Adonis Diaries

“The Stranger”. Poem by late Mahmoud Darwish

Posted on: January 1, 2017

“The Stranger”. Poem by late Mahmoud Darwish

An abridged translation of Jamil Berry’s French version from Arabic

 

This person was a stranger to me
I had no idea what she could have done before
I saw a coffin, people in mourning
I walked with her, her head low, in an important respect attitude
She was walking ahead of me.
I found no opportunity to ask her my well-composed questions
“Who is in the coffin? How this late person died? How it lived?”
Of the many ways people dies from,
I can vouch for one that I experienced
“Living badly”
Jamil Berry translated the poem into French on FB this April 30, 2014 

LA PERSONNE ETRANGERE

Cette personne m’était étrangère
J’ignorais ce qu’elle a pu faire naguère .
J’ai vu un cercueil , des personnes endeuillées
J’ai marché avec elles tête baissée
Par un respect imposant
Moi derrière , elles devant

Je n’ai pas trouvé un seul écueil
Pour poser mes questions ressassées
«Qui est cette personne dans le cercueil ?
Où a t elle vécue ? De quoi a-t-elle trépassé ?

La mort a des causes multiples
L’une d’entre elles , je vous la livre
J’en fais mienne; c’est le mal de vivre .

Je me suis demandé :
Cette personne nous voit-elle ?
Depuis son lointain néant
Déplore-t-elle notre destination?

Elle n’ouvrira certes pas son cercueil
recouvert de couronnes fleuries
Sans nous faire des adieux endoloris
Ou nous susurrer la vérité

Mais de quelle vérité il s’agit ?

Décédée ; pour elle c’est trop tard .
Il se peut qu’en ces heures sombres
Elle soit en train de replier son ombre
Pour parachever son départ .

Elle fut la seule personne qui ce matin
Ne pleura pas de chagrin et ne vit point
La mort planant tel un rapace aiguisé
Au dessus de nos têtes médusées

Que sont les vivants pour la mort
Si ce n’est ses cousins germains …
Les personnes mortes elles , à jamais
Par son calme et son sommeil fraternisées .

Je n’ai trouvé nulle raison pour demander
Qui est cette personne étrangère et
Quel était son nom , qui ne paraît pas illustre
Les marcheurs derrière une petite vingtaine
Et une , si on compte avec , ma présence frustre

Mon cœur erra devant l’église et sa porte
Il se peut me dis je , que cette personne morte
Soit un écrivain ou un travailleur
Un réfugié , un voleur ou un tueur .

Comment le savoir , les morts ne parlent pas
Ne rêvent pas , ni couchés , ni debout ni assis
Avec eux leurs différences meurent aussi .

Et si cette personne étrangère n’était que moi
Et que cet enterrement était le mien
De jour en jour retardé
Par un incident d’ordre Divin ? …

Retardé pour de multiples raisons
Parmi lesquelles il se peut même
Que ce soit …
Une erreur non corrigée dans mon poème

( Traduction Jamil BERRY )

See More

قصائد محمود درويش لاعب النرد / ملوك النهاية / الجدارية / انتظرها / وعود من العاصفة /قصيدة الأرض/أربعة عناوين شخصية/ريتا/هكذا قالت الشجرة المهملة/الجسر/عن الصمود/الآن في المنفى/بطاقة هوية – سجل!/أنا يوسف يا أبي/ضباب كثيف على الجسر/فرحاً بشئ ما/كمقهى صغير هو الحب/لا أنام لأحلم/الجدارية/ لوصف زهر اللوز/هنالك عرس/الجميلات هن الجميلات/البئر/…
Ajoutée par Cortizooooon
Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

adonis49

adonis49

adonis49

January 2017
M T W T F S S
« Dec   Feb »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Blog Stats

  • 963,824 hits

Enter your email address to subscribe to this blog and receive notifications of new posts by email.adonisbouh@gmail.com

Join 474 other followers

%d bloggers like this: