Adonis Diaries

Posts Tagged ‘Marie-Josée Rizkallah

A boat floating drunk: Lebanon during its civil war (A French song)

Une chanson de plus dans le répertoire français évoquant le Liban.

Le Liban qui se meurt, qui réclame le droit de vivre, de renaitre de ses cendres.

Il a fallu encore une foi, la sensibilité d’un artiste afin d’être capable d’ouïr ses cris de détresses, d’une contrée happée par le cyclone des conflits utérins dévastateurs.

Follow us: @libanews on Twitter | libanews on Facebook

En 1989 (during the end of the civil war), Daniel Guichard sort un album intitulé « Pour elle », dans lequel il dédie une chanson émouvante au pays des cèdres, baptisée « Le droit de vivre », écrite par J. Demarny  et composée par M. Cazenave:

Y a plus d’eau, plus de lumière dans la ville déchirée
Sous son arbre légendaire, le Liban est sacrifié
Les femmes sont en prière pendant qu’on se bat dehors
Et dans les bras de sa mère, doucement l’enfant s’endort

Refrain

Laissez-lui le droit de vivre, ce pays est mort-vivant
Il ne pourra pas survivre bien longtemps
Laissez-lui le droit de vivre autrement que sous la terre
Autrement qu’un bateau ivre sur la mer

On prend les hommes en otages dans ce paradis perdu
C’est une guerre d’un autre âge où l’avenir est vaincu

Les soldats sont en guenilles, fanatiques et affamés
Pendant que le soleil brille sur des plages désertées

Il faut des champs de bataille pour essayer les canons
Et l’humanité déraille vers une guerre de religion

Laissez-lui le droit de vivre, d’accoster à ses frontières
Ce n’est plus qu’un bateau ivre sur la mer

Lire la Suite: En musique : Le Liban dans la chanson française – 04 | Libnanews http://libnanews.com/en-musique-le-liban-dans-la-chanson-francaise-04/#ixzz3oFy5XB1p
Under Creative Commons License: Attribution Share Alike
Follow us: @libanews on Twitter | libanews on Facebook

 

Musée d’Art et d’Histoire du Liban à l’ancienne gare de Beyrouth

Humor me

Marie-Josée Rizkallah added 25 new photos to the album: Un Musée d’Art et d’Histoire du Liban.
Au cœur du quartier Mar Mikhaël, l’ancienne gare ferroviaire de Beyrouth n’est plus un vaste terrain laissé en friche avec des carcasses de wagons s’étiolant depuis plus d’un siècle, mais elle est reconvertie en un Musée des Arts et de l’Histoire Libanaise.
Et abrité dans une locomotive titanesque dont chaque wagon héberge une décennie ou un demi-siècle d’Histoire raconté par une série de toiles.
Le rêve de fonder un Musée des Arts et de l’Histoire au Liban a finalement vu le jour : ainsi, le grand public libanais et étranger pourrait apprendre l’Histoire du pays par le moyen de l’Art, puisque nos politicards, avant la révolution des ordures, ne s’étaient toujours pas mis d’accord sur un manuel scolaire d’Histoire.

En raison des circonstances présentes marinant le pays dans une crise d’ordures, nous allons monter dans la voiture consacrée aux décennies 1990-2015, réservée à la classe politique d’alors, la même pendant un quart de siècle, et responsable directement et indirectement de décennies de corruptions et de délits à la pelle.
Ce wagon est désignée par – actualités obligent, c’est en fin de compte les ordures qui ont engendré une révolution au pays des cèdres.
Il est agrémenté de tableaux exécutés par le moyen de la peinture à l’huile sur toile, affichant les portraits de ceux qui ne font désormais plus l’actualité en 2019, mais l’Histoire.

Avant de partir à la découverte de ces personnages, il est utile de rappeler que ceci n’est pas un article de presse ou de blog ; ceci est un petit souhait formulé mêlée à un brin de légèreté, une petite bouteille d’eau jetée à la mer avec un sourire…
(P.S. un peu d’humour et de rêveries ne font pas de mal dans ces circonstances ; nous comptons sur votre largesse d’esprit.)

Lire la Suite: Un Musée d’Art et d’Histoire du Liban à l’ancienne gare de Beyrouth | Libnanews httpa//httpa//libnanews.com/un-musee-dart-et-dhistoire-du-liban-a-lanci…/…
Under Creative Commons License: Attribution Share Alike
Follow us: @libanews on Twitter | libanews on Facebook

See More

'« Le Sieur de la crise des Ordures » Huile sur toile. Musée Virtuel des Arts et de l’Histoire au Liban. :-p Parce que nos politiciens méritent de faire partie de l'Histoire, et on ne veut plus les voir qu’accrochés dans un musée : pour ne jamais oublier le triste chapitre d'asservissement et de corruption dans l'Histoire du Liban'
Current minister of the environment (The Hanged One, al Mashnouk) who resigned from his function but is still a minister (to maintain the quota in the government)
'"Le désesperé de Courbet" Huile sur toile. Musée Virtuel des Arts et de l’Histoire au Liban. Parce que nos politiciens méritent de faire partie de l'Histoire, et on ne veut plus les voir sauf accrochés dans un musée : pas pour leur « adorable » faciès, mais pour ne jamais oublier le triste chapitre d'asservissement et de corruption dans l'Histoire du Liban Tiré de l’article http://libnanews.com/un-musee-dart-et-dhistoire-du-liban-a-lancienne-gare-de-beyrouth/'
Walid Jumblat, the #2 militia leader who is second in command to Nabih Berry (The Godfather, Chairman of Parliament) in ruling and controlling this rotten system
'"Gilles Bassil" Huile sur toile. Musée Virtuel des Arts et de l’Histoire au Liban. Parce que nos politiciens méritent de faire partie de l'Histoire, et on ne veut plus les voir sauf accrochés dans un musée : pas pour leur « adorable » faciès, mais pour ne jamais oublier le triste chapitre d'asservissement et de corruption dans l'Histoire du Liban Tiré de l’article http://libnanews.com/un-musee-dart-et-dhistoire-du-liban-a-lancienne-gare-de-beyrouth/'
'"La lecon de philosophie" Huile sur toile. Musée Virtuel des Arts et de l’Histoire au Liban. Parce que nos politiciens méritent de faire partie de l'Histoire, et on ne veut plus les voir sauf accrochés dans un musée : pas pour leur « adorable » faciès, mais pour ne jamais oublier le triste chapitre d'asservissement et de corruption dans l'Histoire du Liban Tiré de l’article http://libnanews.com/un-musee-dart-et-dhistoire-du-liban-a-lancienne-gare-de-beyrouth/'

 

En Images : A la découverte de Smar Jbeil

Eglise Mar Nohra detail

Nous vous proposons ce samedi une petite ballade dans l’arrière-pays du Batroun du côté de Smar Jbeil, avec la découverte de la nature verdoyante de la région et de trois deux joyaux patrimoniaux, l’église Mar Nohra, l’église Notre-Dame et la forteresse de Smar Jbeil.

Smar Jbeil est un village verdoyant situé à 4km au sud-est de la ville de Batroun au Liban Nord, à 400 mètres d’altitude, ayant jusque-là, échappé à la fièvre immobilière qui a ravagé Beyrouth.

Cette localité se trouve à proximité du monastère de Kfifane Saint Cyprien et Justine qui abrite les reliques de deux saints locaux du XIXème siècle, Saint Neemtallah Hardini et Bienheureux Stephane Nehmé ; ainsi que du couvent de Jrebta, où repose le corps de Sainte Rafqa, contemporaine des deux saints précités.

Ce qui inscrit Smar Jbeil dans un itinéraire touristique d’un pèlerinage religieux.

Smar Jbeil – qui veut dire « gardien de Jbeil » en phénicien – faisait partie du fief de Sainte-Montagne des seigneurs de Batroun, lors de la présence des Croisées au Liban.

Riche en vestiges médiévaux, Smar Jbeil abrite les ruines d’une forteresse datant du début du XIIe siècle, perchée sur un promontoire rocheux, ainsi que deux églises de la même époque : Mar-Nohra et Notre-Dame.

1- L’église Mar Nohra

L’église porte le nom de Mar Nohra – en syriaque, Nohra veut dire « Lumière ».

Ce saint personnage d’origine persane, ayant vécu au IIème/IIIème siècle et qui selon la légende est enterré dans un puits, était venu en Phénicie pour prêcher le christianisme. Il y fut martyrisé, et n’a pas renoncé à sa foi même après avoir eu les yeux crevés.

Ainsi, il est le patron de la vue et des yeux, ce qui fait de l’église un lieu de pèlerinage de beaucoup de fidèles venus implorer la guérison de leurs yeux.

L’église Mar-Nohra est un édifice religieux construit en pierre de taille, et notamment avec beaucoup de matériel de récupération des époques romaines et médiévales. C’est une église à plan basilical, comportant trois nefs.

A l’intérieur, les murs de l’église sont entièrement enduits à la chaux, une technique traditionnelle dans les milieux ruraux au Liban.

Cet enduit appliqué et lissé à la main ou à la truelle, est constitué d’un mélange de terre avec de la chaux et souvent avec un mélange de fibres végétales et/ou animale, est un revêtement de protection, d’isolation et de présentation, que le paysan libanais utilisait aussi bien pour couvrir les églises et pour son foyer.

En plus de ses qualités hygiéniques, il assurait un meilleur éclairage aux pièces en pierre.

Située dans une région rassemblant plusieurs églises médiévales à fresques, cette église maronite, datant probablement du XIIème ou IIIème  siècle, pourrait cacher sous la couche de chaux couvrant ses murs, d’importantes fresques.

2- L’église Notre-Dame

Du côté sud, se trouve les vestiges d’une église dédiée à la Vierge.

Une chapelle nef unique et abside semi-circulaire, saillante à l’extérieur. La nef est précédée d’un porche à arche unique. Le tracé de la voute en berceau est brisé, et une grande partie de cette voûte n’existe plus.  Cette église est en partie construite avec des matériaux antiques.

Au niveau de la conque de l’abside, des restes d’un décor peint révélant difficilement deux motifs floraux cruciformes inscrits dans un cercle.

3- Forteresse de Smar Jbeil.

Un peu plus haut que l’église, une route mène à la forteresse de Smar Jbeil, située sur le haut d’un promontoire rocheux dominant la mer.

Ce petit château à l’histoire inconnue, remonte probablement à l’époque des Croisés et comporte encore plusieurs éléments rajoutés ultérieurement.

Une muraille de pierre entoure le site qui domine quelques tombes taillées dans le rocher de la période classique.

Des éléments architecturaux de l’époque médiévale sont visibles dans la forteresse : des meurtrières, une citerne taillée dans le roc, des différents corps de logis autrefois adossés au donjon, sans oublier les auges ménagées pour le bétail.

Par Marie-Josée Rizkallah

Lire la Suite: En Images : A la découverte de Smar Jbeil – Libnanews http://libnanews.com/en-images-a-la-decouverte-de-smar-jbeil/#ixzz3eZ5TzOWR
Under Creative Commons License: Attribution Share Alike
Follow us: @libanews on Twitter | libanews on Facebook

Nous vous proposons ce samedi une petite ballade dans l’arrière-pays du Batroun du côté de Smar Jbeil, avec la découverte de la nature verdoyante de la région et de trois deux joyaux patrimoniaux, l’église Mar Nohra, l’église Notre-Dame et la forteresse de Smar Jbeil.

Smar Jbeil est un village verdoyant situé à 4km au sud-est de la ville de Batroun au Liban Nord, à 400 mètres d’altitude, ayant jusque-là, échappé à la fièvre immobilière qui a ravagé Beyrouth.
libnanews.com|By Marie-Josée Rizkallah

Our airborne forces: Moujawkal in training

Ce samedi, une petite virée du côté de Ghosta au Kesrouan, pour découvrir un régiment spécial de l’Armée Libanaise : Régiment Libanais aéroporté – Moujawkal – (Ghosta)

Pour situer ce régiment, il est bon de savoir que les forces spéciales de l’Armée Libanaise sont au nombre de quatre et constituent l’élite de cette Armée.

C’est en 2008 que l’Armée Libanaise a commencé à établir la commande des opérations spéciales afin de regrouper ses unités d’élite. Les soldats et officiers qui s’enrôlent au sein de ces forces  sont soumis à des régimes de formation rigoureux. Ces forces spéciales  comprennent:

  • Le Régiment Commando (également connu sous le nom Maghaweer )
  • Le Régiment Libanais aéroporté (également connu sous le nom de Moujawkal)
  • Le Régiment Commando Marine (Navy SEALS, également connu sous le nom de Maghaweer el Baher)
  • Les Panthères Noires – (rattachés aux FSI mais entraînés par l’AL)

Le régiment aéroporté, créé le 29/9/1992, emploie une trentaine d’hélicoptères, et est très actif au sein de l’Armée.

Il est souvent très sollicité dans les zones de troubles, comme dernièrement ses interventions à Ersal, où des hostilités sévissent entre des terroristes échappés de Syrie qui ont trouvé refuge dans cette localité frontalière à l’Est du pays et qui s’en prennent souvent aux forces de l’Armée libanaise qui les empêchent d’élargir leurs champs d’action.

A Ghosta, les militaires du Régiment Libanais aéroporté accueillent souvent des groupes scolaires, universitaires ou d’acteurs de la société civile afin de leur permettre à connaître davantage le rôle des forces spéciales de l’Armée.

Un musée récemment crée en hommages aux militaires tombés au champ d’honneur à Nahr el Bared en 2007, expose les armes et les affaires personnelles de ces derniers, ainsi qu’une brève notice biographique de chacun. Le soldat accompagnant les visiteurs racontera l’histoire touchante d’un soldat devant un fusil exposé au centre de ce musée.

Informations tirées de Wikipedia et du Site de l’Armée Libanaise
Photos : Marie-Josée Rizkallah – Tous droits réservés

Lire la Suite: En Image: Le Régiment Libanais aéroporté – Moujawkal http://libnanews.com/le-regiment-libanais-aeroporte-moujawkal/#ixzz3Z62ckjQ0
Under Creative Commons License: Attribution Share Alike

Jamil Berry and Cynthia Choucair shared this kink on FB

Alors que les unités de l’Armée Libanaise restent confrontées aux menaces notamment dans la partie Est de la Békaa, il est temps de rendre hommage aux commandos de l’institution militaire.

Un hommage aussi aux soldats libanais morts au champ d’honneur et à celui dont on vient de rendre aujourd’hui la dépouille. Notre infographie du jour:

Lire la Suite: En Image: Le Régiment Libanais aéroporté – Moujawkal http://libnanews.com/le-regiment-libanais-aeroporte-mouja…/…
Under Creative Commons License: Attribution Share Alike

See More

A Ghosta, les militaires du Régiment Libanais aéroporté accueillent souvent des groupes scolaires, universitaires ou d’acteurs de la société civile afin de leur permettre à connaître davantage le rôle des forces spéciales de l’Armée.
libnanews.com

 

Aux enfants des militaires martyrs

Ce matin, il a ouvert ses deux petits yeux
Il en veut à tout le monde, il en veut à Dieu
Il s’impatiente trop, il attend le retour
De son père qu’il n’a plus vu depuis des jours

Légende photo : Fils du sergent Ibrahim Zahraman tombé au champ d'honneur le 1er février 2013 lors d'une embuscade contre l'Armée Libanaise à Ersal

Légende photo : Fils du sergent Ibrahim Zahraman tombé au champ d’honneur le 1er février 2013 lors d’une embuscade contre l’Armée Libanaise à Ersal

Il regarde la lune, il s’adresse au soleil
« Pourquoi papa n’est-il pas là à mon réveil ? »
Il perd patience, il veut à tout prix le voir
Il l’attend le matin, à midi et le soir

Il joue avec ses chars et ses soldats de plomb
L’ennui le ronge, le temps lui parait si long
A chaque seconde, à chaque bruit lourd de pas
Il se réjouit et pense que c’est son papa

Son costume bariolé aux couleurs de terre
Semblable à celui que portait son brave père
Il le porte chaque jour, il en est si fier
Fier de l’uniforme auguste des militaires

Les bras du héros qui le portait tous les jours
Son sourire, son regard, ses mots, son amour
Les contes du Liban, des soldats, et des tanks
En un mot, la présence de son père lui manque

Il court se réfugier dans les bras de sa mère
Il pleure, des larmes ferventes et amères
Il cherche des yeux son père, mais ne le retrouve
Elle lui dit qu’il viendra, mais rien ne le lui prouve

Il ne sait pas encore que des quidams ignobles
Ont lachement tué des hommes des plus nobles
Qui effectuaient leur devoir envers la patrie
Et que son père est parmi ceux qui sont partis…

Marie-Josée Rizkallah
Artiste-Peintre. Écrivain, Poète

Lire la Suite http://talents.libnanews.com/enfants-des-militaires-martyrs/#ixzz3RzUjbUwi
Follow us: @libanews on Twitter | libanews on Facebook


adonis49

adonis49

adonis49

October 2021
M T W T F S S
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Blog Stats

  • 1,482,123 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 811 other followers

%d bloggers like this: