Adonis Diaries

Posts Tagged ‘Libanais

Can we say the Lebanese is a “people”? And who this mass upheaval represents?

Est-il un “peuple” ce Libanais
Bernard Gerbaka posted on FB. Yesterday at 12:01 AM

Thawra?… Thawra!

Un peuple qui occupe les places, qui pause pour les fêtes… promenade et corvée…

Un peuple qui remplit les rues, les cafés, les salons et les salles de presse. …

Un peuple qui se chicane, qui «en a marre», «a faim», «en a assez» de ses gouvernants…

Un peuple  qui generalise et dit “kellon“, (all of them)

Un peuple qui fait la queue devant les guichets automatiques, qui attend son tour durant des heures au comptoir des banques pour quémander son propre argent qu’on lui verse comme une aumône, au compte-goutte hebdomadaire,

Un peuple qui subit les politiques vexatoires de la Banque Centrale, de l’Association des Banques, des échangeurs avides et des usuriers,

Un peuple qui, de peine et de misère, force la démission du gouvernement et qui assiste, depuis plus de trois mois, aux mêmes tractations et querelles de portefeuilles pour la formation d’un nouveau gouvernement,, qui n’acceptera pas une réplique des précédents, mais uniquement un gouvernement de technocrates indépendants tel que réclamé, à cor et à cri, par les «révolutionnaires»…

Un peuple qui ne laisse passer ni les scandales financiers ni les milliards de dollars «évadés» ni les opérations frauduleuses aux administrations, ni les maltraitances et trafics d’enfants, ni les altercations tonitruantes avec la justice, ni les désastres écologiques, ni les négligences sanitaires, ni les vexations éducatives, ni les destructions des lieux de vie, ni les occupations réfugionnistes, ni les discriminations, ni les révélations fracassantes des ministres s’accusant mutuellement dans le registre “responsable mais pas coupable”…

Un peuple qui ne laisse pas les cas de corruption et de violation des droits de l’homme, de la femme et de l’enfant se tasser ou se volatiliser…

Un peuple qui est conscient du noyautage confessionnel, et qui n’exclut personne des «kellon»,

Un peuple qui manifeste devant un restaurant pour expulser des affameurs et qui remplit de vie les restaurants et les places, qui déclenche la «révolte des affamés»,

Un peuple qui enrage et qui chantonne à toutes les têtes de turc, son Hela Hela Ho ou autres tirades – selon préférences – qui refuse la machine à pétrir gouvernementale et la galette ministérielle,

Un peuple qui apprend et enseigne, à partir des mouvements et mouvances, révoltes et révolutions, guerres et conflits armés, de Turquie, Tunisie, Palestine, Jordanie, Bahrein, Libye, Yémen, Égypte, Soudan, Algérie, Irak, Syrie, Iran… et qui tente, dans son désespoir et son immense espérance, à mieux faire, plus pacifique, moins violent, plus durable, plus curable…

Une Thawra de femmes et hommes, jeunes et âgés, enfants et porteurs de handicaps, compte sur sa diversité pour lui dessiner des ailes, lui imprimer son caractère et sa personnalité, son innocence et sa maturité, sa paix et ses sursauts, sa résistance et sa résilience, sa souplesse et son endurance, sa détermination pacifique et ses appontages spirituels.
«Thawra» endure, avec ses maux et ses morts, ainsi que les grands sacrifices que ce peuple subit… économiques et financiers, sanitaires et environnementaux, sociaux et éducatifs, … et qui puise résistance et résilience dans ses propres ressources, ..

Un peuple fier et généreux, un peuple aimable et affable, un peuple superficiel dans son quotidien et profond dans ses racines, un peuple vivace et libre,

 

Ce peuple ne mourra pas, et sa révolution aboutira…et le mot «Thawra» gravé sur un poing géant, est à la mesure de ce peuple, qui a englobé puis transformé en vestiges toutes les occupations, depuis l’ottomane (qui a débuté avant la découverte de l’amérique), jusqu’à la syrienne…

Ce peuple, désuni par les intérêts et les manipulations, est réuni par la faim et la faillite…il lui reste à faire son deuil (sur son passé sanglant) qu’il n’a jamais fait depuis 1975, pour finalement se retrouver en une nation et non en 2 négations, un peuple capable de bâtir sa société, notre société, née de notre Thawra!

La Thawra est permanente, avec le sourire et les larmes, dans la bonne humeur et la tristesse, dans l’humour et les cris, les caricatures et sarcasmes, sur les places et les réseaux sociaux, rendant risibles et pitoyables les dirigeants. Le peuple investit cette «Thawra», fait campagne, réveille les inconscients, montre l’apathie des dirigeants, leur débouche les oreilles, appelle à la grève, dessille les yeux des aveuglés à leur propre condition…

Au rythme où elle va, Thawra ! Thawra ! garde sa forme exclamative!
Comme le feu, elle enflamme et brûle, comme l’eau, elle irrigue et noie, comme la terre, elle enterre et fleurit, come l’air, elle inspire et balaie !

Thawra est diverse et omniprésente, elle est inattendue et inclusive… elle n’a pas de locomotive mais elle a une âme, celle de nos enfants!

Note: We can go on for ever on “Un people et ce people” but Nothing has materialized and proved that we are Un peuple. Since our mock independence in 1943, the Lebanese didn’t demonstrate any zeal in changing its sectarian and comprador system.

 


adonis49

adonis49

adonis49

July 2020
M T W T F S S
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Blog Stats

  • 1,395,472 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 742 other followers

%d bloggers like this: