Adonis Diaries

Posts Tagged ‘Marcel Khalifé

Examples of Inspiring Arabic singers for language purists?

Arabic is a very rich language and those who have delved into it know that its splendor runs deep and wide.

But, as Arabic slang started taking different forms across the different Arabic dialects, so much of the language’s original magic has been lost, at least in this author’s humble opinion.

Once upon a time, great singers of the Arab world colored the poems of our modern linguistic heritage in tunes and beats. Until the pop culture claimed the throne and commercialization threw linguistic appreciation to the wind.

Enas El Masry

Article Author for  StepFeed

While not all of them sing in formal Arabic, they all preserve our literary heritage in their poetic lyrics.

Some of our favorite Arabic singers showcase the beauty and depth of the Arabic language. Here are six of our favorites.
stepfeed.com

Luckily, not all artists are willing to give into what sells, especially if it jeopardizes something they hold dear, such as literary wealth.

Below are our favorite artists from the Middle East, whose songs are as much a pleasure to the ear as they are to the soul.

While not all of them sing in formal Arabic, they all preserve our literary heritage in their poetic lyrics.

1. Kulna Sawa – Syria

Founded in 1995, the band has four studio albums to date. Varying between love songs, reflections on local struggles and even martyrs, Kulna Sawa is known for its diverse use of instruments and blending music genres. In 2004, the group’s members received two peace awards in the United Nations headquarters in New York.

2. Rim Banna – Palestine

The Palestinian singer, lyricist and composer is famous for dedicating her artwork to the Palestinian cause, as well as spreading peace and love.

Banna was born in Nazareth, in the Galilee. She studied music and singing in the High Institute for Music “Gnesins” in Moscow. She specialized in modern singing and conducting singing ensembles.

Her works comprise 10 albums, including two for children and two albums in collaboration with world musicians.

3. Hamza Namira – Egypt

Egyptian singer, songwriter and multi-instrumentalist, who usually sings in the Egyptian dialect, is one of many Egyptian artists who have utilized art as a space to discuss and reflect on the daily life concerns and others about the political upheaval in Egypt.

Namira makes music about life in general. The message he wants to express through his work is:

“Life has a lot of things that are worthwhile, things that deserve expressing in music and songs, so it’s not fair letting love and romance monopolize music.”

4. Marcel Khalife – Lebanon

Khalife is a renowned Lebanese composer, singer and oud master. A graduate of the Beirut National Conservatory of Music in 1971, Khalife set out to free the Arabic lute, the oud, from the traditional strict techniques that constrained it.

Khalife has played in some of the world’s most notable music halls, such as the UNESCO Hall and The Champs Elysees Theatre in Paris, the Sydney Opera House, The Queen Elizabeth Hall in London and many others.

He also has composed soundtracks for many documentary films and fictions films.

Marcel Khalife’s lyrical and instrumental recordings add up to more than 20 albums and DVDs.

5. Badiaa Bouhrizi – Tunisia

The underground Tunisian composer and singer calls her sound “Netassaya,” a “new sound of Northern Africa,” which is rooted in malouf, a traditional music found in Tunisia, Algeria and Libya that Bouhrizi learned to sing in school choir, like many Tunisians.

6. Abdulrahman Muhammed – Saudi Arabia

Muhammed, who is currently a freelance videographer and photographer in Jeddah, first stepped into the spotlight of the music scene when he qualified as one of the 10 finalists in the TV show and competition Superstar, which aired on Future TV.

Baalbeck is back on Olympus

C’est envers et contre tout qu’a été donné hier soir, au cœur même de son site emblématique, le coup d’envoi du Festival international de Baalbeck.

Au cœur même des vestiges de cette éternelle Héliopolis, symbole de civilisations et de cultures millénaires, que célèbre justement le spectacle d’ouverture Ilik Ya Baalbeck (Pour toi Baalbeck).

Une fresque poétique et musicale qui a réussi la gageure de réunir sur son affiche, mais aussi au pays du Cèdre, le temps d’une soirée, un exceptionnel vivier de talents libanais dispersés aux quatre coins du monde.

« La poésie et la musique sont les plus belles parures des hommes », dit-on.

De certains lieux aussi, dont elles revivifient la splendeur de leurs gemmes étincelants.

Pour rappeler – et il le faut en ces temps de barbarie et de pourriture – l’ancienneté de nos civilisations méditerranéennes et les vertus fédératrices de la résistance culturelle, les plus grands artistes et créateurs libanais ont allié leurs talents (sous l’impulsion du comité du Festival international de Baalbeck et la houlette du metteur en scène Nabil el-Azan) pour offrir à Baalbeck une œuvre ciselée sur mesure et parfaitement enchâssée dans un incomparable écrin : Ilik Ya Baalbeck.

Après la version intimiste et épurée, présentée en prélude le 7 juillet dans le cadre du festival d’Aix-en-Provence, c’est la version orchestrale et son feu d’artifice de musique, de chants, de projection d’images qui a rendu hommage hier à cette magnifique acropole romaine et à son prestigieux festival, le plus ancien du Moyen-Orient et qui fêtera bientôt ses 60 ans.
Le casting est impressionnant : Wajdi Mouawad, Etel Adnan, Salah Stétié, Adonis, Talal Haydar, Issa Makhlouf (auteurs), sans compter l’emprunt du poème Baalbeck de Nadia Tuéni et de strophes du Prophète de Gebran Khalil Gebran ; Abdel Rahman el-Bacha, Gabriel Yared, Béchara el-Khoury, Naji Hakim, Zad Moultaka, Ghadi Rahbani (compositions musicales), ainsi qu’Ibrahim Maalouf et Marcel Khalifé, qui, eux, se sont produits en guest stars.

Sans oublier l’interprétation virtuose du jeune pianiste Simon Ghreichy.

À 21h pile, une heure (de retard) après l’horaire annoncé (Typical in Lebanon?), juste après l’hymne national joué par l’Orchestre philharmonique du Liban sous la direction de Harout Fazlian, les lumières s’éteignent pour laisser toute la place à la voix de Rafic Ali Ahmad qui lance les premiers mots de cette célébration du retour vers Baalbeck.

C’est ensuite sur une composition dramatique du compositeur et organiste Naji Hakim qu’ont déferlé, projetées sur la façade du temple de Bacchus (avec un éclairage malheureusement extrêmement mal adapté), les très belles images des grandes heures du Festival de Baalbeck signées du vidéaste Ali Cherri.

Ali Ahmad magnétique
C’est une Fadia Tomb el-Hage à l’allure de grande prêtresse en longue robe rouge (conçue par Rabih Kayrouz) qui apparaît, ensuite, au haut des marches du temple de Bacchus, où était installée la scène, pour interpréter une mélodie très rahbanienne concoctée justement par Ghadi Rahbani.

Se succéderont ainsi tout au long de la soirée son chant modulé (ainsi que sa déclamation plutôt décevante d’un texte en français), les récitations magnétiques du très charismatique comédien Rafic Ali Ahmad et les divers morceaux composés par les différents compositeurs.

On retiendra, entre autres : l’harmonieux et vibrant tableau de danse (avec un impressionnant Nacim Battou) et de chant sur l’air superbement enlevé illustrant « le mariage » de Gibran composé par Gabriel Yared.

Le solo de trompette, puissamment incantatoire, du très grand Ibrahim Maalouf que tentera, en vain, de troubler un pathétique faux ambulancier toutes sirènes hurlantes ; l’énergique séquence de dabké et hip hop (la troupe al-Majd et Nacim Battou) ; l’incandescente sensibilité des mots d’Etel Adnan portés avec justesse par Caroline Hatem ; la truculence baalbeckiote de Talal Haïdar montant sur scène, enveloppé dans sa abaya, pour déclamer ses propres vers.

Il est difficile d’énumérer chaque performance constituant ce spectacle de quelque cent participants. Sauf que si l’idée de patchwork géant d’œuvres des meilleurs artistes libanais mises bout à bout est géniale, elle aurait gagné à être plus travaillée au niveau de la mise en scène et de la lumière surtout, qui constitue l’un des éléments essentiels de ce genre de spectacles. Particulièrement dans ce site grandiose.

Caroline Hatem shared this link

J’ai eu la chance de dire un superbe texte d’Etel Adnan dans le temple –
et de passer 3 nuits parmi ces colonnes, et sous la lune.
Merci

Hier soir, Baalbeck était sur l’Olympe Festival Sur le papier, l’idée est magistrale :
réunir les plus grands artistes libanais en hommage à Baalbeck, à son festival, à sa résilience culturelle, comme un archétype d’un Liban métissé, pluriel et rayonnant….
lorientlejour.com|By Zéna ZALZAL

adonis49

adonis49

adonis49

November 2020
M T W T F S S
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
30  

Blog Stats

  • 1,439,964 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 782 other followers

%d bloggers like this: