Adonis Diaries

Posts Tagged ‘port of Beirut

What of those Lebanese children that their parents prefer them to immigrate?

My parents sent 3 of their children to Lebanon boarding schools in order to save them from the multitude of incurable diseases in Africa (or lack of medicines), in the mid 1950’s

With a few editing

Mon fils, ne t’en va pas. Pas maintenant. Pas quand nous sommes fâchés.
Fais comme si rien ne s’était passé.
Attends que la poussière retombe.

La veille, quand tu es rentré après cette longue absence,

Dans ma poitrine, j’avais le cœur qui dansait. Au fond de moi, c’était, comme qui dirait, une explosion.

Quand tu n’es pas là, je perds mes mots, je me fourvoie et,

Pour que j’avance, il me faut désormais marcher dans tes pas.

Certaines nuits, quand le vent siffle trop fort, j’oubliais jusqu’à ton prénom.
Et puis ce souffle qui s’est levé, venant du port. (Reminiscing of the conflagration of the Port of Beirut?)

Ce souffle de verre, cette hécatombe de vies brisées en étoile.

Le sang coulait à flots et on ne savait où donner du regard.

Dans les rues, jusqu’à l’aube, tu as erré haggard.
Oublie ce que tu as vu.
Notre ville, souvent assassinée, demolie, devastee’.

Notre ville comme un millefeuille où passe en accéléré le temps qui, ailleurs, met des plombes.

C’est de mourir cent fois que nous sommes si vivants et chaque instant volé a le goût de l’éternité.

Mon fils, pourquoi t’es-tu figé ?
D’où vient cette pesanteur ?
Cette mort avant l’heure, est-elle la fois de trop ?

Qu’il est dur ce moment où, suspendu dans le vide, l’homme s’arrête de marcher.
Cette ville dévastée en un battement de cil, c’est le mauvais œil, les dieux qui sont jaloux.

Il est des fêlures qu’on ne peut ressouder, des plaies qui suintent comme des stigmates.
Avec le temps, nous avons appris à sceller un pacte.

La destinée n’a pas prise sur notre survie
Hier, en fermant les volets, le souffle de la montagne est monté jusqu’à moi.

Egrenés en lacets, les villages alentour palpitent comme des flammes.

Dans le ciel, l’étoile du berger s’est levée comme avant.
Ce soir, la lune est pleine et fait du bruit en marchant.

Chaque vie est une victoire, chaque jour une bénédiction et la mort d’Adonis, une affaire de saison.

Au jardin de ton père, les amandes sont ouvertes et la figue que tu cueilles est perlée de lait.
Qu’importe que l’on rase l’herbe que tu as foulée, que l’on fauche ta ville et déterre tes morts.

Nous sommes la chandelle qu’on ne peut pas moucher, la moule accrochée à son rocher.

Nous sommes le peuple qui danse sur la bouche du volcan. (Si on avait un volcan au Liban, ce serait chouette)
Même si, depuis toujours, tu es tourné vers la mer…

Condamné à porter le Liban en bandoulière, en escarbille au cœur.

Condamné à bâtir le pays des autres.
Ici, il nous faut construire sur le sable. (Même si notre terre est plutôt un vaste rocher)
Mais tant que la lumière se lève de notre côté, rien ne pourra nous arriver. (Esperont toujours)

Note: Only the governments in Syria and Israel follow the events and a few details in Lebanon. All the others never cross their mind that lebanon is a worthy subject matter.

Only Lebanon local news media try hard to inflate this croaking grenouille “nafekh hal Dafda3at


adonis49

adonis49

adonis49

October 2020
M T W T F S S
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Blog Stats

  • 1,426,731 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 774 other followers

%d bloggers like this: