Adonis Diaries

Posts Tagged ‘Lebanese

Lebanese are “Clever Entrepreneurs”? Very funny, the ultimate in irony

Note: Re-edit of “Clever Entrepreneur my Ass”: Who is the Lebanese Entrepreneur? March 31, 2011″

As the State of Lebanon is experiencing total bankruptcy at all levels, government, Central Bank and many dozens of private banks for barely 4.3 million pseudo-citizens, we still keep hearing of “How come these clever entrepreneurs allowed Lebanon to reach this bottom in our financial/economic conditions?”

Clever Entrepreneur my Ass

I have worked with a few Lebanese companies, abroad and in Lebanon, and my impressions are negative.

“What is clever entrepreneur my ass” is my honest opinion of how I perceive the mentality of doing business in our culture.

In 1980, I worked with a Lebanese company in Nigeria; the company contracted out public civil works, like highways, deforestation and spreading asphalt on major roads.

I was supposed to be assisting the plant manager for maintaining and repairing heavy-duty equipment in a remote town.

The engineers were to wear high brown boots, the kinds that fascist wore, for discrimination reasons; and the boots have to be shining in this mud riddled camp, boots shined by an African helper.

Engineers were not supposed to socialize with workers and mechanics, even if they were Lebanese.

Consequently, going out with mechanics was frowned at, and management would sanction me and tell me that workers would refrain from respecting me and obeying my orders….

I was not even permitted to read to the mechanics the contents of the repair and maintenance manuals originating from the manufacturer:  Only the engineers and plant manager were to be the knowledgeable persons in the camp.

You had these mechanics who sincerely wanted to learn how to do their job right: they wanted to buy the proper tools and how they work, once they open their own shops back home.

Mechanics wanted knowledge and I translated to them from English into Arabic terms, even if the translation was Not that accurate, but they knew what I was conveying in knowledge.  Management hated what I was doing and scorned me.

For example, one night, robbers killed four Nigerian guards in our camp.

I never received any information whether management visited the bereaved families in the small village or if they paid compensation.  I was glad that I was repatriated shortly after this gruesome attack.

In Lebanon, I worked on a civil project, constructing a coastal hotel.

There were no safety guidelines at the workplace.  The Indonesian and Indian workers slept in the large open basement, and nobody was in charge of checking on the habitat or their well-being.  The workers favorite pastime was catching rats to fry them as delicacy.

A UN report stated that Chinese minorities in South-East Asia, white people in South Africa, and Lebanese in western Africa benefited most from the wealth generated by globalization and open markets in developing countries, particularly in tandem with multinational companies.

The African leaders who opted to cajole the ethnic majority ended up harassing, robbing, and pressuring Lebanese entrepreneurs out of the country, like in Sierra Leone and Liberia.

And obviously, Israel was behind the persecution of Lebanese entrepreneurs as most of the Presidential guards in African States are trained by Israel.

For example, the Lebanese in Ivory Coast are in big trouble.

It’s rumored that President Gbagbo, who hates to step down even if his country goes in flame, (as is the case of Gaddafi of Libya and Abdullah Saleh in Yemen), favors the Lebanese entrepreneurs.  Nothing wrong with that, unless…

There are strong rumors, supported by evidence, that Israel is rekindling the wrath against the Lebanese in Ivory Coast and Africa in general.  This is normal:  The Zionist apartheid State has this habit of transferring people and filling the void

Lebanese entrepreneurs in Lebanon proper produce to export.

The Lebanese citizens never enjoyed any quality products manufactured or produced in Lebanon:  They are all exported and the Lebanese merchants import third grade products, change the labels, and poison our citizens.

Good fresh fruits are immediately exported in waiting six and eight-wheelers to Arab countries such as Saudi Kingdom, Kuwait, and Jordan…The citizens have to contend with the spoiled and smaller categories of fruits…

Lebanon produced four times its need of olive oil:  They are all exported and the citizens have to consume the third grade leftover olive oil and import poisoned olive oil…

And you have this minister of industry encouraging the citizens to buy Lebanese manufactured products; where are those quality products?

Lebanon has a couple of pharmaceutical “factories”, producing aspirin…

For a couple of months, the citizens enjoyed low-cost aspirin-type of products.  And Aspirin vanished from local market:  The entire stocks were exported to Saudi Kingdom and the Lebanese had to contend with expensive imported aspirin that are no different than what we produced.

Syria manufactures 70% of its pharmaceutical needs and it is the Syrian government import only the expensive medicines that it does Not manufacture at bargain prices.

The Lebanese have no governments, we have been living in a pseudo-State since our Independence” in 1943.

The pseudo-citizens have to deal with the multitude of infamy and indignities on their own. We still have no public electricity, no potable water, no valid infrastructure, no public transportation, no one to listen to any demonstration and marches demands…

Who is the clever Lebanese Entrepreneur?  Clever my ass!

Lebanon is still standing because the immigrants are sending money to their families back home.  It turned out that 15% of our GDP is from transferred money, though 10% of these influx are re–invested overseas and nothing for any sustained money generation institutions within Lebanon.

The immigrants who made it, return just to build fancy palaces that stay empty, and then return to where they are making money.

Barely they overstay longer than two weeks:  The peacocks have more important things to do with their lives.

The Lebanese “Christian immigrants” never contemplate to return and stay in Lebanon:  They didn’t study and abused of their families’ money in order to return the favors in their old age parents.

The motto is “Let bygone be bygone” for every infamous events that occur among the tribal/feudal/sectarian Leaders.

From far away, they never miss an opportunity to cursing Lebanon and the Lebanese stupid mentality.

We have this youth movement demanding to change the political sectarian and feudal system.

What we need is a strong central government cracking down on these rascals of Lebanese entrepreneurs at home:  The scums of entrepreneurs are the backbone of our degraded political and social structure and the one encouraging discrimination and medieval mentalities.

You might say that it is the bourgeoisie that changed old systems:  Correct. Not in Lebanon or the Middle-East.

The new bourgois classes in the industrialized countries removed the feudal and sectarian classes from the control of the citizens and erected institutions with potential to raise the well-being of most of the citizens..

The so-called “bourgois classes” in Lebanon and the Middle-East live in total collaboration and in mesh with the feudal/sectarian classes and support them against the “common citizens” in Not constructing viable sustainable States for all the citizens.

The so-called “bourgois classes” in Lebanon and the Middle-East are the most racist and discriminatory classes at all levels, inside and outside the boundaries.

Are you insinuating that our entrepreneurs have anything to do with reforming Lebanon or caring one iota about Lebanon and its people?

Weird deformed entrepreneurs my ass with no national allegiance to the citizens well-being, dignity and aspirations.

Can we define most Lebanese as chatel “pseudo-citizens”?

Note: Re-edit of “A shitty people. Un peuple de mer(de)?June 28, 2017

Finally, an ired Lebanese woman blowing her top and describing our status “Nous sommes un peuple de mer(de)”

Mind you that what this article was written 3 years ago, before Corona pandemics and before our pseudo-State declared total bankruptcy at all levels: government, Central Bank and private banks...

Médéa AZOURI | OLJ

Un peuple minable. Un peuple composé de criminels, de voyous, de lâches, d’inconscients, des anarchistes, de fourbes.

Un peuple qui ne mérite pas son appartenance Libanaise (ou aucune autre appurtenance?).

Nous sommes un peuple indigne (de quoi? d’être citoyen?). Un peuple honteux.

Que nous sommes honteux. Nous, les complices de la République.

Complices de l’immense crime écologique qui a détruit à jamais nos côtes et notre mer.

Complices des crimes commis dans la rue par des ordures aux veines shootées, au cerveau atrophié, appuyés par des hommes véreux.

Nous sommes complices des bûcherons-bouchers qui abattent les arbres de nos forêts pour en faire des carrières.

Complices des hommes qui bafouent inlassablement les droits des femmes. Complices de tous ceux qui augmentent leurs prix allègrement C’est-à-dire tout le monde.

Complices des politiciens qui nous volent. Des députés qui s’auto prorogent un nouveau mandat. (Our parliament actually extended its tenure for another mandate on false excuses of security reasons)

Complices de ces meurtres insensés de notre pays, que nous commettons jour après jour.

Nous sommes nuls et abjects.

3 200 tonnes de déchets se déversent chaque jour dans la mer à Bourj Hammoud, Jdeidé et Dbayé, à la demande de notre ministre de l’Environnement.

Chaque p*** de jour. « Ah bon ? Yay quelle horreur, c’est inadmissible. Il faut faire quelque chose… Mais dis-moi, tu vas à Anfeh demain ? Il paraît que c’est propre là-bas. »

L’aveuglement à son paroxysme.

Nouvelle loi électorale, prorogation d’une année, cartes magnétiques à 35 millions de dollars. « Ma32oul ! Ce n’est pas permis. On n’a pas besoin de ces cartes, ce sont les mêmes qui vont revenir. Ils ne savent plus quoi faire pour continuer à piller le pays… Dakhlak, tu vas voter pour qui ? » La connerie à l’état pur.

Augmentation des prix.

Des prix hallucinants pour tout. Les restaurants, la bouffe, les bars, les plages, les fringues, les cafés, les billets d’avion, internet, les forfaits de mobile. « Tu te rends compte que ma journée à la plage en Grèce – aller-retour en bateau, location des transats, espressos, cafés frappés, petites bouteilles d’eau, Caïpirinha sous le parasol, déjeuner – m’a coûté le prix de l’entrée de n’importe quelle plage au Liban. Si ce n’est moins… L’été prochain, je vais deux mois à Mykonos, Skiathos, Sifnos, Poros… » Bref, partout où ça finit en os.

Le mépris dans toute sa splendeur. (Someone told me that renting a condo in Tyr cost $250 per day, just to enjoy the beach)

L’électricité sera enfin donnée 24h/24 et les prix vont probablement augmenter. « Yi, c’est génial. » C’est vrai que c’est extraordinaire que l’un des services fondamentaux auxquels un citoyen (qui paye ses impôts, aussi minimes soient-ils) puisse accéder soit enfin disponible 24 heures sur 24.

C’est donc normal que ça soit plus cher. La bêtise comme on n’en fait plus. Roy Hamouche meurt assassiné, d’une balle dans la tête, logée par un monstre, après une altercation routière.

Le parquet requiert des poursuites contre les meurtriers présumés, et le crime ne restera pas impuni. « Walla, c’est bien. » Bien ? Bien de condamner un meurtrier ? C’est normal, bordel, de condamner un meurtrier. D’ailleurs, a-t-on appris quelque chose de nouveau sur l’affaire depuis le 15 juin ? La naïveté à son summum.

Un mec nous insulte alors qu’il est en sens interdit, on klaxonne, rouspète et on cède le chemin. On ne sait jamais, peut-être qu’il a une arme.

On paye 300 dollars une salade, une viande et un verre de vin. Légitime, c’est un Black Angus Premium élevé dans les pâturages d’Aberdeen, croisé avec un Wagyu de Fujiyoshi et ramené à Beyrouth par DHL… « Je te jure, c’est le meilleur resto du Liban. »

Mais bien sûr. À New York, c’est combien ? Et à Tokyo ? Tokyo, où si l’on y passe ses vacances, coûterait moins cher qu’un week-end dans le Chouf.

Et la plage à 125$ la journée, pour nager dans une piscine chaude (la mer étant impraticable, à moins qu’on ait des pulsions suicidaires), s’éclater les tympans sur de la très mauvaise musique, manger une glace fondue et re-glacée, coincé sur un bed (à 50$) entre deux mecs bedonnants à cigare… C’est normal ?

Normal qu’on soit le pays le plus cher de la région ?

Celui qui a le taux de cancer le plus élevé de la MENA ? Normal que l’on croule sous une dette indécente au profit de quelques hommes et de leurs pay-rollers ?

Normal qu’on fonce droit dans le mur et qu’on le fasse le sourire aux lèvres en clamant à n’importe quel sourd qui voudrait l’entendre : « Mais noooon, la qualité de vie est top au Liban. Et la nightlife aussi. Et les services (pas ceux avec la plaque rouge évidemment). »

Et c’est normal que nous ne fassions rien ?
Effectivement, c’est tout à fait normal.

Parce que, même si nous applaudissons quelques (très) belles initiatives par-ci, par-là, ce que nous savons faire de mieux tient en un mot : rien.

Note 1: I demand that we get daily boats to take us to Cyprus. Why this is Not feasible in Lebanon? Why Lebanon is prohibited to have maritime transport?

Note 2: I posted a harsh article on the entrepreneur mentality of Lebanese in general. https://adonis49.wordpress.com/2011/03/31/clever-enterpreneur-my-ass-who-is-the-lebanese-entrepreneur/

And how Lebanese are using their organic waste?

Tasbikh? (Transforming organic products into agricultural usefulness)

Cynthia Choucair

بين عامي 2016 و2019، بلغ استيراد لبنان من السماد العضوي 55045 طناً،
بمعدّل 247 دولاراً للطن الواحد، أي ما يعادل حوالى 13.6 مليون دولار.
وسجّل أعلى رقم لسعر الطن الواحد المستورد في عام 2019 بـ272 دولاراً.
والأسوأ، أن أرقام استيراد الأسمدة الكيميائية التي تسمّم الغذاء والبيئة، مخيفة، وتبلغ مئات ملايين الدولارات في السنوات العشر الأخيرة وحدها!
وبحسبة بسيطة، يرمي اللبنانيون يومياً بين 3.5 و4 آلاف طنّ من النفايات العضوية من أصل 5 إلى 7 آلاف طنّ نفايات (الحساب الدقيق أمرٌ شاقّ في قطاع النفايات لغياب الأرقام الدقيقة)، أي ما يزيد على 2000 طن من السماد العضوي!
وبالتالي يخسر اللبنانيون يومياً: 2000 × 272 = 544 ألف دولار (من دون احتساب كلفة التصنيع طبعاً).
وفوق ذلك،450 ألف دولار، تضاف إلى 544 ألف دولار، لتبلغ قيمة الخسائر اليومية المباشرة حوالى مليون دولار جرّاء تغييب تسميد المواد العضوية.
هذا طبعاً عدا عن التدمير البيئي الذي يلحق بالمياه والشواطئ والحياة البريّة في الحوض اللبناني، والأمراض والأزمات الصحّية التي تصيب اللبنانيين من سكان الساحل والمدن الكبرى
(فراس الشوفي).

Another take how the Lebanese got bankrupted

Since 1992, the pseudo-State of Lebanon collected in taxes $200 bn, the overseas Lebanese transferred $186 bn to the 2 dozen private banks and borrowed $100 bn at high interest rates…

And the Lebanese ended up with no infrastructure, no public electricity, no potable water, no decent public hospital, degraded public schools and under budgeted public university.

Where all that money disappeared?

Lebanon is bankrupt at all levels: government, central bank and private bank…

Where all that money disappeared?

We have got 5 militia/mafia “leaders” from the civil war and Saudi Kingdom “Lebanese contractors” (hiding behind their respective sectarian parties) and who controlled the Parliament, the government, the justice system, the central bank, the private banks (have sizable shares in all of them), all the public institutions…

How would you label such a “political system“?

هكذا نهبوا لبنان.

جردة دقيقة من داخل وزارة المالية ومصرف لبنان بالأرقام الصحيحة والدقيقة تؤكد كيف تآمر رياض سلامة مع رفيق الحريري ونبيه بري وليد جنبلاط وميشال المر والرئيس ألياس الهراوي ونجيب ميقاتي وفؤاد السنيورة وجمعية المصارف على نهب لبنان ووضعه تحت دين لامَسَ المئة مليار دولار .$100 bn

ونهب إيداعات المواطنين اللبنانيين التي تبلغ 186 مليار دولار، وأختفت الاموال دون حسيب او رقيب.

القصه بدأت منذ العام 1992 عندما تَوَلَّى رفيق الحريري رئاسة اول حكومة في عهد الرئيس الهراوي، بتسوية سورية سعودية اميركية،

أتى الحريري بمشروع خطير نَبَّه منه الرئيس حسين الحسيني آنذاك، وشدَّدَ على خطورته، رغم أن الحريري أحد عرَّابي الطائف مع الحسيني.

ما لبث ان غادر الحسيني مجلس النواب and he even resigned his seat in the Parliament واستلم الرئاسة بعده نبيه بري ولا زال.

بأوامر أميركية وبتعليمات البنك الدولي وبحسب خطة مرسومة سلفاً ومُحكَمَة ارتفع الدولارمن 2.4 ليرة الى 3000 ليرة
ثم هبط سعر التداول فيه الى ١٥٠٠ ليرة.

وتم تثبيته هنا ضمن سياسة مشروع الافقار الذي جاءَ بهِ الحريري ألأب للسيطرة على لبنان ومقدراته ومنع قيامته ليبقى ضعيفاً في ظل اقتصاد وقوة عسكرية اسرائيلية قوية بجواره.

اشترى حيتان المال اللبنانيون كل العملات الاجنبية الموجودة في المصرف المركزي بعد تعيين رياض سلامة حاكماً له على سعر 2.4 وعندما ارتفع سعر الدولار الى 3000.L.L عاودوا بيع الدولار و شراء الليرة اللبنانية بنفس قيمة العملة التي استبدلوها سابقاً فوصل حد ارباحهم بمعدل 1200٪

ثم أصدَرَ سلامة سندات خزينة بالليرة اللبنانية بفائدة وصلت الى حد ال 45٪ وهي تعتبر جنونية لم يسبق لنظام مصرفي عالمي دفعها من قبل!
وبعد تثبيت السندات ثبت سعر صرف الدولار على 1500 ليرة ايصاً تضاعفت ارباحهم بنسبة 100٪

خلال عشر سنوات وحتى انتهاء تاريخ السندات كانت الخزينة اللبنانية قد تم استنزاف 90٪ من موجوداتها

ومنذ اول خمس سنوات بدأت حكومة الحريري بالإستدانة من المصارف لتسديد متوجبات الدين العام الداخلي الذي فاقت مداخيل الدولة عشرات المرات.

هذه كانت الخطوة الاولى لرفيق الحريري ورياض سلامة والمصارف وكبار المودعين وواحدة من الاسباب التي افلسوا فيها خزينة الدولة واوقعوها تحت دين عام داخلي وصل الى الاف المليارات، بدأوا بعدها الاستدانه من المصارف ومن الخارج.

أما السبب الثاني هو الهدر من خلال ابرام الصفقات بالتراضي وتضخيم المصاريف والمدفوعات وعجز الكهرباء المقصود والمنظم.

تقاسمت الترويكا وحلفائهم كل شيء النفايات النفط الغاز البُنَىَ التحتية واحد إلك واحد إلي لغاية الآن وما وصلنا اليه.
أما في جردة الحسابات الدقيقة لكل ما جرى سأكشف لكم واحد من اهم اسرار لعبتهم الخطيرة والدنيئة التي استمر بها رياض سلامة مع شركائه حتى بعد رحيل الحريري ألأب وهي على الشكل التالي…

جمعت الدولة اللبنانية ضرائب من جيوب الناس بدايةً من العام 1993 ولغاية 2018 رقماً مهولاً بلغ بالضبط 149 مليار دولار أميركي،

وأيضاً أستدانوا خلال نفس الفترة السالفة الذكر من الخارج ومن المصارف مبلغ 86 مليار دولار بالارقام الموثقة الصادقة.

كما يترتب على الخزينة ديون للضمان الأجتماعي. والمدارس. والمستشفيات. والمتعهدين. والمهجرين. مبلغ 15 مليار دولار
أي ما مجموعه : 149+86+15=250 مليار دولار.

للعلم أن كل هذه المدفوعات كانت جميعها بلا حسابات منذ العام 1993.

انفقت الدولة اللبنانية من العام 93لغاية العام 2018 مبلغ 24 مليار دولار على الكهرباء أضف اليهم الجباية التي بلغت حوالي 12 مليار دولار. ولا زالت الكهرباء 12 ساعه او اقل من ذلك.مع العلم ان لبنان يحتاج الى مليار دولار لتصبح الكهرباء 24/24 وتصبح ذات مدخول ومُنتِجَة لكنهم لا يريدو ذلك.

كما انفقت الدولة اللبنانية بدل فوائد للمصارف خلال 26 عام على مبلغ 84 مليار دولار دين للمصارف بذمتها.
دفعت فوائد بلغت 86 مليار دولار.!

وكل ذلك بالاتفاق بين رياض سلامة والمصارف ضمن سياسة ممنهجة لنهب الدولة وافقارها وتدمير اقتصادها؟

بالتفاصيل كيف كانوا يفعلون ذلك؟

يقوم المصرف المركزي بالموافقة على قروض مالية ضخمة للمصارف بالدولار الاميركي بفائدة 2٪ طويلة الامد.
تعود المصارف وتودع نفس المبالغ في المصرف المركزي بفائدة 8٪ أي بفارق 6٪ ارباح من خزينة الدولة تذهب هدراً وسرقة مقوننه على طريقة هندسة رياض سلامة المالية كانَ قد استفاد منها كثيرون مثل نجيب وطه ومازن ميقاتي وبعض القضاة والنافذين وابنائهم بينمايرزح غالبية الشعب اللبناني تحت خط الفقر!

وصلَت مجموع المبالغ التي اقرضها المصرف المركزي للبنوك والافراد الى 32 مليار دولار بفائدة 2٪ اعادوا ايداعها في المصرف نفسه بفائدة 8٪ الامر الذي خَسَّرَ الخزينة 6٪ بلغت قيمتها على مدى 27 عام 70مليار دولار و200 مليون ما يقارب 60٪ من مجموع الإنفاق الحكومي الاجمالي.

تقاسموها فيما بينهم ناهيك عن القروض المعفاة من الفوائد والتي اودعوها بفوائد عاليه تدر عليهم الارباح من جيوب المواطنين.

استمر المجرمون حيتان البلد باللعبة والشعب يزيد افقاراً ولم يرف لهم جفن هؤلاء القُساة القلوب المجرمون.

Note: هناك ٢ مليار دولار ضرائب على المصارف لم تُحَصل.
وايضاً هناك ٦ مليار دولار مستحقة على الدولة جبايتها ايضاً لم يتم تحصيلها وهي من مسؤولية وزراء المال تكفي لتأمين سيولة وسد العجز.

أيضاً هناك مبلغ ٣٢٠٠ مليار ليرة تدفع كفائدة بدل سندات الخزينة التي لا لزوم لها للمصارف باللعبه ذاتها التي ذكرتها لو تم ايقاف الدفع سيتم توفير مبلغ ٧ مليار دولار كل سنه تغنينا عن الاستدانة وعن سيدر.

Hey you, stiff-necked Levantine

Note: Re-edit of “Ye, stiff-necked Levantine. April 4, 2009″

We Need you to Walk the Walk of the Free (April 2, 2009)

There are millions upon millions of Lebanese in the Diaspora.

Since the civil war in 1975, anyone who could borrow for a plane ticket immigrated.

In the city of Sao Paulo in Brazil there are more Lebanese descendents than all Lebanese citizens. Many boldly declared that they have cut the bridges and burned the ships, never to return to their homeland, as if infamy was a badge of honor.

This tiny land that was coveted by hundreds of Empires for its milk and honey; this land that exported to the world olive oil, wine, and dried fruit; this land that built cities and created the alphabet; this land that manufactured and roamed the seas and oceans and transacted with every people is reaching bottom.

This land of water and cool sources has no longer potable water.

International Zionism never relinquished its zeal to bust our doors and sap our energy and determination, even after being defeated twice in less than a decade.

This land that exported highly cultured and educated people is reduced to graduating sectarian, uncouth and poorly cultured new generations that barely can read or write.

We don’t want you to come and talk the talk of the sectarian.

We don’t want you to behave the pessimist and defeatist.

We need you to come and walk the walk of the free; to experience the harsh life of the brave, to participate in our miseries, to revolt and to change and reform a tiny Nation that led the world for millennia.

You in the Diaspora, you might have earned individual successes, medals, honors, or riches but you can never erase a tiny dot of the huge and ugly blotch that scars your forehead.

As long as your homeland is humiliated, shriveled, and under-developed among the nations then this scar will be prominent on your forehead and on your descendents’ because you bare a large part of the responsibility for our degradation and instability.

We need you to bolster the fainthearted who dream ever harder to inflating the rank of the Diaspora.

We need you to come and prevent those hot air arrogant bourgeois from taking away the weapons of the steadfast, brave, and resisting patriots.

“Ye, stiff-necked Levantine; ye the uncircumcised in heart, ears, and tongue. My curses are on you and your descendents in the Diaspora to the end of time.

Ye, blasphemous Levantine, wizen up; never dare take my curse lightly!”

Lebanese “Sous Cloche”: Nothing to have with any government decisions

Social media peer pressures forced most Lebanese to voluntarily stay at home for the next 2 weeks.

The problem is to mind the large families that don’t have spare room for each member, and the 15% of Lebanese who barely can afford to buy their daily bread while most businesses have shut down for lack of banks fundings and loans.

I suspect the government has some kind of an idea who are those the poorest of citizens and is directing organizations and association to provide a survival kit. Otherwise, famine will set Lebanon ablaze, Corona or No Covid-(1 to 19)

And how refugees living under tents are fairing?

And how the Palestinian living in crowded ghettos in Lebanon can contain themselves from the spread of Corona?

اذا لاحظنا ان الدولة اللبنانية اعلنت حالة الطوارئ ابتداء من هذا الأحد ليلا

ورئيس الحكومة البريطانية رفض اعلان حالة الطوارئ بل دعى لاستمرار حياة عادية

والحكومة الصينية اول من طنش على الطبيب الذي دق جرس انذار الكورونا لا بل عاقبته

والحكومات الاميركية اخفت قوة انتشار الكورونا على شعبها

وحدهم اللبنانيون (ما عدى البعض) اعلنوا الحجر الصحي على انفسهم رغم معارضة الدولة

وقامو بحملات لاعلان حال الطوارئ ونشروا طرق الوقاية فيما بينهم وجيشوا وسائل التوصل الاجتماعي الالكتروني
وقاموا بنشر التوعية بشكل كثيف عليها

اللبنانيون اعلنوا حالة الطوارئ قبل الدولة

موقف يظهر تطورا في سلوك اللبنانيين
وهو الفكر الجماعي

وهل هذا من نتائج ١٧ اكتوبر؟
ها هي الدولة تمشي ببطء لتلتحق بالمواطنين

لبنان ينتفض

Can we say the Lebanese is a “people”? And who this mass upheaval represents?

Est-il un “peuple” ce Libanais
Bernard Gerbaka posted on FB. Yesterday at 12:01 AM

Thawra?… Thawra!

Un peuple qui occupe les places, qui pause pour les fêtes… promenade et corvée…

Un peuple qui remplit les rues, les cafés, les salons et les salles de presse. …

Un peuple qui se chicane, qui «en a marre», «a faim», «en a assez» de ses gouvernants…

Un peuple  qui generalise et dit “kellon“, (all of them)

Un peuple qui fait la queue devant les guichets automatiques, qui attend son tour durant des heures au comptoir des banques pour quémander son propre argent qu’on lui verse comme une aumône, au compte-goutte hebdomadaire,

Un peuple qui subit les politiques vexatoires de la Banque Centrale, de l’Association des Banques, des échangeurs avides et des usuriers,

Un peuple qui, de peine et de misère, force la démission du gouvernement et qui assiste, depuis plus de trois mois, aux mêmes tractations et querelles de portefeuilles pour la formation d’un nouveau gouvernement,, qui n’acceptera pas une réplique des précédents, mais uniquement un gouvernement de technocrates indépendants tel que réclamé, à cor et à cri, par les «révolutionnaires»…

Un peuple qui ne laisse passer ni les scandales financiers ni les milliards de dollars «évadés» ni les opérations frauduleuses aux administrations, ni les maltraitances et trafics d’enfants, ni les altercations tonitruantes avec la justice, ni les désastres écologiques, ni les négligences sanitaires, ni les vexations éducatives, ni les destructions des lieux de vie, ni les occupations réfugionnistes, ni les discriminations, ni les révélations fracassantes des ministres s’accusant mutuellement dans le registre “responsable mais pas coupable”…

Un peuple qui ne laisse pas les cas de corruption et de violation des droits de l’homme, de la femme et de l’enfant se tasser ou se volatiliser…

Un peuple qui est conscient du noyautage confessionnel, et qui n’exclut personne des «kellon»,

Un peuple qui manifeste devant un restaurant pour expulser des affameurs et qui remplit de vie les restaurants et les places, qui déclenche la «révolte des affamés»,

Un peuple qui enrage et qui chantonne à toutes les têtes de turc, son Hela Hela Ho ou autres tirades – selon préférences – qui refuse la machine à pétrir gouvernementale et la galette ministérielle,

Un peuple qui apprend et enseigne, à partir des mouvements et mouvances, révoltes et révolutions, guerres et conflits armés, de Turquie, Tunisie, Palestine, Jordanie, Bahrein, Libye, Yémen, Égypte, Soudan, Algérie, Irak, Syrie, Iran… et qui tente, dans son désespoir et son immense espérance, à mieux faire, plus pacifique, moins violent, plus durable, plus curable…

Une Thawra de femmes et hommes, jeunes et âgés, enfants et porteurs de handicaps, compte sur sa diversité pour lui dessiner des ailes, lui imprimer son caractère et sa personnalité, son innocence et sa maturité, sa paix et ses sursauts, sa résistance et sa résilience, sa souplesse et son endurance, sa détermination pacifique et ses appontages spirituels.
«Thawra» endure, avec ses maux et ses morts, ainsi que les grands sacrifices que ce peuple subit… économiques et financiers, sanitaires et environnementaux, sociaux et éducatifs, … et qui puise résistance et résilience dans ses propres ressources, ..

Un peuple fier et généreux, un peuple aimable et affable, un peuple superficiel dans son quotidien et profond dans ses racines, un peuple vivace et libre,

 

Ce peuple ne mourra pas, et sa révolution aboutira…et le mot «Thawra» gravé sur un poing géant, est à la mesure de ce peuple, qui a englobé puis transformé en vestiges toutes les occupations, depuis l’ottomane (qui a débuté avant la découverte de l’amérique), jusqu’à la syrienne…

Ce peuple, désuni par les intérêts et les manipulations, est réuni par la faim et la faillite…il lui reste à faire son deuil (sur son passé sanglant) qu’il n’a jamais fait depuis 1975, pour finalement se retrouver en une nation et non en 2 négations, un peuple capable de bâtir sa société, notre société, née de notre Thawra!

La Thawra est permanente, avec le sourire et les larmes, dans la bonne humeur et la tristesse, dans l’humour et les cris, les caricatures et sarcasmes, sur les places et les réseaux sociaux, rendant risibles et pitoyables les dirigeants. Le peuple investit cette «Thawra», fait campagne, réveille les inconscients, montre l’apathie des dirigeants, leur débouche les oreilles, appelle à la grève, dessille les yeux des aveuglés à leur propre condition…

Au rythme où elle va, Thawra ! Thawra ! garde sa forme exclamative!
Comme le feu, elle enflamme et brûle, comme l’eau, elle irrigue et noie, comme la terre, elle enterre et fleurit, come l’air, elle inspire et balaie !

Thawra est diverse et omniprésente, elle est inattendue et inclusive… elle n’a pas de locomotive mais elle a une âme, celle de nos enfants!

Note: We can go on for ever on “Un people et ce people” but Nothing has materialized and proved that we are Un peuple. Since our mock independence in 1943, the Lebanese didn’t demonstrate any zeal in changing its sectarian and comprador system.

 

How the Lebanese are feeling in their daily life, since the upheaval started on October 17?

Personally, I don’t see how Lebanon will undergo a productive change in its economic unless a full political engagement with Syria is resolved. Syria is our only trade route outside our borders and it is through Syria that we can trade with the promising Iraqi market.

And then our business laws must be modernized and facilitated by eliminating many red tapes used by our militia/mafia “leaders” who controlled our political system since 1992 and heaped on Lebanon a State Ponzi scheme for 3 decades.

الوضع الاقتصادي الى أين :

بتمشي بشوارع المدن والقرى بتشوف كل الناس معصبة ومضايقة وعيونن حزينة جدا وكل تفاعلن العملي عم يكون فيه الكثير من اليأس..

كل الناس عم تحكي نفس اللغة ونفس الأسلوب .. بتفوت عالمصارف بتشوف جوا موظف منو مسؤول ولا الو علاقة بقرارات الإدارة عم يتعرض للإهانات من مودع لأنو بدو مصاري …

التجار مخروب بيتها وما قادرة تستمر ، الموظفين مخروب بيتن بسبب فرق الدولار وأكثر الموظفين بالقطاع الخاص ما عم يقبضو اكثر من نصف راتب اللي يمكن ما بكفيهن بنزين وتلفونات واشياء بسيطة …

شو اللي عم يصير ؟ هون هوي السؤال …
هل حقيقة البلد انتهى والمصارف رايحة عالافلاس ؟؟
هل حقيقة نحنا بطل عنا ولا حل ؟

قراءاتي بالموضوع الاقتصادي بتقول انو لا … في مشكلة كبيرة اكيد بس مش لدرجة انو البلد رايح عالافلاس والمصارف ما معها أموال المودعين ومع احترامي الشديد لبعض العم يقولو هيك بس ما بعتقد اتطلعوا بشكل جيد عالحقيقة..

١- أموال المصارف موجود بنسبة كبيرة سيولة وفي جزء موجود بالاستثمارات بلبنان وخارجو.
٢- في ناس عم تقارن مع بنك انترا بالثمانينات والحقيقة انو بنك انترا كان في قرار سياسي بإفلاسو وللعلم انو بنك انترا كان يفتح ٢٤ ساعة باليوم وكان يسحب العميل كل اللي بدو ياه وهيدا جزء من اللي ساعد يضربو للبنك وللعلم انو بنك انترا لحد اليوم بعد عندو كتير املاك بلبنان وخارج لبنان…
٣- لبنان مركز تجاري ومخابراتي لكتير من دول العالم وما حدا منهن الو مصلحة انو لبنان ينهار .. يمكن ألن مصلحة انو يخنقو تا يحققو مكاسب بس مش يقتلو …

٤- مصرف لبنان وهندساتو المالية عملت مشاكل كتير وكرمال هيك إذا انتبهنا مصرف لبنان عم يجبر المصارف انها تخفض فوائدها حتى تشجع الاستثمار بشكل مباشر للمودعين وخاصة انو الحركة رح تكون بنكية داخلية مش كاش وهيدا الشي لمصلحة البلد ولمصلحة الاقتصاد بتشغيل يد عاملة وتحقيق أرباح منطقية.

٥- فرنسا وروسيا وبعض الدول الأخرى رفضت رفض قطعي انهيار الاقتصاد اللبناني.
٦- ما ننسى انو صار عنا غاز وهيدا الشي صح عملنا مشاكل بمكان ما للدول اللي الها مصالح وبدها تسيطر عا هيدا القطاع بس كمان بنفس الوقت هيدا بيمنع التدهور الاقتصادي من جهة ثانية وخاصة إذا كان في إدارة سياسية صح بهيدي المرحلة.

٧- مجرد وجود حكومة بالمرحلة القادمة هيدا رح يكون عامل ثقة للداخل وللخارج ورح نشوف استقرار اقتصادي بعد فترة مش كتير طويلة بغض النظر عن شكل الحكومة او مين رئيسها مع انو وجود الرئيس الحريري بشكل ضمانة أقوى خارجيًا .

الانتفاضة كل اللي عملتو من اول ما بلشنا لليوم ما خصها بالوضع الحاصل هيي يمكن سرعت المشكلة شوي بس هيي مش سبب فيها .

ورب ضارة نافعة. وانا رأيي انو التركيز الإعلامي على انو البلد منهار ورايح للمجاعة وغير هيك مقصود، وفي من وراه اهداف سياسية.

بالنتيجة انا ما عم قول ما في مشكلة ولا عم قول انو الوضع تمام بس عم قول انو الوضع مش بالخطورة اللي البعض بيحكي فيها. انا ما دخلت هون بلعبة الأرقام لأنو ما في حدا عندو شي رسمي وكل الأرقام اللي بتسمعوها هيي تحليل او ارقام وهمية .
ا

لمرحلة القادمة حساسة وضاغطة بس ما في انهيار ولا رح يصير … هيدا لبنان حبيب الكل يا اصدقاء والكل ألن مصالح فيه عا جميع المستويات…
الحل الحقيقي لبعدين : اقتصاد منتج مع الاقتصاد الريعي وتجربة تركيا لازم كتير نستفيد منها.
اكيد واكيد وقف الهدر والفساد واستعادة الأموال المنهوبة واستقلالية القضاء وغيرن ….

How common Lebanese citizens can recover all the “stolen” money by the “militia/mafia” leaders in the last 40 years?

What has been stolen amount to 3 times our foreign debt of about $100 bn.

And relying on our justice system is Not functioning, with all remnants of political influences of the Militia/sectarian system.

And Lebanon political system is making a point of honor to waste all the time it can in order to delay the requirements of the world community donors, on the excuses of satisfying all the sectarian parties interests in the spoil.

Can the financial institutions (banks…), at the instigation of mass revolts around the world, come to term to return the stolen money to the reformed governments, without lengthy legal battles?

هكذا تُستعاد الأموال المنهوبة.. و”بلا جميلة سيدر”
خاص – الخميس 27 حزيران 2019 – 06:34 – كلوفيس الشويفاتي

استعادة الأموال المنهوبة عنوان وشعار وحلم يراود كل اللبنانيين الصادقين والجديين في محاربة الفساد والهدر. ولكن كيف السبيل إلى ذلك؟

طبعا لن يعمل أي من سارقي وناهبي المال العام على التبرّع طوعاً بتقديم ما نهبوه كرمى لعيون الشعب الفقير.


إذا كان الجميع يقولون ويتهامسون جهاراً وسراً أن “حاميها حراميها” فمن يتجرأ على تسمية شخص أو مسؤول تدور حوله الشبهات؟


لم ينفِ أحد في لبنان ما أوردته الاستخبارات المالية التابعة لوزارة الخزانة الأميركية منذ فترة ومفاده “أنه تم تحديد عشرات مليارات الدولارات الموضوعة في المصارف العالمية بحسابات عائدة لمسؤولين وسياسيين ونافذين لبنانيين، وأن معظم هذه الأموال تمّ استعمالها لشراء عقارات في لبنان والعالم”..

وتؤكد مصادر أخرى أن ودائع موجودة في المصارف العالمية تبلغ نحو ثلاثة أضعاف الدين العام اللبناني وهي باسم سياسيين لبنانيين حاليين وسابقين تعاقبوا على مواقع السلطة لنحو أربعين عاماً وبإسم شركائهم من رجال أعمال ومحظيين…؟


استناداً إلى هذه الأخبار التي أكدّها كثيرون وتكتّم عليها آخرون، وفي ظلّ صعوبة سلوك قانون “من أين لك هذا؟” مساره التطبيقي العملي، يحلم اللبنانيون بأن تضع الدول التي تريد مساعدة لبنان فعلاً يدها على هذه الأموال وتُعيدها إلى الشعب اللبناني بشروط شبيهة بتلك التي فرضها مؤتمر سيدر؟


ويا ليت المصارف العالمية تكشف السرية المصرفية عن أموال المودعين اللبنانيين لاستعادة بعض هذه الأموال المنهوبة فيكون إنقاذ الوضع الاقتصادي والمالي بواسطة الأموال اللبنانية ومن تعب اللبنانيين الذين صادر من تولّوا مسؤولية عامة واعتلوا سدّة المراكز والمناصب أتعابهم ومقدّرات بلدهم.


يقال إن لا سلطة للدول التي تحمي هذه الودائع اللبنانية على فعل ذلك من دون مضبطة إتهام بحق المودعين المشبوهين. ولكن هل هناك من مضبطة أهم وأفضل وأوضح للعدالة الدولية من مئة مليار دولار دين على وطن وشعب يحظى ويحتفظ ويتنعم مسؤولوه بمليارات الدولارات.


هل من دليل أوضح من العقارات والقصور والمؤسسات التي يتملّكها السياسيون اللبنانيون وشركاؤهم في مختلف دول العالم؟
ألا تعرف الدول التي يزورها هؤلاء الأرقام التي يصرفونها لسفرهم وإقاماتهم وسهراتهم وحفلاتهم في أغنى الفنادق والكازينوهات والقصور؟ فيما الشعب يترنّح تحت وطأة الفقر والعوز والمستقبل المجهول.


لقد وصل الأمر باللبنانيين إلى الحلم بمحمد بن سلمان ما، يستدعي المسؤولين المشبوهين وما أكثرهم إلى فندق فخم ويسجنهم فيه حتى إعادة الأموال المنهوبة والتي إذا استُعيد نصفها سينعم لبنان واللبنانيون ببحبوحة وازدهار ووفر لعشرات السنين.


الحل الآخر الذي قد ينقذ الوضع بعدما كثر الفساد في لبنان كل الأرقام القياسية ووصل إلى مستويات غير مسبوقة، يراه المتفائلون بوضع الدولة والبلاد تحت وصاية مالية دولية مباشرة تستخدم فيها الأموال المودعة في المصارف العالمية من دون أن يكون لأي مسؤول لبناني أي حق في القرار بشأنها، لانه لم يعد هناك أية ثقة للمواطنين بأن أحداً في لبنان يستطيع محاسبة الفاسدين الكبار والمسؤولين عن هذا الانهيار.


وأخيراً أختم بهذا القول لنيلسون مانديلا: “الفاسدون لا يبنون وطناً إنما يبنون ذواتهم ويُفسدون أوطانهم.”

فلا تتأملوا أن تجنوا من العليق تيناً ولا من العوسج عنباً.

Pragmatic discourse of Lebanese: Ye3neh? Jæʕne? « je veux dire »,, “I mean”

“What do you mean?”

Abstract of Layal Kanaan thesis

Jæʕne, marqueur issu des dialectes libanais, syrien, palestinien et égyptien, a été rencontré dans le cadre d’un travail de thèse consacré à l’étude de la reformulation dans les discours de Libanais francophones.

Il s’agit de discours menés en français au cours desquels les locuteurs emploient le marqueur de leur langue maternelle.

C’est la fréquence élevée du marqueur dans les données et dans les échanges des Libanais en général, ainsi que la diversité de ses emplois, qui ont justifié son étude.

Jæʕne présente le fonctionnement d’un marqueur discursif. Il peut être traduit, selon ses emplois, par c’est-à-direje veux diretu veux direquoi ou même par euh.

L’article présente l’évolution de l’unité verbale d’origine, propositionnelle, vers l’unité conversationnelle qui relève de la catégorie des marqueurs discursifs, et propose une typologie distributionnelle et fonctionnelle du marqueur dans le corpus, en prenant en compte la dimension prosodique.

Jæʕne partage certaines caractéristiques avec les verbes parenthétiques, à savoir son origine verbale, son figement morphologique, ses propriétés distributionnelles.

En revanche, sa particularité réside dans son figement à la troisième personne alors qu’on rencontre plus souvent les formes je trouvetu sais ou I mean, à la première et la deuxième personne (Thompson et Mulac, 1991).

Jæʕne dans le discours des Libanais : pragmaticalisation, distribution et emplois d’un marqueur discursif déverbal

Layal Kanaan

1. Introduction

  • 1 Différentes notations du marqueur sont attestées : jaʕnija’ni dans les travaux scientif (…)

1Nous nous intéressons à un marqueur discursif d’origine verbale employé de manière très fréquente dans certains dialectes de l’arabe (famille Levantin du Nord) : il s’agit de jæʕne. La notation adoptée correspond à la transcription phonétique de la prononciation en libanais du marqueur1.

2Dans la littérature, les travaux qui y font référence (Al-Batal, 1994 ; Kammensjö, 2005) l’abordent rapidement dans le cadre de l’étude des connecteurs de l’arabe. La classification qui en est proposée (connecteur explicatif et discourse filler) est incomplète. Jæʕne a aussi été observé par Traverso (2000) dans le dialecte syrien et abordé d’un point de vue interactionnel. L’auteure lui reconnaît une valeur de modalisation, « hedge » au sens de Lakoff (1972).

3Notre intérêt pour jæʕne est né dans le cadre d’un travail de thèse consacré à l’étude des reformulations dans des échanges menés en français entre des Libanais francophones.

Les 143 occurrences du marqueur relevées dans un corpus de 24 000 mots et leur lien intrinsèque avec le phénomène étudié (formulation / reformulation) nous ont amenée à accorder à jæʕne une place importante dans notre étude. Cette entreprise est aussi motivée par l’absence d’études qui y soient entièrement dédiées.

4Après une brève présentation du corpus, des locuteurs et de la situation linguistique au Liban, cet article aborde l’évolution du marqueur, appréhendée en termes de pragmaticalisation, à travers une démarche inductive. Il s’agit de la comparaison (en synchronie) entre les emplois de la forme verbale (en arabe classique et en libanais) et ceux de la forme « discursive », figée, employée non seulement dans le discours des locuteurs libanais dans leur langue maternelle mais aussi dans la pratique du français, comme l’attestent les occurrences dans le corpus.

En l’absence de données diachroniques, on s’attache à la vérification, dans le cas de jæʕne, de principes caractéristiques des unités pragmaticalisées. L’article dresse enfin une typologie des emplois du marqueur dans le corpus.

5Dans la mesure où les emplois étudiés correspondent aux occurrences dans le corpus recueilli, à côté de quelques exemples en arabe classique et en libanais (dialecte), la majorité des exemples est en français et jæʕne, dont l’emploi est extrêmement automatisé chez les locuteurs, est employé comme tel (en libanais).

6D’ailleurs, ses emplois dans le corpus constituent des phénomènes de contacts de langues auxquels nous nous sommes intéressée (Kanaan, 2013).

2. Corpus, locuteurs et terrain

7Notre « rencontre » avec jæʕne, devenu objet d’étude, s’est faite dans un corpus dont les données ont été récoltées expressément pour une thèse sur la reformulation dans les discussions en français de locuteurs libanais.

2.1. Corpus et locuteurs

8Il s’agit d’un corpus d’échanges oraux que nous avons constitué nous-même : mise en contact des locuteurs, établissement du dispositif, enregistrements et transcriptions. Les conventions de transcription adoptées figurent à la fin de cet article.

9Les locuteurs sont au nombre de 8 (4 hommes et 4 femmes). Ils sont tous libanais et ont fréquenté des écoles et lycées francophones. Ils ont entre 18 et 27 ans, sont étudiants ou jeunes actifs. Leur niveau d’études va du baccalauréat au master 2.

10Il s’agit d’apprenants de niveau avancé qui ont été scolarisés dans des établissements francophones où le français est la langue de scolarisation : enseigné à raison de 5 à 7 heures par semaine et langue véhiculaire des matières scientifiques. L’anglais, dans ces établissements, a le statut de première langue étrangère.

11Avec une moyenne d’âge de 23 ans, les locuteurs ont « achevé » l’apprentissage scolaire du français mais sont encore en contact avec cette langue dans leurs études universitaires ainsi que dans leur vie quotidienne (radio, télévision, publicités, lectures).

12Pour chaque enregistrement (4 au total, d’environ 30 minutes chacun), nous avons réuni deux locuteurs et leur avons proposé de débattre de cette question, formulée par nous-même, approximativement de la manière suivante : « Que pensez-vous de votre situation en tant que jeunes Libanais par rapport aux études, au travail, au mariage, à votre liberté, à vos relations avec vos parents ? Pensez-vous émigrer ? ».

13Le sujet des interactions a fait l’objet d’une réflexion. Sachant que ces dernières allaient être provoquées pour l’enregistrement, il nous revenait de proposer un thème favorisant les échanges, un thème qui concerne de près les locuteurs.

  • 2 Corpus de langue parlée en interaction, université de Lyon II.

14Il s’agit, en somme, d’interactions en face à face sur un thème imposé. Notre dispositif s’identifie dans une certaine mesure à celui mis en place pour la constitution du corpus « Mode » dans CLAPI2 : réunion de deux locuteurs et formulation d’une consigne. Voir, par exemple, Kerbrat-Orecchioni (2005 : 105) :

Il s’agit d’une conversation […] « authentique » mais non totalement « naturelle » car sollicitée par l’analyste, sur la base d’une consigne ainsi formulée : « Nous faisons une enquête sur le vêtement et les jeunes. Nous recueillons des discussions sur ce thème. Alors pendant dix minutes vous allez vous entretenir librement avec votre vis-à-vis sur le vêtement ».

15Par ailleurs, nous avons adopté, pour la sélection des locuteurs, la technique de « l’ami d’un ami » résumée comme suit (Bourdieu, 1993 : 1395, cité par Gadet, 2003) :

[…] choisir les enquêtés parmi des gens de connaissance […]. La proximité sociale et la familiarité assurent en effet deux des conditions principales d’une communication « non violente ».

16Les enregistrements ont eu lieu dans différents endroits. Les trois premiers (Ji-Pe, Ke-Kl et Ta-Le) ont été effectués dans des appartements. Le quatrième (Fy-Ma) s’est déroulé dans un café.

2.2. Langues en présence au Liban

17À côté de l’arabe classique, langue officielle du pays, principalement écrite – et parlée dans les discours officiels –, langue de l’administration et de l’enseignement, trois langues principales cohabitent aujourd’hui au Liban : le dialecte libanais, le français et l’anglais.

  • 3 Un phénomène linguistique intéressant est apparu avec le développement des moyens de (…)

18L’arabe dialectal libanais est la langue de communication dans toutes les situations. Il est employé dans tous les usages informels quotidiens, que ce soit à la maison, dans la rue, les commerces, au travail ou à l’école, et même dans les médias audiovisuels. Il ne s’enseigne pas, et est rarement écrit3. Il présente aussi une diversification en plusieurs variétés régionales avec des différences aux niveaux phonologique et lexical, mais cela ne cause aucune difficulté dans l’intercompréhension. Il a le statut de langue maternelle.

19Dans le cadre de la vie quotidienne au Liban, il n’existe pas de « besoin » pour les langues étrangères. Autrement dit, en famille, avec les amis, chez les commerçants, la langue vernaculaire est le dialecte libanais. Les langues étrangères sont avant tout des langues véhiculaires nécessaires pour la scolarisation et la formation universitaire et, dans une moindre mesure, des langues vernaculaires pour les échanges (surtout écrits : documents professionnels, courriels) dans un cadre professionnel.

20Néanmoins, le dialecte libanais porte les traces des langues en présence dans le pays à travers l’emploi de mots comme : « bonjour », « bonsoir », « merci », « pardon », « toilettes », « hi », « thanks », « sorry », « bye » ; termes que même une personne peu ou non scolarisée intègre dans son discours – avec des adaptations phonologiques plus ou moins marquées ([r] roulé et dénasalisation).

21Cependant, des pratiques d’alternances codiques plus importantes se retrouvent dans le parler des jeunes, comme en témoignent ci-dessous certains exemples du corpus, malgré la consigne : « parler en français ».

  • 4 Comment vas-tu ?

22Un phénomène assez représentatif est la commercialisation de tee-shirts qui portent l’inscription : « Hi ! Kifak4 ? Ça va ? », une construction très usitée qui illustre les mélanges linguistiques auxquels se livrent plaisamment les Libanais.

3. De l’unité verbale à l’unité conversationnelle

3.1. Jaʕnibjæʕnejæʕne

3.1.1. Jaʕni : une forme verbale de l’arabe classique

23En arabe classique, jaʕni est une forme verbale. Il s’agit de la troisième personne, masculin singulier, de l’inaccompli du verbe ʕana (« signifier »).

24Jaʕni se traduit littéralement en français par « (il) signifie ».

[1] الدخول في زمن الصوم يعني الدخول في صراع روحي ضد الش
ʔad-duxûl fi zaman ʔaṣ-ṣawm jaʕni ʔad-dukhûl fi sirâʕ rûḥî ḍiḍ ʔaʃ-ʃar
L’entrée dans la période du carême signifie l’entrée dans un combat spirituel contre le mal.
(1re ligne extraite d’Internet : http://www.zenit.org/​article-2273?l=arabic)

25L’exemple [1] montre l’emploi à l’écrit, en arabe standard, de jaʕni, verbe conjugué précédé d’un groupe sujet et suivi d’un groupe complément. Jaʕnis’accorde avec le sujet comme dans :

[2] تربية الأطفال تعني أن تكون قدوة للاطفال قبل أن تكون صديقاً لهم
tarbijat ʔal-ʔaṭfâl taʕni ʔan takûna qudwatan li-l-ʔaṭfâl qabla ʔan takûna ṣadîqan lahum
L’éducation des enfants signifie que tu sois un modèle pour eux avant que tu ne sois leur ami.
(1re ligne extraite d’Internet : http://www.dw-world.de/​dw/​article/​0,,5078909,00.html)

Taʕni étant la forme verbale du féminin singulier.

26Jaʕni peut être précédé par un anaphorique « هذا » (haða) ou « ذلك » (ðalika) ou « ما » () (« ça », « cela », « ce qui ») et / ou suivi par « اݩ » (ʔan) (« que »), comme dans l’exemple précédent, pour donner « cela signifie », ou « signifie que », ou encore « cela signifie que », « ce qui signifie que ». L’anaphorique reprend ainsi un ou plusieurs énoncés ; jaʕnidemeure au masculin à la troisième personne du singulier. Cette construction permet à jaʕni d’élargir sa portée en reprenant une idée développée sur plusieurs énoncés.

[3] ما يثير الشكوك لديه هو معرفته بعلاقة ما بمحض الصدفة لم يكن على دراية بها. هذا يعني أنه من الضروري على كل فتاة أن تقيّم الشاب على أساس مدى وعيه وتفهمه
mâ jusir ʔaʃ-ʃukûk ladajh huwa maʕrifatuh bi-ʕalâqa mâ bi-maḥḍ ʔaṣ-ṣiḍfa lam jakun ʕala dirâja biha. Hâða jaʕni ʔannahu min ʔaḍ-ḍarûri ʕala kull fatât ʔan tuqajjim ʔaʃ-ʃâb ʕala ʔasâs madâ waʕjih wa tafahhumih.
Ce qui suscite les doutes chez lui [l’homme], c’est le fait qu’il découvre par hasard une relation qu’il ignorait. Cela signifie qu’il est essentiel que chaque fille puisse évaluer l’ouverture d’esprit et la compréhension de l’homme.

27La construction haða jaʕni ʔan(na) (« cela signifie que ») est considérée comme une « connective clause » (Kammensjö, 2005 : 127) permettant d’introduire une explication.

28Nous concluons ce point en précisant que jaʕni verbal est la seule forme attestée en arabe classique.

3.1.2. Bjæʕne et jæʕne en libanais : comparaison des formes et des emplois

29Dans le dialecte libanais, bjæʕne est la forme qui correspond à jaʕni. Le [b] s’affixe à toutes les formes verbales à la troisième personne de l’inaccompli dans leur passage dans ce dialecte (jaktub > bjæktob : « il écrit » ; jaʃrab > bjæʃrab : « il boit »), et le [a] se transforme en [æ]. Les terminaisons en [i] deviennent d’une manière générale [e].

30Bjæʕne est donc le masculin de la troisième personne du singulier de l’inaccompli, btæʕne étant la forme que prend le féminin. Les deux genres sont illustrés en [4] et [5]. Les exemples relèvent de l’oral :

[4] شو بيعني سكوته؟
ʃu bjæʕne skûto ?
Que signifie son silence ?
  • 5 Autrement dit, « rêver d’une mariée » ou « voir une mariée dans son rêve ». (…)
[5] عروس بالحلم بتعني ورتي
ʕarûs bəl-ḥələm btæʕne wərte
Une mariée dans un rêve5 signifie un héritage.
  • 6 Ainsi que dans d’autres dialectes de l’arabe (notamment en syrien), voi (…)

31À côté de ces emplois verbaux, nous retrouvons dans le dialecte libanais6, une forme qui s’apparente morphologiquement et sémantiquement à bjæʕne mais dont la nature est fondamentalement différente et les usages multiples, c’est jæʕne.

  • 7 C’est l’animateur qui s’adresse à deux de ses invités.
[6] مضطرين لأسباب لوجستية نبعدكن عن بعضكن يعني مأعدينكن قبال بعض
məḍtarrîn li asbêb logistijje nbaʕʕedkon ʕan baʕəḍkon jæʕne mʔaʕdînkon ʔbêl baʕed
Nous sommes obligés pour des raisons logistiques de vous éloigner l’un de l’autre jæʕne on vous a installés l’un en face de l’autre.
(1re ligne extraite d’une émission télévisée type talk-show7)
  • 8 Il s’agit d’un exemple pris « comme tel » sur Facebook où, tout comme pour les mails, (…)
[7] eh ne7na 3enna majless nouwweb w 3enna majles wouzara bass heik 7elwin yen7atto decor, lazizin ya3neh
Oui nous nous avons une Assemblée nationale et un gouvernement qui font un beau décor, ils sont mignons jæʕne.
(1re ligne extraite d’Internet : Facebook8)

32Cette même forme est celle que les locuteurs du corpus ont employée dans les échanges menés en français :

[8] Pe : maintenant je ne suis pas frustrEE + *jæʕne* euh certAINS désirs + ok sONT réalisés mais pAS tellement OK? mais je ne sens pas la frustration ++ ok?
  • 9 Non c’est que je m’excuse […].
[9] Pe : quand j’arrive à cette compa:gnie et ensuite ça va être mon rôle de prendre des employés peut-être que je ne vais pas appliquer cette méthode je- j’appliquerai la méthode-
Ji : tu as dit peut-être *jæʕne*
Pe : *laʔ* *ʔənno*9 je m’excuse c’est pas peut-être (rires)
[10] Ca : à trente ans tu vis ta sexualité *jæʕne* + au maximum ++

33La comparaison de bjæʕne dans [4] et [5] avec jæʕne dans [6] à [10] permet de relever :

  1. du point de vue phonologique, l’absence du [b] ;
  2. du point de vue morphologique, le figement à la troisième personne (perte des désinences verbales) ;
  3. du point de vue syntaxique :
    1. le changement de la construction < sujet – bjæʕne – complément > en un jæʕne employé entre deux énoncés en [6] et en [8], à la fin d’un énoncé en [7] et en [9], ou entre les constituants d’un même énoncé en [10] ;
    2. bjæʕne dans [4] et [5] est un constituant à part entière de la proposition alors que jæʕne dans les exemples [6] à [10] peut être supprimé sans que cela n’affecte la grammaticalité de la proposition.

34Les deux dernières observations (2 et 3 : 1 et 2) montrent que jæʕnerelève d’une autre catégorie que bjæʕne. Son comportement dans les exemples [6] à [10] répond aux caractéristiques de la catégorie générale des marqueurs discursifs (désormais MD).

35Dans la mesure où il n’existe pas de définition unique qui puisse rendre compte de tous les aspects caractéristiques des MD, nous proposons une liste de propriétés qui permettent de circonscrire au mieux les traits définitoires de la catégorie.

36Ainsi, les MD :

  1. ont une fonction connective : ils permettent de lier une unité textuelle au discours précédent (Fraser, 1999) ;
  2. ne sont pas intégrés syntaxiquement à l’énoncé, ils sont doncparenthétiques (Brinton, 2008 : 1) et ne contribuent pas au contenu propositionnel ;
  3. sont optionnels : leur suppression ne rend le texte ni agrammatical ni incompréhensible (Brinton, 1996 : 247) ;
  4. ont une fonction principalement pragmatique : ils fonctionnent comme des signaux guidant l’interprétation de l’interlocuteur (Aijmer et Simon-Vandenbergen, 2009), leur compréhension dépend uniquement de paramètres contextuels et cotextuels ;
  5. sont caractéristiques de l’oral (Dostie et Pusch, 2007) puisque la nature spontanée, informelle et fragmentée de l’échange nécessite une interprétation presque instantanée du discours (Mosegaard-Hansen, 1996 : 145) ; ils sont, de ce fait, très fréquents à l’oral ;
  6. jouent un rôle dans la cohérence du discours : ils permettent au locuteur d’organiser son discours et à l’interlocuteur de comprendre des segments distincts comme un tout (Erman et Kotsinas, 1993 : 81) ;
  7. ont une portée variable, c’est-à-dire que l’unité qui contient le marqueur peut revêtir plusieurs formes et que le marqueur peut s’appliquer à un discours plus ou moins long (Mosegaard-Hansen, 1996 : 106) ;
  8. fournissent, d’un point de vue sémantico-pragmatique, des instructions à l’interlocuteur sur la manière d’intégrer leur unité hôte dans une représentation mentale du discours, ils remplissent une fonction métadiscursive (Mosegaard-Hansen, 1998 : 236 ; Traugott, 2004 : 306).

3.2. La pragmaticalisation de jæʕne

37Nous partons de l’hypothèse selon laquelle le MD jæʕne est issu d’un phénomène de pragmaticalisation, définie comme l’évolution d’unités lexicales ou grammaticales donnant lieu à des unités conversationnelles « qui ne jouent [plus] un rôle sur le plan référentiel » (Dostie, 2004 : 27), autrement dit, des unités qui « émerge[nt] de la structure phrastique pour s’approprier un rôle au plan textuel et interpersonnel » (Dostie, 2006 : 2), qui marquent une prise de position métadiscursive par le locuteur.

  • 10 Dostie (2004 : 34), en se référant à Hopper (1991), précise qu’en l’absence (…)
  • 11 Il s’agit plus précisément de la décatégorisation, la paradigmatisation, la(…)

38En l’absence de données diachroniques, et en nous fondant sur une démarche défendue par Hopper (1991 : 20) et par Dostie (2004 : 34-45)10, l’étude du marqueur prend appui sur les principes11 qui guident la pragmaticalisation.

39Ces principes sont appréhendés ponctuellement dans le cadre de l’analyse et nous y reviendrons dans la conclusion pour en dresser un bilan.

40Nous nous penchons aussi sur les propriétés sémantiques des formes verbales d’origine qui peuvent constituer des prédispositions / motivations au / pour le changement.

3.2.1. Hypothèses sur l’origine et l’évolution de jæʕne

41À partir de la comparaison des formes et des emplois des unités verbales et déverbales (3.1 et 3.2, ci-dessus), nous avançons deux hypothèses quant à la forme d’origine de jæʕne, qui reposent sur une même conception de la pragmaticalisation du marqueur, i. e. évolution déterminée par la fixation des stratégies discursives dans des structures morphosyntaxiques, évolution d’éléments lexicaux employés dans des cotextes spécifiques et hautement contraints (Traugott et Heine, 1991 ; Hopper et Traugott, 1993 ; Brinton, 1996) :

Hypothèse 1 : jæʕne est un classicisme ; c’est jaʕni appartenant à l’arabe standard qui développe des emplois déverbaux à partir de son emploi dans une construction verbale connective : (haða) jaʕni (ʔanna) [« (cela) signifie (que) »].

Hypothèse 2 : jæʕne vient de bjæʕne du dialecte libanais et a perdu le [b] – par attrition phonologique – et ses désinences verbales à partir de son emploi dans la construction : (hajda) bjæʕne (ʔənno) [« (cela) signifie (que) »].

  • 12 Brinton (2008 : chap. 5) remet en cause cette hypothèse dans l’étude de (…)

42Ces deux hypothèses correspondent à une tendance de la recherche actuelle qui considère que les MD d’origine verbale, les verbes parenthétiques comme tu voistu saisI meanyou know, etc., trouvent leur origine dans des matrices propositionnelles à complément telles que « I mean (that) »12, « tu vois (que) » ou « (comme) tu vois » (Bolly, 2010).

43Il s’agit pour ces marqueurs, tout comme pour jæʕne, d’emplois déverbaux qui coexistent avec les formes verbales « d’origine ».

44Mais la pragmaticalisation ne dépend pas uniquement de paramètres « externes », i. e. syntaxiques et contextuels (hypothèses 1 et 2), elle est aussi liée aux propriétés « internes » de l’unité d’origine, c’est-à-dire à son sémantisme.

3.2.2. Sur le sémantisme de jaʕni / bjæʕne

45Des différentes études sur les MD d’origine verbale, il ressort que leur équivalent non discursif, à savoir la forme verbale d’« origine », appartient à la catégorie générale des verbes de cognition qui inclut les verbes de connaissance (« savoir », « comprendre », etc.), de perception (« entendre », « écouter », « voir », etc.), de parole (« dire », « parler », etc.), catégorie particulièrement sujette à la pragmaticalisation. D’après Dostie (2006 : 3) :

[…] il semble exister une forme d’affinité entre sens qui rendrait certains développements sinon prévisibles, du moins naturels. C’est comme si, en quelque sorte, certaines unités lexicales étaient prédisposées à se pragmaticaliser.

46Que l’unité d’origine soit jaʕni ou bjæʕne, on est en présence de la même unité réalisée phonologiquement de manière différente. Le sémantisme est donc le même : « signifier ».

47Dans < X bjæʕne Y > / < X jaʕni Y > (X signifie Y), le sémantisme de Y est posé comme équivalent à celui de X, ou explicite celui de X. Il s’agit surtout d’une équivalence mise en place et reconnue par le locuteur. Cette équivalence est prise au sens large car on est confronté à l’une des possibilités suivantes :

  • X et Y sont équivalents ;
  • Y est la définition de X ;
  • Y explique, élabore X ;
  • Y exemplifie X ;
  • Y récapitule, résume X ;
  • Y nomme X.

48Dans tous les cas, l’opération d’identification – au sens large – en discours est une opération cognitive. Selon Fuchs (1994 : 174) :

[…] l’établissement d’une relation de paraphrase se joue sur un autre terrain que celui de la langue : il s’agit d’une stratégie cognitivo-langagière des sujets qui procèdent à une identification momentanée des significations de chacun des deux énoncés, annulant les différences au profit des seules ressemblances.

49Bien qu’il s’agisse dans cette citation d’une remarque sur la paraphrase, cette vision peut être élargie et vérifiée quant aux divers emplois dejaʕni / bjæʕne qui appellent une opération cognitivo-langagière.

50Jaʕni et bjæʕne ont pour interprétation sémantique « signifier ». Ce sémantisme, « cognitif », leur permet de développer des emplois textuels et interpersonnels, donc de se pragmaticaliser.

  • 13 Par « explication de l’intention », on entend ici l’explication d’un acte par la form (…)
  • 14 « NN » pour « nonnatural sense » (Grice, 1957 : 378).

51Mais jaʕni (tout comme bjæʕne) a un autre emploi. Il introduit l’explication de l’intention13, emploi apparenté au concept de « meaningNN »14 de Grice (1957), qui distingue un sens qu’il appelle « naturel » et un autre « non naturel ». Le sens « non naturel » est défini comme suit (Grice, 1957 : 385) :

“A meantNN something by x” is (roughly) equivalent to “A intended the utterance of x to produce some effect in an audience by means of the recognition of this intention” ; and […] to ask what A meant is to ask for a specification of the intended effect.

52Considérons l’énoncé suivant :

[11] ﺇﻦ ﺮﺍﻴﺘﻤﻮﻨﻲ ﺼﺎﻤﻂﺎ فاعلموا ﺃﻦ ﺼﻤﻂﻲ ﻻ ﻴﻌﻨﻲ ﺠﻬﻟﻲ ﺒﻤﺍ ﻴﺪﻮﺮ ﺤﻮﻠﻲ ﻮﻠﻜﻦ ﻤﺍ ﻴﺪﻮﺮ ﺤﻮﻠﻲ ﻻ ﻴﺴﺗﺣﻕ الكلام
ʔin raʔaytumûni ṣâmitan fa-ʕlamou ʔanna ṣamti lâ jaʕni ʒahli bimâ jadûru ḥawli wa lâkin mâ yadûru ḥawli lâ jastaḥiq al-kalâm
Si vous m’avez vu silencieux, sachez que mon silence ne signifie pasmon ignorance de ce qui se passe autour de moi mais ce qui se passe autour de moi ne mérite pas la parole.
(1re ligne extraite d’Internet : http://ejabat.google.com/​ejabat/​thread?tid=79ece30735fbb7be)

Jaʕni est employé ici dans le sens de meanNN. En effet, il introduit l’explication d’une intention, celle que le scripteur a voulu exprimer (et dont il entend qu’elle soit comprise comme telle) par « son silence ». Cet énoncé peut être reformulé par : Ce qui est signifié par mon silence est : « ce qui se passe autour de moi ne mérite pas la parole » (voir Grice, 1957 : 378).

53Ainsi, deux sens principaux sont attribués aux emplois de jaʕni / bjæʕne : celui qui introduit l’explication du sens d’un mot, d’un énoncé ou d’une idée, et celui qui introduit, comme on vient de le voir, l’explication d’une intention.

3.2.3. De quelques motivations de l’évolution

  • 15 Le besoin d’expressivité renvoie à la volonté du locuteur d’agir sur son interlocuteu (…)

54La principale motivation du changement linguistique est le besoin d’expressivité15 des locuteurs. Meillet (1982 [1921] : 139) précise que « ce qui en provoque le début, c’est le besoin de parler avec force, le désir d’être expressif ». Traugott (1982), quant à elle, présente cette motivation par la finalité :

Propositionnel > textuel > expressif.

55Le besoin d’expressivité paraît encore plus évident dans la pragmaticalisation. Les unités qui se spécialisent dans cette fonction, i. e.les MD, et qui interviennent principalement aux niveaux de la cohésion discursive, du guidage de l’interprétation et de l’intersubjectivité, constituent des réponses conversationnelles efficaces aux besoins des sujets parlants.

56À la question : « pourquoi certaines unités se pragmaticalisent-elles et pas d’autres ? », la réponse demande de faire intervenir différents paramètres. Nous en avons déjà présenté deux, concernant l’unité d’origine :

  • son emploi dans des cotextes contraints,
  • son sémantisme cognitif.

S’y ajoute le vide (ou besoin) linguistique, en d’autres termes, ceux de Meillet (1982 [1921] : 133) : « la “grammaticalisation” de certains mots crée des formes neuves, introduit des catégories qui n’avaient pas d’expression linguistique ».

57Tel est le cas pour jæʕne qui constitue le seul élément de son paradigme dans le dialecte libanais. Il existe en arabe classique une particule explicative : [ʔaj], mais cette forme n’a pas été conservée dans les dialectes. Son emploi se différencie de celui de jæʕne en ce qu’elle relie des unités de même niveau : [ʔaj] explique un mot par un autre, un syntagme par un autre, un énoncé par un autre. Ce n’est pas le cas de jæʕne qui relie des unités de niveaux différents faisant preuve, de ce fait, d’un usage plus large.

58Ainsi, parmi les motivations à la base de l’émergence du MD jæʕne figure l’absence, dans le vocabulaire libanais, d’autres unités permettant le marquage du lien d’équivalence ou de reformulation.

3.2.4. Complexification sémantique et attrition phonologique de jaʕni / bjæʕne

  • 16 Nous renvoyons à la distinction opérée par Pop (2000) entre espace métadiscursif et e (…)

59Si le principe d’affaiblissement sémantique rend compte de manière efficace de trajectoires de grammaticalisation, il se révèle inadapté à la pragmaticalisation dans ses premiers stades. C’est pour cette raison que nous rejoignons Traugott (2004) et Dostie (2004) pour parler plutôt de complexification sémantique à travers le passage d’un sens lexical, référentiel à un sens pragmatique, abstrait, méta- voire paradiscursif (Pop, 2000)16.

60On considère les différents emplois de jæʕne (voir infra, 4.3.1 à 4.3.6) comme des actualisations différentes d’une même unité : il s’agit d’un cas de polysémie. Il existe pour tous ces emplois, même pour ceux qui présentent le plus d’opacité par rapport au sens lexical d’origine, un sens commun, sous forme d’instructions, qui s’actualise différemment selon les contextes.

61En ce qui concerne l’attrition phonologique du marqueur, elle est observée à deux niveaux. Le premier n’est valable que si l’hypothèse 2 (jæʕne vient de bjæʕne du libanais) est vérifiée. Si c’est le cas, il s’agirait de la perte du [b] de bjæʕne.

  • 17 Fricative, sonore, non emphatique.

62Le deuxième niveau d’attrition, et ce, quelle que soit la forme d’origine, est le relâchement, dans la prononciation du marqueur, de l’articulation transcrite [jæʕne] jusqu’à l’amuïssement articulatoire total de la pharyngale17 et de la semi-consonne prépalatale [j], i. e. [əne], en passant par [jəne].

63Dans les réalisations les plus relâchées, les occurrences du marqueur tendent à être imperceptibles. En effet, à chaque révision des transcriptions, nous relevions des omissions de notation de certaines occurrences de jæʕne ; ces dernières se fondent prosodiquement dans le flux du discours et seule une écoute très attentive et informée permet de les repérer.

3.2.5. Le figement de jæʕne

  • 18 Expression empruntée à Dostie (2004).

64Ce qui rend jæʕne particulier par rapport aux autres « MD déverbaux »18, c’est que, contrairement à la majorité de ces marqueurs figés à la première ou à la deuxième personne, il porte la marque de la troisième personne.

  • 19 Voir Dostie (2004 : 67-70) pour une présentation plus complète des MD d(…)

65L’étude de Thompson et Mulac (1991) montre qu’en anglais les MD issus de constructions verbales sont à 95 % à la première personne, à 4 % à la deuxième et à 1 % seulement à la troisième personne. En français aussi, la majorité des MD déverbaux s’est figée à la première ou à la deuxième personne : disonsje comprendsdis donctu sais, tu vois19, par exemple.

66Les marques de la première et de la deuxième personne constituent des facteurs qui favorisent la pragmaticalisation, la subjectivité et l’intersubjectivité étant des besoins communicationnels essentiels pour les locuteurs. L’unité pragmaticalisée véhicule une expression plus marquée de la subjectivité du locuteur (Dostie, 2004 ; Traugott, 1995 et 2002).

67Dans le cas de I mean, par exemple, l’accent est mis sur la modification du discours antérieur du locuteur lui-même, par opposition à you mean qui permet au locuteur de « modifier » le discours de son interlocuteur (Schiffrin, 1987 : 299). La particularité de jæʕne réside dans le fait que ses emplois recouvrent ces deux possibilités : la même forme est employée par le locuteur pour modifier son propre discours et celui de son interlocuteur. Autrement dit, jæʕne, en discours, acquiert une dimension interpersonnelle en dépit de l’absence du marquage de la première ou deuxième personne d’un point de vue morphologique.

4. Typologie des emplois de jæʕne

68L’origine lexicale de jæʕne (jaʕni ou bjæʕne : « il signifie ») explique un emploi principal de ce dernier comme marqueur de reformulation, emploi qui selon les cas sera rendu par « c’est-à-dire » ou « autrement dit ». À côté de cette fonction figure un large éventail d’emplois renvoyant à des degrés de pragmaticalisation plus ou moins avancés, dans lesquels jæʕne marque la correction, la continuation, le travail de formulation (hésitation, recherche lexicale, planification discursive), etc.

4.1. Méthodologie

69L’objectif est de définir les emplois de jæʕne d’un point de vue sémantico-pragmatique en prenant en compte les paramètres distributionnels et contextuels du marqueur.

70L’intérêt pour jæʕne a été suscité par ses nombreuses occurrences dans les débats du corpus recueilli, en particulier par celles qui marquent les opérations de reformulation. La présente étude est fondée sur des exemples extraits de nos enregistrements.

71En suivant une démarche inductive, nous avons observé les différents emplois de jæʕne en prenant en compte des paramètres prosodiques, distributionnels et sémantico-pragmatiques.

4.1.1. Paramètres prosodiques dans la discrimination des emplois de jæʕne

  • 20 Pour une étude approfondie de la prosodie de connecteurs discursifs et de son rôle da (…)
  • 21 Perception à l’oreille, fidèle à la perception spontanée des locuteurs (voir Dostie, (…)

72Bien qu’une analyse prosodique ait pleinement sa place à côté de l’analyse distributionnelle et pragmatique dans la discrimination des emplois du marqueur20, elle a été restreinte à une analyse perceptuelle21 de l’intonation dans la réalisation du marqueur afin de distinguer deux types :

  • continuative : une intonation légèrement montante annonçant une suite ou « remontée de F0 [fréquence fondamentale] en fin de segment […] manifestant que l’on n’a pas fini de s’exprimer » (Morel et Danon-Boileau, 1998 : 16) ;
  • conclusive : une intonation descendante avec effet de clôture ou « la chute conjointe et rapide (sans allongement) de l’intensité et de F0 à un niveau bas » (Morel et Danon-Boileau, 1998 : 16).

73Une attention particulière a été accordée à l’intonation de l’unité précédant et / ou suivant l’occurrence de jæʕne, principalement pour le cas où l’unité est inachevée.

74Les paramètres suivants se sont avérés indispensables dans la détermination des fonctions du marqueur :

  • la réalisation de jæʕne ;
  • l’allongement vocalique de la dernière syllabe ou l’absence d’allongement ;
    • 22 Si les pauses remplies renvoient toujours au travail de formulation (…)

    les pauses22 ou leur absence avant et / ou après jæʕne, ainsi que les autres marques du travail de formulation (désormais TdF) avant et / ou après le marqueur : pauses remplies (« euh »), allongement vocalique.

75Si les aspects sémantico-pragmatiques du marqueur et de son cotexte ont participé à sa compréhension, les fonctions de jæʕne dans le discours n’ont pu être déterminées sans le passage par l’écoute des enregistrements du corpus. Voici un exemple présentant trois occurrences du marqueur qui montre comment les paramètres prosodiques participent à la reconnaissance du rôle de jæʕne.

[12] Ji : je ne sais pas c’est un cas particulier *jæʕne:* euh c’est peut-être que: + euh + *jæʕne* ta famille à toi/ + te laisse faire des choses mais + euh si on parle en générAL + *jæʕne* la vie au Liban il y a des familles qui sont un peu euh ++ traditionnelles qui: euh ne donnent pas de liberté euh + aux FILLes + euh précisément

76En [12], la première occurrence du marqueur est intégrée prosodiquement à son cotexte gauche (absence de pause) et annonce, par son allongement vocalique et son contour intonatif continuatif, une suite, une reformulation, en marquant l’insuffisance informationnelle de la séquence qui précède ; cette première occurrence est suivie d’une pause remplie qui signale le TdF en cours.

77Le deuxième jæʕne apparaît après une séquence de TdF constituée d’un allongement vocalique, d’une pause, d’une pause pleine (« euh »), puis d’une pause. Intégré prosodiquement au cotexte droit et précédé d’une séquence de TdF, jæʕne marque la continuation du discours.

78La troisième occurrence nous intéresse particulièrement. À la lecture et sans le recours aux paramètres sémantico-pragmatiques des unités qui l’entourent, elle serait interprétée comme un emploi reformulatif :

si on parle en générAL + *jæʕne* la vie au Liban

« [L]a vie au Liban » apparaissant comme la reformulation de « si on parle en général ».

79Or, à l’écoute, l’interprétation diffère. En effet, l’absence de pause après « la vie au Liban » et le contour intonatif continuatif de cette unité excluent la lecture reformulative. La formulation de Ji « la vie au Liban il y a des familles » est à entendre comme « au Liban il y a des familles ». Les marques prosodiques permettent donc la compréhension de l’emploi dejæʕne comme continuateur et non comme marqueur de reformulation.

80La prosodie permet aussi la délimitation de l’unité hôte du marqueur et, de ce fait, la détermination de sa position par rapport à cette unité. L’intonation continuative place jæʕne au début de l’unité qui le suit alors que son intonation conclusive marque sa position finale.

81Par ailleurs, pour certaines occurrences, on peut reconnaître la fonction du marqueur alors que sa portée est absente :

[13] Pe : […] #1 [xxx] tu peux commencer- #
Ji : #2 non mais- mais déjà tu as vingt-cinq ans tu as vingt-six vingt-sept*jæʕne*– #
Pe : tu peux commencer par payer le premier versement par exemple et chaque fois tu payes de plus/
[14] Ta : #2 oui le problème oui que- # que il y a parfois des gens qui se marient même dans- *jæʕne* dans la jeune génération maintenant/ + ils se marient car son père veut qu’elle se marie de cette personne parce qu’il a- parce qu’il est riche et tout ça et- *jæʕne*-
Le : il y aura [teʒur] d- il y aura toujours ces exceptions […]
  • 23 Les occurrences observées ici sont marquées en gras.

82En effet, les occurrences de jæʕne en [13] et en [14]23 marquent proactivement un segment de discours dont la formulation a été interrompue par la prise de parole de l’interlocuteur, mais à travers l’écoute, on est en mesure d’y reconnaître une intention de reformulation. Une étude instrumentale de la prosodie du marqueur présenterait un intérêt majeur pour la discrimination de ses emplois.

4.2. La distribution de jæʕne

4.2.1. Méthodologie

La distribution d’un élément sera définie comme la somme de tous les environnements de cet élément. (Harris, 1970 : 14)

83La notion de distribution pour un MD diffère sensiblement de celle applicable aux catégories lexicales. Les MD sont des unités qui ne sont pas grammaticalement dépendantes du verbe constructeur. Ils ne participent pas au contenu propositionnel de leur unité hôte.

84La distribution d’un MD doit être examinée à partir de la portée, scope, du marqueur lui-même. En effet, pour une description pertinente des « environnements » du marqueur, il importe de déterminer le segment du discours sur lequel il porte, d’une part, et d’observer sa position par rapport à cette unité, d’autre part.

85De plus, la prise en compte du segment précédant le marqueur (S1 dans : < S1 – marqueur – S2 >), si celui-ci est en position initiale, ou de celui qui précède son unité hôte lorsque ce dernier est en position finale (S1 dans : < S1 – S2 – marqueur >), constitue une information importante. En effet, Schiffrin, qui définit les marqueurs discursifs comme « sequentially dependent elements which bracket units of talk » (1987 : 31), précise (1987 : 37) :

[…] it is important to note that brackets look simultaneously forward and backward – that the beginning of one unit is the end of another and vice versa.

  • 24 Par doublement cataphorique, nous caractérisons le cas où le marqueur est employé à l (…)

86De ce fait, qu’il soit proactif ou rétroactif, le marqueur présente un double caractère : respectivement, anaphorique / cataphorique et doublement cataphorique24.

87La prise en compte de la séquence antérieure repose sur des paramètres sémantiques et pragmatiques. Elle ne peut pas être définie à partir d’indices formels propres mais nécessite l’interprétation du récepteur. Le cotexte de gauche, précédant l’unité hôte, permet d’affiner l’observation distributionnelle du marqueur.

88On a parlé de séquences, de cotexte de gauche et d’unité hôte, or ces délimitations ne vont pas de soi et supposent, à côté de la dimension pragmatique, une conception préalable des unités constitutives d’un texteoral. Selon Le Goffic (2008 : 329) :

La recherche des unités d’un texte est à la fois une nécessité évidente […] et une source de contradictions inévitables : qui dit unité dit individualisation, indépendance, autonomie, mais qui dit texte (tissu) dit interdépendance des parties.

89Cette question appelle une conception de la syntaxe de l’oral et la notion de macrosyntaxe étudiée par le Groupe aixois de recherche en syntaxe.

90La macrosyntaxe renvoie aux « relations qu’on ne peut décrire à partir des rections de catégories grammaticales » (Blanche-Benveniste (éd.), 1991 : 113). Il s’agit d’« une organisation qui n’est pas fondée sur des catégories mais sur des unités d’ordre pragmatique, sémantique et prosodique » (Blanche-Benveniste, 2008 : 308) et dont les éléments constitutifs sont les énoncés.

91Dans l’étude distributionnelle de jæʕne, on considère comme unité de base l’énoncé, en séparant les occurrences du marqueur aux frontières des énoncés de celles qui apparaissent au sein de l’énoncé et qui portent sur une partie de ses constituants (partie d’énoncé, syntagme, mot). On parlera alors de deux niveaux : le niveau textuel et le niveau de l’énoncé.

4.2.2. Résultats de l’analyse distributionnelle de jæʕne

92Jæʕne au niveau textuel présente une distribution variée. Il a sous sa portée des segments du discours de longueur variable(phrase / paragraphe).

[15] Ji : […] ici au LibAN + il n’y a rien/ il n’y a pas de sécurité sociale si quelque chose t’arrive et tu dois aller à l’hôpital tu dois payer beaucoup d’argen::t t- les- euh toutes les choses il y a beaucoup de saletés sur les rue:s/ il y a-
Pe : *la2* mais quand même il y a::-
Ji : #1 *jæʕne* ce qui est bien c’est seulement la famille #
Pe : #2 il y a la sécurité sociale + #
Ji : c’est- c’est tout::

93Il peut occuper une position initiale, comme en [15], ou finale, en [16], par rapport à l’énoncé qui constitue sa portée.

[16] Ji : mais il est marié/ à quel an il est marié ?
Pe : à quel an il est ma-? non il est- il était marié ici au Liban et puis ils- euh #1 ils sont partis #
Ji : #2 ah il- il est allé ta:rd *jæʕne*

94Son apparition est indépendante de la modalité (déclarative, interrogative en [17], exclamative en [18]) de son énoncé hôte.

[17] Pe : quand je termine mes études
Ji : *jæʕne* à vingt-trois ans ? vingt-deux ?
[18] Ji : euh je sais que mon pays a besoin de moi ++ mais parfois aussi le pays i- *jæʕne* i- il doit m’offrIR des choses + on ne peut pas continuer comme ça/ *jæʕne* +

95Il peut, enfin, introduire des énoncés d’arrière-plan insérés entre le début d’un énoncé inachevé et sa répétition / son achèvement, jouant ainsi un rôle dans la structuration et dans l’organisation au niveau informationnel, comme dans [19].

  • 25 Afin de faciliter la compréhension de cet exemple, nous avons marqué par (…)
[19] Ta : […] car ces jeunes- ces jeunes gens/ ne savent pas comment exprimer c’est-à-dire leurs sentimen::ts « est-ce que » /- *jæʕne* après quand ils vont grandi:r « est-ce que j’aime cette fille? est-ce que je n’aime pas cette fille? »25 c’est-à-dire ils ne vont pas avoir euh **wiseness enough**

96La locutrice interrompt son énoncé en cours et introduit avec l’emploi dejæʕne l’information qu’elle juge nécessaire pour la compréhension de l’énoncé amorcé, avant de le reprendre.

97Au niveau de l’énoncé, la distribution du marqueur n’est pas moins diverse. Sa portée variable embrasse aussi bien le lexique que lessyntagmes. De manière moins fréquente qu’au niveau textuel, jæʕne peut, sur le plan de l’énoncé, être en position finale (voir l’exemple [20]) et cadrer de manière rétroactive des segments de ce dernier.

[20] Ma : euh une ami::e non + une copine/ ++ je n’en ai pas + mais il y a beaucoup d’amies qui:: comm- ++ comment dire/ + pour tous les jours*jæʕne*

98Pour les deux niveaux, l’observation de la distribution du marqueur n’a pu s’affranchir des éléments prosodiques qui ont servi, d’une part, à déterminer la position du marqueur (initale / finale par rapport à son unité hôte) et, d’autre part, en prenant en compte les pauses, à distinguer pour une même distribution du marqueur des fonctionnements différents.

99Jæʕne occupe trois places par rapport à l’énoncé. En position initiale, il fonctionne à un niveau textuel tandis qu’en position médiane, il fonctionne au niveau des éléments constitutifs de l’énoncé. Jæʕne en position finale peut relever de l’un ou l’autre de ces niveaux.

100Toujours pour les deux niveaux, on a relevé l’emploi de jæʕne dans des espaces de rupture trahissant des difficultés dans la formulation : énoncés inachevés et marques de TdF – i. e. pauses silencieuses et pauses remplies (« euh », allongements syllabiques) – constituent fréquemment le cotexte gauche du marqueur.

101En somme, jæʕne se caractérise par une grande liberté syntaxique. Les exemples analysés montrent la « flexibilité » du marqueur, notamment en ce qui concerne sa portée et sa position.

4.3. Les emplois de jæʕne

102L’analyse des emplois de jæʕne est délicate. En effet, ce marqueur présente une distribution variée, il a des emplois divers, pour certains difficiles à cerner ; entre continuation, reformulation, correction, approximation, les frontières s’estompent avec l’emploi de ce MD qui, tout en participant à l’avancement du discours, y indique continûment des retours.

4.3.1. Reformulation

103Le sens de jaʕni / bjæʕne révèle deux sémantismes principaux : l’explication du sens et l’explication d’intention. Jæʕne hérite parfaitement des sémantismes de sa (ses) forme(s) verbale(s) d’origine et permet de marquer des reformulations de nature différente dans le prolongement de ses deux potentialités.

[21] Fy : quand- quand on est- quand on est + très riche
Ma : mh mh
Fy : mh:: euh ++ on devient:: comme: euh + on- on- on aime l’argent beaucoup et on a beaucoup d’attachement à cet argent + quand on est/ + très euh
Ma : on devient avare *jæʕne* ?
[22] Ma : tu trouves qu’on:: s- qu’on ne peut pas s’adapter + ensemble
Fy : oui on peut pas:: ++
Ma : *jæʕne* l’un- l’un ne peut pas s’adapter avec le- l’autre […]

104Jæʕne marque les reformulations au niveau textuel et au niveau de l’énoncé. Au niveau textuel, il peut être en position initiale ou en position finale alors qu’au niveau de l’énoncé, il ne peut marquer la reformulation qu’en position finale. Il peut être suivi de pauses et de marques du TdF ou précédé par ces dernières. En position initiale, son regroupement prosodique avec l’un ou l’autre de ses cotextes marque, s’il est regroupé à gauche, la projection d’une reformulation, sinon il est précédé de pauses ou autres signes de TdF et il marque le segment de droite, avec lequel il est regroupé comme étant la reformulation du discours précédent.

4.3.2. Correction

105Bien que la correction fasse partie de la reformulation telle que nous la concevons dans le cadre de ce travail, nous avons séparé les emplois dejæʕne qui marquent la reformulation de ceux qui marquent la correction. Dans les deux cas, jæʕne indique un retour sur le « dit » et l’opération intervient sur le (segment de) discours antérieur. Mais si, dans la reformulation, le deuxième segment présente une élaboration du premier, dans la correction, il s’agit d’un remplacement.

[23] Ta : car il y a encore des parents même qui sont- *jæʕne* des couples qui sont même jeunes ils ont- j’ai un cousin à moi/ il est- *jæʕne* il est un- *jæʕne* il est un couple- *jæʕne* lui et sa femme ils sont jeunes
[23’] Ta : car il y a encore des parents même qui sont-
                *jæʕne* des couples qui sont même jeunes ils ont-
j’ai un cousin à moi/ il est-
                *jæʕne* il est un-
                *jæʕne* il est un couple-
                *jæʕne* lui et sa femme ils sont jeunes

106Jæʕne marque une série de corrections en [23]. La représentation en grille (Blanche-Benveniste (éd.), 1991) en [23’] met en évidence le TdF. La première correction porte sur le choix lexical de parents / couple et opère un remplacement. Les hésitations et corrections qui suivent sont les conséquences d’une même difficulté : le passage du générique au spécifique, qui présente une antinomie entre la valeur spécifique construite par « un cousin à moi » et la valeur générique du contexte précédent (voir Morel et Danon-Boileau, 1998 : 75-76).

107En [24], après une hésitation, le locuteur formule « habilités » et annonce immédiatement une rectification du terme anglais adapté phonétiquement.

[24] Ji : […] ici on te prend pas pour tes :: euh ha- habilités *jæʕne* pour tes **abilities** *jæʕne* pour tes : euh
Pe : capacités
Ji : capacité ::s éducatives mai :s pour tes- euh pour tes relations publiques et pour les gens que tu connaisses et c’est tout/
  • 26 Ce type de séquence correspond à ce que De Pietro, Matthey et Py (1989) appellent (…)

108Il y a reprise du cotexte droit « pour tes », structure d’accueil du terme recherché. La correction est proposée par l’interlocutrice – « capacités » –, reprise (ratifiée) et complétée par le locuteur avant qu’il ne poursuive son discours26.

4.3.3. Réparation d’arrière-plan

  • 27 Terme emprunté à l’ethnométhodologie (Schegloff, Jefferson et Sacks, 1977 ; Schegloff(…)

109Le marqueur peut apparaître au début de séquences discursives du type « background-repair » (Schiffrin, 1987 : 300). Cet emploi peut être rapproché des emplois d’édition dans la mesure où jæʕne apparaît après une rupture discursive qui correspond à un moment « cognitif » de prise de conscience d’un « problème » ou « trouble source »27. Il s’agit plus particulièrement dans ces cas, et selon les données dont nous disposons, d’un manque qui relève du niveau informationnel.

[25] Ta : IL Y A DES filles parfois qui pren:d l- *jæʕne* moi ce que je vois qu’il y a toujou- *jæʕne* qu’il y aura toujours des exceptions mais la plupart des filles il prend les extrêmes comment dire/ toujours/

110La réparation d’arrière-plan se présente sous la forme d’un énoncé ou d’une proposition qui rompt l’énoncé en cours et qui est suivi par la reprise / répétition de l’amorce en vue de sa complétion. Ce type d’opération relève de l’organisation informationnelle dans le discours dont la visée générale est l’intercompréhension. Pour revenir à nos exemples dans lesquels jæʕne signale ce type de réparation, nous observons qu’il marque, en position initiale, les segments d’« arrière-plan » et relevons les balises d’organisation suivantes :

  • l’emploi de jæʕne,
  • la répétition du segment amorcé.

Ces balises guident l’interlocuteur sur la manière de recevoir l’information ainsi mise en place, et dans sa compréhension.

111Jæʕne occupe toujours une position initiale dans ce type d’opérations. Il peut être suivi et / ou précédé de pauses brèves. Parmi les occurrences de cet emploi du MD dans le corpus, aucune n’est précédée ni suivie de marques de TdF et une seule est précédée d’une pause très brève.

4.3.4. Approximation et rétrocomplétude

112Nous avons dégagé deux principaux types d’emplois de jæʕne rétroactif (non reformulatif, non correctif), dont des exemples représentatifs figurent respectivement en [26] ainsi qu’en [27] et [28], la singularité en [27] et [28] tenant à ce que jæʕne apparaît à la fin d’énoncés interrogatifs.

  • 28 Certaines séquences, marquées par « […] », ont été supprimées afin d’assurer une meil (…)
[26] Ji : oui mai:s- mais pour- pour avoir- pour avoir la chANce d’entrer dans cette compagnie il faut avoir des relations publiques/ *jæʕne* tOUt ça c’est comme des choses un peu politiques/ *jæʕne* + tu ne peux pas entrer- entrer dans euh un dans un tra- tu ne peux pas avoir un travail ou bien être dans une compagnie euh très bien […]28 au Liban si tu n’as pas de- *jæʕne* ici on te prend pas pour tes […] capacité::s éducatives mai:s pour tes- euh pour tes relations publiques et pour les gens que tu connaisses et c’est tout/
  • 29 L’emploi de « mettre » dans cette séquence est à comprendre dans le sens d’« embauche(…)
[27] Ji : #2 je doute + je doute fort # moi- moi je vais mettre29 mon frère parce que ici- + euh comment tu n- tu ne dois pas mettre ton #1 frè:re? et qu’est-ce que va dire ta mère?#
Pe : #2 c’est-à-dire tu ne dois pas t’occuper des autres si tu fais # qu’est-ce que-
Ji : qu’est-ce que va dire ton père *jæʕne*? pourquoi tu n’as pas mis ton frère pourquoi [xxx] ?
[28] Ji : tu- tu peux vivre avec- euh avec un IL au Liban? non
Pe : #1 non je ne peux pas #
Ji : #2 avec un- tu peux pas # tu peux pas parce que- à cause de #1 ta famille de tes parents #
Pe : #2 à cause des coutumes des # traditions et tout ça mais- euh
Ji : toi tu as quelque chose contre ça *jæʕne*? euh si- s’il n’y a pas ces traditions tu as qu- quelque chose contre vivre- + contre le fait de vivre avec un homme […]

113Une difficulté majeure s’est posée au regard de la totalité des emplois illustrés ci-dessus, quant à la détermination de la portée du marqueur. Si nous avons la certitude, et ce, grâce à la prosodie, que le marqueur est rétroactif (intonation descendante), nous n’avons pas pu délimiter le segment du discours sur lequel il porte. Par exemple, en [26], [27] et [28], porte-t-il sur tout l’énoncé ? Ou seulement sur une partie de ce dernier ? Si la réponse à la deuxième question est positive, reste à délimiter les éléments de l’énoncé sur lesquels il porte et à déterminer comment il les modifie.

114Nous pensons que le marqueur en [26] porte sur un segment de l’énoncé, plus particulièrement sur le mot « politiques », et qu’il le marque comme étant l’élément qui complète l’énoncé, surtout que son emploi vient après une suite d’approximations : « c’est comme des choses un peu ».Jæʕne actualise également une valeur de « hedge » (Lakoff, 1972) : comme si le locuteur marquait le mot comme étant approximatif, sollicitant, par ce fait même, l’indulgence de l’interlocuteur et l’acceptation de son emploi. Tel est le cas aussi d’occurrences déjà observées dans l’étude distributionnelle du marqueur :

[29] Ma : euh une ami::e non + une copine/ ++ je n’en ai pas + mais il y a beaucoup d’amies qui:: comm- ++ comment dire/ + pour tous les jours*jæʕne* + *ʔənno* on sort tous les jours mais il n’y a pas de- UNE qui est spécifique
  • 30 Sur la notion deparaphrase discursive, voir Fuchs (1994).

115Il est intéressant de relever, pour la totalité des exemples présentés ci-dessus, les reformulations systématiques des séquences marquées rétroactivement par jæʕne. En effet, en [26], l’opération mise en place par le locuteur semble être déclenchée par l’emploi approximatif du terme « politiques », qui ne satisfait apparemment pas son intention de communication. En [27], il s’agit d’un discours direct attribué au « père de l’interlocutrice » et qui explicite la valeur de « qu’est-ce que va dire ton père ? ». Ce dernier segment se révèle non pas comme une question qui attend une réponse mais comme une mise en scène de l’attitude du « père », c’est-à-dire celle de reproche. En [28], c’est le déictique « ça » qui fait l’objet d’une paraphrase discursive30 et en [29], la reformulation permet une réorganisation de la formulation précédente, hésitante et déployée par à-coups.

116En position finale, jæʕne peut marquer l’aboutissement d’une recherche lexicale, mais il s’avère que la recherche en question n’aboutit pas toujours à un élément satisfaisant, d’où les reformulations observées en [26] et en [29]. Dans des emplois assez similaires, jæʕne marque aussi l’insatisfaction à l’issue d’une formulation (i. e. un énoncé ou des constituants de ce dernier), dans le sens où il invite à considérer qu’une reformulation est possible (exemple [27]) sans que celle-ci ait lieu explicitement.

4.3.5. Continuation

117Par jæʕne continuateur, on entend un emploi qui signale la poursuite par le locuteur de son propre discours.

[30] Ji : je ne sais pas c’est un cas particulier *jæʕne* euh c’est peut-être que:+ euh + *jæʕne* ta famille à toi/ + te laisse faire des choses
  • 31 Celle que nous avons marquée en gras.

118L’occurrence de jæʕne en [30]31 marque la poursuite de l’énoncé suspendu par un TdF. Comme le montre cet exemple, jæʕne continuateur est regroupé prosodiquement avec son cotexte droit et précédé par des marques de TdF (« euh », pauses et allongements vocaliques).

119La principale différence entre jæʕne continuateur et jæʕne marqueur de TdF se situe au niveau de la présence de pauses ou de marques de TdF :jæʕne continuateur n’en admet pas dans son cotexte droit immédiat.

4.3.6. Travail de formulation

120Dans les travaux d’Al-Batal (1994) et de Kammensjö (2005), jæʕne a été classé dans la catégorie des discourse fillers, dans le sens où il est employé dans les moments de « panne » et de « planification » discursives. Or, dans le cadre de notre étude, cette fonction de jæʕne est définie comme étant UNE parmi celles que peut avoir le marqueur. Dans ce rôle, jæʕne a été désigné comme « marqueur de TdF ». L’exemple [31] montre la cooccurrence du marqueur avec d’autres signes de ce type de travail.

[31] Ji : je trouve que même si on fait beaucoup de travail ici + *jæʕne* euh les conditions restent les mEmes #1 il y a- il y a beaucoup de gens qui pensent à EUX-mêmes #

121Dans cet exemple, le marqueur peut être identifié à une pause remplie, à la manière de « euh », cette dernière étant définie comme l’indice d’une « intention de continuation » (Morel et Danon-Boileau, 1998 : 82). Mais, même si jæʕne partage avec « euh » la fonction de marque de TdF, il ne se réduit pas pour autant à un son, à un discourse fillerJæʕne a une signification qu’il actualise dans le contexte particulier de son emploi dans le cadre du TdF. Il signale à l’interlocuteur l’effort en cours pour produire une forme correspondant à l’intention de communication du locuteur.

4.3.7. Bilan des emplois de jæʕne

  • 32 Ou une situation antérieure, bien que le corpus n’en fournisse aucun exemple.

122Il est apparu, comme dénominateur commun à tous ses emplois, quejæʕne suppose toujours un discours antérieur32 au segment du discours qu’il marque. Autrement dit, il assigne à son unité hôte un rôle ou une valeur à inférer du discours antérieur. Tout en modifiant / ajustant / faisant avancer le discours, il maintient l’attention du locuteur et par conséquent, celle de son interlocuteur, sur « ce qui a été dit ». Mais jæʕne n’est pas pour autant tourné vers l’interlocuteur. Son emploi montre une centration sur le discours (une fonction « méta »), même si l’objectif ultime de tout discours est l’échange, l’action sur autrui, l’intercompréhension.

123Jæʕne présente une unité thématique avec son cotexte gauche, dans le sens où il ne peut pas marquer un changement de « sujet », mais, au contraire, une progression thématique qui s’inscrit dans la même orientation argumentative que le discours antérieur.

124Dans tous ses emplois, jæʕne montre un fonctionnement étroitement lié à la formulation, que ce soit dans l’entreprise de son amélioration / réorganisation (reformulation), dans sa correction, dans ses difficultés (TdF) ainsi que dans ses aboutissements (continuation et approximation). Il est donc intimement lié à des problèmes de formulation, des formulations « qui ne vont pas de soi » (Authier-Revuz, 1995).

125Ce qui s’avère commun à tous les emplois de jæʕne et qui constitue une piste sérieuse dans une future entreprise visant à déterminer la signification du morphème, est l’idée d’insatisfaction qu’il actualise de manière variée selon ses emplois. Cette insatisfaction concerne des éléments de la situation antérieure. Pour la totalité des occurrences relevées dans le corpus, il s’agit de la situation discursive, mais pour des emplois attestés dans le dialecte libanais, il peut s’agir d’une situation extradiscursive, par exemple :

[32] A fait tomber un vase.
B : jæʕne ! + tu es le roi des bêtises !

126L’exemple [32] montre un emploi de jæʕne qui diffère sensiblement des emplois observés dans le corpus. Il en est de même pour jæʕne en [33] :

[33] A : comment se passe ton séjour ?
B : jæʕne

où il fonctionne comme un adverbe et peut être traduit par « couci-couça ».

127Dans chacun de ces deux exemples, jæʕne exprime l’attitude du locuteur, liée à l’insatisfaction.

Typologie des emplois de jæʕne dans le corpus

  • 33 Pauses remplies : « euh », allongements syllabiques.
Type Fonction Distribution Position Pauses et autres marques de TdF33
T 1 Marqueur de reformulation textuel initiale ou finale admet avant et / ou après sauf en position finale (jamais avant)
énoncé initiale
T 2 Correction textuel initiale admet avant et / ou après sauf en position finale (jamais avant)
énoncé initiale ou finale
T 3 Réparation d’arrière-plan textuel
énoncé
initiale jamais avant
T 4 Approximation
Rétrocomplétude
textuel
énoncé
finale jamais avant
T 5 Continuateur énoncé initiale toujours avant
jamais après
T 6 TdF énoncé initiale nécessite avant et / ou après

5. Conclusion

128Nous avons montré, à travers une démarche inductive comparant les formes jaʕnibjæʕnejæʕne et leurs fonctions, et en nous inscrivant dans le cadre théorique de la pragmaticalisation (Dostie, 2004 ; Erman et Kotsinas, 1993 ; Hopper et Traugott, 1993), que jæʕne est un marqueur discursif déverbal dont les emplois se sont développés à partir de l’emploi de l’unité verbale d’origine dans un cotexte contraint : une construction conjonctive. Nous avons relevé pour jæʕne une externalisation de la proposition et une distribution échelonnée.

  • 34 Ces principes sont présentés par Dostie (2004). Le principe de superposition renvoie au f (…)

129Notre approche de la pragmaticalisation du marqueur s’est principalement fondée sur l’observation de principes qui guident les changements linguistiques. En effet, à côté de la décatégorisation (perte des marques morphologiques et des particularités syntaxiques de la forme et de la catégorie verbales, et acquisition des propriétés de la catégorie des MD) et de la paradigmatisation (intégration de jæʕne à de nouveaux paradigmes, ceux des marqueurs de formulation / reformulation), nous avons observé les principes de superposition (layering) et de persistance34et à travers les différents emplois du marqueur – en synchronie et qui coexistent avec la forme verbale d’origine (bjæʕne / jaʕni) – parmi lesquels figure celui qui reflète le sens de l’unité d’origine, à savoir jæʕne marqueur de reformulation. Nous avons aussi relevé, d’un point de vue phonologique, une attrition dans certaines réalisations du marqueur.

130Il est intéressant de souligner qu’en dépit de son figement à la troisième personne, jæʕne partage des emplois avec la construction verbale parenthétique « je veux dire », témoignant ainsi de l’acquisition d’une dimension expressive, le besoin d’expressivité étant d’ailleurs à la base des phénomènes d’évolution.

131La variation synchronique des emplois de jæʕne mise en évidence à travers la typologie de ses différents emplois dans le corpus est la trace d’un processus diachronique de pragmaticalisation. On pourrait penser que chacun de ces emplois correspond à un degré différent de pragmaticalisation.

132Nous pensons aussi que ce processus est loin d’être achevé au vu du potentiel multifonctionnel dont fait preuve le marqueur. En ce sens, nous rejoignons Erman (2001 : 1357) qui précise :

[…] once this process has started the doors are open for meaning shift and language change to take place.

133Par ailleurs, on relève les limites d’une typologie qui se fonde sur un corpus qui n’est pas représentatif de tous les emplois du marqueur et oùjæʕne apparaît comme un phénomène d’alternance codique. Néanmoins, elle rend compte des emplois du marqueur dans le corpus et constitue un point de départ pour une typologie exhaustive qui requerrait des interactions en libanais.

134Enfin, en lien avec le contexte dans lequel les occurrences ont été observées, un grand nombre d’emplois de jæʕne, ceux qui marquent le TdF, sont typiques des situations exolingues où le marqueur traduit les difficultés quant à la formulation. On pourrait penser que ce type d’emploi est lié, de manière générale, à une situation cognitive difficile.

Conventions de transcription

+ pause courte (++ moyenne, +++ longue)
: allongement vocalique (::, :::, selon la durée)
/ intonation montante
? intonation interrogative
j- j’ai le tiret marque une troncature (un autre exemple : il faut les remp- remplacer ou il par- il s’en allait)
NON mot prononcé de façon accentuée
[xxx][stazje] mot ou segment inaudible, ou incompréhensible, ou transcription phonétique
#1 blabla##2 blibli# chevauchement des tours de parole
euh hésitation, pause remplie
(rires) commentaire du transcripteur pour caractériser des phénomènes non verbaux
*laʔ* mot ou segment en libanais (transcription phonétique)
**already** mot ou segment en anglais

Haut de page

Bibliographie


adonis49

adonis49

adonis49

July 2020
M T W T F S S
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Blog Stats

  • 1,398,750 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 745 other followers

%d bloggers like this: