Adonis Diaries

Posts Tagged ‘Mao

Chinese family in Peking a few year before Mao died

Depuis 5 ans, ma famille (femme et 2 enfants) partage un pavillon de 3 maisons disposées en en fer de cheval autour d’une cour. Nous vivons dans notre maison avec mes beaux-parents, mon beau-frere, ma belle soeur dans 3 pièces, une par menage. C’est un luxe d’habiter cette ruelle (houtong) au centre de la ville. J’ai eu de la chance d’avoir pu quitter mon immeuble de la périphérie de Pékin.

A 5:30 am, je transvase les pots de chambres de la nuit dans un grand seau que je vide au bout de la ruelle dans les WC publics. Un quart d’heure pres, et je me trouverais attendant en queue.

Je me hâte pour aller chercher le lait au point de vente du quartier, une petite guérite ouverte une heure seulement. Je remplis mes deux quarts en verre. Ca coute 3 yuans par mois pour un quart de litre quotidien. Un yuan valait 2.70 francs.

La ration de sucre est un kilo par mois par famille.

Pas de viande dans les jardins d’enfants

Le matin, je n’ai pas le temps d’attendre que le poêle chauffe pour cuire mon petit déjeuner”. Je caresse la tête de mes filles engourdies de sommeil. J’enfourche mon vélo pour une distance de 15 km a mon travail.

Sur le chemin de l’institut, je prend mon casse-croute du matin, bol de bouillon de riz et deux petits pains dans une ancienne petite maison de the’. Vite servi dans un endroit chauffé’ et le tout pour 3 maos (27 centimes de franc)

J’aime bien cette course a velo car la solitude est rare et synonyme de liberté’. Je peux rêver a ma guise a des projets fous et sans lendemain. L’ivresse de ne pas être contrôlé’.

C’est sans remords que nous réservons la douzaine d’oeufs par mois et par famille pour les enfants. Pour dégoter des oeufs supplémentaires, j’ en achète au chemin de travail: par des des codes gestuelles, je m’approche d’une maison, paie et reçoit des oeufs. La plupart du temps j’en achète des oeufs les dimanches.

On ne livre a domicile la ration familiale de charbon que la première semaine de chaque mois. Sinon, on doit aller au depot a des heures d’ouverture inconciliable avec mes horaires et je dois me charger du transport en empruntant une charrette et puis la ramener a l’autre bout du quartier.

Ce n’est pas l’effort qui me rebutte, c’est la bêtise qui m’enrage.Quel pays serait la Chine sans ce gaspillage insensé’ de force humaine?

For most of its “revolutionary period” China had no serious currency. The people valued the “tickets for rations“. National tickets, tickets that can be used everywhere in China, especially for cereals (rice, wheat flour and corn flour..) were 5 times more important than province tickets and 20 times the tickets of districts.

There were many categories of tickets: for cereals, for meat (poultry), for vegetables, for coal, for industrial products (stoves, watches, furnitures…).

A person had to carry a bag of different tickets when he had to go “shopping” at various designated outlets.

Note 1: From the book of Claudie et Jacques Broyelle ” Apocalypse Mao”, 1980

Note 2: It is beyond comprehension the millions of Chinese who died out of famine, malnutrition and cruelty through Mao dictatorship since 1949. No less than 100 millions died from One Man ideas to institute his ideology.


adonis49

adonis49

adonis49

November 2020
M T W T F S S
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Blog Stats

  • 1,439,957 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 782 other followers

%d bloggers like this: