Adonis Diaries

Posts Tagged ‘Mossad

Israel and Jews have annexed the city of Kerkouk in north Iraq. Why that mass flocking?

As USA invaded Iraq in 2003, Israel Mossad flocked to Northern Iraq, and settled in Kirkuk.

Kirkuk is basically of majority Kurdish and the potential of 60% of oil reserves in Iraq.

For the duration of this invasion, the Israeli “secret agents” assassinated over one thousand (1,000) Iraqi scientists. and professionals within a single year.

Jewish “investors” (principality of Iraqi origin) are purchasing swathes of lands in the Kirkuk province for potential oil production.

Last week, 6 of Israel Mossad agents were assassinated.

The tide has turned, and Israelis have to start packing and vacate this province.

بلال جابر shared an  article on Fb. 7 hrs

لماذا يعود اليهود الى كركوك؟
…………………………………….

(خبر يمر عاديا في نشرة اخبار اذاعة الشرق هذا الصباح:

اليهود الاسرائيليون من اصل عراقي يعودون وبكثافة الى العراق، ويتمركزون بشكل خاص في كركوك حيث يشترون الاراضي بخمسة اضعاف ثمنها الحقيقي.)

هذه الفقرة الاستهلالية كانت مدخلا لمقال الكاتبة الاردنية المبدعة، حياة الحويك عطية، في جريدة الدستور الاردنية، قبل بضعة أيام. ثم طرحت سؤلاً، بألم بالغ، أحسست بمرارتها، لماذا كركوك؟
وقبل أن نجيب على سؤالها، ، نود أن نشير الى ان الخبر ليس بجديد، فبعد أحتلال العراق في ٩ نيسان، أبريل ٢٠٠٣، تدفق مجموعة من عناصر الموساد الاسرائيلي الى العراق، تحت مسمى شركة الرافدين، وشركات وهمية اخرى.

بلغ عدد الدفعة الاولى ٩٠٠ جاسوسا، قامت بتشكيل فرقة خاصة لتنفيذ مهام الاغتيالات لكوادر وشخصيات عراقية، سياسية وعسكرية واعلامية وعلمية وقضائية، بالتعاون مع ميليشات احد الاحزاب العراقية المعروفة، طالت ١٠٠٠ عالم ومتخصص عراقي خلال عام واحد.

ثم انتقل (٤٥٠ عنصرا) منهم، من العاصمة بغداد الى مدينة كركوك.
يقع مركز ادارة عمليات فرقة الاغتيالات الاسرائلية فى مدينة كركوك، حاليا، فى منزل قريب من مبنى محافظة كركوك وتضم ضمن عناصرها عددا من الأكراد الذين كانت المخابرات المركزية الأمريكية قد نقلتهم من شمال العراق عام ١٩٩٦ الى جزيرة (غوام).

يتحدث معظم أفرادها اللغة العربية باللهجة العراقية بطلاقة اضافة للغة الانجليزية.

كثفت الفرقة الاسرائيلية جهودها منذ بداية العام الحالي في شراء الاراضي والدور السكنية والمزارع في كركوك وضواحيها، فضلا عن استمرارها في تنفيذ عمليات الاغتيالات التي طالت شخصيات سياسية تركمانية وعربية وكردية وقصف المقرات الحزبية للتركمان والاكراد في كركوك، بهدف اشعال الفتنة العرقية.

انتبهت المقاومة الوطنية العراقية لفعلهم الجبان وقامت بقتل ٦ افراد من عناصرها في المدينة في بداية العام الجاري. وما زالت هذه العناصر نشطة في كركوك وبغداد وبابل بالاضافة الى شمال العراق.
على أية حال، لماذا كركوك؟

أما السبب الثاني، وكما هو معروف، فأن هذه المدينة تضم حوالي ٦٠٪ من الاحتياطي النفطي العراقي، ويعتبرمن أجود انواع النفط الخام في العالم وحسب الخطة التي وضعت في عهد النظام السابق، فأن أعادة تأهيل المنشاءات النفطية فيها تحتاج الى استثمار ٨ مليارات دولار لكي يرتفع انتاج حقولها الى حدود ٥ ملايين برميل يوميا.

وبما أن أبواب السلب والنهب قد فتحت على مصراعيها في العراق بفضل الاحتلال، فأن الرقم ربما سيرتفع الى ١٦ أو ٢٤ مليار دولار، ولهذا يحاول اليهود من الان شراء أكبر قدر ممكن من الاراضي فيها لتحويليها الى لاس فيجاس الشرق الاوسط.

أن المبالغ المرصودة، للاستثمار في المنشأءات النفطية في هذه المدينة، لا يسيل لها لعاب اليهود فقط وانما يسيل لها لعاب الوحوش أ يضا.
وأما السبب الثالث هو، ان ” اسرائيل ” قدمت عرضا الى الزعيمين البرزاني والطالباني بحماية الدولة الفيدرالية الكردية من اي خطر سواء من داخل العراق او من تركيا وسوريا وايران.

وحسب الخطة الامريكية- الاسرائيلية، فأن كركوك ستكون عاصمة الدولة الكردية، لذا فأن التواجد اليهودي فيها أصبحت ضرورة استراتيجية لقربها من تركيا وايران وسوريا.
لقد بات واضحا ان امريكا غزت العراق من اجل حماية اسرائيل وجعلها القوة العظمى الوحيدة في المنطقة، وتثبيت اصدقائها علي قمة السلطة في بغداد، وطمس هوية العراق العربية والاسلامية، وقطع كل صلاته بتاريخه الحضاري العريق، وتوتير علاقاته مع دول الجوار دون أيلاء أي اعتبار لحقوق الشعب العراقي

بعد هذا ليس بنا من حاجة في الدخول في تفاصيل لاتغني ولا تسمن وليسمع من به صمم.
[21:22 2‏/2‏/2020] b: أحد طلاب اﻹمام الشافعي ..يونس بن عبد الأعلى ا ختلف مع أستاذه اﻹمام ” الشافعي” في مسألة ، فقام “يونس”

غاضبًا .. وترك الدرس .. وذهب إلى بيته …
فلما أقبل الليل… سمع “يونس” صوت طرق على باب منزله ..
فقال يونس: من بالباب ..؟ .
قال الطارق: محمد بن إدريس فقال يونس : فتفكرت في كل من كان اسمه محمد بن إدريس إلّا الشافعي ..قال: فلما فتحت الباب، فوجئت بالإمام الشافعي ..
فقال :_ يا يونس، تجمعنا مئات المسائل وتفرقنا مسألة

_ يا يونس، لا تحاول الانتصار في كل الاختلافات .. فأحيانا “كسب القلوب” أولى من “كسب المواقف”…
_ يا يونس، لا تهدم الجسور التي بنيتها وعبرتها .. فربما تحتاجها للعودة يوما ما.
اكره “الخطأ” دائمًا… ولكن لا تكره “المُخطئ” .
وأبغض بكل قلبك “المعصية”…

لكن سامح وارحم “العاصي”…
_ يا يونس، انتقد “القول”… لكن احترم “القائل”… فإن مهمتنا هي أن نقضي على “المرض”… لا على “المرضى.
لله دركم ..

أي سمو أخلاق هذا … !!! وصايا راقية تسمو بأخلاقنا..

Tidbits and notes posted on FB and Twitter. Part 229

Note: I take notes of books I read and comment on events and edit sentences that fit my style. I pay attention to researched documentaries and serious links I receive. The page of backlog opinions and events is long and growing like crazy, and the sections I post contains a month-old events that are worth refreshing your memory

La haine est proche de l’amour, quand le mepris lui est etranger

Chinese president Xi Jinping“Don’t let pillow talk lead you down to corruption.”

Pillows are basically like toilet seats, one microbiologist told the New York Post: “They both touch cheeks.” As far as the microbes go, you can rest easy: The bacteria are not usually dangerous to humans. But go and wash your pillowcase, just to be safe. (No washing can eliminate the bacteria anyway, since temp doesn’t exceed 60 degrees Celsius))

Smart pillow Moona, a Kickstarter-funded startup, can adjust its temperature based on user preferences, learning over time whether you like it warm or cold. Other gadgets trying to disrupt pillows include the Zeeq, which vibrates gently if it determines you’re snoring, and Qoobo, a two-pound plush pillow that sits on your lap and wags its fluffy robotic tail.

Choose a pillow that will keep the neck aligned with the chest and lower back. Your pillow should be adjustable to allow you to sleep in different positions. Replace your pillows every year or so.”

For years I suggested the EU handle 2 Euro currencies: Euro B for internal market of each member state, which can print according to internal market fluctuation, and Euro A for export (to other member States, and outside EU) and Germany will keep the monopoly of issuing the Euro A

We can safety censure Incha2 Allah from our public discourse in our region: It won’t change much in our behaviour, but the illusion of probable change is important for our sanity

Let’s have this experiment: censuring “incha2allah” from all movies, and observe if the meaning of the story remains the same. The implicit meaning will mostly be the same for the vast majority of destiny-believers

National security adviser H.R. McMaster is the 25th senior official (paywall) to leave Trump’s White House since the president’s inauguration. How many of the original officials remain? They must be great ass-kissers to remain put.

Cambridge Analytica isn’t the first practitioner of electoral dark arts. As long as there have been elections, there have been shadowy actors looking to fix the results (paywall).

Female reporter/journalist Andree’ Viollis (1870-1950). Covered Afghanistan in 1929, Viet Nam during French occupation and reported the violence and repression committed in Annam-Tonkin

Female reporter/journalist Magdeleine Paz (1889-1973). Covered the colonial dramas and calamities

Female reporter/journalist Titayna Sauvy (1897-1966). Founded Jazz in 1928 and covered the antropophages in the antipodes

Al Mashnouk khosser al intikhabaat: zaadaha bil al awbaash wa al 7aki khaarej mas2ouliyaatou bil al daakhiliyyeh. bi yetna2al min sofrat la sofrat wa fa2ar al Beiroutiyyen ad ma bi yaakol wa bi yet masmass. Za3bar 3al mafdou7 bi sanadeek al tasweet ta yerba7

Hal “awbaash” sakkarou makaraat wa awkaar Mossad fi Beirut. Mosaad edtarrat tfatesh 3a modon taniyat

Six Past Mossad Directors Call for Diplomacy with the Palestinians

After committing crimes against humanity, they call for Diplomacy with Palestinians

In 2003, four former heads of Israel’s secret counter-terrorism service, Shin-Bet, were interviewed by the Israeli daily Yedioth Ahronoth.

Their criticism of then Prime Minister Ariel Sharon’s inaction to advance a diplomatic resolution to the Israeli-Palestinian conflict caused an uproar and deeply influenced Sharon.

The interview later triggered the award-winning documentary film The Gatekeepers, featuring six past Shin-Bet directors who criticized the political status-quo.

Now, Yedioth Ahronoth is publishing a similar interview with all surviving six past directors of Israel’s spying agency, Mossad:  Zvi Zamir (93), Nahum Admoni (88), Shabtai Shavit (78), Danny Yatom (73), Efraim Halevy (83) and Tamir Pardo (65).

Following are excerpts from the March 30th interview with the six:

Yatom: “We’re on a very steep slope. There are serious things that are wrong here. People around the prime minister and people in key positions are being questioned about public corruption, and all of that is because they’ve put their own interests before the state’s interests. I’m worried by the attacks on the gatekeepers and the inaction in the diplomatic realm [i.e. the peace process with the Palestinians], which is leading us to a bi-national state, which is the end of the Jewish and democratic state. (In a sense, Yatom refuse an “independent” Palestinian State. And what kind of diplomatic negotiation is he hopping to achieve?)

“As a Mossad director, I think it is a mistake for us only to address the period in which we served. In the context of the job we saw a whole lot of things: we saw prime ministers, we saw the decision-making processes in governments. We saw wars. We saw times of peace. And more than many others, we worked closely with the prime minister and with the top state officials. If we don’t say what we have to say, I think that we will be sinning against ourselves.(And how often did they sin and kept silent?)

Pardo: “The fact that between the sea and the Jordan there is a nearly identical number of Jews and non-Jews. The central problem from 1967 until today is that Israel, across the entire breadth of its political establishment, hasn’t decided what country it wants to be. We are the only country in the world that hasn’t defined for itself what its borders are. All of the governments have fled from coping with the issue.

Yatom: “The Rabin government didn’t flee from that. He was assassinated.”

Halevy: “Danny is right. 1993 was the only year in the history of the country in which three tracks of peace negotiations were held simultaneously—with the Palestinians, with the Syrians and with the Jordanians.”

Pardo: “But no prime minister ever declared which borders he hoped to have for the state.”

Yatom: “Barak did define. He was willing to leave the Golan Heights and more or less [to withdraw] to the 1967 lines.

Pardo: Excuse me. I insist on my opinion. The governments of Israel didn’t do that. Olmert had a vision and so did Sharon and so did Rabin. Each one went the single mile that he chose to walk—but none of them said: these are the country’s borders. If the State of Israel doesn’t decide what it wants, in the end there will be a single state between the sea and the Jordan. That is the end of the Zionist vision.” (And what is Zionist vision? Colonial occupation? Mandated power to rule and control Palestinians?)

Yatom: “That’s a country that will deteriorate into either an apartheid state  or a non-Jewish state, if we continue to rule the territories. I see that as an existential danger. A state of that kind isn’t the state that I fought for. There are some people who will say that we’ve done everything and that there isn’t a partner, but that isn’t true. There is a partner. Like it or not, the Palestinians and the people who represent them are the partner we need to engage with.” (Actually, the existence of Israel is an existential threat, Not only to Palestinians, but to Lebanese, Syrians and Jordanians. Countless pre-emptive (offensive) wars were initiated by Israel for no serious reasons)

Halevy: “We’re the dominant [party] and in order to reach any sort of arrangement we have to first of all treat the other side with some degree of equality. Beyond that, we needn’t balk at speaking with Hamas. Hamas was established here 31 years ago. We used everything we have against it, and they still exist. So we can’t ignore that and make do with saying, ‘they’re terrorists.’ Hamas also made a certain change to its charter, which recognizes the 1967 lines as the temporary borders of the state. That’s a big change.”

Question: How critical is the issue of peace to Israel’s existence?

Zamir: “It’s critical. Ultimately, we’re going to have to find a formula that can serve as a basis for a discussion with the Palestinians.”

Pardo: “The State of Israel needs peace in order to exist over time.”

Halevy: “I’ll put it in even starker terms: without peace, the survival of the State of Israel, its existence, are in question.”

Yatom: “My assessment is that if Rabin hadn’t been assassinated we would long ago have had peace with the Palestinians, and perhaps also with the Syrians. As the strongest country in the Middle East we need to take calculated risks and to get back onto the track of dialogue.” (All the military updated weapons from the western State count weakly against the determination of the people to confront occupation and apartheid laws and behaviors)

Shavit: “A peace that is based on the idea of two states is a more important interest of the Jews than of the Palestinians. The situation we’re in now is the result of our insistence not to achieve peace.”

Question: Our insistence?

It’s a lie that there isn’t a partner. Neither we nor the Palestinians are going to make peace voluntarily, of our own will. In this situation, someone is going to come from above who is big and strong and influential and, if need be, will impose that.” (Not with the Trump administration and USA congress that voted on Jerusalem as Capital of Israel)

Question: So you’re saying that Israel needs to opt for an arrangement even if it contains elements that are dictated from above, by the Americans or the Saudi? (That’s funny. Does this means that the US is not funding enough Israel? $144 bn in the last 4 decades?)

“Yes. Because when it comes to the question of what we get in return, if we opt for the two-state solution on the basis of the Arab League’s proposal, which was originally written by the Saudis, the biggest dividend that we’re going to receive is a declaration of the end of the conflict with all 22 Arab League states and the establishment of diplomatic relations with them and with another 30 Muslim countries around the world.

If tomorrow 50 Muslim countries in the world make peace with Israel and have diplomatic and economic relations with it, we’ll get to see all of the countries that are on our scale—let’s say, all the Scandinavian countries and Holland and Switzerland—see our back [i.e. rank behind us].

Instead of that, what are we preoccupied with nowadays? When is the next time that we’re going into Gaza, and when is the next time we’re going into Lebanon? We need to break that cycle already.

Why are we living here? To have our grandchildren continue to fight wars? What is this insanity in which territory, land, is more important that human life?”

Pardo: “I think that within the borders of the country there can’t be first and second-class citizens. Anyone who thinks that over time it’s going to be possible to maintain two classes of population, those with rights and those without rights, is creating a problem for our grandchildren that they won’t be able to cope with, and it could very well be that they will simply leave.”

Note: The strategic and political climate during the Syrian multinational involvement destroyed any peaceful horizon. The New Syria, Iraq, Lebanon (Hezbollah), and Palestinians have no confidence in Israel wanting to engage in any meaningful peace process. Even the concept that Israel needs peace is wrong: Israel weapon industry does Not favor any long-term peace conditions in the region). Currently, the wars will be against the people and no longer with regimes.

Israel behind systematic assassination of Syrian scientists by Muslem extremist factions

Lately, Al Nusra faction, tightly linked to Daesh, executed 5 nuclear Syrian engineers.

L’exécution, par le front Al-Nosra, de cinq ingénieurs dans le domaine de l’énergie nucléaire et atomique ne fut pas une surprise, puisque ces groupes avaient adopté cette méthode dans des opérations similaires.

Auteur : Al-Ahednews | Editeur : Walt | Dimanche, 16 Nov. 2014

Assassinats systématiques des académiciens et scientifiques syriens dans l’intérêt d’«Israël»

Les cinq ingénieurs assassinés étaient à bord d’un véhicule qui fut la cible des tirs, dans la région El-Tall, dans le Rif de Damas.

Les ingénieurs martyrs travaillaient dans un centre de recherches scientifiques à Barzé.

Selon des sources bien informées, la nature du travail de ces hommes était confidentielle. Ils furent assassinés à la suite d’une période de surveillance.

Ce n’est pas la première fois que des experts, des scientifiques et académiques syriens sont liquidés. Le front Al-Nosra s’est en effet transformé en un bras du chef du Mossad, Tamir Bardo, qui fournit à cette organisation les données et les renseignements, ainsi que le soutien logistique, en contrepartie des opérations d’assassinat.

Ce front avait aussi visé une élite de pilotes des avions de chasse syriens, détruit les centres de recherches scientifiques et les centres d’alerte précoce, qui protègent le pays des offensives extérieures.

Avec le début de la guerre contre la Syrie, un groupe armé relevant d’Al-Nosra, muni d’engins de télécommunications sophistiqués, a été démantelé par l’armée syrienne. Les renseignements syriens à ce propos, ont été confirmés par des rapports russes et chinois, pour révéler un rôle effectif des SR sionistes et de la CIA au sein du groupuscule en question, dirigé par le général américain Richard Cleveland.

Les informations ont fait état de forces spéciales entrainées pour perpétrer des assassinats, sous la supervision de la CIA.

Ces forces sont entrées en Syrie via la frontière de la Jordanie et du Golan occupé et se sont déployées sur le territoire syrien.

En outre, le Mossad a joué un rôle important dans l’installation des chambres d’opérations et des casernes d’entrainement en Jordanie, en Turquie et dans le Kurdistan de l’Irak.

Les équipes entrainées dans ces lieux, en coopération avec la force israélienne «Maglan», spécialisée dans les offensives contre les aéroports et la force «Beta IR», spécialisée dans les assassinats, coordonnent étroitement leurs actions avec les SR israéliens.

Le parrainage de ces groupes ne s’est pas limité à l’entrainement. Les Israéliens ont assuré le soutien à Al-Nosra sur le terrain, dans plusieurs lieux en Syrie, notamment où se situent les postes militaires et académiques, comme Homs et son rif, le rif de Deraa, El-Ghouta-Est et le Qalamoun.

Les groupes armés y ont reçu tout genre de soutien technique sophistiqué, dont les moyens de télécommunications, d’espionnage et même l’assistance directe.

L’assassinat des pilotes militaires syriens entrainés sur les avions modernes dans le rif de Homs en est une preuve. En effet, en fin de novembre 2011, six pilotes, techniciens et officiers ont été assassinés par les groupes armés, baptisés plus tard «front Al-Nosra». Les assassinats des cadres et des experts syriens se sont poursuivis plus tard. Le général Abdallah Khaldi fut tué, ainsi qu’un certain nombre de pilotes militaires, pris en otage, puis décapités et leurs corps mutilés.

Dans la période suivante, ces groupes ont entamé une série d’assassinats systématiques, visant plusieurs chercheurs, académiciens, dont notamment le général Nabil Zougheib, responsable du développement du programme des missiles syriens.

En plus, Alep fut le lieu de l’assassinat de Dr Samir Rkieh, ingénieur aéronautique, enlevé par Al-Nosra en 2012. Une vidéo a montré plus tard son corps mutilé par les traces de la torture.

Dans le domaine des centres de recherches scientifiques et académiques, les groupes armés ont laissé leurs empreintes dans toutes les régions syriennes. Ils ont adopté la méthode du Mossad dans la prise pour cible des installations scientifiques, des bases aériennes, et des radars, notamment installés dans la région de Marj el-Sultan, dans la Ghouta-Est, et ceux installés dans le rif de Deraa.

Bref, d’après la nature des missions exécutées par le bras du Mossad en Syrie, et l’ampleur des pertes dans les infrastructures économiques et militaires, comprenant aussi les cerveaux et les expertises humaines, les radars, les stations d’alerte précoce, les systèmes de défense aérienne et les pilotes, on peut déduire que le bénéficiaire n’est que l’ennemi principal de l’axe de la résistance.

En effet, l’entité sioniste avait toujours l’objectif de démanteler la structure militaire, scientifique et technique de l’armée syrienne, par le meurtre des cadres habilités, en prélude à l’exclusion de cette armée du cadre du conflit.

D’ailleurs, c’est ce que prouve un article publié dans Yediot Ahronot et écrit par le journaliste sioniste Ben Yachay, le 14-1-2012. Ben Yachay avait affirmé que les assassinats en question, étaient caractérisés par le statut et la qualité des hommes tués, sources de connaissances, de renseignements et d’expertises.

«On ne doit pas être expert pour déduire que les assassinats et les explosions en Syrie, sont l’œuvre d’organisations secrètes, liées à des pays bénéficiant de leur action. Seules des organisations dirigées par de tels pays, sont capables d’exécuter ce genre de meurtres», a-t-il écrit.

– Source : Al-Ahednews

Systematic assassination of top academicians and scientists in Syria, Iraq, Egypt, Palestine and Lebanon

Israel constant strategic policy is the systematic assassination of top academicians and scientists in the neighbouring countries of the State of Israel (Syria, Iraq, Egypt, Jordan, Palestine and Lebanon. Iran has been a target since it began its nuclear program). Why?

Apartheid Israel believes that its supremacy and total control and dominion in the region is denying the people any proficient brain power to confront Israel long-term existence.

One of the main objectives of invading Iraq was the elimination of its top 5,000 scientists. The USA pressured over 2,000 top Iraqi scientists to find exile in the US. The remaining scientists were executed and assassinated.

In the 50’s and 60’s Egypt top scientists were the primary target for assassination, and Israel pressured Germany to bring back the German scientists working in Egypt. Germany shelled out $2 billion so that its citizens in Egypt are not killed. 

Since 2011, the Mossad, headed by Tamir Bardo, provided the Nusra faction lists of top Syrian scientist to be executed.

Lately, Al Nusra executed 5 Syrian nuclear engineers and scores of professional generals, pilots and researchers..

L’exécution, par le front Al-Nosra, de cinq ingénieurs dans le domaine de l’énergie nucléaire et atomique ne fut pas une surprise, puisque ces groupes avaient adopté cette méthode dans des opérations similaires.

By Al-Ahednews | Editeur : Walt | Dimanche, 16 Nov. 2014

Assassinats systématiques des académiciens et scientifiques syriens dans l’intérêt d’«Israël»

Les cinq ingénieurs assassinés étaient à bord d’un véhicule qui fut la cible des tirs, dans la région El-Tall, dans le Rif de Damas.

Les ingénieurs martyrs travaillaient dans un centre de recherches scientifiques à Barzé. Selon des sources bien informées, la nature du travail de ces hommes était confidentielle. Ils furent assassinés à la suite d’une période de surveillance.

Ce n’est pas la première fois que des experts, des scientifiques et académiques syriens sont liquidés. Le front Al-Nosra s’est en effet transformé en un bras du chef du Mossad, Tamir Bardo, qui fournit à cette organisation les données et les renseignements, ainsi que le soutien logistique, en contrepartie des opérations d’assassinat. Ce front avait aussi visé une élite de pilotes des avions de chasse syriens, détruit les centres de recherches scientifiques et les centres d’alerte précoce, qui protègent le pays des offensives extérieures.

Avec le début de la guerre contre la Syrie, un groupe armé relevant d’Al-Nosra, muni d’engins de télécommunications sophistiqués, a été démantelé par l’armée syrienne. Les renseignements syriens à ce propos, ont été confirmés par des rapports russes et chinois, pour révéler un rôle effectif des SR sionistes et de la CIA au sein du groupuscule en question, dirigé par le général américain Richard Cleveland.

Les informations ont fait état de forces spéciales entrainées pour perpétrer des assassinats, sous la supervision de la CIA. Ces forces sont entrées en Syrie via la frontière de la Jordanie et du Golan occupé et se sont déployées sur le territoire syrien. En outre, le Mossad a joué un rôle important dans l’installation des chambres d’opérations et des casernes d’entrainement en Jordanie, en Turquie et dans le Kurdistan de l’Irak.

Les équipes entrainées dans ces lieux, en coopération avec la force israélienne «Maglan», spécialisée dans les offensives contre les aéroports et la force «Beta IR», spécialisée dans les assassinats, coordonnent étroitement leurs actions avec les SR israéliens.

Le parrainage de ces groupes ne s’est pas limité à l’entrainement. Les Israéliens ont assuré le soutien à Al-Nosra sur le terrain, dans plusieurs lieux en Syrie, notamment où se situent les postes militaires et académiques, comme Homs et son rif, le rif de Deraa, El-Ghouta-Est et le Qalamoun. Les groupes armés y ont reçu tout genre de soutien technique sophistiqué, dont les moyens de télécommunications, d’espionnage et même l’assistance directe.

L’assassinat des pilotes militaires syriens entrainés sur les avions modernes dans le rif de Homs en est une preuve. En effet, en fin de novembre 2011, six pilotes, techniciens et officiers ont été assassinés par les groupes armés, baptisés plus tard «front Al-Nosra». Les assassinats des cadres et des experts syriens se sont poursuivis plus tard. Le général Abdallah Khaldi fut tué, ainsi qu’un certain nombre de pilotes militaires, pris en otage, puis décapités et leurs corps mutilés.

Dans la période suivante, ces groupes ont entamé une série d’assassinats systématiques, visant plusieurs chercheurs, académiciens, dont notamment le général Nabil Zougheib, responsable du développement du programme des missiles syriens. En plus, Alep fut le lieu de l’assassinat de Dr Samir Rkieh, ingénieur aéronautique, enlevé par Al-Nosra en 2012. Une vidéo a montré plus tard son corps mutilé par les traces de la torture.

Dans le domaine des centres de recherches scientifiques et académiques, les groupes armés ont laissé leurs empreintes dans toutes les régions syriennes. Ils ont adopté la méthode du Mossad dans la prise pour cible des installations scientifiques, des bases aériennes, et des radars, notamment installés dans la région de Marj el-Sultan, dans la Ghouta-Est, et ceux installés dans le rif de Deraa.

Bref, d’après la nature des missions exécutées par le bras du Mossad en Syrie, et l’ampleur des pertes dans les infrastructures économiques et militaires, comprenant aussi les cerveaux et les expertises humaines, les radars, les stations d’alerte précoce, les systèmes de défense aérienne et les pilotes, on peut déduire que le bénéficiaire n’est que l’ennemi principal de l’axe de la résistance.

En effet, l’entité sioniste avait toujours l’objectif de démanteler la structure militaire, scientifique et technique de l’armée syrienne, par le meurtre des cadres habilités, en prélude à l’exclusion de cette armée du cadre du conflit. D’ailleurs, c’est ce que prouve un article publié dans Yediot Ahronot et écrit par le journaliste sioniste Ben Yachay, le 14-1-2012. Ben Yachay avait affirmé que les assassinats en question, étaient caractérisés par le statut et la qualité des hommes tués, sources de connaissances, de renseignements et d’expertises.

«On ne doit pas être expert pour déduire que les assassinats et les explosions en Syrie, sont l’œuvre d’organisations secrètes, liées à des pays bénéficiant de leur action. Seules des organisations dirigées par de tels pays, sont capables d’exécuter ce genre de meurtres», a-t-il écrit.

 

Dieudonné: “I have been a Mossad agent since 2003”

In a previous post I described the controversy surrounding the black French humorists https://adonis49.wordpress.com/2014/01/16/quenelle-de-dieudonne-mbala-mbala-nazi-reverse-salute-who-is-he-and-zemmour-position/

The French authorities banned all the theater representations and gathering of Dieudonne on the basis of exacerbating anti-semitic sentiment.

In a press conference at the Théâtre de la Main d’Or, Dieudonné confirmed that he was an Israeli agent for the last 10 years.

He admitted that by the end of 2002 that he learned to be a descendants of the Ethioean Falashas Jews, most of them have been transferred to Israel 4 decades ago, and now live as third rate citizens. 

Israel contacted him and the spying resumed on French citizens.

Goal? Infiltrate “anti-semite” groups and weaken them financially…

And the Mossad retrieved 50% on Dieudonne’s shows and sold articles

Woody Allen on Dieudonné:

1.”He says that he is not Jew… But he is”

2. “The uncontested Jewish humorist of all time… In line with Jewish tradition of mocking their own communities…”

It would be interesting to know the saga of Mbala’s parents: Was his father originally a Falaja Jew who immigrated to and settled in Cameroon? Was his mother originally a French Falaja Jew?

And how the Mossad tampered with documents and concocted a credible story to convince Dieudonne?

Has DMbala read the horror stories of how the Ethiopian “Jews” were transferred to Israel? https://adonis49.wordpress.com/2013/08/18/horror-transfer-story-ethiopian-jewish-falasha-trips-to-israel/

The French text:

L’affaire Dieudonné  prend un tour nouveau.

Ce matin, l’humoriste Dieudonné M’Bala M’Bala, au cœur de la polémique, organisait une conférence de presse surprise au Théâtre de la Main d’Or.

Le comédien a révélé qu’il travaille en réalité depuis plus de 10 ans pour les services de renseignement israéliens. Sa mission : infiltrer les réseaux antisémites de France afin d’obtenir le maximum d’informations sur eux tout en les affaiblissant financièrement.

Le déclic de 2002

Il est 10h15 ce mardi. Les portes du théâtre de Dieudonné s’ouvrent pour laisser passer une nuée de journalistes et de fans anonymes. La salle sature de monde puis l’artiste controversé apparaît sur scène, la mine sérieuse. Pas de blagues ni d’attaques contre la communauté juive. Calmement il prend la parole :

« Fin 2002 j’ai découvert par hasard que j’étais l’un des descendants des Falashas, ces juifs éthiopiens. J’ai mis un an à m’en remettre… Puis je l’ai accepté et j’ai finalement décidé de savoir comment je pouvais aider ma communauté, mon peuple. C’est à ce moment que le Mossad m’a contacté pour me proposer un CDI. »

L’agence de renseignement israélienne réfléchit à un moyen d’utiliser cette nouvelle recrue. Quelques semaines plus tard, le Mossad propose à l’humoriste de devenir « un aimant à antisémites » en se faisant lui-même passer pour une personnalité anti-juive sous couvert d’anti-sionisme.

Dieudonné : « Je travaille pour le Mossad depuis 2003 »

Dieudonné

L’affaire Fogiel

Pour lancer cette opération tout à fait unique, le Mossad et Dieudonné doivent frapper un grand coup. Ce sera le fameux sketch de Dieudonné chez Fogiel en décembre 2003 dans lequel il incarne un colon israélien extrémiste effectuant ce qui ressemble à un salut nazi. Une performance qui, en réalité, a été écrite et répétée en toute discrétion à Tel-Aviv un mois avant son passage à l’antenne.

Après sa prestation chez Fogiel, la machine est lancée. Dieudonné enchaîne les déclarations chocs en qualifiant la Shoah de « pornographie mémorielle » ou en attaquant de nombreuses personnalités de confession juive.

Le 26 décembre 2008, ce dernier fait même monter sur scène l’écrivain négationniste Robert Faurisson, suscitant une levée d’indignation : « A la base je trouvais ça too much et pas très drôle mais les ordres sont les ordres. Ça m’a coûté moralement mais après ça l’opération est entrée dans une seconde phase et tous les antisémites du territoire ont commencé à affluer vers moi. » explique Dieudonné lors de sa conférence de presse.

Le Mossad récolte alors un nombre impressionnant d’informations grâce au système de billeterie du Théâtre de la Main d’Or ou via les réseaux sociaux: « C’est notre meilleur élément. En l’espace de 10 ans on a récolté plus de données exploitables sur les réseaux antisémites qu’en un demi-siècle. Et puis franchement le sketch du cancer est quand même très drôle. » nous confie le porte-parole du Mossad au téléphone.

L’autre grand pilier de cette opération consiste à assécher les caisses des antisémites qui se mettent à graviter autour de l’humoriste reconverti en espion. C’est dans cette optique que Dieudonné développe un merchandising acharné en vendant tasses, t-shirts, DVD’s et autres objets à son effigie.

Un accord est même passé entre l’artiste et la direction du Mossad : le comique gardera 50% de l’ensemble des recettes en guise de notes de frais dans le cadre de son service rendu. La stratégie est payante.

Pour peaufiner la supercherie, Dieudonné s’associe avec Arno Klarsfeld, l’avocat et fils de la célèbre famille de «chasseurs de nazis ».  « Arno a accepté de jouer le jeu et de devenir mon faux adversaire. C’est un patriote. Sans lui, je n’aurais jamais pu apparaître comme l’antisémite que je suis devenu dans l’esprit des gens. »

Enfin, pour s’assurer du bon déroulement de l’opération, le Mossad dépêche également auprès de Dieudonné un officier traitant qui prendra les traits de Jacky, le pseudo régisseur du comique, en réalité capitaine dans l’armée israélienne et neveu d’Ariel Sharon. Un ingrédient de plus qui aura permis à cette tromperie d’enfumer la France entière.

Fatigué par le mensonge

Alors pourquoi arrêter cette opération de renseignement maintenant alors qu’elle semble marcher plus que jamais ? La réponse, M. M’Bala M’Bala la donne à la fin de sa conférence de presse: « Je suis un peu fatigué et j’en avais marre de mentir à toutes ces personnes qui sont devenues mes fans et que j’ai vendues au Mossad. Et puis j’aimerais revenir à mon premier amour : la comédie. Tous ces sketchs haineux sur les juifs m’ont un peu dégoûté. J’aimerais bien faire un spectacle sur les godasses par exemple. »

En cause également, les mesures prises à son encontre depuis lundi par Manuel Valls et les maires de différentes villes où Dieudonné est censé bientôt se produire: « Alain Juppé a décidé de m’interdire de jouer à Bordeaux. Si je commence à ne plus pouvoir faire mon métier qui est ma véritable passion, là cette opération doit s’arrêter. C’est la limite que je me suis fixée. »

Alain Soral est le premier dans l’entourage de Dieudonné à avoir réagi à cette révélation. L’essayiste polémique se dit en colère, trahi par un compagnon de route idéologique, mais guère étonné : « Cette révélation ne me surprend pas. J’ai compris récemment que Dieudo se foutait de notre gueule quand il nous demandait de rembourser ses amendes avant même d’avoir été condamné par la Justice. On a maintenant la preuve que même l’antisémitisme est un complot juif » écrit-il sur son site Égalité et Réconciliation.

La Rédaction

Illustration : Wikicommons / Axis for Peace

Woody Allen on Dieudonné: “The most hilarious Jewish humorist of all time…”

Alors que dans un entretien accordé au magazine Première, le réalisateur américain Woody Allen aborde son futur retour en France pour le tournage de son prochain film, le petit homme aux célèbres lunettes en a profité pour parler d’une foule de sujets.

Dans cette interview il revient notamment sur sa carrière, ses angoisses mais témoigne étrangement aussi de son admiration pour l’humoriste controversé Dieudonné. Une déclaration d’amour pour celui qu’il qualifie de « maître incontesté de l’humour juif ».

Un génie de l’autodérision

C’est donc ce surprenant aveu qui sera à retenir de cette entrevue donnée par Woody Allen à Première.

Une rencontre où celui qui est peut-être le plus illustre représentant de l’humour juif new-yorkais confie son admiration pour Dieudonné M’Bala M’Bala :

« C’est un très grand, si ce n’est LE plus grand humoriste juif au monde. L’autodérision sur les Juifs, l’utilisation des stéréotypes que l’on porte sur nous-mêmes ou que les autres nous renvoient, les thèmes abordés comme l’argent, le commerce, la religion et bien sûr l’antisémitisme. Bref tous les ingrédients sont là. Dieudonné est l’archétype même de l’humoriste juif et dans ce domaine c’est un très grand. »

Une prise de position qui surprend tant le parcours du comique français a été jonché de polémiques et de scandales autour de ses attaques répétés contre la communauté juive.

Mais Woody Allen interprète cela comme un argument de plus à sa vision des choses : « Tous les grands comiques juifs se sont à un moment donné moqués de leur propre communauté. Et Dieudonné s’inscrit dans cette digne lignée. Il maîtrise l’humour juif comme personne. Alors oui je sais qu’il dit qu’il est pas juif…mais il est juif quand même… »

Une réaction nuancée de l’intéressé

C’est quelques heures seulement après la publication de cet entretien-hommage que Dieudonné a tenu à répondre à Woody Allen sur sa page Facebook en écrivant :

« Pour les amateurs de quenelles, joli glissage de barquette de Woody Allen dans Première. C’est au moins du 170 qu’il fait passer avec l’art et la manière du grand artiste sioniste qu’il est. Pour une fois que quelqu’un ose dire ce qu’il pense…J’peux vous l’avouer, physiquement, à la maison, ça zouke dans tous les sens » et l’humoriste juif de continuer en renvoyant la politesse : « Finalement au dessus c’est Woody Allen. Mes respects W, chapeau bas ! »

La Rédaction

Illustration: WikiCommons / Colin Swan / Copyleft

À PROPOS

Entre The Onion et Le Figaro, votre meilleure source d’information de la journée.

Le Gorafi est né après un conflit d’intérêts avec les créateurs du Figaro en 1826.

Jean-René Buissière, journaliste dyslexique, tente alors de créer son propre journal, transformant Le Figaro en Le Garofi. Mais, dyslexique, il écrit « Gorafi ». La faute est restée et est entrée dans l’Histoire.

Le Gorafi se veut impartial et irréprochable.

Tous les articles relatés ici sont faux (jusqu’à preuve du contraire) et rédigés dans un but humoristique. L’utilisation de noms de personnalités  ou d’entreprises est ici à but purement satirique.

All items here are recounted fake (until proven otherwise) and written in a humorous purpose. The use of names of persons or companies is purely satirical here.


adonis49

adonis49

adonis49

March 2020
M T W T F S S
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Blog Stats

  • 1,375,939 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 720 other followers

%d bloggers like this: