Adonis Diaries

Posts Tagged ‘Women Empowerment

Laughter: the last refuge for displaced refugee kids

With Sabine Choucair

Face à la guerre, le refuge du rire

Au Liban, des ONG comme Médecins sans frontières, Terre des Hommes ou encore l’Unicef apportent aux réfugiés syriens premiers secours et denrées alimentaires de base. Une aide indispensable pour des milliers de personnes aux vies bouleversées par le conflit engagé en 2011.

Sabine Choucair tente de faire naître un sourire sur le visage des enfants et d’apaiser les blessures de l’âme.

Au sein d’un collectif d’artistes et d’associations, cette Libanaise de 33 ans revêt des habits de clown et intervient auprès des plus jeunes, mais aussi des femmes lors de thérapies sociales.

Rencontre avec celle qui, le temps d’une représentation ou de séances de discussions, cherche à faire oublier une guerre omniprésente.

Florence Massena posted this Aug. 4, 2015

L’été dernier, avec l’association « Clowns Sans Frontières » et sa compagnie « Clown Me In », Sabine Choucair a visité plusieurs camps syriens et palestiniens au nord du Liban et dans la vallée de la Bekaa, non loin de la frontière est du pays.

C’est là, dans des conditions souvent précaires, que vit la majorité des réfugiés ayant fui la guerre civile syrienne.

Près de 1,3 million de personnes, selon le Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés.

Pour la jeune femme, comédienne et thérapeute sociale, il s’agissait d’apporter une touche d’évasion dans le quotidien des enfants. Elle en a rencontré environ 3, 800 en 15 jours, jouant pour eux un spectacle taillé sur mesure.

Depuis son enfance, cette artiste aux multiples casquettes – née pendant la guerre civile, en 1982 – a l’habitude de capter l’attention d’un public.

Enfant star du petit écran libanais, elle présentait, à 9 ans seulement, un programme pour la jeunesse à la télévision.

« Pendant trois ans, j’étais une vedette : il n’y avait aucune émission après la guerre, tout le monde regardait ce que je faisais chaque samedi », se souvient-elle. Aujourd’hui encore, elle ne passe pas inaperçue.

Reconnaissable à sa démarche sautillante et ses habits colorés, elle contraste avec les femmes savamment apprêtées qui arpentent les rues de Beyrouth.

C’est dans la capitale libanaise qu’elle a étudié le théâtre, avant de s’intéresser aux techniques d’expression corporelle en Angleterre.

Voyageuse dans l’âme, elle n’a cessé de vadrouiller à travers le monde, effectuant des passages aux États-Unis, au Maroc ou encore au Canada.

À l’école Le Coq de Londres, elle découvre l’art du clown et l’embrasse totalement. Une activité proche des gens, demandant à la fois de se mettre en scène, mais aussi de ressentir les angoisses des autres pour mieux les apaiser.

Sabine jeunesse
Alors qu’elle n’avait pas dix ans, la jeune femme assurait déjà le spectacle. (photo Sabine Choucair)

Un clown au service du bien-être des enfants

Assez naturellement, Sabine Choucair a donné ses premiers spectacles de clown pour les enfants des populations marginalisées, sous les traits d’un personnage pour le moins surprenant, venu de lui-même durant sa formation. Il se distingue par son caractère « très militaire » et un sérieux penchant pour la paranoïa.

Appelé « Flower », il arbore de longs sourcils verts et porte des talons, mais possède un côté masculin qui amuse les enfants par sa contradiction. Très énergique, son clown fait du hula hoop et utilise le langage corporel dans ses numéros, jouant beaucoup sur la hiérarchie et improvisant avec les enfants.

Toutes mes angoisses sont parties après quelques représentations

Ce jeu de rôle est l’aboutissement d’un long processus de recherche, introspectif et douloureux. « Je ne savais pas que c’était en moi ! Mais j’y vois une partie de mon enfance et c’est génial d’en rire. Toutes mes angoisses sont parties après seulement quelques représentations publiques. »

Soulagée de ses maux par son personnage, elle propose aux enfants de suivre le même chemin et de se délester – temporairement – de leurs peurs. « Si ça a eu cet effet sur moi, je me suis dit que ça pouvait aider d’autres personnes. Avec mes activités associatives ou lorsque j’étais scout, j’avais toujours eu envie de travailler avec les gens. Tous mes choix artistiques ont été tournés vers la proximité avec le public, sans aucun mur entre acteurs et spectateurs », raconte la jeune femme.

Être sur scène ne lui suffit pas : entre 2007 et 2010, elle s’essaye à donner des formations de clown à des éducateurs d’enfants libanais, mais sent que quelque chose lui manque pour être réellement efficace.

Peu à peu, sa formule s’affine et lui permet d’aider au mieux les personnes en difficulté : elle allie les contes et la clownerie au storytelling, technique qui consiste à bâtir un récit autour de sa propre histoire. Marquée par une enfance au cœur d’une guerre civile, la trentenaire est touchée par la vision de jeunes traversant une période similaire, sans avoir eu peut-être la même chance qu’elle et sa famille.

Déplacements, traumatismes, pertes : des difficultés qu’elle a partagées et qui lui permettent de trouver les mots auprès des enfants comme des femmes, premières victimes du conflit syrien selon l’organisation Human Rights Watch.

La région de la Bekaa, ici en jaune, s'étend le long de la frontière avec la Syrie. (carte CC-BY-SA Wikimedia Commons, modifiée par Pierre Leibovici)
La région de la Bekaa, ici en jaune, s’étend le long de la frontière avec la Syrie. (carte CC-BY-SA Wikimedia Commons, modifiée par Pierre Leibovici)

Avec la crise syrienne, dès le printemps 2011, et l’arrivée massive de réfugiés qui a suivi dans les pays voisins, Sabine Choucair a travaillé aux côtés d’organisations telles que l’International Rescue Committee (IRC), au Liban oriental. Un engagement renouvelé dans le camp de Zaatari, au nord-est de la Jordanie, ainsi qu’en Turquie.

Ces zones frontalières sont faciles d’accès pour les réfugiés, arrivés en masse au gré des combats pour tenter de survivre. Massés dans des tentes de fortune, sous le soleil ou dans la boue, ils assurent leur subsistance  malgré des conditions de vie éprouvantes.

Ces réfugiés de toutes les régions syriennes ont parfois tout perdu, jusqu’à leurs proches. D’où le besoin d’exprimer de nombreux traumatismes, liés à leur exil, mais aussi à leurs problèmes familiaux ou à la perte d’un statut social.

Avec eux, c’est une méthode de travail collective qui est privilégiée, en formant des équipes de « 10 à 15 personnes réunies pour une thérapie de groupe. » Les moments d’échanges sont ponctués de jeux de clowns, d’ateliers autour des mots et du corps, « pour peu à peu parvenir à aborder des sujets très forts, des moments intenses qu’ils ont vécus ».

C’est une heure de magie pour eux, de rêve

Une fois leur conscience apaisée, l’étape suivante est de faire retranscrire à chacun sa propre histoire, à l’écrit d’abord, puis sous une forme artistique, grâce à « un petit film, une pièce de théâtre ou de danse, c’est selon. […] Tous ensemble, on invente ».

Ça, c’est pour les jeunes et les adultes. Pour les enfants, la jeune femme opte pour l’invention et le jeu. « Je pense que c’est une heure de magie pour eux, de rêve, qui les fait sortir de leur bulle de dépression, estime-t-elle. Quand les enfants rient, c’est avec tout leur cœur, ça les relaxe. Que l’on vienne à eux, même quelques heures, a quelque chose de beau car ils gardent de la magie en eux, le sentiment de la féerie du spectacle. »

Sabine Ben Hubbard
Lors des spectacles, Sabine met en avant l’expression corporelle, avec du hula hoop notamment. (photo Ben Hubbard)

Des violences à désamorcer

Pour beaucoup, la rencontre avec un clown est inédite. Sabine Choucair et son équipe font face à un public curieux, pour qui ces spectacles rompent avec l’âpreté du quotidien. « Ils passent 10 minutes à se demander quoi faire de nous, puis se prennent au jeu. On a des réactions très amusantes. Certains sont éblouis, d’autres veulent absolument nous toucher », raconte-t-elle.

Les réactions des enfants et de leurs parents sont celles qui la marquent le plus.

Un tout jeune réfugié, qu’elle a croisé dans un camp, lui a un jour confié : « Aujourd’hui c’est mieux qu’hier : hier, on jouait seulement au foot et aujourd’hui, on vous a vue. » Elle se souvient aussi des paroles d’une mère qui avait assisté à l’un des spectacles : « On est habitué aux bruits des missiles, des bombes. On a besoin de moments comme ceux-là pour enlever la peur de nos cœurs. »

Ils pensent que jouer c’est se frapper, se jeter des pierres

En jouant pour les enfants, la thérapeute sociale détecte chez eux des troubles comportementaux, traduits notamment par la violence qui émane de leurs jeux. « Ils pensent que jouer c’est se frapper, se jeter des pierres. On essaye alors de le retranscrire de façon clownesque, avec nos personnages et de tourner ces actions en ridicule », explique-t-elle.

Peut-on rire de tout avec eux ? Sabine s’est posée la question.

Elle joue des saynètes qui sont censées leur parler, mais a parfois des doutes sur certains de ses numéros. Dans l’une de ses interprétations par exemple, un clown « décédé » revient à la vie.

Délicat, peut-être, pour des jeunes qui vivent ou ont vécu la mort autour d’eux. Pourtant, ça ne les empêche pas de rire. « J’ai aussi un numéro de jonglage avec des couteaux. On leur montre que c’est dangereux ! Finalement, ce sont les actes les plus morbides qui ont le plus de succès », constate-t-elle quelque peu surprise. « Quand ils comprennent que c’est un jeu, c’est une bonne manière d’aborder des sujets sérieux et graves. Ils en ont besoin. Ils savent que tout ça est ridicule et que, dans l’histoire, ce sont eux les plus intelligents. »

La parole des femmes

« Travailler avec des gens », pour la jeune clown, c’est aussi aller à la rencontre des femmes. Les acteurs qui interviennent au Moyen-Orient le font parfois avec une vision et des codes très européens, ce qui peut compliquer le dialogue.

« Il leur arrive de penser savoir ce qui est juste ou pas, mais c’est très délicat quand on travaille avec des femmes », insiste Sabine.

Celle-ci s’est engagée aux côtés de l’International Rescue Committee en 2014, qui lui a demandé d’appliquer sa méthode de thérapie sociale pour des femmes de différents camps au Liban, en Jordanie et en Turquie.

Elle collabore de manière indépendante avec différents organismes d’aide pour mettre en place des activités pérennes et adaptées aux envies des femmes, en décalage avec l’accompagnement généralement établi. « Eux, ils ont leurs agendas, ils pensent à dans cinq ans. De mon côté, je veux travailler avec les gens, avec des trucs vrais. Je fonctionne d’une autre façon.»

« Il faut leur dire que notre culture, ils ne peuvent pas la changer » , lui ont répété certaines femmes, ou encore  : « se marier jeune, on le fait depuis toujours, on en a marre qu’ils viennent nous dire de ne pas le faire. »

Lorsqu’elle évoque le women empowerment [l’émancipation féminine, NDLR] prôné par certaines organisations, la trentenaire s’agace : « C’est un grand mot qui attire beaucoup d’argent mais cause pas mal de problèmes. Par exemple, à force de répéter aux femmes battues de quitter leur mari, certaines se révoltent et quittent la maison. Mais après ? Je veux bien, je ne dis pas que c’est une mauvaise idée, mais l’ONG ne peut pas prendre en charge sa famille. Elle doit ensuite retourner chez son mari et là, c’est pire ! »

Sabine portrait
Toujours en mouvement, Sabine jouera dans un festival de rue à Alexandrie en Égypte, au mois d’octobre. (photo Sabine Choucair)

Artiste, thérapeute, libanaise… Sous ses différentes identités, Sabine Choucair poursuit aujourd’hui son chemin.

Après une récente collaboration avec l’Unicef autour d’un projet de storytelling digital, elle a travaillé auprès d’adolescents syriens dans la Bekaa dans le cadre d’un programme de l’ONG Terre des Hommes-Italie. Dans ses bagages, la trentenaire emporte à chaque voyage ses convictions.

À travers un Proche-Orient qui lui est cher, elle manie humour et écoute pour apporter aux communautés en souffrance une once de réconfort. Avec ou sans nez rouge.

Women need solidarity: Save your “to be saved” in your heart

“You were born with wings, why are you crawling through life?” Jalaluddin Rumi

Women in Yemen and in States that are repressing the rights of women demand your solidarity: They don’t care to be saved. They are the ones saving whatever remains in dignity in these obscurantist states. Arab women do not need “saving”, just your consistent solidarity.

I stumbled on a link womanfromyemen.blogspost.com, and this is one of the posts:

“In Cairo last week, an Egyptian organization held a conference entitled “Women Empowerment“. The conference was tackling a variety of topics including corruption, trafficking, gender based violence, gender wage gaps, and sexual violence.
The case studies and speakers focused mostly on Western countries and the problems women face there, highlighting Christianity as the impediment to gender equality.
The surprising aspect of this conference is that none of the similar violations in the Middle East or Muslim countries were discussed. This shocked one of the attendees who said that these issues are not strictly “Western” and they are found all over the globe.
Indeed violation of women rights are a global problem.
I ask you to look at the previous paragraph and substitute the word “Egyptian” with “International“, the word “Western” with “Arab or Muslim” and “Christianity” with “Islam“.
Would you still be shocked by such a conference? Majority of people would not, because that kind of tone has become the norm today. [The first conference I mention above in Cairo did not really take place, I was just flipping the situation around to make a point].
Since the start of the Yemeni uprising, many activists have been invited to a number of conferences to discuss the revolution, women’s rights or the Arab spring. Many have taken this as an opportunity to focus on issues often neglected in main stream media, and to correct some of the misunderstandings.
But lately, a few international conferences on women’s rights made these female activists feel really uncomfortable during the discussions, as the focus was on “saving” women in Arab or Muslim majority countries, as if they are the only women suffering from gender inequality.

activists are not denying that there are a number of obstacles facing women in many of the Arab countries, and I have myself written extensively on this, but that does not mean that women in democratic nations do not have to struggle as well, and it also does not mean that there are no positives in our culture.

The way women’s situation is sometimes discussed today is reminiscent of colonial rhetoric about “saving” women from oppression and the need to “educate” these women (with the superiority it implies).

While in the past it was based on religious superiority, today it’s from a secular perspective but with similar undertones.

In many international conferences, photographs of Muslim women are often the icon for oppression and the focus is on religious interpretations and cultural traditions only, failing at taking a look into the history of oppressive regimes that have long neglected gender equality.

Too often, conferences only highlight cultural and religious reasons for women’s oppression and forget to also indulge in discussion on history and political developments. As Professor Lila Abu-Lughod wrote:

the question is why knowing about the “culture” of the region, and particularly its religious beliefs and treatment of women, was more urgent than exploring the history of the development of repressive regimes in the region.”

This unfortunately turns the discussion into a polarized East v. West, rather than a worldwide struggle for women. I am not someone who believes in the dichotomy between “East” and “West” because I believe in the human spirit, in the fact that we all share common beliefs, goals and aspirations clothed in different cultural traditions, but the essence remains the same.

I do not like when things are reduced to such measures, and I find it to be counterproductive as many people respond with reactionary views simply to hide their wounded pride.

When conducting such events, organizers should pay attention to the tone of the discussion and it is imperative for women leaders around the world to emphasize Solidarity – as many international groups already do –  through partnerships and exchange of ideas, of stories of struggles and lessons learned from all over the globe.

Note 1: No women representation? https://adonis49.wordpress.com/2011/08/23/no-women-representation-the-arab-league-represents-half-the-arabs-who-is-hoda-sultan-sha3rawi/

Note 2: https://adonis49.wordpress.com/2011/12/02/women-can-shatter-your-autistic-sexual-perception-of-love/

photo taken from (http://www.ruthinstitute.org/uploaded_images/women-of-the-world-unite!-742297.jpg)Note:Check womanfromyemen.blogspost.com

adonis49

adonis49

adonis49

October 2020
M T W T F S S
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

Blog Stats

  • 1,426,591 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 774 other followers

%d bloggers like this: