Adonis Diaries

Posts Tagged ‘Nada CORBANI AKL

” I write (I’m revolt)”: Egypt author Alaa el Aswany

Why do I write the text of alaa el aswany, author of ” the yacoubian building ” and ” I ran to the Nile ” to which I added a note between interlude (I’m revolt)

” I write (I’m revolt) because the difference between what we have and what we deserve has become unbearable.

I write (I’m revolt) because I don’t agree: I am against what is happening, against injustice, dictatorship, religious extremism, hypocrisy, corruption and oppression.

I write (I revolt) to create my world of mine, and share my world with my readers…

I write (I revolt) to create a life that looks like our daily life but is deeper, more meaningful and more beautiful. (More just, fair and equitable?)

Through my characters, I try to show that we are different in skin color, religion, social class and culture, but we are all first human beings with the same feelings, dreams and suffering.

Mothers love their children in the same way, two young people love each other in the same way, children laugh and cry the same way.

In fact, we are all made the same way but we often forget this truth.

I write (I’m revolt) to transmit the voice of the people who suffer, people who are marginalized and forgotten by everyone.

I write (I’m revolt) because the world is divided, but not between Muslims and western people as George Bush believed, nor between white and non-White people as Donald Trump believes.

Our world is divided between those who remain human and those who become inhuman. (Elite classes who transcended the human nature to become above human suffering and needs? Sort of Demi-Gods in privileges)

On the human side, we find artists, children, mothers, ordinary people who work honestly to earn a living, live and raise their children.

On the cruel side, there are all those who see life in numbers and not in values, all those who practice hate and not compassion and care.

All those who dehumanize others, who do not see them as human beings but as elements belonging to a hostility group, Jews, Arabs, Muslims, eastern species, or west.

On the cruel side, there are arms sellers, war general, terrorists, Kings of the multi-national companies, western politicians who support dictatorships for the economic interests of their country…

They are the hypocrites, liars and the intellectuals who sold themselves to the dictatorship.

I write (I revolt) because literary beauty never exists in the void, but in the defense of human values (dignity, compassion, care, community association…)

I write (I revolt) for all these reasons “. (and even more)

Why all the noise behind Nadine Labaki latest Cannes winning film “Capharnaüm”?

The newly elected deputy for the independent candidates, Paula Yakoubian, voted for Nadine Labaki as chairman of the new Parliament. Obviously, this vote was cancelled since Nadine is Not a deputy and this post is reserved to a Shi3a by convention and Not by any Constitution. But the message was clear because Berry party voiced negative opinions on Nadine latest film “Capharnaüm”, which won Cannes’ award from the jury.
The social media was frantic on the issue of Syrian refugees in Lebanon (more than 30% of population and the world community trying to deny Lebanon its rights to communicate with Syria in order to facilitate their return to the safe zones). Mostly the social media was in support of Nadine and her film,

Why Nadine Labaki scares them!
Is it because behind this name we find a committed filmmaker and a passionate activist who, with Brio, puts his finger on the wounds that hurt Lebanon society and various sectarian and feudal communities?

For examples:

“Caramel” in 2007 talks about the schizophrenia of the Lebanese woman between her deep desire and what society expects from her

“And now, where do we go?” is the film born as a result of the tragic events of may 2008 that failed to revive the civil war in a matter of hours.

(I Not sure I saw this movie. I recall watching two movies about expatriates returning to the south hunting for some explanation and lost people during the civil war (1975-1989). One of them is probably a Canadian documentary: A Canadian/Lebanese mother go about the South to locate the whereabouts of her missing son. Only to discover that it was her son, now living also in Canada, who raped her in an Israeli prison in Lebanon and his son is hers.)

Isn’t “Beirut Madinati” this dazzling success of the first steps of civil society and does not advance its commitment to another Lebanon?

Can “Capharnaüm” be separated from the humanitarian catastrophe caused by the war in Syria?

(Plausible with the hundreds of delinquent Lebanese and kids roaming the urban cities)

Let us continue to support all the achievements of Nadine Labaki and all those who, in shadow or light, are struggling to revive Lebanon!

Note 1Nada Corbani Akl wrote in a previous post:

The resilience of Nadine Labaki. The best that Lebanon offers to its children is to encourage them to migrate to countries where they shine, all without exception.

Nadine Labaki, who made us launch yesterday cries of joy mixed with pride, is doubly thanked because it resists here, in Beirut, in this bruised Lebanon, and that it is a message that we will, in spite of everything, get out of it, and brilliantly.

Note 2: My comment to this last post was: “Mais si on a decide’ de ne plus revenir et continuer notre mission au Liban, qui le fera? Our universities don’t take seriously scientific research, experimentation or free opinions that confront dogmatic pseudo-professors. We need a more reflective generation to hope for any change”

How can Grandmothers care for the grandchildren if the sons are far away?

TOUTES MES COPINES SONT MAINTENANT DES GRANDS-MÈRES.

Bien sûr des grand mères qui ne ressemblent en rien à la mienne, qui me revient à l’instant en mémoire nous roulant des 3arouss (tartine a la Libanaise) avec les délicieuses confitures préparées des fruits du jardin.

Mes copines sont des grands mères modernes, qui prennent l’avion pour assurer une garde des enfants quand leur mère est en mission au Venezuela, ou qui accueillent tous les matins, comme une garderie, le nouveau né de leur fille qui le dépose en courant pour arriver à temps à sa banque ou son usine et qui viendra le soir le récupérer en emmenant avec elle sa provisions de loubié bi zeit ou kafta pour le dîner de la famille.


Certaines de mes copines grand-mères ont des fois des rôle plus sympa et emmènent leurs petits-enfants faire du ski, au théâtre ou à des concerts ce qui leur offre une éducation culturelle et une proximité pleine de tendresse pour les deux.

Je ne conteste aucun de ses nouveaux rôles que j’adorerais aborder le plus tôt.

Mais pour jouer ce rôle innovant de grands-parents et jouir de la présence de nos petits enfants, ou leur transmettre quelques valeurs familiales, encore faut il que nos enfants soient là, à côté, au Liban.

Encore faut il que nous restions capables de prendre l’avion pour les embrasser et être capable surtout de rentrer au pays sans trop d’amertume pour les dimanches sans eux qui nous attendent pour le restant de nos jours.

Christmas of my childhood?

Le Noël de mon enfance

Nada Corbani Akl posted on FB December 23 at 6:39pm 

Il y avait plus de neige et moins de boules rutilantes, beaucoup d’étoiles brillantes dans le ciel la nuit quand on ramenait le petit Jesus de l’Ecole des sœurs de Besançon pour le déposer dans la crèche de l’Eglise Saint Antoine à Baabdath, et moins de guirlandes et de faux sapins.

Apres la messe de minuit, nous marchions en famille sur le chemin du retour sans craindre les intrus.

On recevait un ou deux cadeaux solides qui nous occupaient toute l’année et moins de paquets fragiles, plastifiés et vite inutilisables.

Nos jouets, il fallait simplement les remonter pour les recharger et jouer avec sans avoir à les nourrir de batteries polluantes.

Nos belles robes de fête étaient l’oeuvre de notre tante, une artiste qui nous cousait des robes inimitables qui faisaient l’admiration de tout le village et non pas des tenues 100/100 en polyester portables une saison seulement.

On allait chercher le foin de chez la laitière du village pour tapisser l’étable de la crèche et cueillir la mousse verte des recoins humides de la forêt à côté pour y créer des plaines.

Pendant que ma grand mère préparait le déjeuner familial de Noël qui regroupait cousins cousines, tantes et oncles, autour de la grande table dont le socle nous servait de cachette en temps normal, on jouait dans la neige en se lançant des boules glacées et on courait ensuite se réchauffer les mains sur le poêle en bois de la salle de séjour.

Par mauvais temps, on privilégiait les jeux de cache cache dans les immenses armoires pendant que les garçons mettaient la dernière touche au jeu mécano jaune reçu en cadeau et qui allait trôner au salon pendant tout l’hiver.

Avec autant d’enfants dans la maison et de tantes et d’oncles pour nous aimer, on ne s’ennuyait jamais.

Les Noëls de notre enfance étaient bien mieux mais on se disait la même chose » JOYEUX NOËL » et ça marchait.
JOYEUX NÖEL alors!

Note: J’etais en pension (boarding school) durant 6 ans. Mes parents venaient tous les 2 etes. Nos Noels, mon frere et soeur, n’etaient pas celebre’ en famille, mais avec les etudiants que leurs parents ne pouvaient pas les recuperer. Je  me souvient d’un Noel ou je coupais and gluais des cartons pour construire des mainsons dans une grande sale d’etude, presque vide. C’est tout. Un autre Noel on fut inviter avec mon frere a une maison d’une cousine qui travaillait a l’ecole. C’etait une soire’ simple, chalereuse et memorable, beaucoup plus memorable que tous les autres Noels qui suivirent.

A friend passed away: Maitre Farès Zoghbi (with 50,000 manuscripts private library, opened to all)

He passed away, Maitre Phares Zoghby. He owned the private library in Kornet Chehwan that I patronized in the last 10 years.

The burial ceremony is today Monday at 4:30 at the Church of St. Paul and Pierre.
I posted extensive reviews of his 2 published books and a couple of articles on the library and how it was run.

Maitre Zoghbi was handicapped in the last 4 years and could not come down to the lower level of his library to meet with the readers.
When Maitre Zoghby could come down to the lower floor of the library, he would ask Rita to call me up when I failed to show up and check if I was sick…

Nada CORBANI AKL (she represented the Jesuit university to care for the library before her retirement) wrote in the French daily:

C’était un humaniste doublé d’un philanthrope, un ami de la culture, un homme qui avait trouvé pour l’un de ses ouvrages ce titre admirable : Le salut par la culture. Il y croyait.
Né en 1918 au Brezil, transfere au Liban a l’ age de 13 ans,  licencié en droit de l’USJ en 1943, Farès Zoghbi fut longtemps l’avocat du Nahar et du Casino du Liban. Lié d’amitié à Ghassan Tuéni, il avait notamment joué un rôle-clé dans la jonction entre L’Orient et Le Jour.
Propriétaire d’une impressionnante collection de livres, Farès Zoghbi avait fini par en faire don à l’Université Saint-Joseph, à condition qu’elle demeure sur son site, à Kornet Chehwane, où il résidait, et qu’elle soit transformée en bibliothèque publique. Ce qui fut généreusement fait en 2002.
La santé de Farès avait décliné petit à petit, ces dernières années. Il est décédé hier matin des suites de complications pulmonaires. Seul survivant de sa fratrie, expatriée au Brésil, ce sont quelques proches, et surtout la grande famille de ses amis, qui lui feront ses adieux cet après-midi, en l’église Saints-Pierre-et-Paul, à Kornet Chehwane.

F.N.

Une bibliothèque vivante s’est éteinte

Il est parti sans bruit, comme il avait vécu ces dernières années, entre ses réflexions, ses livres, ses écrits secrets, et quelques amis.
Il est parti sans savoir qu’on continue de violer les livres et de brûler les bibliothèques !
Pharès, toi dont le prénom signifie chevalier dans cette langue que tu chéris, tu as été chevalier par la noblesse de tes dons et la discrétion de tes gestes, par l’attention la plus généreuse et par le don d’une vie entière dédiée aux autres !
Tu fais partie de ces hommes en voie de disparition, ces hommes cultivés, généreux, simples, attentionnés, humains, à l’écoute des autres, toujours disponibles.
Tu as consacré l’essentiel de tes forces pour aider et surtout pour lutter en vue d’un dialogue des cultures, avec un humanisme et une tolérance reconnus de tous.
Cher Pharès, par ces multiples actions, par ta bibliothèque, par tes écrits, par ta lutte pour un Liban réunifié, tu as éveillé les consciences, tu as tracé les routes, et, après toi, plus rien ne sera comme avant !
Ton départ est une perte considérable pour le monde juridique, pour l’Université Saint-Joseph, pour le monde de la culture et des bibliothèques, pour la francophonie, pour ton pays et ta contrée, Kornet Chehwane, et surtout pour nous, tes amis.
Pars en paix Pharès !

Nada CORBANI AKL

Rita Zoghbi shared a link.
Farès Zoghbi : C’était un humaniste doublé d’un philanthrope, un ami de la culture, un homme qui avait trouvé pour l’un de ses ouvrages ce titre…
lorientlejour.com

adonis49

adonis49

adonis49

July 2020
M T W T F S S
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

Blog Stats

  • 1,398,174 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 745 other followers

%d bloggers like this: