Adonis Diaries

Posts Tagged ‘Inanna

Minorities coloring new maps?

The Epic “Enmerkar and the Ruler of Aratta”

Note: Although the term and notion of Nation is a new fabricated idea, many minorities have jumped to the occasion to wrap themselves with aggrandized entity, going as far back as 5,000 years. They colored new maps with vast swath of lands and attributed them to their “people”. In periods where the most that was done was establishing “city-states” commensurate to feasibility of governance.

Ovig Vartabedian shared this link that I consider a representative example: Ovig believes that the colored Aratta is the ancient Armenia of current Turkey.

In front of me lies a clay tablet. Approximately 4000 years ago, an unknown Sumerian scribe inscribed cuneiform signs on it. The tablet is square, 23 x 23 cm, that is, measures less than a usual sheet of paper for a typewriter.

However, the scribe divided this tablet into twelve columns and contrived to fit more than 600 lines of a heroic poem. This poem can be called “Enmerkar and the ruler of Aratta.

Although the events described occurred almost five millennia ago, the poem sounds surprisingly modern, for it describes an international conflict that vividly recalls some of the techniques of “politics from a position of strength.”

***

Once Enmerkar, “chosen by the bright heart of Inanna,” appealed with a plea to “his mistress, the good lady”:

“My sister Inanna! Make the people of Aratta
Start artfully crafting gold and silver for Uruk and
Bring noble lapis lazuli extracted from the rocks,
So I can sit in one of these museums, in the museum of the Ancient East.”

With these treasures, the inhabitants of Aratta should have decorated the sacred temple that Inanna “chose as her home” and where Enmerkar would pray to his goddess:

“Let Aratta submit to Uruk.
Let the inhabitants of Aratta
Bring mountain stones from their heights,
So that they build a great temple, a great sanctuary.
A great sanctuary, the sanctuary of the gods,
Where they will be forced to recognize my divine laws in Kullab…”

The treasures of Aratta were needed not only to glorify Inanna. Enmerkar intended to decorate Abzu, the sacred temple of god Enki in Eredu, with precious stones for it to shine “like a bright mountain.”

Enmerkar’s intentions were noble and pleasing to the gods. After all, he wanted to subdue Aratta, which was rich in construction stone and all kinds of metals, only for the sake of the gods’ good and glory.

After listening to Enmerkar’s words, Inanna told him to follow her advice and send a wise and eloquent messenger to Aratta with “the great words of wise Inanna as an order!”

She promised Enmerkar that the people of Aratta would kneel before him, her royal brother.

Enmerkar chose a suitable messenger and passed him the prophetic words of the divine Inanna. He ordered him to pass mountains and roads leading to Aratta and repeat Inanna’s words full of threats and spells.

The emissary of Enmerkar set out on his journey and strictly followed all orders of his master, which he had received from the goddess Inanna.

“Intimidated by the might of the great mountains,
He walked along the road, trampling over the ashes.
He overcame five ridges, six ridges, seven ridges.
He looked up and approached Aratta
And joyfully entered the square of its royal palace.
He glorified the power of his king
And respectfully conveyed the words that were in his heart.”

 Here is what Enmerkar’s messenger said to the ruler of Aratta:

“Your father, my king, sent me to you,
Lord of Uruk, lord of Kullaba, sent me to you.”

After such a lofty answer to the question of the ruler of Aratta about the purpose of his arrival, the messenger of Enmerkar described the power of his master.

He called him “the great dragon of Sumer”, “a ram, whose royal power reaches the fortresses of a mountainous country.” Describing in detail the greatness and power of Enmerkar, the messenger expounded the essence of his message:

“I will put the inhabitants of this city to flight.
They will fly away like birds leaving their tree.
I will put them to flight, and they will fly away like birds fly to another nest.
I will empty Aratta.
I will destroy the city without mercy…”

Having pronounced these threats, the messenger conveyed the demand of Enmerkar, which was to obey Uruk and pay tribute.

However, the ruler of Aratta also declared himself the favorite of Inanna and said that Saint Inanna, the “queen of the heavens and the earth”, “the mistress of all divine laws,” patronized Aratta.

So he refused to yield to Enmerkar.

Then, the messenger unveiled that it had been Inanna who had promised Enmerkar domination over Aratta.

“The ruler was depressed and grieved deeply.
He did not know what to answer.
He searched for a reply for a long time.
He then looked at his feet with a darkened look and found the answer. “

***

Damaged in some places, the text on the plate makes it difficult to understand some spots that clearly contradict each other. In one section, the ruler of Aratta proposes to solve the issue by dueling two soldiers representing their countries. In another, he is ready to submit to Enmerkar, since Inanna deprived him of her mercy, “took back her word”, but on condition that Enmerkar sends him grain.

“Having listened to the answer of his messenger and having performed a series of magical rites, Enmerkar asked the goddess of wisdom, “omniscient Nidabe”, for help and advice. Then, he loaded animals with grain and sent them through seven mountains.

The caravan was led by the envoy of Enmerkar, who was commissioned to deliver a speech glorifying Enmerkar’s power and demand carnelian and lapis lazuli from the ruler of Aratta”.

From this and the next fragment of the poem, it appears that (if we correctly understand the text) in the second and third trip, the messenger was carrying a tablet with the demands of his king rather than a verbal order.

“The ruler of Aratta received the messenger in the square in front of his palace. The people of Aratta, delighted by the fact that they had received grain, agreed to give Emmerkar carnelian and instructed their elders to build a temple for him.

However, the ruler of Aratta objected. In turn, proclaiming his own power and glory, he put exactly the same conditions with the same words from the message of Enmerkar, that is, demanded carnelian and lapis lazuli.

Upon learning this, Enmekar again turned to the gods and various oracles for advice and performed all sorts of magical rites.

Then, the king of Uruk sent the third envoy to Aratta.

However, instead of an answer, he handed him his scepter. The sight of this symbol of power for some reason caused the ruler of Aratta to tremble.

Terrified, the ruler of Aratta consulted with his shatamm (adviser) and bitterly complained about the plight in which Inanna’s disgrace had set his city.

Nevertheless, although he was at first inclined to fulfill Enmerkar’s demands, later, for reasons unknown to us, he changed his mind and again suggested one of Enmerkar’s people to face his “man”. Thus, “it would become clear who was stronger”.

In response, Enmerkar sent his forth envoy to Aratta. He accepted the challenge of the ruler of Aratta but continued to demand gold, silver, and precious stones for the temple of the goddess Inanna. Otherwise, he threatened to raze Aratta.”

At this point, we find the second mention of some unknown record. As the researchers believe, Enmekar, fearing that his messenger would not be able to repeat the long a message, handed him a tablet with text.

“While the messenger waited for the answer of the ruler of Aratta, the Sumerian god of rain and thunderstorms Ishkur brought wild wheat and some other grains to Aratta.

At the sight of the wheat, the sorrowful ruler of Aratta cheered up and said that Inanna hadn’t turned away from Aratta and “hadn’t left her house of lapis lazuli.”

Because of lapses in this part of the epic and especially because of the damage to the next, it is impossible to understand the further course of events, which resulted in the people of Aratta granting gold, silver, and lapis lazuli to Inanna and bringing it all to the courtyard of the temple of the goddess in Uruk.

Excerpts from the book Belitsky Marian – “Sumerians. The Forgotten World … ” – in Russian
Excerpts Kramer Samuel – “The story begins in Sumer …” – in Russian

Note: Kingdom of Sumer is the oldest civilization in Middle-East (4,000 BC) known by archaeologists who decoded its writing. Its theology, traditions and customs spread and were adopted by the successive kingdom in the region.

Advertisements

 

The Veil is neither Islamic, Arabic, or Christian…

“Women can wear what they want. Only prostitute must wear the burqa” The next day, no woman in Turkey wore the veil or the burqa

In ancient times, only slave women were forbidden to wear any veil, or they were severely punished.

Ironically, the veil or woman hair is never mentioned in the Coran : They are  explicitly mentioned at great length in the Bible and Christian scripture.

BY Hannibal GENSERIC – 

La dénomination « voile islamique » suggère explicitement que le port du voile est une prescription de la religion musulmane, alors que, d’une part, il ne semble pas s’imposer dans toutes les communautés musulmanes, et que, d’autre part, il a existé et il existe encore dans des communautés non musulmanes.

Le voile féminin a une longue histoire qui date de plusieurs millénaires avant l’Islam.

La première preuve textuelle du port du voile vient de la Mésopotamie, où le culte de la déesse Ishtar était associé avec la prostitution sacrée.

Ishtar est représentée voilée. Dans un hymne, l’Exaltation d’Inanna (nom sumérien donné à Ishtar), écrit vers 2300 avant J.C. par le grand prêtre du dieu de la Lune à Ur, cette déesse est appelée hiérodule (prostituée sacrée) d’An ( le plus ancien dieu des Sumériens).

Le premier document légal qui mentionne les prostituées sacrées, ou hiérodules, est le Code d’Hammourabi, qui date de 1730 av. J.-C.

Le code mentionne les fonctionnaires du culte.

À Sumer, la hiérodule à la tête des servantes du culte, est appelée l’épouse ou la sœur du dieu. Elle avait sa maison attitrée et elle était protégée contre les atteintes aux mœurs de la même manière que les femmes mariées, en se couvrant d’un voile.

Par la prostitution sacrée, la puissance de la fertilité de la déesse est transférée au roi. Celui-ci était regardé en Mésopotamie comme garant de la fertilité du pays et de son peuple, et en général de la prospérité et du bien-être du royaume.

Chaque année au nouvel an, le souverain était tenu « d’épouser » l’une des prêtresses d’Inanna, afin d’assurer la fertilité des terres et la fécondité des femelles.

Chez les anciens sémites, ancêtres des Cananéens, des Phéniciens, des Hébreux et des Arabes, des milliers d’années avant l’Islam, on avait déjà imposé le voile aux femmes pour se couvrir les cheveux. En effet, les anciens sémites considéraient la chevelure de la femme comme le reflet de la toison du pubis. (How about the hair surrounding our penis?)

Si le voile des courtisanes et des danseuses est attesté au Proche-Orient ancien, il est cependant principalement un attribut de l’épousée et, à certaines époques, de la femme mariée.

La documentation du IIe millénaire av. J.-C. montre que dans les familles royales syriennes du xviie s. avant J.C, il est d’usage de poser un voile sur la tête de la « fiancée ».

La même pratique est décrite à Emar (une cité mésopotamienne située sur la rive de l’Euphrate dans le nord-ouest de l’actuelle Syrie), dans le rituel d’installation de la grande prêtresse au temple de Ba’al, dieu phénicien, qui constitue symboliquement un mariage avec la divinité : la femme sort de chez elle et « on couvre sa tête comme une épousée avec une écharpe bariolée provenant de la maison de son père » (D. Arnaud, Recherches au pays d’Aštata Emar VI.3, no 369 l. 63-64).

Dans la seconde moitié du IIe millénaire, le voile devient, en Assyrie, un signe distinctif des femmes mariées et plus largement des femmes honorables.

Le § 40 des Lois assyriennes décrit longuement les femmes qui peuvent se voiler en public (épouses, veuves, Assyriennes, filles de famille, concubines accompagnant leur maîtresse et prêtresses – qadištu mariées), et celles auxquelles ce privilège est interdit (célibataires, prostituées, esclaves).

Le port du voile est un devoir pour les premières mais non une obligation : aucune sanction n’est prévue contre elles si elles sortent nu-tête ; au contraire, les secondes sont punies de peines corporelles (bastonnade, essorillement c’est-à-dire action de leur couper les oreilles) et humiliantes (effusion de poix sur la tête de la prostituée).

La non dénonciation du port illicite du voile est passible de châtiments corporels semblables.

Le voile est ainsi, au moins dans les « statuts urbains » d’Assour, l’expression d’une discrimination juridique qui sert de base à un discours moralisant.

Le voile dans la tradition juive 

La tradition du voile s’observe aussi dans la Bible, comme en témoigne l’histoire de Rebecca (Genèse 24), qui, mariée à distance à Isaac par un serviteur d’Abraham mandaté pour cela, se couvre de son voile dès qu’elle aperçoit son mari.

La tradition juive a longtemps considéré qu’une femme devait se couvrir les cheveux en signe de modestie devant les hommes.

Selon Dr Menahem M. Brayer (Professeur de Littérature Biblique à l’Université Yeshiva de New York) dans son livre  »The Jewish woman in Rabbinic literature’‘, plusieurs siècles avant J.C., les femmes juives avaient pour habitude de sortir en public avec une couverture sur la tête et, souvent, ne laissaient paraître qu’un œil libre pour pouvoir marcher dans la rue.

Il rapporte quelques citations d’anciens rabbins réputés, “ce n’est pas bien pour les filles d »Israël de sortir avec les têtes dévoilées” et “Maudit soit l’homme qui laisse les cheveux de son épouse être vus, une femme qui expose ses cheveux apporte la pauvreté.”

La loi rabbinique interdit la récitation de bénédictions ou les prières en présence d’une femme mariée tête nue ; car le dévoilement des cheveux de la femme est assimilé à la nudité.

Aujourd’hui, la plupart des femmes juives pieuses ne se couvrent pas les cheveux, sauf dans la synagogue.

Chez les intégristes juifs, comme la secte hassidique, les femmes continuent à se voiler les cheveux ou à porter une perruque pour cacher leurs cheveux.

Aujourd’hui, des femmes juives sont voilées à Tel-Aviv

La « frumka » est une tenue vestimentaire adoptée ou imposée à certaines femmes juives par des groupes ultra-orthodoxes regroupé sous le terme de « Haredim ». Elles ont l’obligation de porter un voile et un large manteau masquant tout leur corps et sont interdites de maquillage ainsi que de téléphone cellulaire… en public.

Ceci afin de préserver le statut et le respect des femmes pour elles-mêmes en application des enseignements de la religion juive, qui appelle au respect de la moralité et à la décence….

Le voile dans la tradition chrétienne

Chez les chrétiens, c’est Saint Paul qui, le premier, a imposé le voile aux femmes. Dans l’épître aux Corinthiens, il écrit « Toute femme qui prie ou parle sous l’inspiration de Dieu sans voile sur la tête commet une faute comme si elle avait la tête rasée. Si donc une femme ne porte pas de voile, qu’elle se tonde ou plutôt qu’elle mette un voile, puisque c’est une faute pour une femme d’avoir les cheveux tondus ou rasésL’homme ne doit pas se voiler la tête, il est l’image et la gloire de Dieu mais la femme est la gloire de l’homme car ce n’est pas l’homme qui a été tiré de la femme, mais la femme de l’homme et l’homme n’a pas été créé pour la femme, mais la femme pour l’homme. Voilà pourquoi la femme doit porter la marque de sa dépendance ».

Saint Tertullien, dans son traité réputé « Sur le fait de Voiler de Vierges », a écrit : “Jeunes femmes, vous portez vos voiles dans les rues, donc vous devriez les porter dans l’église, vous les portez quand vous êtes parmi les étrangers, portez- les aussi parmi vos frères”. Dans le droit canon de l’Église catholique aujourd’hui, il y a une loi qui exige des femmes de couvrir leurs têtes dans l’église. La raison pour le voile, pour les chefs de l’Église, est que “la couverture de la tête est un symbole de la soumission de la femme à l’homme et à Dieu” : la même logique présentée par Saint Paul dans le Nouveau Testament.

Certaines sectes chrétiennes, comme les Amish et les Mennonites, gardent leurs femmes voilées de nos jours.

Que dit le Coran sur le voile

« Que dit le Coran sur le voile ? Rien. Mais strictement rien.

Nulle part, il n’est question de la tête de la femme. Le mot « cheveux » (sha’ar, شعر) n’y existe tout simplement pas.

Dieu ne dit ni de les couvrir ni de les découvrir. Ce n’est pas Sa préoccupation principale, et Il ne fit pas descendre le Coran pour apprendre aux gens comment se vêtir. Le terme ash’âr, اشعار  pluriel de sha’ar, n’y intervient qu’une seule fois (XVI : 80) pour désigner le poil de certains animaux domestiques. Rien, donc, dans le Coran, ne dit aux femmes explicitement de se couvrir les cheveux« . Mohamed Talbi (*)

Rappelons ici que c’est le Calife Omar Ibn Al Khattab, qui avait imposé le port du voile à toutes les femmes musulmanes de son époque et en avait interdit le port aux esclaves.

Ce Calife « bien guidé » faisait fouetter toutes les esclaves qui « osaient » arborer le voile ou se « permettaient » de se couvrir la tête.

En agissant ainsi, ce calife ne fait donc qu’imposer une tradition non seulement païenne mais, en plus, anté islamique : c’était celle des Assyriens, datant de 2.000 ans avant l’Islam ! Il nous rappelle le Mollah Omar, grand chef des Talibans afghans de triste réputation.

Conclusions

La burqa, selon le spécialiste de l’Islam et politologue français Olivier Roy, est une invention récente du mouvement intégriste wahhabiste dans les pays du Golfe et au Pakistan. Le niqab et la burqa, , ces deux « linceuls pour femmes vivantes », n’ont jamais existé au Maghreb, jusqu’à une époque récente.

Niqab et burqa sont les archétypes de ce qu’il y a de pire honte imposée aux femmes.

En effet,

  • quiconque accepte qu’un visage soit couvert nie l’humanité de l’autre.
  • Quiconque accepte de côtoyer un être vivant, entièrement recouvert, emballé comme un sac, intégralement masqué, et donc sans aucune identité visible, se fait, qu’il le veuille ou non, le collaborateur de cette vile et insupportable négation.

Qui, en effet, se cache depuis toujours le visage ?

  • Les bourreaux, et les égorgeurs accomplissant leurs crimes.
  • Les kamikazes islamistes qui se dissimulent dans la foule pour accomplir leur forfait ;
  • Les racistes du Ku Klux Klan.
  • Les esclaves perdus des tristes comédies sadomasochistes.
  • Les pénitents de rituels médiévaux,
  • Les voleurs, braqueurs, et autres hors-la-loi, pour qui l’anonymat est une seconde nature.
  • Sans parler des pédophiles et autres crapules sexuelles.

Il apparait donc clairement que :

  • Les premières apparitions du voile avaient pour but de cacher les prostituées aux yeux de la population, et de discriminer ainsi les prostituées des autres femmes. Les femmes « respectables » étaient celles qui n’étaient pas voilées.
  • Dans les traditions sémitiques et moyen orientales archaïques, bien avant l’apparition de l’Islam, le voile avait pour but de signifier l’appartenance et la soumission de la femme à l’homme : en premier lieu le mari (si elle est mariée), sinon son père, son frère, voire son oncle (si les autres sont décédés).
  • De tout temps et en tout lieu, les sectes intégristes de toutes les religions ont perpétué cette tradition archaïque.
  • Aujourd’hui, le voile a une signification politique et sectaire, il n’a rien à voir avec la religion musulmane.
  • Il est assez incroyable que les pays réputés démocratiques, comme la France, autorisent le voile (burqa, hijab, …) et interdisent le port de la croix gammée.

Mustapha Kemal Ataturk, président de la Turquie de 1923 à 1938, avait trouvé la bonne astuce en faisant voter une loi qui contredit tout simplement celle des Assyriens, du calife Omar et du mollah Omar :

« Avec effet immédiat, toutes les femmes turques ont le droit de se vêtir comme elles le désirent. Toutefois toutes les prostituées doivent porter la burqa. » Dès le lendemain, on ne voyait plus de burqa en Turquie.

Mais le monde musulman n’a pas tous les jours un Kemal Ataturk ou un Habib Bourguiba.

Aujourd’hui que la Turquie et la Tunisie, qui étaient socialement les pays les plus modernes du monde musulman, vivent sous des dictatures islamistes avec tout ce que cela comporte comme assassinats politiques et de procès d’inquisition, le monde musulman fait un formidable bond en arrière, encouragé en cela par un Occident obnubilé par l’odeur nauséabonde du gaz et du pétrole.

Pour s’en convaincre, il n’y qu’à voir avec quel empressement les présidents américain ou français, toute honte bue, s’aplatissent devant les rois arabes, les pires despotes des temps modernes.

Romy Assouad shared this link on FB.
Par Hannibal GENSERIC – La dénomination « voile islamique » suggère explicitement que le port du voile est une prescription de la religion musulmane
tunisiadaily.com

adonis49

adonis49

adonis49

October 2019
M T W T F S S
« Sep    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Blog Stats

  • 1,345,637 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 690 other followers

Advertisements
%d bloggers like this: