Adonis Diaries

Posts Tagged ‘Mon cher Ado

Mon cher Ado. Part 103

Un des adages français dit : ” Pierre qui roule n’amasse pas mousse ” .
Un autre adage , libanais celui-là , et que me répétait ma grand-mère dit : Que la grâce vient en bougeant , en s’activant .

Vous me direz que ça dépend du contexte . Par conséquent , les deux sont intéressants .

Je suis de ceux qui ont assez bougé au cours de leurs vie , comme d’autres copains de jeunesse qui se sont envolés vers d’autres cieux .

Mais certains de nos copains sont restés au village sans chercher à s’en éloigner ne serait-ce que pour chercher à visiter certains sites historique de notre pays . Je pense particulièrement à notre copain l’éminent Pierrot Lebas . (Boutros graduated from Law school. He has a fantastic memory for poems and had good potential that he refused to apply.)

Ainsi , après avoir tenté en vain de réussir son bac, Pierrot s’est résigné à aider son père et son frère aîné dans leur petite boutique .

Aujourd’hui , plus de cinquante ans plus tard , Pierrot se retrouve seul à gérer l’héritage de son père , oui mais ce qui au temps de notre jeunesse nous semblait être le magasin du siècle , est devenu avec Pierrot un antre où il faut avoir une bonne vue et du courage pour y pénétrer , et pour le trouver assis entre son bric à brac de produits poussiéreux , et où vous risquez de vous asphyxiiez , par manque d’oxygène

Mais ce qui est surprenant , c’est que Pierrot semble être le plus heureux du monde . Il mène en bon célibataire une vie tranquille , sans stresser et sans hypertension…

Alors ? Le débat est long mon cher Nabil . Ce sera pour un de ces jours à Béziers .

Note: Those who immigrated and confronted the developed customs  that “Tomorrow is as important as today” managed to succeed.

Mon cher Ado. Part 105

Saint Augustin, qui a vécu à cheval sur le quatrième et cinquième siècle de l’ère chrétienne, est considéré comme le fondateur du genre autobiographique .
Après une jeunesse dissipée , qu’il raconte dans les Confessions , il se convertit au Christianisme et devient évêques d’Hippone dans l’actuelle Algérie .

N’oublions pas qu’avant les conquêtes arabes au septième siècle , tout le pourtour méditerranéen faisait partie du grand Empire Romain , christianisé dès le quatrième siècle , suite à la conversion de l’Empereur Constantin .

Plus de mille ans plus tard, Jean-Jacques Rousseau rédige , lui aussi , ses Confessions , où il raconte à son tour l’histoire de sa vie dans ce qu’elle a parfois de plus intime, ouvrant la voie à tous ceux qui après lui vont rédiger leurs autobiographies.

Victor Hugo ,après Rousseau et Chateaubriand, tournant le dos à l’époque classique , qui considérait avec Pascal (le grand Mathématicien et Philosophe du XVII éme siècle) ,que le “moi ” est haïssable , il nous parle de ses émotions , de ce qu’il avait ressentit surtout après la mort de sa fille noyée dans la Seine .

Mais face à ses détracteurs , les classiques qui étaient encore influents au début du XIX éme siècle , il se justifie en disant dans l’une de ses préfaces :

” Ah! Quand je vous parle de moi,je vous parle de vous .
Comment ne le sentez-vous pas ? ”
En effet quand on parle de soi , on parle de tous .
Car qui n’a pas souffert au cours de sa vie ?
Qui n’a pas perdu un être cher qu’il a pleuré , et qu’il pleure encore ?
Qui n’a pas aimé et ressenti un bonheur intense au cours de son existence ?

Mon cher Ado. Part 93

Georges Bejani posted on Fb. 15 hrs
Image may contain: text

Mon cher Ado. Part 101

Notre village au cours des années a subi un lifting qui n’est pas des plus agréables : On l’a privé de son charme d’autrefois .

On a bétonné ses jardins comme une femme à qui on a rasé la tête (qui a couche’ avec un soldat Nazi?).
On l’a boursouflé comme ces visages de vieilles folles qui , pour rester jeunes, deviennent ridicules en voulant se remodeler le visage alors que le corps a subit les dégradations du temps .

Quand la folie s’empare des hommes , elle entraîne des dégâts ravageurs . (C’est pas la folie qui ravage, c’est l’insouciance et l’apatie)

Mon Coeur saigne quand je pense à tous ces arbres et aux fleurs qu’on a arrachés afin de rajouter quelques tonnes de béton . Plus aucun néflier , plus aucun amandier , ….

Qu’y puis-je ? Rien . (continuer vos visites et communiquer)

Mon cher Ado. Part 100

Après tout , la vie nous a offert des moments délicieux . C’est vrai qu’il m’arrive d’évoquer surtout les années de ma jeunesse , car j’ai sans doute gardé dans ma mémoire les beaux souvenirs de cette époque ,en écartant ceux qui m’avaient chagriné . (mentioner les chagrins sans les publie’, good for your later memoire)

Aujourd’hui , mon cher Charlot , il nous reste encore des moments de joie à vivre avec nos parents et nos amis , ceux qui nous aiment , les vrais.

Surtout ceux qui nous ont accompagnés toutes ces années , Depuis Haret el Tahta et depuis Jounieh ,ceux qui nous ont fait battre le Coeur à certaines étapes de notre vie ,ceux qui encore s’inquiètent pour nous quand nous avons de la peine , et qui sont heureux de savoir que nous allons bien . (Tant “d’amis” qui sont morts et nous essayond toujours de les contacter, en vain)

Si j’en parle , c’est parce que je ne cesse de penser à eux , Car c’est une de mes distractions favorite , avec le boire et le manger bien entendu , n’est-ce pas ?

Si l’époque de Polovino est révolue , il nous reste les bons plats que nos adorables épouses nous mijotent toujours avec amour , comme un bon plat de poulet fermier au curry .(C’est quoi le Plolovino: pot au vin?)

En tout cas c’est ce que me disait hier notre ami Nabil Boudalha qui s’apprêtait à déjeuner d’une bonne salade de tomates fraîches avec de la mozzarella .

Mon cher Ado. Part 99

Les premiers films de ma jeunesse continuent aujourd’hui à se projeter dans ma tête . Ils n’ont jamais déserté ma pensée . Il y eut d’abord les tous premiers , ceux que j’ai vus à Kindia en Guinee , à dix ans . Ceux-là , sont maintenant flous :

Un film de Tino Rossi que ma mère adorait au point qu’elle avait retenu toutes ses chansons , puis un film Indien dont je me rappelle encore un bout de la chanson qu’avait chanté l’acteur principal , et un troisième avec Silvana Mangano , une belle actrice italienne .

Par la suite , dans les années soixante ,ce fut l’internat chez les Frères Maristes ,à Jounieh , avec tous les films qu’on nous projetait tous les samedis soirs , et ce , de la classe de huitième jusqu’à la classe de quatrième .

Entre temps on avait construit une belle salle de cinéma : Le Phénicia , non loin de notre Collège et très proche de l’école des Soeurs où étaient scolarisées mes sœurs et mes cousines .

C’est dans cette salle que les Frères nous emmenèrent un jour voir ” Les oiseaux ” d’Alfred Hitchcock dont on n’est pas sorti indemne . D’ailleurs , je me demande si nous n’avions pas fait des cauchemars cette nuit-là?

Oui mais , ma chère Christiane Karam , il y avait à Jounieh , avant qu’on ne construise le Phénicia , une autre salle de cinéma . Elle était mythique .

Elle se trouvait au rez-de-chaussée d’une de ces belles maisons en pierre de taille qui bordent la mer , entre l’immeuble Chiha et la plage Beyrouthi , non loin de la maison des Boueris ou nous allions nous baigner avec mes cousins . (Est-ce que cette plage des Boueris est toujours privee’)

Bref , cette salle aménagée , pouvait contenir une cinquantaine de personnes . Je me rappelle du jour où , avec Naoum Daou et d’autres encore , nous avions été voir un film de Tarzan et Jane lorsque , soudain , sous nos pieds l’eau se mettait à envahir la salle . C’était juste au moment où Le beau Tarzan avec Jane dans les bras se balançait à l’aide d’une liane pour traverser la rivière qui grondait au-dessous d’eux .

Le temps de réaliser ce qui nous arrivait , nous avions déjà plus de cinquante centimètres d’eau dans cette salle , bien entendu , il fallait déguerpir au plus vite car les vagues de la la mer , étaient montées si haut

Ce jour-là , qu’elles ont failli noyer le cinéma avec Jane et Tarzan.
Depuis ce temps-là , je n’ai plus revu Naoum Daou . Il semblerait qu’il avait émigré en Amérique d’où il n’est plus jamais retourné à Jounieh .

Mon cher Ado. Part 98

Ce matin , mon esprit s’amuse à se rappeler nos sorties le soir au cours de cette année bénie de jeunes étudiants insouciants , où rien ne venait contrecarrer nos désirs .

C’était la dernière année que nous passions comme externes au Collège des Frères Maristes à Jounieh , avant qu’on ne déménage à Champville .

En dehors des cours qui se terminaient à seize heures , il nous restait pas mal de temps pour vagabonder . C’était un des avantages de l’externat ,après quelques années d’internat dont je garde cependant un bon souvenir .

Comme je l’avais dit précédemment , ma mère qui était revenue de Guinée , avait loué un appartement à deux pas de l’école pour qu’on n’ait pas à perdre du temps avec le bus .

Cet appartement se trouvait dans la rue qui longe le Collège des Frères . Ainsi en descendant la rue pour aller à l’école , une fois qu’on a traversé le chemin de fer , il y avait sur la gauche les trois Villas des trois frères Chehab : d’abord , la villa de l’ Émir Chakib , ensuite celle de l’éminent Président de la République libanaise , son excellence l’Emir Fouad Chehab , et enfin celle de l’Emir Farid Chehab qui était père de deux garçons scolarisés avec Nous au Collège des Frères .
Le plus jeune des deux , Taleb, était dans ma classe , celle de Troisième A . En classe ,Taleb était assis à côté de moi , sur le même banc .

C’était un élève plutôt tranquille , qui ne dérangeait personne , mais il avait un très bon appétit et aimait voir des films .
Or comme le Phenicia, une nouvelle salle de cinéma , se trouvait à quelques pas de chez nous , Taleb passait par moi pour m’ emmener au cinéma chaque fois qu’il y avait un nouveau film .

Je ne pouvais qu’obtempérer , sinon , il était capable de m’engloutir , vu son gabarit .

Mais un jour on avait projeté le fameux film d’Irma la douce , avec Jack Lemmon et Shirley MacLaine .

C’était l’histoire d’une prostituée parisienne que l’actrice campait parfaitement bien . Oui mais Taleb s’était amouraché d’Irma , ce qui fait que nous avons revu le film une vingtaine de fois de sorte qu’à la fin on avait retenu tous les dialogues en anglais car en ce temps-là les films étaient en V.O.

Bien des années plus tard , on s’est revus en France au Haras de Jardy à Vaucresson , à l’est de Paris , mais cela fait maintenant plus de vingt que je ne sais pas ce qu’il advint de lui ?

Mon cher Ado. Part 97

De ma fenêtre , je regarde le ciel gris de Paris qui s’assombrit de minute en minute avec la fin du jour .
Je n’aurai pas le temps de finir ma phrase avant que la nuit ne vienne nous couvrir de sa chappe d’ ébène . Que faire sinon de rêver ,

Maintenant que mon activité est réduite à presque rien ? Alors je rêve et je me conte des souvenirs , ceux qui m’ont procuré des moments de bonheur .

Voilà , il y a quelques jours , j ai retrouvé Nabil Boudalha , un vieux copain de notre village . J’ai appris de lui , au téléphone qu’il vivait avec sa femme au Sud de la France depuis deux ans , après qu’il a quitté définitivement l’Afrique où il avait été travailler , il y a belle lurette .

Et qu’elle fut ma joie de le retrouver et d’évoquer avec lui nos souvenirs d’adolescents épris de la vie , et confiants dans tout ce qu’ils entreprenaient .

Ce qui me laisse pensif cependant , c’est d’avoir le sentiment comme si les cinquante années qui nous séparent de cet heureux temps n’ont pas existé .

Mais bien entendu , le rêve ne dure pas et bien vite je bascule dans la réalité du présent qui n’est pas non plus dépourvu de joies et de plaisirs , n’est–ce pas mon Charlot ?

Mon cher Ado. Part 96

J’avais sept ans , il y a de cela bien longtemps , mon vieux Nabil , lorsqu’un séisme secoua le Liban .
Cette année-là , j’étais interne chez les sœurs du Saint Coeur à Beit-Chabab.

(Moi j’etais interne chez les peres Maronites a Beit-Chabab. On nous a fait descendre al la cour exterireure, et les petits furent emporte’.  Le gouvernement imposa une taxe a la suite de ce seism qui dura 10 ans)

Ça s’est passé la nuit . Nous étions dix ou douze garçons à dormir dans une grande chambre sur des lits en fer lorsque , soudain, nos lits se mirent à glisser , émettant des grincements affreux .

Encore somnolents , lorsque sœur Marie-Praxette pénétra dans le mini-dortoirs , et nous demanda de la suivre pour aller dans la cour du collège où d’autres élèves s’y trouvaient déjà et qui , au milieu de la nuit ,se mettaient à prier et à entonner des chants religieux .

Cette nuit-là, j’étais comme abasourdi , ne comprenant pas ce qui m’arrivait . Ce n’est que bien plus tard que j’ai réalisé ce qui nous était arrivé .

Aujourd’hui encore , je continue à penser que se sont nos prières et nos chants qui nous ont sauvés d’un immense cataclysme .

(Beirut fut detruite completement deux fois en l’an 600 at la suite de seismes et ce centre de lois Romaines ,( Bizantine) fut oublier jusqu’a 1870 quand la France et l’Anleterre nous coloniserent))

Mon cher Ado. Part 91

Diderot, Denis Diderot, aurait dit que pour réussir dans la vie , il faut aimer . Ainsi , si l’élève n’aime pas son maître , il ne progresse pas dans ses études .

J’ai eu l’occasion au cours de mes années d’enseignant à vérifier ce dire . Le professeur qui n’aime pas ses élèves ne peut pas les élever , car il leur fera détester son enseignement .

Ainsi , il faut aimer et se faire aimer .Tu vois ,ma chère cousine , pour aimer la vie , il faut avoir été aimer , avoir été chérie par ses parents, auprès de qui vous avez grandi .

La femme joue un rôle primordial dans l’éducation de ses enfants . Si une mère n’ entoure pas ses enfants de toute son affection , elle a beau les bien soigner ou les bien nourrir, ils ne réussirons pas leur vie .

Elle doit être pétrie de tendresse et de douceur . Si elle passe son temps à blâmer ses enfants , elle échouera dans son éducation .

Elle les chargera de complexes. Les exemples pullulent autour de nous . De l’affection et de l’amour mais pas de la mollesse , sans oublier que chaque enfant nécessité un dosage particulier pour se sentir à l’aise .

Aimer , mais ne pas dorloter son enfant jusqu’à le ramollir .


adonis49

adonis49

adonis49

October 2020
M T W T F S S
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Blog Stats

  • 1,426,582 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 774 other followers

%d bloggers like this: