Adonis Diaries

Posts Tagged ‘Patrice Barrat

Einstein and Me: Turned out to be I’m his great niece?

Does this legitimate my contribution to Relativity?

EINSTEIN et…moi .L’autre jour, en voyant une image où l’on citait une phrase d’Albert Einstein parmi d’autres (Nelson Mandela, Gandhi, Malcom X) à propos du conflit israélo-palestinien, j’ai eu le sentiment de devoir faire ici un aveu.
Je me suis lancé et, tout à coup, l’indécence entre cette histoire à dire et celle que vivaient des milliers d’enfants, de femmes et d’hommes à Gaza (où de par le monde) m’a sauté aux yeux.
Ce statut, je l’ai appelé “RELATIVITÉ”. Le double sens était caché…
Si je me décide à en parler finalement sans attendre la fin des malheurs des Palestiniens et du monde, c’est qu’au passage, il se peut que ma parole gagne, auprès de certains, en légitimité.
Je sais, vous vous demandez déjà où je pourrais vouloir en venir et pourquoi tant de détours.J’y viens. Mais d’abord, la genèse.
GENÈSE. C’était en janvier dernier. Je reçois un email de Londres de la part d’un inconnu. Il me demande si je suis bien le fils de mes parents Robert et Denise. De toute évidence, oui.
Alors il dit qu’il souhaite me parler au téléphone le lendemain. Là, il m’annonce qu’il est ami avec une cousine de ma mère surnommée Ninette, 86 ans.
Il a dû sentir que j’étais interdit. J’avais toujours compris que personne, dans la famille de ma mère (décédée en 1995), n’avait survécu aux camps de concentration…Date est donc prise pour une rencontre lors d’un prochain voyage à Londres. L’occasion se présente début avril.
Dans le restaurant où John (l’Anglais) avait réservé une pièce à part pour pouvoir s’étaler (nous et nos documents), je découvre Ninette. Pendant la guerre, elle avait pu s’échapper à pied par les Pyrénées.
Ma mère, elle, s’était échappée de l’appartement parisien – où les soldats allemands venaient, après son père André trois mois auparavant, arrêter sa grand mère Alice, sa mère Maryse et elle-même – par l’escalier de la cuisine, avait pris le métro jusqu’à Porte de Vanves et avait trouvé refuge pour longtemps dans un couvent dont elle savait l’existence.
Elle avait prétexté d’un pull à aller chercher dans sa chambre.De la bouche de Ninette, j’apprends des choses toutes simples sur ma mère enfant (“une rebelle”) ou sur mes grands-parents (dont ma mère n’avait jamais vraiment voulu parler sauf, je me souviens, sur son lit d’hôpital, pour dire qu’elle ne supportait pas quand ils lui répondaient “ cela ne se fait pas“.
Et ce serait même pour cela qu’assez jeune, elle avait goûté un peu au bouddhisme et au catholicisme.De mon côté, en guise de récit, je n’avais qu’un vieux grimoire où figuraient tout de même plus d’une centaine de photos de famille.
Mais à part celle de mon grand père et de ma grand mère, j’étais incapable de reconnaître ceux que je ne connaissais pas.LE GRAND ROULEAU
C’est alors que John et Ninette posèrent sur la table voisine un très Grand Rouleau de papier: notre arbre généalogique. A côté des Schoenfeld, la famille de ma mère, il y avait les Lévy Sée, les Lang, les Bloch, les Dreyfus
Puis ils attirèrent mon attention sur un petit carré gris où l’on pouvait lire le nom de…Là, il me faut vous laisser chercher par vous-même sur l’image jointe. Vous trouverez facilement ce petit carré gris en pivotant à gauche de mon père, Robert Barrat, et de ma mere, Denise Schoenfeld (avec leur quatre enfants au dessous d’eux).
Pour ceux qui ne se sont pas parvenus à lire ce nom, je vous le donne : Albert Einstein.Comme je ne sais pas très bien lire les branches des arbres généalogiques, je me bornerai à dire que je suis l’arrière petit- neveu d’Albert Einstein. Ou alors vous me direz quoi au juste…
Bien sûr, mes proches, depuis, me charrient. Expliquant notamment ainsi le fait que j’ai pu faire “Maths Sup” (trois semaines).
LÉGITIMITÉSi vous me le permettez, j’aimerais vous dire maintenant la phrase d’Einstein en question :
Ce serait ma plus grande tristesse de voir les Sionistes (juifs) faire aux Arabes Palestiniens beaucoup de ce que les Nazis ont fait aux Juifs“.
Une chose ici m’intrigue, comme s’il s’agissait non pas d’une opinion possiblement héréditaire mais d’un axiome. Ma mère – cofondatrice par exemple de l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Palestinien – aimait quant à elle à dire qu’elle ne supportait pas qu ‘”un Peuple qui a tant souffert puisse imposer d’autres souffrances à un autre Peuple“.
Quant à votre serviteur – ayant notamment vécu les raids sur les camps palestiniens du Sud Liban et sur Beyrouth, en 1981, le siège de Beyrouth en 1982, ayant ramassé au sol ces petits tracts roses dont les gamins s’emparaient d’abord en riant dans les airs, avant de comprendre que c’était là le moyen pour l’aviation israélienne de donner un délai de grâce de 40 minutes si l’on aimait ses proches -il n’a pas de phrase clef.
Je sais seulement maintenant qu’au bout du compte, je suis un peu plus Juif que je ne le pensais. Et surtout que je ne permettrai à personne de dire que j’ai honte de moi.P .B.!See Translation
Note: Einstein integrated the classical formula for energy by including Time as another variable. 

dad in Gaza of 1950: A distressed Palestine

Patrice Barrat posted this July 14, 2014

1950: MON PÉRE À GAZA.

Ce texte sur Gaza, écrit par mon père, Robert Barrat, fût publié dans un numéro spécial de Témoignage Chrétien intitulé ” Palestine 1950, détresse de la Terre Sainte”.

Ce cahier de 28 pages comprenait deux autres articles de mon père, l’un sur Bethléem, l’autre sur Jérusalem, ainsi que des photos prises par lui sur place en 1949.

L’année précédente, mon père avait en effet été membre d’une “Mission française en Palestine arabe”, en compagnie du Chanoine Rodhain, de Louis Salleron et de Louis Massignon. C’est lui qui rédigea le rapport de cette mission. Et il publia d’autres articles dans Témoignage Chrétien, notamment un éditorial intitulé “Jérusalem Internationale!”.

Catholique, mon père l’était certainement comme l’indiquent les références de son texte sur Gaza.

Plus tard, en pleine période de lutte pour la décolonisation de l’Empire français, il allait même devenir “Secrétaire Général des Intellectuels Catholiques” et faire porter ces valeurs-là qu’il percevait comme la Chrétienté véritable

– Respect de l’Autre, quelle que soit sa couleur, sa race, sa religion; Droit à l’émancipation pour tous les peuples – par des gens comme François Mauriac (mon parrain d’ailleurs) et à les faire valoir avec plus ou moins de succès auprès des dirigeants politiques successifs de la IV ème République et de celui de la Vème…

A lire mon père sur la question de Palestine, le plus troublant, c’est de penser aussi à ma mère Denise, devenue catholique au coeur de la Seconde Guerre Mondiale, mais dont toute la famille, juive, avait disparu à Auschwitz.

Avec cette douleur-là, elle ne supportait pas qu’Israël, qui s’est donc voulu un Etat hébreu, puisse infliger quelque souffrance que ce soit à un autre peuple..
Et quant à elle, elle fût, entre moult organisations, à la fondation de l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine Culturel Palestinien

J’ai eu moi-même l'”occasion” d’aller à Gaza il y a une trentaine puis il y a une quinzaine d’années.

Comment imaginer que la souffrance y soit devenue depuis si longtemps éternelle?

PB.

Patrice Barrat's photo.
Patrice Barrat's photo.
Sincèrement les propos infiniment sympathiques sur “alors, on agit?” sont, j’ai le regret de l’écrire, très creux.
L’Europe est totalement suspecte aux parties en présence, particulièrement les juifs d’Israël et je mets dans ce lot les juifs européens ou du moins une part significative d’entre eux.
J’avais il y a quelques temps une conversation avec l’historien de l’Irlande du Nord Christophe Gillissen. Il me racontait que c’est en prison que Martin Mac Guiness (actuel vice premier ministre) et Gerry Adams (le patron actuel du Sinn Fein, probable ancien de l’IRA) étaient parvenus à la conclusion que ni les Britanniques ni l’IRA ne gagneraient jamais.
Alors, ils se résolurent à la voie électorale, les Britanniques, de leur côté, étant parvenus, par d’autres voies à des conclusions similaires.
De part et d’autres dans le conflit israélo-palestinien, il nous manque une immense figure morale. Le pouvoir aujourd’hui est entre les mains de la grande communauté juive mondiale qui doit peser sur ses amis israéliens, de la même manière sans doute que dans la communauté palestinienne du restant du monde.
Mais c’est de l’intérieur des hommes que viendra le changement. Je me permets de renvoyer à mon blog sur le sujet.
Note: A major difference between England/Ireland and Palestine/Israel.  Israel refuses to recognize a Palestinian State and Israel is a recent colonial implant in the Near-East

adonis49

adonis49

adonis49

October 2021
M T W T F S S
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

Blog Stats

  • 1,481,991 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 811 other followers

%d bloggers like this: