Adonis Diaries

Posts Tagged ‘Henry de Montherlant

How the wife turns you to sheep?
Note: Actually, I am currently reading “Ayez pitie’ des jeunes filles” (Have pity for the women) by the same author Henry de Montherlant. I will note a few of his sentences and opinions. He seems to write what he thinks aloud. (Sentences in parenthesis are mine, as usual)
Just For Fun

« La glande d’hippogriffe, injectée à un homme vigoureux, lui donne une faiblesse d’agneau. À force d’ennuyer un homme, de le bourrer de soucis, de responsabilités, d’obligations, de scrupules, de décisions à prendre, de retours sur lui-même, on peut arriver à l’ahurir et à le ronger tellement, qu’il n’oppose plus de résistance à une volonté, même quand il la connaît mauvaise.

Les femmes le savent, et c’est pourquoi, introduire une femme quelque part, c’est y introduire le casse-tête : comme les navires de guerre, elles progressent derrière les fumées qu’elles répandent. »

(Pas toutes les femmes quand meme: a considerer le charactere du mari. En tout cas, puisque la sante’ des femme est plus corriace, ca ne nuit pas d’essayer toujours)

Henry de Montherlant – Série Les jeunes filles, tome 4: Les lépreuses

Apparemment, il y a une verite’ pour les vivanrs et une autre pour les moribonds. (Et pourtant, ils mentent tous)

Est-ce folie de se contraindre sans avoir de fortes raisons? (Comme qu’elles raisons?)

Que tout ce qu’ il y a de bien nait par la contrainte volontaire? Une humanite’ qui essaye de justifier ses sueurs (et ses peines pour survivre).

N’ espere pas garder un peu de tenue dans l’agonie: (c’est un ridicule heroique d’une personne franche).

Ne pensez pas a faire de mots historique a l’agonie: (l’histoire est fausse)

Les religions qui vous force a croire en un seul Dieu sont inferieures aux hautes philosophies paiennes.

C’ est un peu trop de survivre pour vouloir savoir tout ce qu’ il entre de mensonge, de calcul, de lassitude, de charite’ dans un “amour” qu’on temoigne.

La souffrance qui se paye en cette vie (injustice sociale) et qui n’est pas prevue dans une vie de l’au-dela, (cette souffrance est-elle le fait d’un imbecile? Comme d’accepter une souffrance une victoire de la volonte’?)

Peut-on ressentir indifferement les sentiments humaines? (Seulement ces sentiments qui ne nous passionnent pas? Mais, quel sentiment peut me passionner?)

Il pouvait la rendre folle de douleur; il lui etait egal de la rendre folle de joie: elle l’avait bien merite’

Prouver aux mecreants qu’ils sont seulement des desespere’? (Le devoir du pretre qui a la fonction d’entendre et d’absoudre les confessions).

Une femme malheureuse veut convaincre l’homme qu’elle aime que lui aussi est malheureux? La maternelle consolation? Surtout quand le bonheur,  l’homme ne le tire pas d’elle? (Quoi, le restaurant fait une cuisine meilleure? Ses copains aiment mieux a boire ensemble?)

“Les charmes de l’horreur n’ enivrent que les forts?”

Advertisements

The woman is made to, made for, made from…? And the young girls

La femme est faite pour un homme, l’homme est fait pour la vie, et notamment pour toutes les femmes.
La femme est faite pour être arrivée, et rivée ; l’homme est fait pour entreprendre, et se détacher :

elle commence à aimer, quand, lui, il a fini ; on parle d’allumeuse, que ne parle-t-on plus souvent d’allumeurs !

L’homme prend et rejette ; la femme se donne, et on ne reprend pas, ou reprend mal, ce qu’on a une fois donné.

La femme croit que l’amour peut tout, non seulement le sien, mais celui que l’homme lui porte, qu’elle s’exagère toujours ; elle prétend avec éloquence que l’amour n’a pas de limites ;

l’homme voit les limites de l’amour, de celui que la femme a pour lui, et de celui qu’il a pour elle, dont il connait toute la pauvreté.

Henry de Montherlant / Les jeunes filles

On a beau s’ingénier, l’amour n’est pas varié ; il se présente toujours de la même façon : on en peut suivre aisément chaque période et chaque manifestation successive, depuis le début toujours pareil jusqu’au dénouement toujours le même.

Les sensuels s’efforcent de le travailler, de le raffiner, de le compliquer, de le parfaire, ils ne trouvent rien de nouveau ;

et, dans la pratique, un collégien préparant son bachot en sait autant qu’un vieux sénateur goutteux ou qu’un académicien galant blanchi dans les aventures.

Maupassant dans ses Chroniques

Note: It is Women Day. And the rhetoric is for equal pay for equal skilled work. And be equally politically represented in all political and administrative organizations and institutions.


adonis49

adonis49

adonis49

October 2019
M T W T F S S
« Sep    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 1,345,632 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 690 other followers

Advertisements
%d bloggers like this: