Adonis Diaries

Posts Tagged ‘mandated power

This historical wrong-timing calamity 4 decades mistake:How Lebanon civil war lasted that long?

Late Hafez Assad troops crosses Lebanon borders in 1976

Note: an update of my article posted in August 2018

This historical error of judgement by Syria late Hafez Assad in 1976: Lebanese are still paying its dear price, 50 years later.

The Lebanese “progressive” movement of political parties, allied with Palestine Liberation Organization (Yaser Arafat, who was a Muslim Brotherhood)), were massed in the town of Dhour Shouweir and ready to enter Bikfaya and descend on Jounieh (supposedly a stronghold of the Christian militias forces).

The US ambassador hurried to Damascus to convince Hafez to cross the borders and prevent the defeat of the Christian militias.

The US and Israel gave Syria the green light and dangled all kinds of opportunities for Assad to move quickly, a one-life opportunity to take control of a big chunk of Lebanon, sort of a mandated power.

The “Leftist” alliance needed barely 3 weeks to end their plan of attack.

Hafez didn’t give them that reprieve and ordered them to stop the attack.

Surely they resisted the onslaught of the Syrian army and delayed for 6 months the Syrian army to deploy.

But the “Christian” militias were saved and given fresh opportunities to resume their traditional treacherous activities before and after Lebanon independence of begging the colonial powers and Israel to continue their international support and weapon transfer.

The “Christian” leaders have always been the confirmed stooges to the colonial powers, on the faked and untenable assumption that their survival is linked to the firm colonial support.

Though previous experience and successive later ones proved to be wrong and the colonial powers didn’t give any weight for the minority Christian forces, militarily and politically

So, what convinced Hafez, this level headed and patient leader, to cross in the wrong timing?

It was easy to surmise that in critical periods, the clan and minority spirit overcome the general concept of unity of the nation.

minority “Muslim” Alawi sect in power in Syria, coming to the rescue of a minority Maronite “christian” sect that was in power a year ago, before the start of Lebanon civil war. (Then the Maronite President had vast power. After the Taef agreement in 1990, most of those powers reverted to the Sunni Prime Minister)

Kind of minorities in power rescuing one another in critical junctions.

Obviously, Hafez was Not about to state this inclination and he proclaimed that the decision was taken months ahead of US demand to cross the border.

Israel agreed for the Syrian army to cross Lebanon borders with easy conditions: that the army stay clear from Lebanon southern borders with Israel (a “buffer zone” of about 40 km deep) and Not to transfer or equip its mandated troops with quality weapons that might constitute threat to Israel security.

Consequently, the Lebanese christian militias had an easy propaganda to resume their cooperation with Israel: Hafez was guaranteed a life-long power over Syria and is Not independent in his foreign decisions and affairs.

This historical decision to cross the border, 3 weeks before taming the christian militias, exacerbated the situation and let the civil war continue till 1992.

From 1976 til 1984, the Christian forces harassed militarily the Syrian troops in location they had a majority population: They forgot that it was the Syrian troops that saved them from oblivion.

The Lebanese civilians paid the heaviest of prices: mass transfer to newly created sectarian cantons.

Syrian controlled Lebanon til 2005 before withdrawing its troops.

From 1991 and on, military activities by Christian forces against the Syrian stopped since the world community agreed on a peaceful transition, but street demonstrations flurried up now and then.

There were No Victors in this protracted civil war and the militia “leaders” of all religious sects returned to power and they were ruling Lebanon for 3 decades.

(This current mass upheaval of the newer generations is a scream against this mafia/militia “leaders” monopoly over every consumer goods, energy, financial transactions, services, medicine…)

Since 2001, Lebanon has been declining economically, financially, politically and administratively: transformed into an anomie system where every deputy owns a basic business in Lebanon and swap shares without paying a dime in the transactions.

No public institutions function normally: No public electricity, potable water, polluted rivers and sea, and one third of the families relying on public services paychecks.

Israel also committed a strategic historical mistake by crossing Lebanon borders in 1982, entered Beirut, and forced the PLO to vacate Lebanon.

Since then, Israel had no valid lame excuses of trespassing the borders to attack Palestinian incursions within its borders.

Israel grabbed the excuse of the existence of Palestinian armed forces on its border to bomb the southern towns in order to chase these Lebanese out of their lands and take them over. Which she did for 25 years until it withdrew its troops in 2000 without any pre-conditions

Lebanon national movement to resist and kick out Israel occupation was constituted and Hezbollah was organized after Islamic Iran came to power in 1979.

Israel could no longer rely on the Palestinians refugees to destabilize Lebanon society.

Israel is currently on the defensive and unable to pre-empt any war on Lebanon, since its defeat in the 2006 war.

Wrong timing is accelerated by faulty and deformed idea-fix passions.

How Lebanon overcame 6 years of a useless President: Michel Suleiman

Note: updated post of 2014

How this Insipid President vacated the Palace? Account in banks by the millions, Not accounting for 2 dozens luxury cars, gifts from Qatar and Saudi Kingdom and many newly built villas

During the presidency of Suleiman,  no government was formed in less than 200 days, the recent government needed 395 days of gestation.

Lebanon ridiculous shadow State.

This ex-president Michel Suleiman, the President of the Void per excellence: no one cried when he vacated the Palace, accompanied by 10 new luxury cars of his own, free from taxes.

Suleiman was dreaming of extending his tenure 2 more years, as the Parliament did last year and robbed the citizens from their democratic rights, as did the ex-president Emil Lahoud, as did the late ex- president Hrawi…

The hopes of Suleiman were dashed since his passive practices and antagonistic positions on Hezbollah alienated the Shiaa and most of the Lebanese patriots.

Three months ago, in desperation, Suleiman referred to Hezbollah as talking with a “wooden tongue” since the resistance insisted on the strategic line of “People, Army and Resistance

In order to demonstrate that he can still deliver on his promises (6 years overdue) if given two more years, Saudi Arabia and the US gave the green light to the designated PM Saad Hariri, head of the Mustakbal (Future) movement, to help constitute a government that was 395 days in waiting.

The government started with a flurry of decisions, like imposing a climate of security in the city of Tripoli and the regions bordering Syria in the Bekaa Valley and appointed a dozen high-level public servants.

The public service was denied the  appointment of key personnel for a decade and the services in Lebanon were almost non-existent.

The professors and teachers in the public universities were left in the void and the government replaced the University Council in appointing and controlling every decision concerning the universities.

Suleiman delivered a farewell speech suggesting dozens of constitutional reforms and failed to deliver on his promises for decentralized administration, a project that was studied and finished when he took office, and alienated many parties and organization to boost the economy that has been experiencing a drastic slump for the last 3 years.

He also promised a fair election law, something related to proportional representation, but never acted on it.

He failed in extending rights to women or appointing more women in top posts.

Suleiman failed to efficiently control the flood of Syrian refugees, more than 1.25 million and constituting a third of the population, and allowed the Syrian insurgents to free flow and cross the Lebanese borders to Syria.

In essence, in 6 years, Suleiman cannot be remembered of creating any institution or bolstering any existing institution.

Suleiman was army chief when the Lebanese political leaders met in Do7a (Qatar) to decide on a replacement “neutral” Maronite  president to “lead” the country for 6 years.

On May 7, 2008 Hezbollah counter-attacked the decisions of the government to clip its control on the airport security and land communication lines. The government retracted and Hezbollah succeeded in closing down a dozen of Israeli safe havens for their agents and security offices disguised as providing civil guards to businesses and personalities.

Consequently, with ex-President Lahoud, already out with a vacant Presidential chair, and a government out of function, Qatar angered Saudi Arabia by inviting the Lebanese leaders to meet in Doha and arranged for a compromise President. And Suleiman sat on the chair of the presidency.

In democratic countries, the leader of the largest parliamentary deputies is the one selected to lead. Not in Lebanon with 19 officially recognized religious castes. That was the huge error of Michel Aoun to bow down on a right he deserved and allowed Suleiman to be President.

Lebanon is a parliamentary system: Nothing is run without the parliament approval, even in the executive or judiciary. But the leader of the largest group is not necessarily the de facto leader: The consensus of the two third of the deputies is required.

As the uprising started in Syria, the propaganda claimed that the regime of Bashar Assad will not last two months. And Suleiman put all his eggs in that basket of “after Bashar” regime and refrained from securing Lebanon’s borders from the infiltration of the Syrian insurgents and refugees.

For two years, Lebanon was the main source for supplying the insurgents in Homs with weapons and medical supplies, and the Syrian insurgents established bases in Lebanon in the north and in the city of Tripoli.

The Lebanese army was not covered politically to establish security in Tripoli, and Tripoli was plagued with 20 rounds of civil wars within a year.

And Lebanon experienced waves of suicide car explosion attacks for 4 months due to the open borders that the army was denied the responsibility to close and control

Suleiman filled a vacant chair and left the chair vacant: The Parliament failed to elect a new President to Lebanon.

And Lebanon has no President. And this event will keep recurring. As the frequency of Lebanon having no governments.

And no decision can be legitimate without the President review and signature.

Suleiman vacated the Palace with dozens of villas newly built for him and his family members, and $1.6 million in an account in Amsterdam Bank. All the expensive watches that he received in gifts were sold, many of them are in the black market. All these financial information were exposed in the Lebanese daily Al Akhbar.

And Suleiman satisfied the policies of US in the Near East, and consequently he can rest assured that he will not be prosecuted for any kinds of embezzlement or any kinds of political harassment or denied visas or any headaches

In this total void, and the illegitimacy of the highest institutions to properly function, Israel is increasing its violations on the southern borders.

Pretty soon, Hezbollah would set up a trap to the incursions of Israeli troops. And Israel will be faced with a hard decision on how to respond. And the Lebanese will be convinced that all the shouting of relying on the State is totally unfounded and premature.

Note: It is 2019. Sure the current President Michel Aoun, another former general of the army, a former appointed Prime minister during the civil war, an elected deputy, founder of the Tayyar party, exiled to France after the colonial powers decided to let Syria be the mandated power (1991 till 2005), while Israel was to occupy south Lebanon till it was forced to withdraw in 2000 without any precondition…

Finally, the majority of the parties in the Parliament agreed to have Aoun President since he had the vast majority of the “Christian” deputies. A new election law and a new election for the chamber of deputies (same figures and same hereditary tradition…).  The budget formally voted on since 2008, many tentative reform laws that have Not been applied…

And now a monster march/demonstration since October 17, 2019 that refuses to quit the streets in Beirut and several other cities, demanding a change in the political system (controlled since 1993 by the mafia/militia “leaders” of the civil war).  Promises, promises…

And the people are hungry, frustrated, trampled on, no electricity, no water, no resolution for the multiple kinds of pollution, no resolution for waste disposal, unclean water ways and seashore, no jobs, highest density of refugees, crumbling financial situation, high dept ($100 bn), no economic infrastructure, expensive services of all kinds

And No viable alternatives pointing in the horizon.

CEDRE: Une analyse détaillée du plan d’aide au Liban

Par François El Bacha – 12 avril 2018

La conférence d’aide au Liban est un succès indéniable, pays récipiendaire de l’aide économique accordé par 51 pays et organisations pour plus de 11 milliards de dollars de prêt à taux réduits et un peu moins de 500 millions de dons, alors qu’il n’en attendait plus que 5 à 7 milliards de dollars contre 25 milliards de dollars lors des premiers préparatifs de cette rencontre. (How low is this interest rate? We are already paying 7.5% on $80 bn)

Il reste qu’il est important de noter quelques points sur lesquels les libanais devront rester vigilants. (Quelque points? From where should we start to be vigilant? Is anything functioning in the last decade?)

Le Liban parait ainsi être mis sous tutelle économique par la communauté internationale (back to mandated power) sans aucun pouvoir décisionnaire en rapport avec ses choix puisque les pays donateurs ont fait part de conditions à accorder ces prêts, notamment dans le domaine de la gouvernance et de la lutte anticorruption et alors que se multiplient les mauvaises nouvelles par rapport à l’état de santé de son économie.

Pour l’essentiel, la situation économique libanaise s’explique en terme général par une mauvaise gestion et une mauvaise gouvernance. (Bad governance? Bad managing procedures? Say it loudly and clearly: highway robbery of the militia leaders in power)

En effet, le Liban connaissait préalablement au conflit syrien une croissance estimée entre 7 à 10%, mais cette croissance était générée par des secteurs cycliques comme le BTP – généralement utilisant une main-d’œuvre non libanaise et sous qualifiée et donc ne bénéficiant pas à la population en générale – et il était totalement absurde de vouloir par exemple relancer un secteur cyclique par l’injection en 2013 de 5 milliards de dollars au lieu de créer d’autres opportunités dans des secteurs différents utilisant un Know-How local et avec une valeur ajoutée plus élevée dans les domaines des nouvelles technologies par exemple.

Mais ces mauvaises nouvelles sont en fin de compte que le sommet de l’iceberg que tentaient de cacher les autorités libanaises durant bien des années! Il ne s’agissait même pas d’avoir un diplôme en économie pour comprendre que le Liban vit au-dessus de ses capacités économiques, dans un luxe qu’il ne peut se permettre alors que se creusait de manière incontrôlables les déficits publics, alors que les budgets de 2005 à 2016 n’étaient même jamais officiellement adoptés et n’avaient jamais fait l’objet d’un audit public comme cela est pourtant prévu par la constitution. (Since when the Constitution was a difficult hurdle to bypass?)

Parmi les fonds ainsi dilapidés sans contrôle, ceux accordés en 2007 lors de la conférence Paris III.

Un tel mauvais exemple augurait du pire pour la communauté internationale appelée à la rescousse et pourtant CEDRE qui aurait dû à l’origine être nommée Paris IV. Cette conférence a pu être organisée avec succès pour certaines raisons comme l’a spécifié son hôte, le Président Français, Emmanuel Macron.

On ne peut lâcher le Liban, frappé par « la tragédie cruelle du conflit syrien », les tensions entre les puissances locales, allusion à l’Arabie Saoudite et à l’Iran, le conflit israélo-palestinien, et de souligner la nécessité de garder « un Liban pacifique, pluraliste et harmonieux ». (Lebanon has always been well when Syria is well. Fact is, as France is constantly trying to destabilize Syria, so Lebanon suffer)

Il estime qu’un Liban fort est une condition essentielle à la Paix dans la région moyen-orientale, donc pour des raisons plutôt politiques et géostratégiques qu’intrinsèquement économiques.

Le rapport CEDRE fait d’ailleurs une large part aux impacts sectoriels de l’importante présence de réfugiés syriens. Les données manquantes du Plan CEDRE UN CATALOGUE DE PROJETS ET NON UN PLAN DE GESTION DE LA DETTE ET DE PRÉVISION DE LA CROISSANCE ÉCONOMIQUE

Si on examine attentivement les documents présentés dans le cadre de la conférence CEDRE, il est étonnant que, s’agissant d’un plan visant à mettre fin au cycle de l’augmentation des dettes publiques, nous n’ayons aucune donnée concernant les projections de croissance, les prévisions à court, moyen et long terme de la dette publique.

Ces données sont tout simplement absentes. Le plan CEDRE semble être formulé comme un catalogue de différents projets offerts à la communauté internationale pour exécution et non comme un plan qui s’adresse à régler des problèmes sociaux et économiques de la population libanaise.

Il peut y avoir plusieurs raisons à une telle absence.

Le Liban souffre malheureusement d’un défaut d’accessibilité à de nombreuses données économiques. Peut-être ne disposons-nous même plus de ces données? Cela est peu probable.

Les investisseurs étrangers souhaitant investir au Liban exigeront précisément ces données pour l’élaboration de leurs plans d’investissement. Les autorités politiques ont fait appel non pas à des économistes pour rédiger ce rapport mais à des spécialistes de chaque ministère impliqués et cela sans coordination entre eux d’où l’impossibilité de quantifier les données en général par exemple, ce qui est plus probable puisque le CDR a mandaté chaque ministère pour les différentes parties du rapport.

Or, un ingénieur peut certes rédiger un appel d’offre mais on peut douter qu’il sache gérer une dette publique.

C’est toute la problématique qui a abouti à ce que le Liban ait 150% de taux de dette par rapport au PIB.

Il ne s’agit non pas d’économistes ou d’experts économiques qui ont géré jusqu’à maintenant les projets de l’état mais des statisticiens ou des ingénieurs pour les plus qualifiés.

Les autorités politiques ne souhaitent pas qu’on puisse dévoiler la réalité de la situation actuelle, donc les véritables données concernant les taux de croissance, les taux de chômage, le nombre de réfugiés syriens ou étrangers présents, etc… pour des raisons politiques.

Cela est très probable et selon certaines sources, le gouvernement libanais aurait également demandé à la Banque Mondiale de ne pas publier précisément ce genre de données.

DES EMPLOIS GÉNÉRALEMENT SOUS-QUALIFIÉS

Par ailleurs, il n’y a aucune étude d’impact social de ces projets qui sont pourtant destinés à relancer l’économie libanaise notamment en luttant contre le chômage. La plupart des projets demandant à être exécutés nécessitent une main-d’œuvre sous qualifiée généralement étrangère.

Ces infrastructures, selon la logique du plan CEDRE et en théorie, devraient créer par la suite des emplois à forte valeur ajoutée pour les Libanais.

On peut donc s’interroger sur les déclarations du Premier Ministre faisant état de la création de 900 000 emplois au Liban (durant 10 ans).

S’agit-il en général , d’emplois pour les libanais ou pour d’autres communautés présentes sur le territoire national et s’il s’agit d’intégrer économiquement, comme par exemple les réfugiés syriens.

Ce qui semble être formulé est qu’on essaye de relancer l’économie libanaise avec la composante d’une dépense publique via des prêts à taux fort heureusement réduits – alors que l’état demeure largement endetté en espérant relancer ensuite les investissements privés avec les partenariats publics-privés puis les dépenses privées.

Cette politique est risquée. Cette politique est d’autant plus risquée qu’elle amène à un autre élément absent à ce rapport: la politique monétaire.

Or, pour relancer les investissements privés, il est nécessaire de diminuer les taux d’intérêts afin de rendre attractifs de tels investissements. Ce manque confirme que ce plan n’a tout simplement pas été, à priori, correctement préparé par des économistes et on risque au contraire d’alourdir la dette publique au lieu de la réduire par la création d’une croissance, non pas en court et moyen terme mais au long terme.

Une politique de résilience économique psychologique et non réelle.

Nous pouvions nous douter que la politique de résilience tant mise en avant par les autorités politiques et monétaire libanais n’était que psychologique et non basée sur des éléments économiques factuels.

Ces mêmes autorités démentaient au grand cri toute crise de l’immobilier, promettaient des augmentations inconsidérées des salaires tant des employés privés que des fonctionnaires publics et cela en l’absence de toute possibilité de recours à une dévaluation de la Livre Libanaise en raison de la dollarisation malheureuse de notre économie.

Concrètement, depuis la fin de la guerre civile en 1990, le Liban a commis de nombreuses erreurs dans la gestion de son économie, tout d’abord avec la dollarisation de cette dernière qui nous a privé d’une arme redoutable – la dévaluation – pour réduire les déficits publics, avec la formulation au temps du gouvernement Rafic Hariri en 1993 du plan Horizon 2000 en favorisant le BTP et le tourisme dans une région instable, au détriment de l’industrie.

Les opportunités de mise en place de structures dans ce qu’on appelait à l’époque la Nouvelle Économie existaient mais les structures de production électrique et en terme de communication étaient déficientes et n’ont pas pu bénéficier des investissements adéquats pour être remises à niveau en raison – déjà – de la corruption et de la distribution de parts entre les différents pôles politiques. (Meaning among the militia leaders of the civil war who remained in power)

Et cela sans même évoquer la corruption latente, certains estimant que jusqu’à 3 milliards de dollars seraient ainsi détournés des fonds publics alors que le déficit public pour 2018 serait estimé à 4.58 milliards de dollars – soit tout de même presque 10% du PIB – contre 5.37% comme précédemment estimé suite à une décision de réduire les budgets des administrations publiques de 20%.

LE PÉTROLE, UNE RICHESSE POUR L’HEURE THÉORIQUE

Il s’agit là, d’autant d’opportunités dont le Liban a, malheureusement, raté le coche alors qu’on nous propose un miracle économique sous la forme d’une exploitation du gaz et du pétrole qui seraient présents dans notre zone maritime économique.

Sauf que ce n’est qu’en creusant qu’on démontre qu’il y est vraiment présent. Il s’agit donc, pour l’heure, d’une richesse théorique d’autant plus que même en cas de découverte, on ne pourra que les exploiter que 5 ans après puisqu’il faut mettre en place les infrastructures nécessaires notamment au niveau acheminement et transformation et non en 2019 comme certains le prétendent. (Actually, Cyprus is intent on establishing its gas infrastructure on Lebanon shore in order to keeping its shores for the tourists)

Un état en faillite financière et morale Le Liban est un état certes en faillite financière, les chiffres des déficits publics le montrent aujourd’hui sauf que la communauté internationale n’a pas d’autres choix vu les raisons géopolitiques que d’assumer cette faillite.

Cette faillite est aussi morale avec l’échec de l’état dans la fourniture des éléments les plus fondamentaux à sa population, comme l’électricité, l’eau, la gestion assainie des ressources et des ordures voir même de la santé publique.

Face à cette gabegie publique et le non-respect des engagements pris par le Liban au cours des conférences d’aides Paris I, Paris II puis Paris III, notamment dans la privatisation de certaines institutions comme celle de l’EDL, les autorités libanaises n’ont plus d’autre choix alors que le Pays revêt une importance géopolitique et géostratégique considérable non seulement par la présence d’une importante communauté de réfugiés syriens mais également par la possibilité d’utiliser le Liban comme plateforme économique dans la reconstruction de la Syrie.

Cette mise sous tutelle par la communauté internationale s’impose malheureusement désormais par l’incapacité donnée aux Libanais de se débarrasser d’une classe politique corrompue.

Oui, le Liban est techniquement en faillite et cela depuis fort longtemps parce que nous n’avons pas pu bien gérer notre économie sur plusieurs points.

Tout d’abord, l’absence de vision stratégique avec une gérance et une gouvernance à court terme. Le Liban a parié au sortir de la guerre civile sur le BTP et sur le tourisme dans un environnement instable, en oubliant qu’il fallait également produire de la valeur rajoutée et donc favoriser l’industrie et notamment avec l’opportunité des nouvelles technologies et les services.

Cela n’a pas été le cas et au lieu de profiter de notre know-how local, nous l’avons forcé à s’expatrier.

Le deuxième paramètre de la mauvaise gérance a été celui de la mauvaise gestion des fonds publics avec une dilapidation de ces derniers sur des projets qui ne sont pas rentables et au détriment de projets rentables.

Le problème n’est pas d’avoir de la dette mais que les projets proposés aient des retours sur investissements supérieurs au service de la dette. Or, jusqu’à présent, l’état libanais a favorisé la fourniture de projets financièrement viables à des entités privées – généralement liés à ses hommes politiques – et jamais pour lui – sans même prendre en compte le problème de la corruption et des détournements de fonds, corruption estimée à 3 milliards de dollars à laquelle on pourrait facilement mettre fin et détournements de fonds fiscaux, 4.2 milliards de dollars dont 2 facilement « rattrapables », dont près de 5 milliards de dollars de revenus annuellement sans même avoir besoin de CEDRE.

Un secteur privé appelé à la rescousse mais …

Également, le programme d’investissement présenté requiert un large effort du secteur privé, qui jusqu’à présent était réticent à la relance de l’économie par rapport aux risques économiques mais parce qu’il y avait plus de facilité à garder les fonds bien au chaud dans les banques que de les investir en raison des forts taux d’intérêts.

Cela est vrai pour les personnes et également pour les institutions financières. Si on examine les taux de liquidité des banques libanaises qui devraient être les premiers partenaires dans la relance de l’économie, on notera que ces taux sont hauts, de l’ordre de 50% pour certains établissements à 78% pour d’autres.

Ce qui pose la question de leur rentabilité. Cependant, outre le cash, ces taux de liquidités prennent également en compte les investissements sous forme de Bons du Trésor qui est elle-même de la dette pour l’état.

Il s’agit donc de réduire la dépendance de l’état vis-à-vis de cette source de financement notamment par la diminution des taux d’intérêts via par exemple un recours à d’autres sources qui peuvent être intégrées aux prêts fournis par CEDRE afin que les établissements bancaires, libérés, puissent se saisir de nouvelles opportunités cette fois-ci en investissant non pas dans du BTP ou dans les bons du trésor mais dans des partenariats sous forme de projets économiques par exemple de type industriel.

Encore faudra-t-il que ces derniers offrent un retour sur investissement plus élevés que les taux d’intérêts à risque identique.

Tout l’enjeu sera là. Est-ce que l’état et le gouvernement pourront garantir ces investissements pour ce faire? Un manque cruel de volonté d’une classe politique moribonde sauvée par l’aide internationale

La lutte contre la corruption est donc nécessaire et au regard des « pratiques » usitées lors des précédents plans Paris I, Paris II et Paris III en raison de détournements de fonds publics par une classe politique également affairiste et dont elle était l’une des principales bénéficiaire au détriment de la population.

Si crise des ordures il y a eu, si mobilisation populaire il y a eu, c’était avant tout parce que le Liban apparait comme l’un des pays où la transparence financière des autorités et des administrations publiques est quasi-inexistantes et où le sentiment de corruption des administrations publiques est l’un des plus importants au Monde et cela n’est pas sans réalité, puisqu’on en connait le coût pour les finances publiques.

Mais on manque de volonté politique pour le faire et CEDRE sert en fait à stabiliser une classe politique libanaise qui est totalement rejetée en interne pour plusieurs raisons: Les réfugiés syriens qu’il faut garder au Liban – il y a eu là, une sorte de chantage de notre classe politique vis-à-vis de l’Europe et portant notamment sur le fait que si le Liban craque, ces réfugiés déferleront sur le continent européen; L’utilisation des infrastructures libanaises et notamment sur lesquelles CEDRE s’appuie (Port et aéroport, chemin de fer vers la Syrie à partir de Tripoli, base logistique à l’aéroport Klayat qui est une absurdité) dans le cadre de la reconstruction de la Syrie par des entreprises occidentales.

Le Liban serait à ce moment-là, le proxy pour commercer avec la Syrie indirectement en raison des sanctions économiques et jouerait le même rôle que le Qatar ou que Dubaï avec l’Iran.

Mais est ce qu’on en a la volonté politique alors que le Liban a risqué de jouer le rôle du champ de bataille dans le bras de fer entre l’Iran et l’Arabie Saoudite Des problèmes géopolitiques pour appliquer certains volets du Plan CEDRE Un certain nombre de points amènent à penser qu’il faille remettre la politique étrangère du Liban en cause.

Tout d’abord parmi les projets d’infrastructure, certains semblent être intéressants mais toujours est-il qu’il faille noter certaines choses.

Par exemple, nous pouvons noter plusieurs exemples de problématiques de politique étrangère.

Construire un port pour paquebots à Jounieh peut amener des touristes au Liban mais le Pays des Cèdres est actuellement exclu par les tours opérators de ces compagnies en raison du boycott des touristes ayant un visa israélien sur leur passeport. (Ou est le probleme ici? La constitution nous defend d’avoir des relations avec Israel et qui ne constitue pas un facteur majeur pour notre tourism)

Pourra-t-on par exemple remettre en cause la politique de boycott de l’état hébreu pour acheminer des paquebots? De même au niveau infrastructure, peut-on plutôt penser à diminuer le coût en utilisant des structures actuelles comme le port de Beyrouth au lieu d’en créer de nouvelles qui puisse est, redondante, dans le cadre de la gestion et de la diminution des déficits publics alors que le gouvernement a déjà décidé d’une politique d’austérité des administrations publiques?

Ou s’agit-il simplement d’un équilibre communautaire si cher à respecter au sein du Liban avec des infrastructures à construire dans les zones chrétiennes et musulmanes?

Construire un chemin de fer entre Tripoli et la Syrie nécessite un accord avec la Syrie, tout comme l’utilisation de l’aéroport de Kleyaat nécessite également un tel accord puisque l’orientation des pistes fait qu’un avion civil qui souhaite y atterrir devrait passer en territoire syrien.

La discussion avec le régime syrien est donc nécessaire dans la mise en œuvre de ces 2 projets. Or, le gouvernement actuel refuse pour certaines raisons, de discuter avec Damas.

Lire la suite: https://libnanews.com/cedre-aide-economie-liban/


adonis49

adonis49

adonis49

March 2020
M T W T F S S
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Blog Stats

  • 1,375,692 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 720 other followers

%d bloggers like this: