes de gravats, les façades étaient criblées de balles, on apercevait, béants au soleil, des bouts de cuisine, de salle de bains, de chambre à coucher, la poussière s’élevait en gros nuages gris qui montaient vers un ciel toujours bleu… et les voitures klaxonnaient, klaxonnaient!

J’avais déjà été frappée par l’énergie qui vibrait dans l’air. On pouvait la saisir à pleines mains et en faire des éclairs.

Douze ans après (et après bien d’autres guerres!), Beyrouth est toujours debout, les buildings en verre lèchent le ciel, des rues montent et descendent comme à San Francisco délimitant un vieux quartier et des quartiers de luxe, des quartiers d’affaires, des rues du soir, des rues de la nuit, des rues qui grouillent, grouillent.

Tout le monde se mélange à Beyrouth et, semble t-il, dans la bonne humeur…

C’est une impression, je ne suis pas restée assez longtemps, mais je n’ai ressenti aucune tension entre les différentes communautés. Il y a des femmes en mini-jupes et des femmes voilées, des hommes en djellaba et d’autres en costume cravate et tout le monde vit ensemble.

J’ai couru au Musée de Beyrouth voir les statuettes des guerriers phéniciens…

De longues et minces silhouettes semblables à des Giacometti.

J’ai appris à traverser les rues en étendant le bras, en joignant les mains, en cambrant les reins tel le torero face au noir taureau dans l’arène, en suppliant qu’on ne m’écrase pas!

Il faut ployer, sautiller, frôler la tôle, feinter et passer… pour rejoindre des trottoirs qui font office de garde-meubles, garages, dernier salon où l’on cause.

J’ai compris que les feux rouges sont faits pour être brûlés, sauf les “importants” où l’on consent à s’arrêter, les cigarettes à griller dans tous les restaurants et la vitesse à être constamment dépassée…

J’ai bu du café turc sur la Corniche au bord de la mer. On était en novembre, il faisait 28 ° et la mer me chatouillait les pieds.

J’ai marché dans les rues avec Rachid El Daif, un auteur libanais qui a écrit un très bon roman paru chez Actes Sud, “Qu’elle aille au diable, Meryl Streep!”, et nous sommes allés nous poser dans les jardins du café Al Rawda…

J’ai parlé avec Tania, éditrice, qui se bat pour sauver les vieilles maisons de Beyrouth de la convoitise des spéculateurs immobiliers, avec Katya qui peint, j’ai déjeuné au People avec Dédy, un ami tombé dans les livres quand il était petit, dîné avec Émile, libraire chez Virgin, j’ai été invitée partout, partout et chaque fois, reçue les bras grands ouverts et la gourmandise aux lèvres.

Les Libanais sont curieux, raffinés, cosmopolites.

Ils commencent une phrase en arabe, la truffent de mots anglais et français, parlent avec les cheveux, les mains, les yeux…

Le soir de mon arrivée, j’ai dîné à la même table avec des Libanais de toutes familles: des chrétiens, des musulmans, des chiites, des sunnites, des maronites, des druzes, des catholiques, des orthodoxes, des riches, des pauvres, des bons vivants, des austères, des grands, des petits, et ils parlaient tous sans s’écharper.

De la Palestine et d’Israël, des USA et de l’Arabie Saoudite et pas une minute, ils n’en sont venus aux mains! J’imaginais le même dîner en France…

Je suis allée avec Dédy à Saïda visiter un vieux palais, le palais Debbané, niché en plein souk, une ancienne maison familiale où une pièce entière est dévolue à de gigantesques volières disposées de chaque coté et j’ai imaginé des concerts d’oiseaux en stéréo!

Nous avons visité le musée du savon Audi, toujours dans le souk, une résidence magnifique où l’on déroule pour vous toute l’histoire de la fabrication du savon… et un caravansérail, construit par des Français au moment des Croisades.

Sur la terrasse d’un restaurant face au Château des Croisés qui s’avance dans la mer, j’ai pensé à Joséphine et au XII ème siècle! Elle me racontait des histoires de Croisés qui ont fait souche, de Croisés qui ont péri, de Croisés qui ont pillé, de Croisés qui ont construit et je l’écoutais, ébahie. Toutes les notes que j’avais prises pour les recherches de Joséphine revenaient et se mélangeaient aux images de Saïda et de la forteresse…

Au retour, nous nous sommes arrêtés dans une orangeraie et une femme a pressé des oranges, des pamplemousses, des mandarines et des citrons rien que pour nous. Il y avait des jouets d’enfants répandus sous une tonnelle, du linge qui séchait, des figues ventrues, un vieux jardinier, des arbres ployaient sous les fruits, des rigoles irriguaient le pied des arbres… Le temps s’est arrêté. On se parlait avec les mains, avec les yeux et c’était délicieux…

Vous avez compris, j’ai aimé le Liban. Beaucoup, beaucoup. C’est un pays de lumière où la vie pétille et chante… une belle leçon de courage et de bonne humeur!

Note: You are a visitor Katheirne and from a western country to boot it. Don’t be fouled by the sincerity and welcoming attitudes.

In any case, you didn’t stay long enough to discover Lebanon and the people on your own. The Lebanese have changed for the worst in all aspects.


adonis49

adonis49

adonis49

September 2021
M T W T F S S
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930  

Blog Stats

  • 1,480,136 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 810 other followers

%d bloggers like this: